Attention au contenu dupliqué par les marketplaces !

Si vous possédez une boutique en ligne, vous vous êtes sans doute posé la question de tenter l'aventure des places de marché ou des comparateurs de prix. Le principe est de proposer vos produits sur des sites qui ont bien plus de visiteurs que le vôtre et donc de bénéficier de leur trafic. Mais attention, le problème du "duplicate content" guette. Et avec lui le risque de voir votre site pénalisé par Google

Une place de marché, un comparateur de prix, c'est quoi ?

Pour résumer, une marketplace est un site souvent très connu (Amazon, Pixmania, Rue du commerce, Ebay, La Fnac) qui vous propose de vendre vos produits moyennant une commission (faites bien vos calculs ceci peut revenir cher...).

Le comparateur de prix a un fonctionnement similaire, vous affichez vos produits pour tenter de profiter de son trafic. Les comparateurs ont quand même perdu pas mal de visibilité depuis l'arrivée de Google shopping.

Comment cela fonctionne-t-il techniquement ?

Vous allez fournir à cette plateforme externe vos titres de produits, vos descriptions, souvent vos images, vos prix, en vous adaptant à la catégorisation en place. Ces informations leur sont transmises sous forme de flux. Pour vous simplifier la tâche, plusieurs services vous proposent de gérer cette transmission (Shopping flux, Iziflux, Lengow, etc.)

Quels risques pour votre site ?

Nous savons que Google déteste les contenus dupliqués. En résumé, il ne va pas afficher 10 fois le même contenu sur sa première page sous prétexte qu'il vient de 10 sites différents, c'est assez normal.

Et que fait-on avec les marketplaces ? Et bien on se crée de la duplication automatisée de son propre contenu, un comble. Vous qui avez passé tellement de temps à peaufiner vos belles descriptions, vous les donnez sur un plateau à autrui. Pour peu que vous fassiez cela sur 2 ou 3 sites et vous voilà avec une armée de pages externes pour minimiser les vôtres aux yeux de Google.

Quand on sait que pour faire le choix du site qu'il va afficher en cas de contenu dupliqué sur plusieurs sites, Google choisit le site qui a le plus d'autorité à ses yeux. Je vous laisse imaginer qui va être l'élu entre Rue du commerce ou Amazon et votre nouvelle boutique en ligne inconnue...

Résultat, vous vendrez peut-être sur Amazon (si vous êtes parmi les moins chers), mais en perdant vos marges à cause des commissions. Quant à votre site, il sera toujours relégué derrière ces poids lourds que sont ces places de marché.

Et il y a pire.

Véronique Marichal du site biofan.com m'écrivait dernièrement pour me faire part de sa mésaventure (si vous voulez du bio pour votre chien ou votre chat, passez voir sur sa boutique).

Son constat : non seulement son contenu s'est trouvé dupliqué chez Amazon, mais en prime, ce sont ses descriptions qui ont été conservées pour tous ses concurrents qui vendent sur cette plateforme.

Elle travaillait donc pour ses concurrents en plus de  malmener son propre référencement.

Les solutions

Devant les risques rencontrés, on se dit qu'il est utile de trouver des solutions.
Le meilleur conseil que je puisse donner est de fournir aux marketplaces des titres et descriptions différents de ceux que vous utilisez sur votre propre site.

  • Pour les titres : modifiez dès que c'est possible en tentant de conserver à minima un titre suffisamment descriptif.
  • Pour les descriptions : essayer de changer drastiquement le contenu. D'ailleurs, vous n'êtes pas obligé de faire quelque chose d'aussi complet que pour votre site.

Ensuite, générez le fux que vous adressez aux comparateurs ou aux places de marchés à partir de ce second couple de contenu. Ces sites se feront concurrence et se dupliqueront entre eux avec ce que vous aurez rédigé, mais ce n'est plus votre problème, votre contenu à vous restera unique.

Un bémol

Si vous avez déjà fourni votre catalogue produit, vous n'avez plus qu'a retravailler votre contenu pour votre propre site. En effet, même si vous quittez la place de marché, celle-ci pourra conserver vos descriptions pour d'autres fournisseurs.

En conclusion

En choisissant, bien quels produits vous souhaitez y vendre pour ne pas dégrader toutes vos marges, et en prenant de grosses précautions sur le contenu que vous leur donnez, les places de marché peuvent être un bon relais de croissance.

Mais ne prenez pas à la légère les risques SEO encourus en prenant vos précautions avant de commencer à leur envoyer vos flux.

Articles connexes :

http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/53400/pourquoi-amazon-augmente-les-tarifs-de-sa-marketplace.shtml

http://www.seomix.fr/marketplaces/

Attention au contenu dupliqué par les marketplaces !
4.83 (96.67%) 6 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

26 réflexions au sujet de « Attention au contenu dupliqué par les marketplaces ! »

  1. Rodrigue

    Pour moi les places de marché sont très importantes, elles représentent plus de 5 millions de notre chiffre d'affaire.

    J'en ai parlé il y a très peu de temps dans une conférence Amazon à l'un des responsable. Pour avoir la Buy box (la primeur de votre société sur la fiche produit) l'algorithme prend en compte votre contenu, votre titre, vos photos, votre lieu de livraison, ...

    Sauf que dans la réalité c'est tout autre chose. Je suis constamment au téléphone avec un de nos intégrateurs de produits chez Amazon. Je lui ai fait part de ce soucis. J'ai fourni à Amazon :

    - photo
    - contenu
    - titre parfait
    - produit livré sous 48
    - prix + livraison légèrement au dessus du numéro 1 qui lui, expédié depuis l'Angletterre.

    Résultat, tout mes contenus (que je me crève le cul à payer, ainsi que les photos) ont été pris par Amazon, et la Buy box conservée par le premier car il est un chouilla en dessous.

    Conclusion, j'ai vite fait développer un champ spécial pour les textes Amazon sur notre Magento et je fourni à cette place de marché, l'essentiel.

    Je m'en suis occupé par plus tard que la semaine dernière suite à la réception de mes futurs contenu pour mes fiches produits. Je ne peux que valider ton article.

  2. Manu

    C'est un problème connu dont évidemment ne font pas part les acteurs marketplaces au moment des négociations.

    Au niveau des solutions il y a celles que tu évoques Sylvain mais également la solution SEO officielle de Google :
    - Ne fournir qu'un exerpt de la description (ce que fait par ex rueducommerce sur tradedoubler en annonceur)
    - Balise blockquote et cannonical qui pointe chez le marchand

    Alors c'est sur que c'est difficile de leur imposer ça, et dans ce cas il y a la solution radicale de @512banque 》Duplicate content poison

    ^^

  3. MJConseil

    Bonjour,
    Je plussoie et je te félicite pour cet article éclairant quelques uns des nombreux points dont trop d'acteurs sous-évaluent l'impact... Court terme certes mais également sur le moyen - long terme.
    N'oublions pas, en effet, que la plupart des acteurs places de marché sont eux-mêmes sources d'informations ou de flux à destination de partenaires très diversifiés.
    Je suis curieux de savoir quelles pratiques sont appliquées, de manière automatisée ou par l'intervention d'opérateurs humains, pour la sélection et/ou l'optimisation des données à partir de toutes ces sources chez les différents acteurs...
    En tous les cas une chose est sûre : 1. Il faut professionnaliser, et optimiser pour sortir réellement vainqueur
    & 2. Vous mettez en lumière un point intéressant – à l'inverse – : on peut, facilement et rapidement, se placer sur certains produits ou marchés sous réserve d'avoir le bon prix et le bon délai.
    (Rppelons l
    Bonne chasse aux opportunités et bonnes optimisations à tous !
    Marc

  4. Veronica

    Bonjour Sylvain,

    Vous touchez véritablement à un problème important pour l'e-commerce. En ce qui concerne ma boutique, les ventes sur les places de marché sont importantes, et c'est un CA non négligeable. Il est clair que les produits sur les places de marché passent avant mon propre site dans les résultats de recherche, même si ce sont les miens. Personnellement je ne vois pas d'issue à cette histoire et c'est un choix presque impossible.

    Je vois mal comment on peut gérer deux fois le tout, c'est compliqué, cher, difficile... Mais vous avez raison c'est peut être la solution.

    Déjà il faudrait limiter le nombre de market places, et il ne faut pas croire, les internautes achètent sur amazon même si c'est plus cher parfois... j'ignore pourquoi...

  5. Romain

    Très intéressant l'article !
    cela fait longtemps que je me posais la question de ce fameux duplicate. Du coup, quand on est comme moi, un petit 'Ecommercant' et qu'on se fait chier à faire de bonnes descriptions, les marketplaces non seulement elles prennent un % important en terme de com' mais en plus, elles se gavent sur les descriptions.
    J'ai beaucoup de produits qui font comme Véronique Marichal, ou mes descriptions bien soignées se retrouvent reprises par d'autre marchants... sur les marketplaces !
    Ca reste un vrai fléau mais c'est aussi un levier de trafic considérable qu'on ne peut pas négliger.
    Etant utilisateur d'une solution d’agrégateur de flux pour envoyer mon catalogue sur les places de marché, j'avoue ne pas avoir eu de solution pour palier à ce duplicate (la solution de flux ne comporte pas de champs annexes pour avoir un titre et une description différentes) d'autre part, c'est un vrai travail car s'il faut se retaper tous les titres et toutes les descriptions, j'en aurai pour des lustres !
    Bref, c'est un phénomène qui se répand et qui j'espère, sera un jour, mieux considéré par Google qui analysera l'origine du contenu...unique !

  6. Christophe Maggi

    Une place de marché qui utilise le descriptif d'un de ses clients pour alimenter les fiches des autres c'est quand même très fort ! Que le client mette la même description que sur son site, OK c'est son problème mais que la description soit réutilisée pour d'autres clients avec lesquels il n'y a aucun accord... c'est juste fort exagéré. Est-ce que le client est informé quand il fourni du contenu que ce sera réutilisé auprès de concurrent ? Il a son mot à dire ? Comme le dit Rodrigue, il se casse la tête à fournir du bon contenu, à payer des services et au final ils sont réutilisés pour des concurrents... Est-ce que la meilleure solution, outre le fait de proposer des titres et des descriptifs différents ne serait pas de fournir à la place de marché une partie du catalogue et de garder l'exclusivité des autres produits sur son propre site ?

  7. Patrick

    On en revient toujours au même : si c'est gratuit, c'est toi le produit.Pour avoir la BuyBox ou autre mise en avant sur une autre plateforme qu'Amazon, il ne "suffit pas" (vu le boulot à fournir je mets des guillemets) de rédiger des contenus uniques et intéressants... Il faut peser un certains poids et le faire valoir auprès des équipes chargées de clientèle...

  8. Rodrigue

    @Patrick : "Il faut peser un certains poids et le faire valoir auprès des équipes chargées de clientèle..." Je te confirme que ça ne fonctionne pas. La conférence dont je parle dans mon com précédent était réservée aux vendeurs stratégiques d'Amazon (nous étions très peu). Nous sommes dans le Top 5 des ventes de jouets en France, et quoi qu'on en dise, si notre prix n'est pas mieux ou si nous n'expédions pas par Amazon, on peut faire une croix sur la buy box si un nouveau arrive.
    La réponse que me donne Amazon est imprécise, je constate juste que l’algorithme met un point d'honneur sur les petits prix. J'en ai discuté avec les autres personnes présentes à cette conférence. Même constat.

  9. Marichal véronique

    Tout d'abord merci sylvain d'avoir donné suite à mon mail. Je suis en train d'effectuer des tests sur Amazon avec des nouveaux produits pour voir comment ils procèdent à la sélection du contenu.

    J'envoie des nouveaux produits de notre site déjà en ligne chez eux et j'analyse si ils Upload mes contenus ou gardent ceux des concurrents. Je verrai quelle stratégie adopter en fonction des résultats.
    Mais il s'agit vraiment d'une nouvelle activité ' votre référencement et le market place'
    Sinon, je suis en train de réécrire les contenus de mon site et je leur laisse mes anciens contenus 😉
    J'ai développé des champs spécifiques dans Magento.
    allez, encore du boulot pour les mois à venir.

  10. Sylvain Auteur de l’article

    @ Rodrigue
    Merci pour tes retours d'expérience, ils sont d'autant plus intéressants que tu nous parles de gros volumes. Pour ma part j'ai toujours pensé qu'il fallait fournir des textes différents de son propre site.

    On peut même se demander si parfois il n'est pas préférable de laisser les autres faire le travail des descriptions qualitatives...

    @ Manu
    Crois-tu qu'il soit possible de faire mettre une canonical sur les pages de la place de marché ? Je le sens mal ce coup-là.

    @ Mjconseil
    Pour les commerçants ayant de fortes marges c'est rentable en effet. Mais j'en ai vu qui ne gagnaient quasiment plus rien. Sinon faire du volume pour du volume et du CA sans marge, je ne vois pas trop l’intérêt.

    @ Veronica
    Le contenu dupliqué fait tellement de mal au site en terme de positionnement que je pense indispensable d'envoyer un flux distinct aux marketplaces. Maintenant, il faut vérifier produit par produit si c'est un concurrent dont les textes ont été repris, dans ce cas, moins de souci à priori. Reste à voir ce que Google a indexé ou pas sur la place de marché.

    @ Romain
    Je ne sais pas s'il existe des solutions spécifiques avec les outils de gestion de flux. Mais la solution est de fournir une source de flux distincte de ce que l'on utilise pour soi.

    @ Christophe
    L'information doit être noyée au milieu des conditions d'utilisation (qui les lit vraiment?).

    @ Patrick
    En l’occurrence, ce n'est pas gratuit. Certaines places de marché prennent une sacrée commission !

    Bonne chance Véronique, et merci d'avoir attiré mon attention sur ce sujet, je pensais que ce problème de contenu dupliqué était clair pour tout le monde. Et pour ce qui est de la reprise des textes pour les concurrents, j'ai l'impression que beaucoup découvrent.

  11. Patrick

    @Rodrigue : Merci pour ton retour Si c'est le moins-disant qui l'emporte, alors effectivement il y a un gros problème au niveau de leur algo chez Amazon car seuls les plus gros pourront se permettre de n'avoir plus de marge voire de vendre à perte... C'est vraiment pas sain tout ça, j'ai l'impression qu'on se fait plumer par tous ces monopoles, tout comme les producteurs locaux se font plumer par la grande distribution pour avoir l'honneur d'être référencé dans les magasins, qui par ailleurs dépensent des budgets com' énormes pour afficher partout qu'ils travaillent main dans la main avec les agriculteurs du coin... Et le pire c'est qu'ils font payer cette com' aux dits producteurs en leur demandant d'adhérer à leurs "clubs", et d'animer des dégustations/présentations (à leur frais bien sûr), etc... Vraiment du foutage de gu.. sur toute la ligne...

  12. Flo

    Ok mais que faire quand l'on a plusieurs milliers de produits ? :-/ Que proposes tu dans ce cas là ?

  13. Sylvain Auteur de l’article

    @ Flo
    Le beau contenu unique de qualité sur le site marchand et la description du fabricant pour les marketplaces par exemple.

  14. Rodrigue

    @ Patrick : J'ai un exemple concret, tu vas sur Amazon et tu tapes "ballon de foot" http://www.amazon.fr/gp/offer-listing/B00EEAVC8Q/ref=dp_olp_new?ie=UTF8&condition=new&qid=1401696788&sr=8-2 Notre boutique est "Easykado". Nous avions un contenu au top, un prix comme tu peux le constater qui frole le ridicule, et un concurrent au dessus qui casse le prix, je peux dire ça car nous avons le même fournisseur... Je vois pas l'intérêt de ne plus marger, car ce produit est numéro 1 de sa catégorie... J'ai fait retirer le contenu car je préfère l'utiliser pour mon site http://www.easykado.com/ballon-de-football-mondo-coupe-du-monde-2014-modele-assorti.html (je me permet tu vires si tu veux).

  15. Flo

    Oui c'est une bonne idée sur le papier. 😉
    Mais 6 000 références fois 15 euros (et ce n'est pas cher payé) pour écrire de jolies descriptions, cela donne : 90 000 euros de contenu. :-S Chaud à faire passer ça... Même si je suis persuadé que l'on a fort à y gagner en SEO.
    En plus réécrire une fiche produit fabricant, je crois qu'il n'y a presque rien de plus ingrat pour un rédacteur, le pauvre... 🙁

  16. Sylvain Auteur de l’article

    @ Flo
    Je n'ai pas dit que c'était simple de faire du e-commerce 🙂
    En revanche, je crois sincèrement qu'une description de qualité peut très largement aider à la conversion.
    Après, il faut peut-être faire le tri et commencer par les produits à forte marge.

  17. Julien

    Problème récurrent... Personnellement la meilleur technique est de rédiger des textes différents pour CHAQUE place de marché, c’est un travail monstrueux. Et puis il faut avoir un fichier regroupant toutes les descriptions par fiche produit...

    Une solution plus simple, envoyer uniquement les 100 premiers mots de votre descriptif...

    Ou alors si vous utilisez un système comme Lengow vous pouvez paramétrer des règles automatiques pour modifier votre contenu avant publication sur les places de marché : Recherchez/Remplacez facilement des valeurs, Editez vos valeurs grâce à des règles automatiques, Editez les informations de vos produits, etc... ça vous permet en automatique de modifier vos descriptifs produits.

  18. Marie-Aude

    Perso, j'utilise les market place pour faire de l'affiliation. Je réécris donc sur mes blogs la totalité des descriptifs, et retravaille tout le SEO pour éviter le duplicate content. Mais j'ai remarqué à quel point la plupart des marchands ne travaillent pas cet aspect là : en plus de "générer du DC" ils sont souvent des descriptions répétitives d'un article à l'autre, incomplètes, avec du code html qui apparait dans le texte, voire même de l'anglais (pour un fabricant français).

  19. Marc

    Et il est où le lien sur biofan.com ? J'aurais bien aimé cliqué dessus pour voir la boutique surtout que tu nous proposes de la visiter 😀
    On ne veut pas partager sa popularité ? On ne pense pas aux internautes ? xD ^^

  20. Sylvain Auteur de l’article

    @ Marc
    Tu auras surement constaté que ce blog est sans doute celui qui a le plus de liens sortants si on compare à beaucoup d'autres. Je n'ai jamais été avare de ce côté là.
    En revanche, pour le bien de tout le monde, je limite aux liens de la même thématique que mes billets. C'est bon pour ceux qui reçoivent les liens et pour celui qui les fait...
    A lire : http://blog.axe-net.fr/liens-sortants-arretez-etre-egoiste/

    Et d'ailleurs, je l'ai déjà pratiqué pour moi, je suis persuadé que si de nombreuses personnes font une recherche sur Google avec le nom "Biofan" c'est un signal positif pour Véronique !

  21. Alex

    Encore un article très intéressant et des échanges en comments qui ouvre un vrai débat: au delà de la visibilité des marketplaces et de la question du DC on a abordé à plusieurs reprise la problématique de la rentabilité des ces plateformes. SI le CA généré peut effectivement être intéressant la rentabilité c'est souvent une autre histoire, surtout si vous faites du e-commerce, les niveaux de marges dégringolent très vite. Pour ma part j'ai tenté dans un premier temps de gonfler les prix histoire de sortir un minimum de rentabilité de ces canaux, étant sur un secteur d'activité où les marges sont serrées par nature. Mais le temps passé à gérer ces canaux pour ne récupérer au final que peu de ventes (du à des prix du coup moins intéressants que certains concurrents qui font la course au volume) m'ont amener à penser que ce n'était au final pas la bonne stratégie à adopter. La solution qui reste: tenter de profiter du volume générer par ces mastodontes du ecommerce pour renégocier tous les postes de coûts (expédition / fournisseur,...). Pour les comparateurs c'est quand même légèrement différent car au moins la vente se réalise sur notre site donc on peut l'envisager en terme de potentiel de réachat,...
    Pour ce qui est de la thématique SEO je pense effectivement qu'un texte spécifique marketplaces est le mieux, a minima utiliser une description light. Pour ma part j'utilise les accroches ou descriptions courtes des produits. Ca ne règle pas le problème de DC complètement mais au moins ça préserve la description longue...

  22. Matthieu

    Bonjour,

    Il m'est arrivé la même chose avec mon e-commerce.. sauf que je me suis fais pompé les textes de ma home par un de mes concurrents, et il les a mit sur la plus part des places de marché (ebay, amazon... ect)...

  23. Sylvain Auteur de l’article

    @ L'agence cinquante5
    Vous ne m'en voudrez pas j'espère, j'ai remplacé vos 3 liens, celui votre homepage et les 2 différents vers vos pages internes. On ne vous a jamais dit qu'il était idiot de spammer comme un bourrin un blog de référenceur ?

    Dites à Teddy Horlait (votre "spécialiste SEO") de réviser ses classiques.

    Bon sinon vous faites bien rire sur G+, et faire rire ce n'est pas si facile, alors bravo pour ça ! https://plus.google.com/u/0/+sylvainrichard/posts/JTxxFfDEpy6

  24. Alain Monfort

    Bonjour à tous,

    L'article est très intéressant, d'autant que j'y suis arrivé (comme quoi le référencement est bon) parce que je me trouve face à ce problème, en étant du coté de la market place. Le problème est réel, les solutions proposées sont intéressantes, même si elles sont complexes. Voici mon éclairage sur la question.

    BestInCard vend des cartes cadeaux, personnalisées, et dont le contenu est sélectionné par les internautes à partir d'un catalogue. Ce catalogue se base sur des partenaires qui reçoivent in fine les commandes et les traitent. Il s'agit donc d'une market place, du moins sur un plan technique.

    Maintenant, j'aborde le sujet sous le point de vue de la market place. Suivant le principe du "chacun son métier", le mien est de disposer de la logistique et de la plateforme permettant d'accéder au contenu, celui du marchand est de proposer son produit et de le livrer lorsqu'il est commandé. Dès lors, ce problème de duplication de contenu devient infernal, parce qu'il n'est ni dans mes attributions, ni dans mes compétences, de rédiger des descriptions sur les produits d'un marchand ou d'un producteur. Imaginez vous une Market Place rédiger les descriptions en lieu et place de ses partenaires ? Qui ferait ce travail ? Si vous vendez des produits bio pour animaux, souhaitez-vous réellement qu'une armée de personnes travaillant en offshore, parlant un français approximatif, se mettent à décrire vos produits sur Amazon, Ebay ou autres ? Imaginez-vous également la responsabilité juridique qui en découle, ces informations que vous ne cautionnez pas étant liées à un acte commercial qui vous engage ? Si je commande sur un Amazon un paquet de 20 kg de croquettes pour chien, je ne veux pas recevoir 2kg, ou des croquettes pour chat. Je ne peux faire confiance qu'au fournisseur.

    En conséquence, si le marchand ne veux pas se voir confronté au problème de référencement mais veux quand même profiter des Marketplace, il doit fournir des descriptifs spéciaux pour Marketplace, quitte à ce qu'elles se fassent concurrence, ce n'est plus le problème du marchand.

    Certes, je comprends bien le problème du marchand : faire deux fois les descriptifs, c'est fastidieux. Mais personne d'autre que lui n'est habilité à le faire.

  25. Sylvain Auteur de l’article

    Merci Alain pour cette vision de votre côté.
    Et je suis bien d'accord avec vous. Le problème est que les e-commerçants n'en n'ont souvent pas conscience.

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *