Comment savoir si un lien est bon pour mon site ?

Avoir confiance dans son linking

Puis-je avoir confiance en ce lien ? Qu'est-ce qu'un bon lien ? Comment analyser un site pour savoir s'il est intéressant d'obtenir un lien à partir de celui-ci ?  Ces questions vous devez vous les poser à chaque fois que vous avec la possibilité d'obtenir un lien, tant le netlinking est devenu risqué. C'est aussi le cas lorsque l'on pratique du nettoyage de liens.

D'ailleurs, si le linking est "dangereux", c'est bien parce que l'algorithme de Google accorde un énorme poids aux liens et ne veut pas que vous le manipuliez. Une belle preuve de l'efficacité des liens, à condition d'y aller sur des œufs...

Linking ou pas ?

Avec cet article, je réponds presque à la question d'Olivier qui se demande s'il n'est pas plus judicieux de se focaliser sur le contenu et sur l'utilisateur plutôt que sur les liens.

Réponse simple : Le contenu, c'est la base, le socle, il se doit d'être pertinent pour l'utilisateur (et Google) et répondre réellement à ses interrogations. J'en parlais précédemment concernant les sujets d'un blog, mais c'est valable quel que soit le site. Je vous invite aussi à relire ma vision concernant le contenu pour 2015. Je considère que sans contenu utile pour le visiteur et optimisé pour Google le linking se rapproche d'un pansement sur une jambe de bois.

Donc Olivier, oui, la première étape est de se focaliser (vraiment sérieusement) sur le contenu.
Maintenant, et c'est ce qui m'amène à cet article, le linking va être le carburant qui va propulser ce contenu. Vu que Google est devenu méchant sur ce point, on fuira les techniques façon 2010 avec du lien à gogo pour se concentrer sur la qualité de ses liens, et voici quelques pistes pour la mesurer.

Les basiques du linking 2015

Je ne vais pas m'étendre 107 ans dessus, mais dans votre linking global voici quelques bases à retenir :

  • Varier, varier, varier et encore varier les ancres de liens : Il est probable que le taquet soit encore redescendu chez Google et avoir plusieurs liens sur la même ancre (texte du lien) optimisée est sans doute devenu le flag principal chez Google. Kévin Richard cautionné par Sylvain Peyronnet nous parlait dernièrement de 3%  maximum.
  • Posez vos mots-clés avant et après votre lien : donnez un contexte sémantique fort sans forcément bourinner votre ancre de lien. C'est forcément moins efficace, mais nettement moins risqué.
  • Utilisez le nom du site pour faire des liens vers la homepage : Sauf si le site qui vous fait le lien est exceptionnel d'autorité (1 cas sur …) les liens vers votre homepage seront faits sur le nom du site (Blog AxeNet) ou son URL ( http://blog-axe-net.fr). Limitez vraiment les ancres optimisées vers la homepage.
  • Visez la qualité des sites qui vous linkent : Et nous voilà dans le cœur du sujet. Comment déterminer la qualité d'un site ou d'une page ?

Comment déterminer la qualité d'un site pour obtenir un lien ?

Plutôt que de grandes théories, je vais plutôt vous parler de quelques outils et réflexes à avoir.

Outil n°1 : votre cerveau.

Vous avez par exemple la possibilité d'obtenir un lien à partir d'un article de blog dans l'éditorial, c'est la fête. Mais si le blogueur fait ça pour vous, il le fait peut-être pour d'autres. Commencez donc par vous assurer que la moitié des articles du blog ne contiennent pas des liens vers divers sites sur des ancres optimisées.  Si c'est le cas, ça sent plutôt mauvais et vous serez vite identifié comme quelqu'un qui "achète" des liens.
Trouvez un autre blog pour votre lien ou bien analysez d'autres critères (ci-dessous).

Autre astuce. Regardez quelques balises Title du site qui vous intéresse et vérifiez qu'il se positionne pas trop mal sur celles-ci.

Outil n°2 : Majestic SEO

https://fr.majestic.com  (je reste à la version gratuite volontairement).

Tapez l'URL du site puis éventuellement de la page qui vous intéresse et regardez le Trust Flow (TF) et Citation Flow (CF).
Le Trust Flow est un indicateur de "confiance". Le citation Flow est un indicateur de volume (de "pagerank"). Ces deux notions sont propres à Majestic SEO mais ces simples chiffres donnent quelques bons repères.

Un site dont le TF est supérieur au CF reçoit à priori des liens de confiance c'est très bon signe, vous en bénéficierez en obtenant un lien de sa part. Globalement, Kévin (encore lui) conseille de faire l'opération TF/CF*100 ( exemple :  22/26*100 = 84,6 ).
On pourra dire qu'à partir de 70% ce n'est pas trop mauvais, qu'à 100 on est très bien et qu'au-dessus de 100 c'est très cool !
Bien sûr, plus les chiffres sont élevés (TF et CF) mieux c'est comme base du ratio (le site à plus de Trust et plus de jus de lien qu'un site ou les chiffres sont plus faibles).

Majestic SEO

Un exemple pour le blog AxeNet

Outil n° 2 : l'analyseur de liens

http://openlinkprofiler.org (parce qu'il est gratuit)

Si vous avez les moyens, je vous conseille plutôt Majestic SEO ou Ahref ou SEObserver que je juge plus fiables.

L'idée ici est d'aller voir si le site qui vous fait un lien a fait le cochon ou pas sur son propre linking. Cet outil vous permettra d'aller fouiller parmi les liens du site pour voir si ses ancres de liens sont fortement optimisées ou pas. Si c'est le cas, il se peut qu'il soit flagué par Google ou le soit un de ces jours.

Tout ce qui donne une impression que les liens du site ne sont pas naturels ou bourrinés doit vous inciter à la prudence. Dans le cas de cet outil, vous pouvez filtrer les liens nofollow, car on s'en fout. Autre gros avantage de cet outil, vous pouvez cliquer sur les pages référentes du site pour voir précisément où sont placés ses propres liens.

openlinkprofiler

Exemple de listing openlinkprofiler

Si vous voulez vous contenter d'une analyse rapide des ancres de liens d'un site sans y passer trop de temps, vous pouvez aussi utiliser Majestic SEO ou Ahrefs dans leurs versions gratuites sur lesquelles des indicateurs indiquent des pourcentages d'ancres de liens (en page d'accueil).

Exemple sur Majestic

Exemple sur Majestic

Dans cet exemple (si je ne connaissais pas le site), j'irais voir plus en profondeur, car les 40% de "Autre ancre de lien" pourraient être des ancres ultra bourinnées. Le bon signal est tout de même que plus de 50% des ancres ne soient pas faites sur des expressions-clés, mais le nom du site, son URL, ou mon nom 🙂

Outil n° 3  Le MOZ spam score (nouveau)

https://moz.com/researchtools/ose/  (gratuit, mais très limité en requêtes).

C'est notre ami Rand Fishkin qui nous sort cet outil qui vient compléter la panoplie des outils MOZ.

Le principe est de déterminer un score pour le profil d'un site. C'est probablement assez proche de ce que fait Google. On trouve dans les indicateurs pris en compte des éléments tels que des signaux liés au linking :

  • Très gros site avec très peu de liens entrants (pas très logique)
  • Faible diversité des liens entrants (type de site)
  • Faible proportion de liens sur le nom ou la marque
  • Grosse proportion de liens dofollow en regard des nofollow
  • Etc.

Et des signaux dans le site lui-même (Onpage) :

  • Beaucoup de pages à contenu faible
  • Énormément de texte en regard du code sur les pages
  • Beaucoup (trop) de liens externes
  • Pas assez de liens internes
  • Beaucoup d'ancres optimisées internes
  • Beaucoup de liens externes en sidebar
  • Aucune page du site ne contient de mail, d'adresse ou de liens vers des profils sociaux.
  • Extension de domaine spammy (ex : .tk)
  • Etc.

Pour ceux qui veulent beaucoup plus de détail sur les modes de calcul, je vous invite à lire l'article de Rand ici (anglais) et son complément de vendredi ici.

En gros, ces signaux permettent de calculer un spam score qui permet de distinguer en un coup d'oeil si le site concerné a des chances d'être considéré comme spammy (sur-optimisé en interne et/ou en linking) par Google.

Concrètement, le spam score va de 0 (zéro) à 17 (dix-sept).

Spam score

Un spam score de 3 sur 17 pour ce blog

Un spam score de 5 pour ce site

Pour avoir un indicateur de niveau, Rand Fishkin nous donne la table ci-dessous. Je suis un peu moins tendre que lui, car je trouve qu'avec un spamscore de 4, ça commence déjà à craindre quand je vois les sites qui "bénéficient" de ce score. Pour Rand, vous êtes encore dans le modéré jusqu'à 7 et pour ainsi dire mort à partir de 8.

Je pense que pour le blog AxeNet, cet indice de 3 est lié aux nombreux liens sortants en signatures de commentaires. J'attends la réponse de Rand à ce sujet. D'ailleurs, plus ça va plus je pense qu'un de ces jours je vais tout passer en nofollow, mais c'est une autre histoire.

Attention par ailleurs, MOZ reste un outil américain dont la base est un peu plus orientée vers ce marché.

Voici la table que MOZ propose pour savoir si le score est acceptable ou critique.

Table spam score

Table spam score

Pour conclure

Le netlinking reste un levier très puissant pour positionner un site. Il va de soit qu'il est d'autant plus efficace qu'il est effectué vers un bon contenu.

De nos jours la qualité des liens prévaut largement sur la quantité. En ce sens, mieux vaut fignoler la recherche de ses liens pour éviter des sanctions à court, moyen ou long terme. Ces outils vous donneront donc des indications sur la qualité des sites.

Il convient toutefois de garder avant tout une chose à l'esprit, vos liens doivent avoir un profil très naturel, votre jugement personnel sera donc sans doute le meilleur outil de décision même si les métriques détaillées ci-dessus permettent de valider celui-ci. À titre d'exemple, un blog qui vient de sortir peut être très prometteur, mais les métriques ci-dessus ne seront pas formidables, car il n'a pas assez d'ancienneté. Encore une fois, utilisez votre cerveau avant tout.

Comment savoir si un lien est bon pour mon site ?
4.64 (92.73%) 22 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

34 réflexions au sujet de « Comment savoir si un lien est bon pour mon site ? »

  1. Carine

    Hello Sylvain,

    Très chouette article (comme d'hab, ai-je envie de dire). Ce n'est pas si fréquent d'avoir un article qui sorte de la théorie au profit de la méthode, tout en se concentrant sur l'essentiel. Merci pour la clarté.

    Bon, j'ai fini de passer la pommade. 🙂 Juste envie d'ajouter ce lien vers une interview de François Goube (Majestic) chez qui contient pas mal d'infos (et un peu de pub, aussi, c'est de bonne guerre) sur le Trust Flow et le Citation Flow.
    http://www.jeromeweb.net/seo/19921-majestic-seo-details

  2. Laurent Bourrelly

    Je rectifie ta conclusion. Ce n'est pas UN levier puissant, c'est toujours LE levier le plus puissant.
    On nous gonfle avec la qualité du contenu, mais jusqu'à preuve du contraire ce n'est pas en pondant la page la plus extraordinaire du monde que tu vas ranker sans les liens pour la pousser.
    Ma théorie est simple. Il faut alimenter ton lien en backlinks pour le rendre suffisamment puissant, afin qu'une page se positionne toute seule dans le Top 20 grâce aux mots clés dans la Title.
    Ensuite, c'est au rôle du maillage interne de la pousser dans le Top 3. D'où le succès de mon concept du cocon sémantique, qui permet de finaliser un positionnement avec un système simple et efficace de mécanique (il n'y a qu'à mettre de l'essence dans le moteur).
    Et surtout 0 risque de pénalité.

  3. Kévin Richard (seobserver)

    Merci pour la citation 🙂
    Pour ma part, par rapport aux sites sur lesquels je travaille, j'ai une liste de critères qui déterminent automatiquement qu'un backlink est pourri (cette liste n'est pas unierselle et doit être adaptée), et je shoote à vue tous ces backlinks avec un disavow proprement mis à jour :
    - tld en .ru
    - IP du serveur en chine
    - % TF/CF < 30%

    Quant au facteur "ancre", je te rejoins absolument. Si je me prends de l'ancre optimisée, j'essaie de voir si dans un cadre plus global c'est dilué/diluable ou si ça me met en danger. Là il faut avoir une vision globale de la concentration d'ancres.

  4. xhark

    Intéressant ! je vois aussi que les titres de tes billets sont différents du H1 , une motivation particulière derrière ce choix ?

  5. Les Résoteurs

    Bel article Sylvain. Je suis d'accord, le netlinking est un des leviers les plus puissants, le plus puissant je ne pense pas Laurent Bourelly. Mais cela n'engage que moi ! Je pense que le marketing de contenu est le 1er levier et pour lui apporter davantage de pouvoir il lui faut des liens naturels, ce qui me fait dire que le netlinking est le 2ème levier le plus puissant. Il est important de construire une bonne stratégie éditoriale et de qualité que de rechercher des liens à tout va. Mieux vaut quelques bons liens qu'une grosse quantité sans pertinence.

  6. Sylvain Auteur de l’article

    @ Carine
    Excellent article en effet, qui permettra d'ailleurs de mieux comprendre mes explications et d'aller plus loin dans l'utilisation de l'outil. Merci.

    @ Laurent
    Je te rejoins. Il reste toutefois aux webmasters pas mal de mauvaises habitudes. Trop d'ancres optimisées, tendances à augmenter le nombre de liens faciles... parce que c'est facile. Et surtout une réelle flemme pour créer des contenus qui participent à ce que tu nommes ton cocon sémantique.
    Le chemin de la facilité est souvent privilégié, car les bonnes pratiques sont plus difficiles à mettre en œuvre : créer des pages construites avec un bon corpus (ça prend du temps), en nombre suffisant, bien les lier entre elles, et développer beaucoup d'imagination pour aller chercher 1 ou 2 bons BL plutôt que des trucs bidons.
    Je remarque que « les gens » se font rarement la réflexion pourtant très efficace : quel contenu puis-je produire pour obtenir un BL de tel site ?

    @ Kevin
    On est d'accord. D'ailleurs, j'ai ce raisonnement sur les ancres pour chaque URL,plus que globalement pour le site.

    @ Xhark
    Un title et un H1 différents, c'est la possibilité de ranker plus facilement sur deux requêtes et ça limite les risques d'avoir une page perçue comme suroptimisée. D'ailleurs, je ne le fais pas assez souvent sur ce blog.

    @ Les résoteurs
    En fait, au risque de me répeter, je pense que la qualité d'un contenu est une base qui lui permettra d'obtenir de bons backlinks. Je vois mal un gros site de presse ou sientifique faire un lien vers une page au contenu décevant.
    Je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'un bon contenu génère nettement plus facilement des liens naturels, après, il faut parfois pousser un peu le destin 🙂

  7. Barrioweb

    Bonjour,
    très bon article comme d'habitude Sylvain.
    A mon avis pour gagner des bons backlinks, il faut toujours être naturel et varier ses liens.
    A priori google aime
    Les liens mélangés entre le dofollow et le nofollow
    Les liens optimisés et autre avec un nom/marque/site comme ancre
    Les liens en texte et autre en images
    Les liens venant de contenu naturel et d'autres en commentaires/témoignages/avis
    Les liens venant de différents PR

  8. xhark

    @Sylvain : du coup tu te positionnes sur lequel pour apparaître dans les moteurs ?

  9. Yann

    Un débat toujours d'actualité sur la puissance du levier netlinking en référencement naturel. Heureusement il reste toujours des cas de figure différents qui n'ont pas les même exigences. Évaluer la qualité d'un lien peut se faire avec ou sans outils car je rappelle que, sans esprit critique ou connaissances, on peut largement se fourvoyer dans l'interprétation des métriques fournies par certains de ces tools. Ou encore par exemple, un site fraîchement créé peut très bien produire des contenus très qualitatifs, pourtant son score de confiance sera très faible.

  10. Sylvain Auteur de l’article

    @ Xhark
    Les deux, et même plus avec le contenu.

    @ Yann
    Le point que tu cites est important, C'est le dernier de mon article d'ailleurs.

  11. Yann

    Oui mais non Sylvain. Tu as sur ton blog un lectorat très varié et pas forcément connaisseur. Or, ceux qui liraient "un blog qui vient de sortir" pourraient très bien penser qu'un e-commerce d'une semaine n'est pas concerné, parce que c'est pas pareil. Oui je pinaille. Oui, je sors ^^

  12. Maurice

    L'algorithme de Google est vicié. Concrètement, c'est le serpent qui se mord la queue. Aujourd'hui, pour bien ranker, il faut du contenu ET des liens de qualité. Ok, produire du contenu, tout le monde peut plus ou moins le faire, cela demande juste beaucoup de temps. En revanche, pour obtenir des liens de qualité, il faut se faire repérer par de gros sites et ça, c'est juste impossible si tu n'es pas déjà bien établi dans ton secteur.

    En fait, un nouveau site sur un secteur bien concurrentiel n'a aucune chance d'émerger à moins d'avoir un budget pub énorme...

    Google accorde trop de poids aux liens et le fait mal. Donc quand tu te lances, tu n'as pas de liens. Tu as beau produire du contenu, cela sert à rien car tu rankes pas donc personne te voit à part les sites de scraping qui te pompent ton contenu et se font passer pour la source originale. Comme aux yeux de Google, ils sont plus vieux et plus autoritaires que toi, chbam tu te prends une grosse baffe, tu passes pour un gros copier de contenu. Résultat, ton site est flaggé comme duplicate content et tes pages sortent de l'index principal!

    Rigolez pas, c'est du vécu... Et ne me parlez pas du formulaire de Google pour signaler les sites de scraping qui rankent mieux que la source originale, personne ne suit les demandes...

    Autre problème des liens selon moi, Google les utilise soit super positivement, soit hyper négativement. Du coup, c'est hyper facile de dézinguer un concurrent. Tu laisses quelques commentaires sur des blogs dofollow n'ayant rien à avoir avec des ancres suroptimisées et boum, le concurrent, il se casse la figure...

    C'était l'avis positif du mardi 🙂

  13. Sylvain Auteur de l’article

    @ Yann
    Tu fais bien de pinailler 🙂 C'est valable quel que soit le site, pas forcément un blog.
    C'est aussi pour cela que j'insiste sur le premier outil que je cite 🙂

  14. Chob

    Merci pour cet article, qui répond à une préoccupation du moment.
    J'ai regardé certains outils que tu recommandes à propos d'un "blog" (marketformation.com) qui pompe mes articles en intégralité même si je lui ai gentiment demandé d'arrêter. A priori, il ne semble pas constituer une menace, sauf que j'aimerais bien en avoir la certitude. Pour l'instant, je laisse couler mais je ne voudrai pas que ça me pénalise...

    De manière générale, un article sur le sujet des sites qui republient automatiquement des articles (avec autorisation ou non) serait le bienvenu 😉

  15. Sylvain Auteur de l’article

    @ Chob
    Dans ton cas, il faut voir l’autorité de celui qui te pompe. Si elle est mauvaise, c’est lui qui se pénalise tout seul. C’est visiblement le cas du site dont tu parles.
    Moi j’enverrais quand même un petit recommandé à OVH pour demander la suppression de tout ce qui a été copié. Tu as des cartouches dans la mesure ou ce site ne respecte aucune obligation légale.

    Une solution qui défoule est aussi de le balancer auprès de Google pour qu’ils désactivent son compte Adsense . Ça marche et je te jure que le gars regrettera de ne pas avoir supprimé tes articles… (le contrat Adsense stipule ce point https://support.google.com/adsense/answer/48182?hl=fr voir « Eléments protégés par les droits d’auteur)

    A côté de ça, j’ai l’impression que toutes ses pages de détail d’articles sont en noindex nofollow alors tu ne risques vraiment pas grand-chose.

    Sinon, j’ai déjà fait pas mal d’articles sur le plagiat en fait, j’ai peur de saouler les lecteurs, mais vu qu’ils commencent à dater ça serait éventuellement l’occasion d’y revenir en effet.

  16. Remi

    Je viens de lire votre article et j'aurai besoin d'un conseil. Comment faire pour créer des liens entrant de qualité quand les sites qui parlent de son secteur d'activité sont très peu répandus ?

  17. ziad allani

    je suis tombé récemment sur le spam score de MOZ c'est super utile, je l'ai testé un peu avec quelques sites dont j'avait des doutes sur leurs backlinks et la réponse était directe !
    ça pourrait être utile pour évaluer la qualité des annuaires...

  18. Chob

    Merci @Sylvain pour ta réponse. J'avais repéré tes articles sur le plagiat quand il s'agit de plagiat "agressif" et les solutions de contre-attaque ! Mais je n'ai rien trouvé sur un point qui concerne les blogs et les sites d'actus : ils peuvent être contactés dans le cadre d'un partenariat gagnant-gagnant (contenu vs visibilité). Dans ce cas, quelles précautions prendre, quels points faut-il vérifier pour éviter que le SEO d'un site soit affecté ?

  19. Mitsu

    Très intéressant cet article, je bug néanmoins sur un élément qu'il vaut mieux je pense précisé.

    Le fait de vérifier le ratio : TF/CF, c'est mieux que rien mais je pense qu'on à tendance à tort à synthétisé le diagramme de majestic par ce ratio.

    Quand on regard le diagramme avec tous les backlink, le TF le CF pour voir si un site est spammy, on regard si on à pas une majorité de backlinks sous la médiane, le ratio TF/CF ne reviens pas aux même...
    Tu peux avoir un site avec un bon ratio mais très spammy, les 3/4 des backlinks proviennent de site bien pourris mais suffit qu'il y a quelque backlink de qualité très puissant qui relève le score de TF et le ratio te fera croire que le site est quali alors que son profil de lien est dégueu, je ne retrouve pas d'exemple là tout de suite c'est dommage mais ces cas sont réels.

    A l'inverse tu peux avoir un ratio un peu limite et un profil de lien assez éparpillé en regardant le diagramme.

    Enfin bon je ne sais pas ce que tu en pense, je vois ce ratio très souvent utilisé, mais je pense qu'il faut faire très attention avec ça.

  20. Sylvain Auteur de l’article

    @ Chob
    De préférence faire mettre une canonical vers l'url de l'article d'origine.

    @ Mitsu
    Tu as raison, c'est pour cela que je conseille de regarder les ancres de liens du site, c'est souvent un bon indicateur de site spammy. Et puis toujours l'outil n°1 🙂

  21. Steve

    Merci pour cet article que je trouve très intéressant....Je me pose tout de même la question pour un site e-commerce je rejois Laurent Bourrelly quand il indique que le netlinking est le levier le plus puissant surtout quand d'autres sites internet sont placés avant lui depuis déjà pas mal de temps.
    Par contre pour le cocon sémantique je me pose vraiment la question comment faire un bon maillage interne quand il s'agit d'un site ecommerce avec de multiples thématique et surtout quand il a besoin d'être placé sur de multiples mots clés?
    Et même chose pour le marketing de contenu pour du ecommerce ok c'est bien de faire de belles descriptions uniques, ou de créer un blog, etc etc mais je remarque que ce n'est vraiment pas tout....

  22. Pierrot

    Hello !

    J'ai juste une interrogation lorsque tu écris "Tapez l'URL du site puis éventuellement de la page qui vous intéresse et regardez le Trust Flow (TF) et Citation Flow (CF)."
    Au final faut-il se fier au TF et CF de l'url de la page sur laquelle on a un lien ou plutôt le TF etTC du domaine du site ?

    Merci

  23. Sylvain Auteur de l’article

    @ Steeve
    Là tu poses une question qui mérite 2 ou 3 articles en terme de réponses, et pire en fonction des cas particuliers de chacun...

    @ Pierrot
    Le site au départ pour voir sa santé générale, puis la page pour en savoir plus sur ton lien à toi..
    Et là tu relances le sujet sur le fait qu'il faut populariser les pages sur lesquelles on a posé des liens 🙂

  24. Rachel

    Super merci pour l'info! Je me demandais justement ce que voulais dire ce nouvel indicateur sur MOZ et si 0 était bon ou mauvais. Ca me rassure énormément alors 🙂

  25. Yohann

    Bonjour,
    Ok pour votre méthode de calcul mais j'ai une question que je vais illustrer avec un exemple amplifié:
    - un site avec TF 20 et CF 19 = 105%
    - un site avec TF 35 et CF 60 = 58%
    Lequel est le "meilleur" selon vous ? En gros, le résultat ne doit-il pas être pondéré par la qualité du TF ?

  26. Sylvain Auteur de l’article

    @ Yohann
    Dans le 2e cas (TF 35 et CF 60 = 58%) j'irais vraiment creuser pour voir d’où vient cet écart.
    Avec cet exemple concret c'est plutôt un profil de site qui a 1 ou 2 très bons liens et une tartine de liens spammy.
    Donc je vais voir si ses ancres de liens sont très optimisées (pas bon), et je regarde de près son linking externe pour voir s'il ne fait pas du liens sortant optimisé à gogo (... vente de lien).
    Mais ça peut aussi être un site pas très très vieux qui a fait un super buzz lors de son lancement et a récupéré du très bon et du moins bon comme liens.
    Bref, quand c'est bizarre, il faut analyser plus loin.

  27. Gaëtan

    Merci Sylvain pour cet excellent article.

    Ma question va peut-être paraître basique ou dépassée mais quid du PageRank dans cette analyse ?

  28. Sylvain Auteur de l’article

    @ Gaëtan
    Je l'avais oublié celui-là 🙂

    En général, tu verras que si tu regardes les métriques que j'ai cité, elles sont souvent corrélées au Pagerank.
    Mais pas toujours car le Pagerank a plusieurs défauts :
    - On ne sait pas vraiment sur quoi il repose (comment est-il calculé ?). Du moins la barre verte.
    - Un domaine expiré racheté peut avoir un gros pagerank qui durera.. ou pas.
    - Sa mise à jour laisse à désirer
    - Un site "jeune", peut être extraordinaire en jus apporté ou très prometteur sans avoir de Pagerank.

    J'y fait toutefois attention quand :
    - Un site qui a plusieurs années n'a pas de pagerank sur sa homepage (il faut creuser pour voir la raison).
    - Un ancien site a un pagerank grisé (pas bon à priori)
    - Un site a un pagerank à partir de 6 ( rarement un mauvais site...)

    En gros, c'est un indicateur peu fiable qui nécessite toujours d'aller creuser plus loin.

  29. Gaëtan

    Merci pour ce complément d'infos.

    Une dernière pour la route : le PageRank a-t-il finalement été abandonné ?

  30. Sylvain Auteur de l’article

    @ Gaëtan
    Pour ce qui est de son mode de fonctionnement, je pense que l'on est plus dans le cadre d'un Pagerank Thématique de nos jours. Pour la barre verte, Google dit qu'elle ne sera plus mise à jour...

  31. Mehdi Bendjebara

    Bonsoir à tous,

    Merci pour cet article et surtout pour les échanges très riches entre confrères et passionnés. Toujours un plaisir de s'abreuver sur ce blog.

    Bravo pour la "qualité" 🙂 des sujets abordés et surtout ta persévérance Sylvain.

  32. nicodesh

    Ouah ça fait longtemps que j'avais pas commenté chez toi ^^ Juste pour dire que le Moz Spam Score me paraît juste pas fiable pour un sou. Je viens de le tester sur deux MFA à moi. Résultat : 1/17 et 2/17, dont un pénalisé depuis très longtemps et complètement grillé par google.

    En ce qui me concerne, le jugement de la qualité d'un site pour savoir si je veux un lien dessus ou non passe par trois étapes : mon intuition, Majestic SEO et la courbe SEMRush.

  33. Martin Bodar

    Alors pour les 3% maximum sur une même ancre je suis un peu perdu, j'appliquais jamais plus de 9% jusqu'à présent et je me rend compte que je perd un peu de position dans les serps ces temps-ci, je cherchait sur d'autres pistes mais je vais étudier celle-ci dans la journée.
    Je ne connaissais pas le MOZ spam score cet outil me semble très intéressant, par contre il vaut mieux être abonné pour l'utiliser... sinon que très peu d'infos.

  34. Ayoube

    Salut Sylvain, et merci pour ton article ! ++

    J'ai deux petites questions basiques, histoire de connaître votre avis à tous, et confronter nos expériences.

    1) quid, pour une agence web, du lien posé en footer des pages des sites de ses clients ? Vous gérez ça comment ? (tous les clients ne bénéficient pas d'une presta SEO)

    2) Une autre, du même style : j'ai un client qui a sponsorisé un pote à lui. Du coup, ce dernier a placé un link vers son site web dans toutes les pages de son site (et il a fait pareil pour ses autres sponsors). Qu'est-ce qui se passe dans ce cas ?

    Le site en question, qui a fait des liens vers ses sponsors, a un TF de 25 et un CF de 15, un beau ratio si j'en crois Kevin Richard. Sauf que ça déséquilibre totalement le "linking" naturel de mon client, qui se retrouve avec 3-4 refering domains mais des milliers de BL (à part les 3 premiers, les autres viennent donc tous de celui du copain).

    J'hésite à demander à son pote de plutôt faire des liens vers une page "partenaires". Et là, faire des liens vers les sites web des sponsors. Mais ça donnera une page qui fera trop de liens. Ou encore mieux, lui proposer de créer une page par partenaire, dans laquelle le sponsor peut rédiger une tartine à propos de sa boîte, et le lien partirait de là. Mais ça risque pas de péter le "cocon sémantique" du site en question, cher à Laurent Bourelly ? ^^

    Je sais que certains se sont déjà pris un pingouin pour des liens en sidebar (par un gentil proprio de site qui voulait bien faire), malgré un netlinking global tout propre, tout gentil.

    Vraiment curieux de savoir ce que vous en pensez.

    PS : I'm back in the game 😉

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *