BlackHat et réseaux sociaux : les réplicants

Réplicants SEO SMO

Quand Sylvain m’a fait cette offre qui ne se refuse pas d’un blog invité chez lui, le sujet s’est imposé de lui-même : à la marge entre blanc et noir, et loin du low cost SEO, comment apparaitre le plus naturel possible dans les réseaux sociaux et sur internet, pour utiliser au profit de son site toutes les possibilités de trafic, de mentions, et donc d’autorité offertes par les réseaux sociaux ?

Et à côté du référencement naturel, comment générer du trafic en faisant du bruit sur les réseaux sociaux sans assourdir les voisins et passer pour ce qu’on est : un vulgaire bot ?

Préambule de Sylvain

Il y a un moment, je doutais de la possibilité de faire du BH sur les réseaux sociaux. Je pensais que l’automatisation resterait facilement perceptible.

Et bien j’ai totalement changé d’avis. Bien conçu, un petit robot paraitra plus vrai que nature. Une mini surveillance de quelques minutes par semaine (pour répondre plus personnellement aux DM ou aux tweets comportant des questions) suffit par exemple  à finir de rendre humain un compte Twitter totalement automatisé.  Marie-Aude nous explique ci-dessous comment éduquer un robot afin d’en faire un vrai replicant. Black hat SMO inside.

nb : oui, l’automatisation c’est le mal, prenez juste ces conseils comme un cas théorique 🙂

Blade Runner est un film de geek.

Il devrait aussi être un film SEO. Dans un monde glauque, à proximité de la Silicon Valley, dominé par une société qui domine la ville, des robots presque aussi vrais que les humains, les replicants, ont échappés à leurs maîtres pour se mêler aux hommes.
Les Blade Runner ont pour mission de détecter ces robots presque humains, et peuvent leur infliger n’importe quelle pénalité y compris la désindexation totale : la mort.

Longtemps après la sortie du film, Ridley Scott reconnaîtra implicitement que Rick Deckard, le principal Blade Runner, est en réalité un replicant… les robots chassent les robots !

Bien sûr, on n’est pas chez Sylvain pour parler de cinéma, mais ma version du synopsis est assez orientée pour vous mettre sur la voie : une armée de petits comptes sur Twitter, Facebook et Google+, quand c’est bien fait, ça sert à générer du trafic et du trustrank. Et quand c’est bien fait, c’est difficile à détecter au premier coup d’œil, et au second.

Comment humaniser ses replicants ?

En essayant de modeler le robot sur la « vraie vie ».
Un « vrai gens » a une vie réelle en plus de sa vie en ligne. Il n’est pas, sauf cas rarissime, un monomaniaque qui ne parle que d’un sujet. Il interagit avec des personnes sur des thématiques variées, il est courtois, il répond quand on lui parle… comment automatiser (presque) tout ça ?

Un replicant a une vie en ligne

Très rares sont les vrais gens qui se limitent à un seul media. Le replicant a donc  un ou plusieurs sites, un profil twitter et / ou un profil facebook, et même, ne soyons pas chien, un compte G+, Pinterest, un compte copains d’avant, un profil Linked In pour les replicants haut de gamme…

A partir du moment où on fait un profil sur un réseau, il faut le soigner : avatar, photo, fonds, graphisme… les vrais gens soignent leur apparence, et les vrais gens n’ont pas tous des mangatars.

Une vraie personne va commenter sur des blogs, les articles qu’il envoie dans Twitter.
Il aura donc un gravatar, et si possible avec un email différent de  seoauto@lumieredelune.com !

Un replicant a une vie en vraie

Ce qui veut dire qu’un replicant a des horaires de travail, et des horaires où il va chercher ses enfants à l’école, des heures où il cuisine et des heures où il voit ses amis. Et quand il dort au moins il ne twitte pas !

Le robot doit donc être programmé pour cela, et aussi tenir compte des « bons horaires » par rapport à la cible : on ne twitte pas de la même façon si on est un community manager ou une maman…(A noter qu’il existe maintenant des outils qui nous disent quand un twittos va dormir).

Un replicant a des centres d’intérêts variés

Dans la vraie vie, les monomaniaques ne nous intéressent pas. Les réplicants c’est pareil… une maman s’intéressera bien sûr aux bébés, mais aussi à la cuisine, au dernier film policier, et à la vie de sa ville (conseil : les hastags géolocalisés sont très puissants). Elle suivra des profils variés, qui lui parlent de ces différentes thématiques, et pas seulement « bébé ». Elle participera aux buzzs « trop mignons »

Un replicant se fait des amis

Et il commence, en toute logique, par les amis de ses amis… il va avoir tendance à suivre plus les followers de ses amis, avec qui ses amis interagissent, que d’autres comptes. Il a aussi tendance à suivre les twittos dont il lit les blogs…. Bref, on est très loin de l’outil de following auto de base.

Quand on vous dit « bonjour » vous répondez ou vous passez votre chemin sans rien dire ?

  • Un replicant qui ne fait que balancer des liens, c’est rarement intéressant.
  • Un replicant qui parle de lui, c’est déjà un peu mieux.
  • Un replicant qui parle aux autres, et surtout qui leur répond, c’est parfait. Cela prend du temps, certes, et nécessite un système d’alerte, mais cela donne du « corps » au réplicant, et cela lui permet de gagner de nouveaux followers et de fidéliser les existants.

C’est là que l’élevage de replicant à deux niveaux prend toute sa valeur. Le réplicant haut de gamme va réellement intervenir totalement manuellement dans certaines conversations. Les autres réplicants interagissent entre eux.

Les outils d’élevage

D’abord et avant tout, une API. Les réseaux sans API (comme Pinterest) sont plus difficiles à utiliser.

  • Un compte mail, dédié, qui permet d’isoler les mails de TrueTwitt (et bien sûr, de les résoudre, il y a plein de services pour la résolution manuelle de captcha en ligne…)
  • Une interface qui permette de gérer les comptes manuellement, pour la partie interactive. J’aime bien Tweet Deck, mais cela sature rapidement.
  • Une base de spin, pour les messages de bienvenue, félicitations, remerciements.
  • Un outil de post des flux, avec mention (super article de … j’aime beaucoup … etc)
  • IFTTT ou assimilé pour le reste.

Les difficultés

Le compte mail sera soit sur un nom de domaine qu’on gère, ou sur yahoo, qui est beaucoup plus souple que Google pour la création en masse, mais passe beaucoup mieux les barrières anti spams que hotmail (pour l’utilisation en commentaire). Il faut que le compte Yahoo vive (au bout de six mois, il est désactivé), ce qui se fait sans problème avec Twitter.

Les comptes Twitter sont faciles à créer sans contrôle, mais ne doivent pas grossir trop vite. Attention aussi à l’abus de mentions « via @telcompte «  qui est considéré comme du spam.

Les comptes Facebook sont difficiles à créer de façon intensive :  même en passant par des proxies. Personnellement, cela ne me gêne pas trop, car vu le coût de la carte téléphone avec numéro au Maroc, la vérification SMS passe sans problème. Ils sont aussi un peu plus difficiles à alimenter de façon réaliste : je conseille de faire un compte de « personne » qui soit privé, et des pages.

Les risques

Facebook est beaucoup plus pointilleux que Twitter sur la « qualité » des comptes, même si il est débordé. Néanmoins, sur les deux outils, le risque principal est d’en faire trop, et de se faire bloquer pour spam.

A la différence d’un ban de Google, on ne perd « que » son travail. Cela peut  représenter beaucoup.

Et la même prudence est de règle que pour les liens : travailler avec des pages ou des profils secondaires, plutôt qu’avec le principal.

(A noter : Twitter, en cas de spam, vous laisse la possibilité de rentrer en grâce simplement en confirmant que vous êtes bien un humain).

Les résultats ?

Des comptes Twitter qui passent les détecteurs de fakes ou le regard critique de certains référenceurs, et qui grossissent tranquillement, au rythme de cinq à quinze followers / jours. Si cela vous parait peu, il ne faut pas oublier que vous avez plusieurs twittos.. Si il n’y a rien qui m’amuse plus que voir Twitter proposer à un de mes réplicants de suivre un autre de mes réplicants, j’essaye de limiter le taux de followers communs, et j’ai environ 60% de followers uniques.

Des comptes Twitter qui ont des followers humains (en moyenne, moins de 3% de bots et moins de 10% d’inactifs) intéressés par les thématiques, et donc un taux de clic important : un outil pour apporter du trafic sur un site, et surtout pour lancer un nouveau site.

Les limites ?

Celles des réseaux sociaux, tout simplement… quels que soient ses efforts, un replicant qui parle de chirurgie dentaire aura du mal à se faire de très nombreux amis qui ne soient pas aussi mécaniques que lui.

En revanche, pour les thématiques grand public, voyage, enfant, déco, mode, cuisine… les vrais followers sont beaucoup plus nombreux et beaucoup plus interactifs.

Et vous ? Sauriez-vous identifier les replicants dans vos followers ? Préférez-vous beaucoup de followers, y compris quelques bots, à moins de followers, mais « pur humain » ? Bloqueriez-vous un replicant ?

Par Marie-Aude Koiransky, qui gazouille très régulièrement (@lumieredelune),  propose du référencement au Maroc et de la création de site, et qui en plus vous emmène en vacances au Maroc. Ceci dans le cadre de cette opération de guest blogging.

 

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

58 réflexions au sujet de « BlackHat et réseaux sociaux : les réplicants »

  1. Marco

    Impressionnant, c'est black hat de haut niveau là !
    Je regrette de ne pas avoir les connaissances techniques pour mettre ce genre de stratégie en oeuvre, mais cela démontre que google/twitter/facebook et co. ont encore beaucoup de chemin à faire avant d'arriver à bout des techniques blackhat/spammeurs car ces derniers ne manquent pas d'imagination ^^

  2. Rodrigue

    Pour ma part je privilégie le côté humain, et je follow uniquement si je connais la personne (ou si je lis son travail) tu en sais quelque chose puisqu'on en a discuté il y a quelques semaines. Mais je termine 'à l'instant' mon commentaire chez Geekpress où en effet nous discutons de l'intérêt que peut avoir une automatisation.

    Je réitère donc ici, j'utilise uniquement pour automatiser mes tweets de soumissions dans mon annuaire, car j'offre à ceux qui soumettent, la possibilité de twitter leur fiche, avec hastag etc ... de façon aléatoire.

    Donc l'intérêt est là, en revanche pour une discussion ou encore de vieux article, je ne suis pas trop pour.

  3. Guillaume

    De bon conseil qui vont m'aider à améliorer mon bot twitter car il commence à stagner, et à 60 followers c'est pas non plus énorme. Il va falloir que je le retravaille. J'ai déjà réduit le volume de tweet qui était bien trop élevé et qui ne fait donc pas vraiment naturel.

    Je pense même que si l'on veut faire plus naturel il faudrait planifier de ses taches cron en fonction des jours. Par exemple, le dimanche il n'y aurait que très peu de tweet, un petit peu le samedi, et beaucoup plus en semaine. Et vraiment régler en fonction des jours de la semaine. Peut être qu'il y aura plus de tweet le lundi entre midi et deux plutôt que le jeudi sur cette même plage horaire... Bref l'automatisation est quelque chose de très intéressant, maintenant il faut pouvoir camoufler les bots dans la masse !

  4. Jeremy

    Salut,
    Il y a de l'idée dans tout ça, mais j'avoue que cela ne me tente pas vraiment. Mais je pense qu'à l'inverse, beaucoup de personnes seront prêtes à tenter le coup et, contrairement à ce que conseille Sylvain dans son préambule, ne prendront pas tout ca simplement pour un cas de figure théorique 😉

  5. RaphSEO

    Hello Marie-Aude, je vais être honnête, ton billet m'a intéressé. ça faisait longtemps que je n'avais pas eu autant d'attente sur un sujet. Mais tu me laisses sur ma faim, j'aurai aimé que tu ailles encore plus loin, que tu en donnes plus ... bref j'aurais voulu tout savoir 😀
    En tout cas tu as entièrement raison, et ceux qui délaissent le social sont amha dans une très mauvaise voie pour l'avenir 😉
    ++ Raph

  6. Littlebuzz

    Comme d'habitude, très bon billet de Marie-Aude !

    Depuis quelque temps, je m'amuse à ça aussi, avec des résultats très divers. Un point me semble important dans cette stratégie et de bien choisir le nom du compte, dans certains cas, ça peut carrément surmultiplier les résultats !

    Une difficulté cependant, trouver les bons outils et bien gérer l'automatisation. La, sur ce point, je ne suis pas hyper efficace 🙂

  7. jb

    Très bonne façon de résumer le black hat sur les réseaux sociaux.
    Finalement ce n'est "que" l'évolution de ce qu'il se fait depuis des années dans les thématiques adultes et le ewhoring avec des robots qui se font passer pour des humains avec des liens affiliés.

    Pour avoir testé ce genre de pratiques Twitter est vraiment le plus "simple" à utiliser pour automatiser notamment en raison de sa souplesse de modération vs Facebook et son api.

  8. Daniel Roch

    J'avoue que l'on peut quand même détecter relativement facilement un répliquant, notamment en testant dans Google les contenus qu'ils publie (surtout les images avec le moteur TinEye pour trouver les duplicatas). Par contre, quand c'est seulement du texte (spinné), c'est un peu plus compliqué à détecter.

    Je serais curieux de voir l'impact que cela peut avoir sur le SEO et/ou le trafic au final.

  9. Mikiweb

    Très bon résumé des bonnes pratiques pour construire un bot de qualité.
    En effet nombreux sont les seo qui se lance avec des outils déjà tout fait en créant des centaines de compte à la suite, en limitant l'automatisation au fonction basique des réseaux sociaux partager.
    Mais ce qui différencie le simple bot d'un replicant c'est l'autre face : l'intéraction.
    Echanger avec les autres, réagir spontannément comme un humain le ferai mais avec modération un humain n'est pas un robot 😉

    Je pense que pour commencer le mieux est de coucher sur papier les différentes contraintes de chaque réseaux sociaux et de pouvoir ainsi commencer à créer un map d'automatisation en y implantant des étapes manuelles que l'ont pourra centraliser.

    Cela m'a permis de créer des bots à la fois efficace et surtout pouvant passer les différents contrôles 😉

  10. Félix

    Merci pour cette article mais tu n'as pas évoqué un outils comme -http://knowem.com/ qui permet de créer des comptes vérifiés sur 25/50/100 réseaux sociaux différents de manière rapide et ultra qualitatif ! J'ai testé c'est pas donné mais tu gagne un temps fou..

  11. Tyrell

    D'un point de vue pragmatique, je trouve cette automatisation très bénéfique : si cela peut nous permettre d'avoir une vie pendant que les bots travaillent à notre place et poussent nos sites, tant mieux.

    L'étape au delà de ta démarche très bien expliquée Marie-Aude, c'est de rendre ton bot aussi populaire qu'un humain, voire plus. Lui conférer un "je-ne-sais-quoi" qui en fasse un star : robot ou pas, les twittos s'en fichent, le suivent et font même des enquêtes pour tenter de découvrir qui est derrière ce persona aux tweets aussi énigmatiques qu'imbuvables parfois, mais somme toute très poétiques et divertissants. L'exemple le plus fameux que je connaisse est https://twitter.com/Horse_ebooks

  12. LegZ

    Sujet très intéressant, mais comme Raph je reste un peu sur ma faim. On peut pas voir un des comptes pour constater sa puissance ? 😀

    Par contre en terme d'impacte ça donne quoi ?
    Parce qu'un vrai compte Twitter engendre en moyenne 1-2 clic / 100 followers, donc c'est pas énorme, même avec 10 comptes à 1000 followers tu seras à moins de 100 clics non ?

    (@daniel : Google image est bien plus puissant que TinEye je trouve, notemment grâce à la taille de sa bdd)

  13. Mathieu

    Comme toujours avec le blackhat, ça fait saliver sur le coup. On se dit : wahou, je vais me faire plein de mentions sociales en claquant des doigts et hop mon référencement va monter au ciel ! Bon quand je dis en claquant des doigts, c'est un peu rapide d'accord. Surtout là, parce que la mise en oeuvre n'a vraiment pas l'air simple.

    Mais après qq minutes en cellule de dégrisement Matt Cuttsienne, je reste un peu dubitatif sur l'impact. Et puis, autant poster des liens en automatique je peux comprendre, autant faire croire à de vrais gens qu'on discute avec eux j'aime bcp moins. Les réseaux sociaux sont là pour échanger en vrai. Pas avec des replicants.

    Personnellement je n'ai pas tellement envie de vivre dans l'univers de Blade Runner...

    Je salue donc la maestria technique, mais pour reprendre Sylvain, seulement la théorie, pas la pratique.

  14. Arnaud

    Je reste sceptique, tout en étant fort intéressé par le sujet. L'article est bien conçu car il nous porte à réfléchir en tout cas. Il est évidant que faire un bot le plus naturel possible, c'est le but. Mais, le travail à réaliser pour obtenir ce résultat n'est il pas plus élevé ou égal à utiliser un compte manuellement ?
    Cela dépend des cas me direz vous...

  15. Eric

    Merci à Marie-Aude pour ce tuto sur l'automatisation. J'avais réalisé un script sur la base d'un framework windows pour automatiser l'envoi de Tweet en fonction d'un mot clé détecté. Le résultat était tres impressionnant en terme de trafic. Et il était très drôle de voir les retours des twittos. Certains partaient directement dans l'insulte, d'autres au contraire remercier le robot et même RT le tweet.

    L'avantage, c'est que même si Twitter s'est grandement démocratise en France depuis les derniers mois (on va dire 1 an), son utilisation comme outil marketing de masse n'est pas encore perçu comme telle par le tout un chacun. A la différence de l'emailing qui surcharge les boites emails, les internautes perçoivent le tweet comme un vrai message personnel.

    Comme le dit Marie-Aude en travaillant sur la base d'un bon spin et en suivant un rythme humain (je dors la nuit ^^), il est encore possible de réaliser de belles opérations ! Beaucoup plus difficile sur Facebook car privé !!

  16. Marie-Aude

    Bonjour

    pour tous ceux qui veulent connaître les bots, "non, ils m'ont fait signer un NDA et si je les grille, ils sont tous en grève". Mais vous pouvez toujours commander une presta de test 🙂

    @ Guillaume, la planification des tâches c'est "un réplicant a une vie en vrai", même moi je ne suis pas 24h/24 sur twitter. Un "bon" réplicant aura le même type de vie que ceux auxquels il s'adresse.

    @ RaphSEO, difficile d'en dire plus, sachant que l'outil est entièrement codé maison, on a effectivement choisi de ne pas utiliser de tools externes, pour éviter la multiplication des interfaces, et pouvoir avoir une vision statistique globale. Mais pose des questions (et suis moi sur Twitter, I sware I'm not a bot) et j'essayerai d'y répondre.

    @ Littlebuzz, effectivement, il n'y a pas à mon avis, beaucoup de bons outils pas trop chers en ligne. En tout cas, en ce qui concerne la logique de follow automatique, j'ai passé trois jours à tester tout ce que je trouvais, et je pense honnêtement qu'on fait mieux que tous les autres.

    @ jb, oui Twitter est le plus simple, c'est pour ça qu'on a commencé par lui. L'autre raison est que Facebook bride de plus en plus les contenus présentés sur la timeline (le fameux "vos amis ne voient que 115% de vos publication").

    @Daniel, le fait de retwetter des flux en auto n'est pas suffisant pour détecter un bot. La façon dont il le fait, oui 🙂 🙂

    @ Félix, j'avoue ne pas comprendre ce que cet outil vient faire ici.... je me demande même si tu as compris le sens de l'article ?

    @ legZ l'impact est variable selon les thématiques, mais le gros plus de l'outil est dans la qualité des followers.Quelques bots qui font de l'affiliation font entre 4 et 10 ventes jours.
    Par ailleurs pour te donner quelques chiffres, sur un groupe de comptes donnés (je les groupe par thématique) que j'ai commencé en janvier, j'ai 19 comptes, 4.830 followers (2.920 unique, en déduplicant les twitteux qui suivent plusieurs bots).

    @ Matthieu on ne fait pas croire à de vrais gens qu'on "discute" avec eux. On fait discuter nos bots entre eux, pour donner une apparence naturelle à leur compte. La discussion avec les "vrais gens" (ou plus exactement avec les comptes qu'on ne gère pas, et qui peuvent être après tout, eux aussi, des robots) se fait manuellement, via une interface qui permet d'accéder à tous les comptes à la fois (un peu sur le même principe que tweet deck)

    Ce genre d'outil, c'est un investissement sur la durée : monter les comptes, acquérir les followers à un rythme lent....

    Les avantages que j'y trouve et les retombées possibles :
    - préparation de vrais gros buzz : quand tu as un petit millier de robots bien naturels, et que tu veux buzzer un article, tu peux générer le fameux "millier de RT" qui serait le seuil pour un véritable impact sur le positionnement
    - même en dessous de 1.000 RT, tu augmentes doucement ton impact social, et après tout, un lien est un lien
    - aide au démarrage d'un compte twitter, on bosse en même temps que le bot, mais on lui délègue la partie pénible
    - exploration de nouveaux univers, les bulles twitter tournent un peu en rond. Cet outil m'a permis, via des bots, de trouver des comptes super intéressants, que j'ai décidé ensuite de follower ailleurs, totalement manuellement
    - la possibilité quand tu as un site multilangue, et que tu ne parles pas toutes les langues de ton site, d'avoir une petite présence sur twitter, par exemple en urdu 🙂 (avec le copy writer qu'il faut bien sûr)
    - et effectivement, les clics 🙂

  17. JYG

    Mon commentaire n'a rien à voir avec le SEO (même si l'article est très bien) mais je me dois de faire un rappel (Sylvain, à toi de voir si tu veux le publier ou non).

    Avant d'être un film de Ridley Scott, Blade Runner est un roman de Philip K. Dick. Or, dans le livre, rien ne laisse présager que Deckard est un réplicant (même si la question est posée). Et, dans le film, rien ne le laisse présager non plus...c'est pas à Ridley Scott de décider (et ça n'a d'ailleurs aucun intérêt).

    Les robots ne chassent donc pas les robots...à moins que ?

    Le débat inutile du jour est lancé :).

  18. Arnaud

    Bonjour,

    Merci Marie-Aude pour ces explications.
    Même si je privilégie le côté "humain" sur les réseaux sociaux, tout comme Rodrigue l'a bien expliqué.
    Ce qui m'intrigue c'est le retour en terme de seo pour un site.
    Ca serai intéressant d'avoir un réel retour d'expérience pour un site ou une page web.

  19. Emile

    Cela fait tellement longtemps que j'ai précisément ce type de scénario dans mon esprit. Il fut même un temps ou j'avais imaginé un tool assez monstrueux que j'avais déjà baptisé "MyInternet" ... et qui allait tout simplement gérer toute une population de bots. Qui l'un va partager son clip favori sur FB... un autre qui va faire du RT de gens comme Presse Citron... etc. A mon grand malheur je ne suis pas codeur mais ces idées là, sont clairement LA solution contre tous type d'algo pinguin, etc... Un tool qui te permettrai de créer tout simplement TON univers et ses annexes. Je serai franchement très étonné de voir ton tool maison et comment tout ca s'imbrique. Après bien sur, une vraie personne ne fais pas que du comment, RT, Twitt, etc... il va chatter aussi. Bref il faut selon moi, selon l'idéal non seulement des masterspin a foison et limite un masterspin par bot avec son vocabulaire a lui etc... mais plus encore... des comportements particuliers. Des bots célibataires qui vont s'inscrire sur meetic puis sur un forum de rencontre à la con par exemple... etc. Bref, un tool qui te permette de jouer à Dieu sur internet.. déjà ca doit être assez monstrueux à coder... et certainement assez complexe et chronophage à gérer. Ce scénario on le tiens également du blog de backlinker qui il y a fort longtemps a aussi imaginé ce genre de chose. Bref aujourd'hui, c'est de ca qu'on a besoin... à défaut de vrais stagiaires.

  20. Gregoire

    Perso, je privilégie toujours l'humain ...cependant, avec ce système, quel est l'impact réel sur le référencement? Est ce que l'on est réellement boosté par cette automatisation?

  21. Phil

    Bonjour 🙂

    J'avoue avoir laché l'affaire au milieu de l'article en me disant "tout ce boulot pour du faux"....autant prendre du temps à avoir de vrais followers !

  22. lereferenceur

    C'est vraiment quelque chose que je ne ferai pas. Pourquoi ? Je n'ai pas les compétences pour le faire ^^
    Et puis même si je les avait je ne pense pas que j'utiliserai mon temps pour faire cela. A moins que tu rentres plus en détail dans le sujet et que tu montres des résultats concrets ^^

    En tout cas c'est intéressant à lire car c'est le genre d'idée que je n'aurais pas eu, contrairement à Emile qui dans son commentaire voit les choses en encore plus grand ^^

    Personnellement je préfère passer du temsp sur la gestion d'un vrai compte twitter par exemple.

  23. Nic

    Bel article Marie-Aude. C'est bien l'automatisation, mais cela a un coté pervers. Élever une armée de replicants pour gazouiller sur les réseaux sociaux est certes intéressant en terme de développement et coding, mais quid de l'aspect 'interaction réelle'. C'est finalement progresser au détriment de ces followers qui pensent suivre des humains. Tineye peut aider pour identifier les duplicate photos mais c'est plus délicat pour déceler les replicants de la bulle sociale (dont je n'avais pas eu vent).
    Je ne regarderai plus un compte Twitter de la même façon maintenant !

  24. Emile

    @lereferenceur ... Un seul compte ??? Pour avoir un certain potentiel dans sa "frappe"... perso je gère via TweetDeck quelques 15 comptes + le mien ... et franchement le résultat n'est pas toujours super flambant.... bien sur selon les secteurs. Mais moi je pense que si tu as genre 200 à 300 comptes bien trustés, anciens, qui font du RT de ta page... là ca peut déjà le faire. Gardant en plus à l'esprit que pour faire bien naturel, le nombre de tes bots et de leurs followers doit aller croissant... donc pour arriver au même résultat avec un seul compte... suis plus que perplexe.

  25. Morgan

    Très intéressant cette mise en place de bots. Le travail doit être long mais une fois en place ça doit être sympa si les followers sont qualifiés. Un apport de trafic et des signaux sociaux de qualité grâce aux tweets et retweets.

  26. Sylvain Auteur de l’article

    Bonjour A tous

    Je viens mettre mon grain de sel et je vois que les avis sont sacrément partagés, ce qui me semble tout à fait normal.

    Pour ce qui est de gérer soi-même son compte à la main, j'y adhère totalement, un bon exemple, le compte @axenetwit qui possède maintenant plus de 5000 abonnés grâce à une "ligne éditoriale" cohérente et un véritable travail de promotion, le tout géré par un vrai humain... moi !

    Mais voyons les choses sous un autre angle...
    Lorsque l'on a monté au fil du temps une trentaine de blogs thématisés, et que chacun d'eux est accompagné d'un compte Twitter, d'un Facebook, d'une page G+. Il faudrait alors au moins une personne à plein temps pour gérer tous ces comptes... et encore.

    Dans ce cadre, l'automatisation n'est pas forcément idiote. Sachant qu'au bout du compte, ce sont bien de vrais followers que vous avez, pas des robots.
    Pour avoir fait un test avec Marie-Aude (non, je ne vous donnerai pas le compte 🙂 ) je constate que ce compte automatisé possède un pourcentage de fakes ou d'inactifs moins élevé que mon compte perso, un comble !
    Les followers retweettent les tweets automatisés, ils y répondent même, et je n'ai à me soucier que des DM ou des questions posées.

    Alors bien évidement, je n'utiliserai ce subterfuge en aucun cas pour un "vrai" site. Mais avec 250 followers en 2 mois (dont 86% de "Good" et 2% de fake seulement), je pense qu'il y a matière pour un blog connexe pour lequel je n'ai clairement pas le temps de passer 4 heures par semaine.

    Désolé pour tous ceux qui voient le white hat grisonner, mais j'applique au web le même dicton que pour les motos "Si t'essayes pas... tu peux pas savoir".

  27. Fred

    C'est une belle leçon que tu nous donnes là mais dur à utiliser de notre coté sans se mordre les doigts et le reste ! Je dois avouer que je n'ai jamais été fan de l'automatisation, ni dans le SEO et je crois encore moins dans le SMO. je préfère tout effectuer à la main, quitte à perdre un peu de temps, au moins le boulot est bien fait.

  28. iggOne

    Personnellement, je gère déjà deux comptes Twitter manuellement pour une rentabilité qui, si elle devait être calculée par le trafic direct, serait très infime.

    Heureusement, on n'est pas sur Twitter pour le trafic.

    Du coup, j'ai un autre site à faire connaitre, un site plutôt sympa et décalé, je me suis dis, autant utiliser faire un semi BOT. Ce n'est pas un BOT à 100% mais je balance pas mal de @Mention automatiquement.

    Des @Mention qui créent de l'interaction souvent d'ailleurs.

    Le plus dur est à mon sens de créer plusieurs scénarios de discussions.

    Une solution pour spiner ces réponses ?

    J'utilise Yahoo Pipes pour construire mes mentions mais je ne crois pas qu'on puisse faire de spin.

  29. Mohamed

    Merci MA, comme d'hab du contenu de très bonne qualité (notamment comment tu as assassiné AA et OR)

    Cela dit, je reste sur ma faim sur comment mettre en place un tel système concrètement.

  30. Fonz

    Excellent article. Je bosse sur un outil de gestion interne aussi, pour essayer d'augmenter le volume de bots; Mais sur le fond, j'utilise exactement la même démarche avec des bots les plus humains possibles qui interagissent entre eux et qui semblent naturels pour les humains ET les algos de moteurs.
    Par contre, juste une petite chose non abordée, il est préférable d'utiliser des proxys privés et d'attacher une IP à chaque bot (surtout sur FB) pour rester le plus possible sous le radar.

  31. Marie-Aude

    @ Emile, le risque, c'est de faire trop compliqué ! Même si on a un peu ce genre de choses en tête "au début", il faut tailler dans la masse pour arriver à fonctionner correctement. Tu es aussi confronté à des pbs un peu cons, comme Pinterest qui retire son API, ou plutôt qui la cache, et alors... on fait quoi ? on attend ou "imacro"

    Un des points essentiels, c'est comme dans un jeu de rôle, la fiche de personnage 🙂

    @ Nic from ... je ne sais pas si les gens pensent suivre des humains ou des robots. Ils pensent très certainement suivre une liste de tweets qui leur apporte des infos intéressantes. Néanmoins, il faut reconnaître que les "réplicantes" sont nettement plus suivies que les "réplicants" ^^ Cela dit, ça fait longtemps que les SEO ont envahi doctissimo, aufeminin.com ...

    @ iggOne ( et Mohamed ) on a développé notre propre tool, donc difficile de vraiment donner de détails, ou de conseils pour les autres. En ce qui concerne les "conversations", il faut qu'il y ait dans la réponse l'ID du message auquel on répond, donc cela doit être géré par l'outil, à qui on envoie une liste de messages, et qui va, pour chaque message posté, récupérer l'id avant d'envoyer la réponse.

    Xspin fait de très bons spins, sinon n'importe quel outil peut être utilisé, Mais en passant par de l'envoi de flux on ne peut pas avoir cette interactivité avec la récupération des id de messages

    Sinon, "sur le fond" c'est du SMO, pas du SEO, et je ne vais pas rentrer dans le débat "le SMO est il bon pour le ref" ?

    L'expérience de Sylvain n'est pas transposable sur toutes les thématiques. La sienne marche bien sur twitter, d'autres seront beaucoup plus difficiles, et là l'outil ne sert pas à grand chose.

  32. Mikie

    Je n'ai rien contre ces "répliquants", comme vous dites, dans mes listes d'amis. Mais j'ai dû mal à comprendre : au final, les réponses sont bien humaines non? N'est-il pas plus rapide de s'occuper réellement d'un compte plutôt que de créer un robot pour ça?

  33. Le juge

    Tres bon cet article - dommage qu'on ait pas un petit insight supplémentaire sur l'ipact trafic et rankings - puisqu'a priori le fait d'avoir quelques réplicants peu permettre d'avoir plus de porté avec son site dans les réseaux sociaux pour le trafic et comme l'empreinte Social est meilleure a priori on devrait pouvoir voir un impact aussi dnas les SERPs.

  34. jessyseonoob

    Bon qui est un réplicant dans ceux qui ont répondu à ce post ?

    C'est bête que twitter pénalise maintenant les réponses à des questions que les gens se posent mais que tu connais pas.

    On pouvait faire des trucs très sympa avec ifttt avant que ce soit bridé. Je l'ai fait sur un seul compte, et c'était sympa, c'était plutôt du semi auto.

    Me suis pas encore penché (a tort) sur imacro pour remplacer les interactions

    Ca permettait d'amorcer des conversations de de créer de véritable interactions.

    Il n'y a pa strès longtemps j'ai vu passer sur une démo d'un de mes sites des commentaires automatiques sur une fiche produit, mais au lieu d'avoir des spams, j'avais l'impression de suivre une conversation entre 2 personnes. Même si le scénario devait être programmé, j'ai trouvé que l'approche était intéressante.

    Est-ce qu'il y a un intérêt de follower un bot ? si il nous apporte du contenu pertinent oui.

    Qui n'a pas encore parlé de sexe avec anna le bot d'ikea ?

  35. Benjamin

    C'est impressionnant de voir a quel point on peut pousser un bot sur les réseaux sociaux. C'est un peu comme jouer aux sims. Enfin je respecte ce travail sur l'intelligence artificielle sans vraiment y adhérer.
    En espérant que les bots ne se transformeront pas en terminator!

  36. Régis

    Un article passionnant. C'est un domaine que j'aimerai beaucoup approfondir, l'article me laisse un peu sur ma faim, mais cela est peut être du à un manque de compétence en la matière.

    Existe t-il une version un offre d'essai ?
    Quels sont les risque à utiliser ce typer d'offre pour son money site ?

    J'allais faire la remarque un peu hors sujet sur la fin de Blade Runner mais @JYG s'en est chargé.

  37. Géraldine

    "Tout ça pour ça", disait le titre du film ! J'ai lu ce billet par curiosité. Quelle énergie... Pour autant je ne suis pas fan. Certains pédalent bien dopés à l'EPO et se font serrer un jour... Ils viennent pleurer ensuite. Tant pis pour eux, mais je ne leur sortirai pas mon mouchoir ! Maintenant, chacun sa vision des choses.

  38. Christian

    @ jessyseonoob
    moi je me suis demandé si Marie-Aude n'était pas un répliquant, mais mon commentaire n'a pas été publié. Conclusion, le répliquant a été vexé et veut rester caché 😉

  39. Simon

    Merci Marie Aude pour le BL interne :).
    En tout cas ça laisse rêveur j'aimerais bien tester l'outil moi aussi. Pour ma part j'ai quelques fake profil que je gère à la main et que j'ai soigné à fond, mais ça prend énormément de temps et je vais avoir besoin d'automatiser le tout...

  40. lionel

    Bonjour Sylvain et Marie-Aude,

    Très bon article Marie-Aude ! Je suis du même avis que Sylvain à savoir que l'idéal reste malgré tout de proposer un travail de fond (rédactionnel) pertinent et cohérent pour gagner en popularité, trafic, abonnements... cela demande un certain temps !

    Maintenant, il y a les cas où l'on souhaite soit accélérer le processus ou soit gérer plusieurs projets en même temps ( voire les deux cas réunis). L'automatisation utilisée de manière intelligente peut être bénéfique et aider à atteindre les objectifs fixés.

  41. jolie

    Salut,
    Il y a de l’idée dans tout ça, mais j’avoue que cela ne me tente pas vraiment. Mais je pense qu’à l’inverse, beaucoup de personnes seront prêtes à tenter le coup et, contrairement à ce que conseille Sylvain dans son préambule, ne prendront pas tout ca simplement pour un cas de figure théorique

  42. Marie-Aude

    @ Christian, en fait je me pose régulièrement la question 🙂 suis-je un bot, ou pas ^^

    En termes de risques, il faut bien comprendre qu'on n'est pas dans une optique de référencement direct. Le risque réel me semble plus de se faire flinguer son compte twitter. Donc au lieu de poser la question par rapport à un money site, je la poserais par rapport à un "vrai compte" twitter.

    Là il est évident qu'il faut y aller mollo. Sylvain l'a dit, il ne l'a pas utilisé pour Axenet, et moi sur lumieredelune je l'utilise uniquement pour retwitter à 100% un blog que je trouve génial, qui n'a rien à voir avec le SEO, et dont pas un article ne m'a pas intéressée 🙂
    (allez pub inside Les Curiosités de Titam)

    Une des raisons pour lesquelles l'outil n'est pas proposé en direct, c'est que l'équipe veut garder la main sur son utilisation, pour que l'appli enregistrée auprès de twitter ne se fasse pas non plus griller.

    @ Géraldine, rassures toi je ne viendrai pas pleurer 🙂

  43. Cours de langue

    Le black Hat SEO et ses robots qui automatisent tout font rêver plus d'un, mais google est parfois là pour rappeler qu'il ne faut pas abuser des pratique plus sombres du référencement...

  44. comparateur de prix

    La question est de savoir si après le panda, le pingouin, il va encore y avoir une autre "police" qui va sortir. Je ne suis pas d'accord avec les techniques black hat, mais je respecte le travail de tout référenceur...

  45. Virginie

    Billet très instructif Marie-Aude.
    Les "replicants" sont donc très utiles, comme les robots dans la vie réelle, pour nous suppléer dans les tâches répétitives comme, côté Twitter, s'abonner à de futurs potentiels followers de manière thématique, avec cerise sur le gâteau si besoin, des critères géographiques. Le comble du bot serait qu'il ou elle puisse aller commenter dans les blogs...

  46. Nico

    Il serait intéressant d'avoir au final une analyse entre le coût de dev de l'outil et l'efficacité en terme de ROI pour les sites. Les "vrais" followers vont ils sur le money site? Un impact concret en terme de référencement d'une campagne de retweet massif par les bots? Certes sur le papier cela paraît vraiment bluffant, à voir l'intérêt final de l'outil.

  47. Eric Belet

    Marie Aude c'est un bot développé par Google pour vous faire croire au white ))

  48. Maximilien

    C'est un article très intéressant Marie-Aude et je crois justement avoir vu passé récemment un de tes bots commentés mon blog Web & SEO 😉 Tout semblait très vrai au premier abord, nom, gravatar, profils Facebook, Twitter, Linkedin... mais en creusant un peu on s'aperçoit que c'est un profil Fake mais pas forcément facile à déceler pour tout le monde ! C'est du SMO automatisé très intelligemment et cela devrait en inspirer plus d'un. Pour ma part, je n'irai pas aussi loin pour le moment, mais qui c'est... peut être à l'avenir !

  49. Actualité SEO

    Il y a en effet de l’idée sur l’ensemble des techniques. Il faut impérativement mettre sur papier les avantages et les inconvénients de chaque réseau avant de créer un processus d’automatisation. Les bots sont efficaces mais jusqu’un certain niveau 😉 Bon Week-End

  50. Aïssam

    J'aime pas tous ces principes de robotisation pour moi je classe cela dans le black direct, rien de mieux que travailler à l'ancienne, prendre son temps choisir carrément ses followers je crois pas à l'automatisation des choses ça me fait penser à Terminator :O . Au passage c'est mon premier post 🙂 honte à moi car ce blog m'à toujours été utile :p

  51. Elisa

    Je vais surement passer pour une conne mais, ca sert a quoi tout ce schmilblick concretement ?
    Je saisis pas trop l'intérêt Black Hat de créer des faux comptes facebook ou twitter

    A part ajouter un j'aime ou un retweet de plus à un lien publié sur ces réseaux ? Mais si c'est juste pour ca c'est beaucoup d'effort pour rien.
    Ya des tas de sites ou on peut acheter des milliers de followers et fans pour moins de 10 euros.

  52. Sylvain Auteur de l’article

    @ Elisa

    On est loin ici de faux followers qui ne liront jamais les tweets et ne retweeteront rien.
    L'objectif de ce genre de bot est d'acquérir de vrais followers dans TA thématique.

    Une fois fait, un seul tweet par exemple vers un de tes articles ou une promotion pour une boutique en ligne peut générer 3 ou 400 visites, ce qui n'est pas négligeable non ? 🙂

  53. Un affilié comme les autres

    Excellent article.

    J'ai adoré l'intro avec la comparaison au film Blade Runner.

    En complément de votre article, je vous propose aussi de découvrir un article anglophone qui montre à quel point il peut être facile de créer un bot (même sommaire) en peu de temps.

    http://www.labnol.org/internet/write-twitter-bot/27902/

    Merci encore pour vos super articles !

  54. Ben

    j'ai eu des bots sur twitter à une époque.
    Ils ont tous sauté un par un.

    Le problème c'est qu'ils envoyaient trop de messages.
    j'utilisais yahoopipe + https://twitter.com/search

    Quelqu'un aurait il un bon tuto pour un bot twitter?

  55. Mélanie

    Hum, le souci du Black Hat c'est qu'on passe plus de temps à rectifier le tir quand on se fait prendre que ce qu'on aurait pris pour travailler en White...

  56. Pierre

    Intéressant cet article, je n'avais jamais songé à une automatisation aussi fine et merci pour le retour sur le hastag géolocalisé.
    J'avoue qu'un réplicant qui répond aux messages passe bien le test et est très difficile à détecter. Après, on discerne quand même ceux qui ne retwittent jamais mais certains humains ne le font jamais néanmoins (ce sont généralement aussi les follows les moins intéressants)
    Un réseau de comptes Twitter pour faire du retweet de masse, ça me paraît assez dangereux si on en abuse quand même.
    Ca risque de se faire détecter assez rapidement.

    J'ai tendance à penser que c'est mieux aussi, quand c'est possible, de lier plusieurs sites avec une thématique similaire avec le même compte Twitter pour profiter d'un effet boule de neige et apparaître plus facilement dans la colonne de gauche des suggestions.
    Je pense qu'il y a un ranking de trust des comptes Twitter un peu comme le PR qui entre en ligne de compteaussi. Et c'est plus pratique à gérer je trouve pour centraliser les DM.

    En revanche, faire du tweet automatique pendant les "heures de pointe" et décrocher pendant la nuit, c'est une idée astucieuse (même si je suis pas fan de la pratique à titre perso).
    Et faire du follow automatique bien configuré pour monter un compte est un bon booster mais il faut faire le ménage de temps en temps aussi et utiliser des outils d'unfollow pour repérer les inactifs et les mauvais follow.

    Pour facebook, je ne vois pas autre chose de mieux qu'une réserve de contenu viral à distiller avec parcimonie en complément des partages automatiques.

  57. Seb

    Intéressant comme point de vue. Ce qui est quand même dingue, c'est qu'un robot peut effectivement paraître plus naturel qu'un humain....

    Preuve en est puisque je m'étais fait suspendre mon compte Twitter la dernière fois pour abonnements suspects... en gros, selon Twitter, le nombre d'abonnements effectué dans le temps était trop rapide.

    Je confirme pourtant bien que c'était 100% manuel et fait par moi-même, un comble : et pourtant, c'est Twitter lui-même qui te "spam" avec ses auto-suggestions...

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *