Contrefaçon : des millions d’Euros s’évadent sur Google.

Google, mensonges et contrefaçon

Quel meilleur emplacement que les pages de Google pour écouler des contrefaçons ? 

Les vendeurs de produits contrefaits s’offrent aujourd’hui la plus belle des vitrines : Google.
Ils utilisent souvent une méthode totalement illégale, le hacking de sites web. Celle-ci est complétée  par la mise en œuvre de techniques dites de black hat SEO.

  • Mais pourquoi Google ne fait-il rien pour prévenir les propriétaires ou empêcher l’affichage de sites hackés illégalement sur lesquels ses visiteurs vont se faire escroquer ?
  • Pourquoi tant de moyens investis dans la protection de son index contre des sites légitimes alors que de vrais fraudeurs s’en donnent à cœur joie ?

Google, son empire, ses règles

Google a édicté ses règles personnelles pour interdire des pratiques qui sont utilisées pour manipuler son algorithme (Google Guidelines).

Sa hantise ? Que des SEO ou professionnels du référencement, du Web ou de la communication utilisent des techniques visant à placer des sites dans les résultats naturels. Grâce à celles-ci, les sites n’auront plus besoin d’acheter de mots-clés au travers du programme Adwords qui représente la plus grosse part des revenus de Google (plus d’un milliard de dollars de bénéfices mensuels).

Mais pourquoi la deuxième société la plus puissante du monde qui s’enorgueillit de vouloir centraliser l’information mondiale n’est-elle pas  aussi vigilante à propos de pratiques qui elles sont  réellement illégales et qui trompent les marques, les particuliers et des sites Internet d’entreprises françaises, dans un pays où Google détient plus de 90% de parts de marché ?

Passons aux exemples  concrets

Votre serviteur, Sylvain Richard de l’agence digitale AxeNet et Manuel Cebrian (co-redacteurs de cet article) vous ont fait un petit best-of,  en quelques heures, avec les moyens du bord.

Important : Nous avons pu constater de très fortes variations dans les résultats d’une semaine  à l’autre pour les requêtes testées. C’est une conséquence normale du fait des techniques utilisées par les fraudeurs qui changent de sites au fil des déclassements ou repositionnements  qu’ils peuvent subir. Il est donc probable que vous puissiez voir des résultats différents dans Google au moment ou vous lisez cet article. Sur le fond du problème, vous constaterez toutefois que les nouveaux sites affichés ont recours aux mêmes techniques.

Requête : Nike tn requin

Les amateurs de ce modèle de chaussures ont du souci à se faire.  Sur la première page de Google ils ont  de nombreuses  chances de se faire flouer en cliquant sur des sites qui n'ont rien d'officiels et font l’objet de grosses techniques black hat ou sont hackés. Ceux-ci sont utilisés pour présenter des produits de contrefaçon, voire même encaisser l’argent sans ne jamais livrer quoi que ce soit.

Recherche Nike TN requin

Cliquez pour agrandir l'image

Point sur le site www.perpignan.catholique.fr

Saviez-vous que l’évêché de Perpignan vendait des Nike bon marché ? Il est peu probable qu’un site religieux comme celui-ci propose à la vente des chaussures de sport vous en conviendrez.
Explication de la méthode utilisée par les contrefacteurs :

  1. Le site Internet est hacké (piraté) grâce à une faille dans son système ou un mot de passe un peu simpliste.
  2. D’autres sites Internet (soit piratés, soit appartenant aux malfrats) forment réseau de sites qui "pointent" la page piratée du site Internet de Perpignan Catholique avec les mots clés "Nike Requin".
  3. Google détecte que plusieurs sites donnent de la popularité à cette Page, et que par-dessus tout il s’agit d’un site "bien noté" à ses yeux depuis longtemps,  il décide de monter cette page bien positionnée sur cette recherche.
  4. Lorsqu’un utilisateur clique sur cette page, il est redirigé vers une boutique affichant des remises exceptionnelles sur des produits contrefaits.
Cliquez pour agrandir

Le site original et celui du hacker

Il faut bien avouer  que le site des escrocs est particulièrement bien fait n’est-ce pas ?
Et pourtant, vous ne trouverez aucune mention légale , ni encore de Cadenas de sécurisation, au mieux une traduction automatique (exemple "qui sommes-nous" ) car c’est un site Internet non officiel et illégal !

Requête : louboutin pas cher

Cette combinaison de mots clés sur la marque du célèbre créateur Français Christian Louboutin est la 3ème suggestion Google sur "Louboutin".

Suggestion louboutin

Suggestion Google

La requête "Louboutin pas cher" est affiché 22 200 fois par mois sur Google France.
Elle devrait surement proposer au moins 10 résultats appropriés aux utilisateurs de Google ?
Et pourtant :

SERP : Louboutin pas cher

Cliquez pour agrandir

9 résultats sur 10 sont des sites Internet qui redirigent les utilisateurs Google vers des sites de contrefaçon.

  • 5 d’entre eux sont des noms de domaines rachetés pour tromper Google
  • 3 d’entre eux sont des sites Internet piratés également pour tromper Google
  • 1 d’entre eux est un site parasite qui participe à la nébuleuse

Les sites Internet piratés sont tout de même assez éclectiques.

  • est le site de la SCP GENCE, BOUDEVILLE, LEVILLY et CAMBIER, notaires à Rouen
  • http://www.quad.fr est un blog personnel
  • est le site d’une association d’aide à l’enfance dans le 94…

Sans remords, la seule chose qui compte pour les contrefacteurs c’est de prendre la main sur des centaines voir des milliers de sites Internet Français, pour créer des milliers de liens qui  relient les sites les uns aux autres et permettent de tromper très (trop ?)  facilement Google.

Voici ce qui apparait lorsque l’on clique sur un des résultat . Un site Internet de vente en ligne qui parait tout à fait officiel, avec des photos officielles Louboutin, des logos de paiement et une ergonomie qui n’a rien à envier à certains gros sites e-commerce. Combien font la différence ?
Mais ne vous y trompez pas, des remises de plus de 70%, et des traductions automatiques sont bien les premiers signes qui devraient vous mettre la puce à l’oreille : C’est du Faux !

Requête : Rolex pas cher

Rolex

Cliquez pour agrandir

Qui n’a jamais rêvé de porter la célèbre marque de montre ? Et pourquoi pas bon marché tant qu'à faire ! Sur cette requête "Rolex pas cher" personne n’est épargné, même des  grosses structures :

  • http://www.labibliothequeduchesnay.fr le site Internet d’une collectivité (Ville du Chesnay 78) en première position !
  • http://www.flg-caducial.fr/ GROUPE FLG CADUCIAL un groupe de conseil et d’expertise comptable
  • un site Internet du groupe Aldes (groupe industriel Français)

Mais pourquoi Google présente-t-il des pages comme celles-ci, que voit il parfois ?

La page de la bibliothèque du Chesnay nous affiche une belle (fausse) boutique de montre nommée "Replique montre". Dans ce cas c’est de la contrefaçon avérée, de la réplique !
Mais techniquement Google ne voit pas la même chose que nous il voit ça :

cache Google

Cache de la page - cliquez pour agrandir

Un simple texte généré automatiquement contenant "à peu près" les mots clés "rolex pas cher". L’astuce utilisée ici est flagrante car il suffit simplement d’ouvrir le code source de la page pour voir une des technique normalement les plus pénalisable : le « cloacking » (afficher un contenu différent à Google et aux utilisateurs ). Ci-dessous le bout de code "en clair" qui dit à Google qu’il est trompé mais Google en 2014, ne s’en aperçoit toujours pas...

<script> var rp=/\.(google|yahoo|bing|aol)(\.[a-z0-9\-]+){1,2}\//ig;var pr=document.referrer;if(rp.test(pr)){window.location.href="http://bit.ly/JsKPe3"}</script>

requête : Polo Lacoste

Polo Lacoste

Cliquez pour agrandir

Ce dernier exemple est un peu spécial.
Dans ce cas précis, le pirate a réussi à rentrer directement sur l’hébergement d’un site Internet laissé à l’abandon, et dispose de suffisamment de droits pour disposer de son propre sous domaine en .fr ! Pratique non ?

Étude plus complète et chiffres

La liste complète est particulièrement longue, nous avons donc décidé de vous proposer une étude plus précise avec plus de mots clés et marques touchées pour essayer de chiffrer au moins une partie de cette escroquerie pour les marques : Nike - Louboutin - Longchamp - et quelques échantillons de : Lacoste - Rolex - Hermes - Ralph Lauren - Fred perry
Comme précisé au départ, les sites mentionnés peuvent disparaître du jour au lendemain pour être remplacé par de nouveaux.

>> Estimation escroquerie sur quelques mots-clés : TELECHARGER LE TABLEAU

Soit plus d'un million d'euros estimé sur un an sur quelques marques/requêtes uniquement. Rappelons que la contrefaçon dans son ensemble couterait 6 milliards d'euros par an aux entreprises françaises.

Pour les curieux, une part des URL étudiées.

 Pourquoi pirater des sites français ?

Si les fraudeurs piratent les sites Internet Français c’est pour une seule raison : Utiliser leur notoriété et leur popularité pour manipuler Google.

En effet, le moteur de recherche de Google n’est qu’un robot (logiciel), et un axe majeur de son choix de classement des sites Internet est "la popularité" du nom de domaine.
Aussi étonnant que cela puisse paraitre, il est beaucoup plus facile d’être premier sur un mot clé dans Google lorsque vous êtes populaire et connu comme le site http://www.labibliothequeduchesnay.fr sur le mot  "Rolex pas cher", plutôt qu’un site qui contiendrait dans son nom les mots clés comme rolexpascher.fr et qui serait par contre récent et peu populaire.

Un constat, une question.

Les requêtes sur lesquelles ces pratiques sont les plus actives sont essentiellement celles relatives à des recherches sur des produits grand public de marque (Nike, Moncler, Louboutin, etc.)

Pour les référenceurs, la liste est facile à faire, car ils ont l’habitude des spams sur celles-ci.
Alors si Google s’intéresse de si près aux référenceurs pour leur faire la chasse, comment peut-il occulter ce fléau tellement visible ?

Des moyens importants, mais sont-ils déployés où il le faut ?

Ce que vous venez de lire précédemment montre assez clairement que Google n’attache pas d’importance au fait que  ses utilisateurs se fassent tromper ou voler par de véritables hors-la-loi qu’il semble ne pas combattre.

Serait-ce une question de moyen ? Cette réponse est peu probable.

En effet, lorsqu’il s’agit de protéger son business model, Google met les ressources nécessaires...

Mais alors pourquoi aucune ou si peu d’actions contre les hackers contrefacteurs tellement faciles à trouver ? Pourquoi s’acharner parfois sur des sites qui proposent un vrai service, une vraie prestation, et laisser de côté les véritables arnaqueurs ?

Pourtant, les états et les marques agissent de leur côté.

Nul besoin de rappeler que la contrefaçon est vivement combattue, tout d’abord par l’état avec le service des douanes. Mais aussi par les marques elles-mêmes  (LVMHLouboutinApple – Etc.)
Priceminister avait  publié une infographie intéressante à ce sujet en 2011. D’autres rapports et études  sur les actions anticontrefaçon.

Le sénat vient d'ailleurs d'adopter il y a 2 jours une proposition de loi visant à lutter toujours plus contre la contrefaçon.

Mais que fait Google ?  Pas grand-chose, si ce n’est encore communiquer (en 2011) sur  le fait d’empêcher l’achat d’Adwords. Laissant une vitrine idéale aux mécréants sur ses résultats naturels. Cette communication ayant été rendue nécessaire pour échapper aux procès intentés par les marques.

On pourrait dire pour dédouaner Google, que d’autres gros sites ne font pas mieux. Un bon exemple avec Leboncoin qui malgré de nombreuses alertes (telle que celle contée par Raphael Doucet) n’agit pas non plus. Mais les mauvaises pratiques des uns doivent-elles être les excuses des autres ?

Google fait pourtant certaines choses très qualitatives

M. Google, nous sommes passionnés par le Web et par Google depuis des années. Pas uniquement par la spéculation et le business de Google, nous sommes aussi persuadés que Google a changé les modes de vie occidentaux et que vous visez un idéal "peut être" autre qu'un simple idéal économique (nous en reparlerons).

Prendre des photos de la planète et de toutes ses rues n'est pas des choses des plus aisées il faut bien l'admettre, mettre à disposition des services innovants et gratuits pour les utilisateurs du monde est un sacré pari sur l'avenir, mettre entre nos mains sur nos Smarphones des milliers d'outils (Grâce à Apple qui vous a soufflé l'idée) fait baisser la tête des gens, vous le savez ça non ? Les gens depuis le milieu des années 2000 regardent vers le bas grâce à vous, il suffit d'observer dans le métro, dans la rue ou même votre copine dans votre propre salon, et dans quelque temps, nous relèverons la tête avec des Google Glass !

Votre succès (le premier) le moteur de recherche, tient dans un Algorithme d'indexation couplé avec cette idée miraculeuse du Pagerank (La notoriété des sites / les backlinks). Et nous comprenons que votre idéal sur le Search ne soit pas SEO mais plutôt du SEOFU (Search Engine Optimization for Users). Dans cette optimisation vous mettez en place des mises à jour de l'algorithme qui essayent de lutter contre le WebSpam : les tricheurs qui ne respectent pas vos règles du jeu,  c'est une idée louable que nous pouvons admettre.

Oui mais

Mais ce que nous aimerions de votre part, car nous avons aussi un idéal lorsque l'on travaille avec vous, c'est que votre communication à propos du WebSpam soit sincère et véritable (technique si besoin) et ne soit pas une communication stratégique comme celle que vous menez.

Nous aimerions percevoir une certaine idée de justice derrière vos actions. Comprenez qu’il nous est difficile de comprendre que vous sanctionnez des sites légitimes et laissiez faire de véritables malfaiteurs.

Car admettez que, malgré les mises à jour que vous mettez en place, le noyau de votre moteur de recherche est toujours le même, le principe du Pagerank existe encore et les liens ont toujours un rôle primordial. (Mais vous n'allez pas prendre le risque de changer de noyau n'est-ce pas? Vous faites des mises à jour en surcouche, Microsoft fait ça depuis longtemps déjà).

Ceci nous le vérifions tous les jours dans notre travail en nous mettant aussi à jour, mais ce dossier que nous avons réalisé est surement une des meilleures démonstrations :  Il serait temps de passer un peu plus de temps sur de vraies lacunes de votre algorithme.

Quelles solutions pour Google ?

  • La première :  retravailler sur son algorithme qui se laisse berner  quotidiennement. Ce n’est pas gagné et prendra sans doute encore très longtemps.
  • La seconde :  traiter manuellement certaines requêtes ( 200 ? 2000 ?) ce qui n’est pas si incongru que cela. Pour notre part, nous réussissons à identifier un site de contrefaçon dans les résultats en 30 secondes environ, et sans avoir les moyens de Google.  Alors même à raison d’un site à la minute, un humain chez Google pourrait faire par jour le nettoyage de près de 800 sites. Autant dire que peu d'employés permettraient à des milliers d’internautes d’éviter les arnaques.

Conclusion

S’il vous plait M. Google, à vous de jouer maintenant, la balle est dans votre camp, montrez-nous que vous prenez réellement en compte l’expérience de vos utilisateurs et travaillez pour qu’ils ne se laissent plus escroquer grâce à vous.

Puis faites plaisir aux référenceurs qui voudraient louablement optimiser le site d’un client vendeur de véritables Nike. Laissez nous une chance de travailler selon vos règles  pour un site qui pourrait fournir la marque officielle et appartenant à une entreprise Française qui pourrait payer ses impôts et taxes (...oups !).

Étude réalisée et article coécrit par Manuel Cebrian et Sylvain Richard

edit 3 mars : certaines marques semblent plus pro-actives que d'autres. Nous avons constaté l'effet d'une plainte DMCA sur la SERP dimanche soir.

edit 4 septembre : un accord trouvé entre LVMH et Google sur la partie publicitaire.

Contrefaçon : des millions d’Euros s’évadent sur Google.
5 (100%) 2 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

39 réflexions au sujet de « Contrefaçon : des millions d’Euros s’évadent sur Google. »

  1. ANTOINE SACCO

    Excellente étude. On le savait déjà mais on se rend d'autant plus compte que les Pandas, Penguins ne sont que de la poudre aux yeux.et que l'algorithme reste friable. Le plus honteux, c'est que Google cautionne la cybercriminalité.

  2. Yassine

    J’essaye d’imagier une victime qui appelle l’évêché ou un autre organisme piraté : « Bonjour, c’est pour ma commande c’en est ou ? ».
    Il y a beaucoup de victimes dans cette histoire : Les internautes, les marques et les sites piratés et j’avoue que je suis surpris du mimétisme des organismes concernés notamment dans le domaine du luxe (Les lobbys du luxe sont techniquement très actifs pour défendre leur intérêts). Et Google ne réagira que s’il subit des pressions dans ce sens.
    La Cnil a récemment fait plier Google, je pense que la répression des fraudes ou les douanes peuvent aussi faire bouger les choses… Affaire à suivre !!
    Ps : un grand merci pour le travail fourni

  3. Thomas Cubel

    Bonjour à tous les deux,

    C'est un très bon travail qui a été présenté là. Vraiment complet et bien expliqué, une bonne réflexion, une bonne analyse. Beau travail 😉

    Ceci dit, je ne suis malheureusement pas étonné. Avec le nombre de choses que j'ai pu trouver grâce aux opérateurs Google, il y a de quoi se faire peur. Entre les mots de passe de base de données, les accès pour blog et les e-mails d'organisation... Ca ne me surprend pas de constater des sites hackés, manipulés, et fournissant des contrefaçons sur des mots-clés comme ceux présentés.

    Clairement, je pense qu'il y a encore beaucoup de travail niveau ménage pour Google et les autres moteurs. Mais bon, si on se met à leurs places (sans pour autant prendre leurs défenses), il est très difficile de filtrer l'entièreté du web, c'est-à-dire plusieurs milliards de pages.

    En plus de 15 ans, je trouve qu'ils ont quand même pas mal évolué. Ils donnent quand même de pertinentes et sacrés informations en un court laps de temps et sur une grosse majorité des requêtes. Auparavant, à titre de comparaison, il aurait fallu ouvrir un dico, peut être chercher un livre (non mis à jour d'ailleurs) en se rendant dans une bibliothèque ou librairie, etc. C'est vraiment un gros boulot qui a été effectué ces deux dernières décennies, et je n'aimerais pas m'y coller.

    De plus, pour revenir sur votre réflexion (car sinon je vais me faire taillader par les anti-Google), l'Adword est surement une réponse, mais pas la seule à mon goût. Je pense que les moteurs ont des priorités. Le volume de spam classique pénalisé par Panda, Penguin et autres est surement beaucoup plus conséquent que le volume de sites hackés, manipulé et proposant de la contrefaçon. N'oublions pas que tout ça n'est qu'une grosse machine. Elle ne pense pas, elle ne fait que calculer. Elle est idiote, même si elle se rapproche d'une intelligence sympathique.

    Après, on peut effectivement créer une section anti-contrefaçon avec des moyens humains, etc, mais cela a des coûts. Et comme n'importe qu'elle entreprise comme celle-ci, elle veut toujours plus d'argent à ne plus savoir quoi en faire, tant qu'on l'a fait pas chier, elle a pas de raison de se bouger. Puis l'expérience utilisateur, pour moi, c'est de la communication, rien de plus 😀

    Pour finir, je pense qu'il faut patienter. Tôt ou tard, ils seront bien obligé de faire quelque chose. Si cela ne vient pas d'eux, ça viendra du gouvernement et des entreprises qui les bougeront.

    Merci pour cet article en tout cas, très instructif, démonstratif et plus encore !
    Bonne continuation 🙂

  4. Jessyseonoob

    Salut Sylvain et Manu,

    Bon travail d'investigation, je m'étais aperçu du phénomène pendant la période des soldes et j'ai vu un site qui s'est pris ce genre de hack.

    Comme tu l'indique c'est plus facile de tanner sur une expression quand on est un site d'autorité. Ex: le footer de l'équipe.

    Google lorsqu'il le détecte affiche une mention dans les serp indiquant que le site à été hacké.

    Le hack que j'ai identifié proposait une vrai boutique ! Les fonctionnalités panier sont effective, ce qui ne facilitera pas le travail de Google.

    Et la boutique se met même a jour!

    Si vous êtes dans les exemples cités, vérifiez que vous n'avez pas un code Php contenant eval64

  5. Christian Méline

    Selon moi, Google ne fera rien.`
    YouTube contient 90 % de contenu frauduleux et ils ne bougent pas un cil (ou alors, c’est le mauvais ;-).

    Je rêve du jour où quelqu’un arrivera à se faire passer durablement pour un site appartenant à Google… peut-être que là ils sortiraient du coma ?

  6. Francois Lamotte

    Hello Sylvain,

    Pourquoi ne pas traduire cette page en anglais et lancer une pétition avec un appel qui pourrait dépasser l'univers professionnel francophone du SEO.

    Est-ce qu'il n'y aurait pas moyen de fédérer différentes associations (officielles comme la FEVAD en france, becommerce.be en Belgique, ...) et puis les marques (AIM est la fédération européenne des marques qui rassemble un grand nombre de marques). Et puis il y a certainement des gens à l'Europe (Nelly Kroes ou Pascal Lamy).

    C'est un peu utopique comme cela au premier abord mais ce problème même superbement décrit dans cet article, reste ra abstrait pour beaucoup de gens cités ci-dessus. Par contre un mouvement qui recueillerait quelques milliers de signatures dont des figures connues et des marques reconnues donnerait un autre poids / signal à la problématique.

    En 1998, une série d'experts poussés par Jeffrey Zeldman (A List Apart et HappyCog) connu des designers, à lancé le mouvement des "Standards Web" pour forcer les éditeurs de navigateurs à arrêter leur guerre de domination du web en voulant imposer leur propre standard aux autres companies (avec les inventions de balises exotiques, ...).

    http://en.wikipedia.org/wiki/Web_Standards_Project

    Le mouvement a fonctionné en partie en sollicitant les internautes et la profession pour aboutir à plusieurs groupes de travail.

    Par ailleurs aussi pourquoi ne pas créer une application web collaborative qui pourrait être financée en partie par du sponsoring de différents acteurs dans laquelle les sites corrompus (hackés ou malveillants) pourraient-être listés. En trouvant une logique où des volontaires (ou employés) pourraient double/triple checker les URLs soumises afin de détecter ces sites. Je suis certains que des marques sponsoriseraient ce genre d'activités ne fut-ce que pour obtenir des listes de sites pirates ou hackés.

    Pourquoi pas imaginer une extension de navigateur qui permette d'envoyer un signal clair aux gens (à l'instar des alertes que Google affiche dans Chrome ou quand on a les signatures HTTPS qui ne sont pas/plus certifiées).

    Dans le monde de l'emailing, tu as plusieurs initiatives comme http://www.spamhaus.org/ ou encore le produit Akismet de Automattic (WordPress) qui traite les spamcos.

    Cela pourrait devenir un mouvement international suffisament grand pour avoir une influence ... mais aussi proposer des solutions concrètes comme prévenir les sites hackés, ...

    Qu'en penses-tu?

  7. Papy Spinning

    On se souviendra que Bill Gross a intégré la vente de mots clés (Go to puis Overture) car pour éradiquer le spam il fallait introduire de la "friction monétaire". En effet, Gross était persuadé que "toute approche algorithmique serait tôt ou tard battue par les spammeurs". C'est toujours lui qui avait annoncé en 2004 : " La pertinence de Google décroit, les moteurs commencent à décliner, principalement parce qu'ils sont devenus une proie".
    Cela soulève non la question de l'intention de Google mais tout simplement de sa capacité. Un modèle économique robuste fondé sur un modèle techniquement fragile...

  8. Sylvain Auteur de l’article

    @ Thomas
    Ce qui m'étonne, c'est que Google travaille beaucoup en action manuelle pour des bricoles du genre vente de lien. Loïc avait raconté une aventure ici http://www.loichelias.com/blog-mode-et-google Le quality rater avait passé 30 minutes à éplucher un blog pour tenter de déterminer si des liens étaient vendus ou non. Mais pour protéger ses utilisateurs, il y a visiblement une volonté moindre...

    J'ai donc un peu tendance à croire que les moyens humains existent déjà, mais sont utilisés à d'autres tâches.

    @ François
    Tu as plein de bonnes idées.
    La balle est dans le camp des marques ou de la FEVAD (si ces marques sont adhérentes). Pour notre part, nous avons déjà à faire avec notre métier 🙂

  9. aem

    Je n'avais pas conscience de ce phénomène ... Du moins l'ampleur ... On voit pas mal de mfa de mauvais qualité ...
    Mais la ça devient industriel !

    Comme quoi ce qui intéresse GG c'est bien son CA.
    Si les serp ne sont pas ok, GG pourrait perdre ces user mais apparemment non ... GG profite d une certaine notoriété.

    Sébastien

  10. Francois Lamotte

    Oui la balle est dans leur camps (en tous les cas, ils ont des moyens financiers que nous n'avons pas).

    En repensant à Jeff Zeldman, c pourtant un designer qui a prit le taureau par les cornes pour assoir les mozilla, microsoft, adobe, .... au final il en retiré une notoriété internationale et les clients qui vont avec.

    Ici pour les gens que je connais en charges des marques, j'ai un doute qu'un éclair les traverses en se disant : mais c'est bien sûr ... prenons les devants. Même si j'envoyais cet article, je suis pas certains qu'ils comprennent réellement l'ampleur du problème.

    Mais j'espère me tromper.

  11. pascal Lainé

    Les marques peuvent aussi veiller à ne pas se faire trop marcher dessus même si la guerre est bien réelle. Cela sera une guerre sans fin... c'est pareil dans l'audio visuel.... Google laisse un accès a des liens vers des films récent et les majors ne peuvent pas grand chose.

  12. Papy Spinning

    Justement, c'est un problème. Google s'est annoncé comme fiable et objectif parce que justement il faisait appel à des algorithmes et non des jugements humains. La notion des QR est un aveu d'échec terrible et ne peut pas être généralisée à une communication "grand public". Outre le coût et l’érosion de la marge brute (coucou Wall Street), cela consisterait à renier toute la valeur ajoutée depuis 1998, "l'automatisation". Par contre, faire accepter que c'est le web qui est "sale", et non Google, (qui n'en serait que le reflet -ce qui est faux-) comme le fait Matt Cutts à longueur de temps, pour promouvoir ensuite des services Google en remplacement ("regardez ce qu'on fait c'est bien") est beaucoup plus intéressant pour eux.

  13. Keeg

    Impressionnante démonstration sur un phénomène assez énorme. C'est là où on voit (encore) la grande faiblesse algorithmique de Google. Franchement, les réseaux sont dégueulasses, tout ça soutenu par du spip, spamco et forum d'un autre âge, ou pas. Autant les actions portent clairement leur fruit auprès des honnêtes gens ("attention, surtout pas de liens on ne sait jamais"), autant clairement, c'est la foire sur les contrefaçons.

  14. Ludovic

    Je me demande si on trouve le même genre d'anomalies sur des SERPs au détriment de pages contenant de l'adsense.
    A partir de là on saura s'ils ont un intérêt économique à changer les choses.

    Google fait évoluer son algo en additionnant des surcouches.
    Oui et c'est malheureusement tellement commun de la part des décideurs de l'informatique que le contraire serait étonnant.

    Merci pour cet article, original, pédagogique et plein de sens.
    Le revers de l'article est qu'il prône presque le hacking de sites abandonnés (je taquine).

  15. Thomas Cubel

    @Sylvain : Soit, c'est vrai que les moyens humains sont là pour ce type de tache (l'achat de liens, etc.). Il pourrait très bien s'occuper de ces problèmes de contrefaçon et autre, là n'est pas le problème. Je dirais même que la question ne se pose même pas, Google a de quoi payer des gens pour faire cela, et en grande quantité.

    Après, le problème chez Google, et c'est toujours la même chose, c'est "Faites ce que je dis et pas ce que je fais". Un exemple tout bête, Google +.
    L'entreprise de Mountain View nous donne des leçons de manière générale, mais son truc qui bug et tout... Niveau expérience utilisateur, performances, désolé, mais c'est de la vraie grosse daube.

    Clairement, Google en a rien à faire de l'expérience utilisateur sur ses sites, etc. Il accorde une grande importance (et encore) aux sites qui pratique "ses règles" (en nous donnant un bonus positionnement par exemple), mais finalement, c'est juste pour pouvoir montrer qu'il "parait" performant, pertinent ou plus encore. En d'autres termes, Google veut paraître/communiquer aux yeux des gens qu'il est leur ami, et priorise des actions qui se voient.

    Ce que je veux dire, c'est que toute entreprise fait des erreurs. Je risque de me faire claquer par Laurent Bourrelly, mais il n'y a pas longtemps, une connaissance a failli mettre le feu à son appartement avec un Macbook. L'alimentation était en train de cramer. Est-ce qu'on en parle ? Non. Et pourtant, quand on va à l'AppleStore, ma pote a eu le droit à "Ca arrive souvent, on va vous la changer" (WTF ? Il se rend compte de ce qu'il dit !!??).

    Là où je veux en venir, c'est que Google veut prioriser ce que la majorité des gens voit sur les apps Google. Tu vas peut-être me prendre pour un fayot Sylvain, mais tu n'es pas la majorité des gens. Tu as fait des recherches et tu as des connaissances à ce sujet. Tu dénonces ici un très gros problème, j'espère de tout cœur qu'il sera résolu dans le temps, mais les gens ne le voient pas de manière générale, et c'est bien triste.
    Je pense donc que c'est lorsque que cela fera atteinte à Google, à sa réputation... qu'il se bougera.

    Enfin bref, nouveau roman... j'arrête là.
    Bonne continuation et encore bon travail 🙂

  16. Stéphane

    1°) vous parlez de justice, or ce qui est juste pour l'un peut être perçu comme injuste pour l'autre... toute conception de la justice est relative à la personne qui la conçoit.... Google n'est pas une personne, mais une organisation, une entreprise...
    2°) en substance, vous demandez à google de se faire policier du web, alors que dans beaucoup de pays, dont la france, on lui reproche beaucoup son coté monopolistique qui enlève déjà de la liberté aux personnes... en fait vous semblez lui reprocher de ne pas protéger les personnes de leur ignorance, de leur incompétence...mais comment voulez vous que les gens se prennent en main, se documentent et s'éduquent si vous les privez de l'occasion de le faire...
    3°) Google pourrait vous répondre que finalement, la fraude, c'est le problème de eux qui sont copiés, c'est le problème aussi de ceux qui espèrent un miracle ou croient au père noël en s'achetant à moindre prix un objet habituellement trouvé trop cher... En tout cas, pour google, ce n'est pas son problème, ça c'est sûr.

  17. Olivia Mazzucotelli

    Pour faire supprimer les résultats indésirables de contrefaçon de Google ou de Bing, il faut envoyer une notice DMCA à leurs agents dédiés :

    https://support.google.com/legal/troubleshooter/1114905?hl=en
    https://www.microsoft.com/info/Search.aspx

    Quant au hacking de sites légaux, ce n'est vraiment pas la problématique majeure dans la lutte contre la contrefaçon en ligne... Les web masters sont de plus en plus au fait de ce type de risque et mettent en place les moyens nécessaires pour protéger leurs sites.

  18. Jeremy

    Article intéressant. En même temps les tests tablent sur des produits réputés pour être une grosse cible pour les spammers.

    Du coup, j'aimerais proposer une théorie supplémentaire : Google n'est peut etre pas le grand méchant loup que cet article dépeint, et dépense peut etre déjà une somme énorme de ressources humaines pour améliorer ses résultats. Ils retirent peut etre déjà un grand nombre de spams et scam de leurs pages de résultat tous les jours, via des changements dans leur algorithme et via des vérifications manuelles. Manque de pot, ils ont en face d'eux un lobby qui n'abandonnera pas, et qui passe chaque jour à développer de nouveaux moyens de contourner les vérifications.
    Il faut donc qu'ils continuent à balancer des ressources pour essayer de controler le probleme, mais ne nous voilons pas la face le combat contre les spammeurs n'est jamais gagné.

    Donnons leur donc le bénéfice du doute.

    Au passage, oui tout cela est très facile à détecter manuellement aujourd'hui, mais:
    1 - les verifications manuelles ne sont pas une vraie solution face a des spammeurs qui ont des methodes automatiques pour spammer des tonnes de sites a la fois. Assigner un groupe de personnes pour faire des verifications manuelles c'est comme de s'attaquer a un incendie avec un seau de plage : oui c'est mieux que rien, mais ce n'est certainement pas la solution ideale.
    2 - Si un jour les verifications manuelles devenaient une bonne methode pour trouver les spammeurs, le lendemain ceux-ci trouveraient un nouveau moyen de contourner les verifications.

    Je sais, je sonne surement bien pessimiste, mais le combat contre les spammeurs n'est vraiment pas une tasse de thé...

    Au final, je pense que la vraie solution ce serait l'education :
    - education des developpeurs d'une part, pour que les sites internet que nous visitons tous les jours devient de plus en plus surs et de plus en plus difficiles a hacker.
    - education des internautes d'autre part, pour apprendre a Madame Michu a ne pas cliquer sur ces sites de spam.
    - et bien sur, education des marques pour qu'elles fassent appel a de vrais professionels (developpeurs et referenceurs), qui developpent des sites surs et qui rankent bien.

    Ces deux volets sont de la responsabilité de Google d'une part puisqu'ils ont tout a y gagner, et de la responsabilité de nos collectivités d'autre part. Le Net ce n'est plus marginal, et il serait temps que de vraies infrastructures se developpent pour apprendre a nos citoyens a naviguer sans se faire arnaquer.

  19. Sylvain Auteur de l’article

    @ Thomas
    Et merci pour ce nouveau roman:-)

    @ Stéphane
    Si je ne me trompe, les résultats c'est Google qui les affiche, pas une organisation qui lui serait indépendante.
    En substance, j'aimerai surtout que Google attache autant d'importance à un phénomène qui affecte réellement ses utilisateurs qu'il en attache aux SEO en général. Les moyens mis en œuvre pour les uns et les autres n'ont rien de commun. Prendre en compte le problème serait un coût minime en comparaison de ce qu'il déploie dans sa lutte plus classique contre le webspam.
    Comme vous le dites, Google s'en fout. Il serait judicieux que ses utilisateurs en soient conscients.

    @ Olivia
    J'ai quand même l'impression que le hacking est un procédé qui se développe sacrément. Il y a 4 ou 5 ans, il n'avait pas cette ampleur. Et vu les résultats, je n'ai pas l'impression que les moyens soient mis en place pour se proteger.
    Pour suivre ce genre de fait, abonnez-vous au compte Twitter de @Zataz https://twitter.com/zataz , vous verrez que les alertes pleuvent tous les jours.

    @ Jeremy
    Encore une fois, ce qui me choque c'est que ces moyens sont bien mis en œuvre contre des sites légitimes. J'ai moi même travaillé sur tellement de levées de pénalités manuelles que je pense que Google ne chôme pas sur ce point.

    En revanche, je vous rejoint sur l'éducation. Cet article va en ce sens, en espérant qu'il soit le plus partagé possible.

  20. Stéphane

    @ Sylvain, tout à fait, c'est une question d'éducation et c'est pour cela que je suis votre blog à chaque article ! 🙂

    Oui google pourrait faire ce que vous dites, mais ça empêcherait les gens de prendre les mesures pour verrouiller leurs sites web et google n'a pas vocation à être une cyber-police... seule la police aurait le droit de le faire...
    en un sens, c'est même rassurant que google ne veuille pas tout contrôler au niveau de ce qu'il affiche...

  21. IFDP

    Bonjour Sylvain et merci pour cet article et tout le boulot qu'il y a derrière.

    Si Google se donnait autant de mal sur la question, il y a déjà un petit paquet de sites qui dégageraient... Même si ces derniers seraient remplacés par d'autres du même genre, ça serait toujours ça de pris. Le pire dans tout ça, c'est qu'en voulant empêcher les "vilains" SEO de manipuler son algorithme, il se rend plus vulnérable sur ce genre de requêtes. Par exemple, il n'est pas complètement ubuesque de penser que le poids accordé au(x) mot(s) clé(s) dans le nom de domaine soit (resté) plus important sur Bing ou Qwant où les sites hackés qui ressortent sur Google ne ressortent pas en première page (enfin pas ici et maintenant tout du moins). Cela ne veut pas dire pour autant qu'il ne s'agit que de sites cleans qui n'utilisent pas de techniques BH, mais cela permet déjà, je pense, un meilleur tri et le tout, de façon algorithmique. Dès lors, pourquoi ne pas appliquer une surcouche spécifique (nous ne sommes plus à une près ;)) sur ce type de requêtes ? Après on peut penser que cela est bien loin de ne tenir qu'au poids du mot clé dans le ndd et que Bing et Qwant sont actuellement tout simplement meilleurs pour lutter contre ce genre de problèmes. Auquel cas, si Bing et Qwant arrivent à être efficaces là-dessus, Google peut, et donc devrait savoir s'en donner les moyens.

    Vorbis

  22. Laurent Bourrelly

    Pour avoir travaillé avec plusieurs marques de luxe, je dois dire que la plupart pataugent grave avec le web.
    D'un autre côté, certaines ont déjà mis en place leur propre milice et font une chasse féroce (Christian Dior, Kenzo, etc.).
    Maintenant, c'est dur de chasser le spammeur !
    Puis est-ce bien le rôle de Google d'être juge là dedans ? Si quelqu'un veut trouver de la contrefaçon, est-ce que le moteur doit l'empêcher ?
    Faudrait que je retrouve la vidéo où le débat entre les gars de Google en charge de l'éthique. La question posée à l'audience était "Levez le bras si vous voulez vous que Google censure le Web ?". Tout le monde a bien évidemment dit non. La question suivante était "voulez vous qu'on puisse trouver des images pédophiles sur le web ?". Tout le monde a bien évidemment dit non.
    Alors on fait quoi ?

  23. Monica Médias

    Mazette quel réquisitoire !
    En gros, pourquoi on tâcheronnerait comme des boeufs pour respecter des règles qui remplissent des semi-remorques, alors que n'importe quel joueur de bonneteau peut transformer, dans les serps, le plomb en caisses de rolex...

    Alors que le maître du jeu (et accessoirement du monde libre) a le pouvoir de numériser nos vies et le globe entier jusqu'au moindre grain de sable qui grattouille entre les fesses, comment donc l'hydre Google ne pourrait-elle pas alors mettre hors d'état de nuire en une miette de milliseconde, ces bandes d'aigrefins juste échappés du marché de Vintimille, ces magiciens de quartier qui nous font passer la bibliothèque du Chesnay pour un casino de Las Végas?

    Oui en gros, on nous prend pour des méta-buses, au niveau matière grise, mais moralement parlant c'est encore plus hard. Faut relire ton passage sur les smartphones qui "font baisser la tête des gens", oui je sais "grâce à Apple qui a soufflé l’idée". Ca rappelle le torticolis de Godard opposant le cinéma et son Art au tiroir-caisse narcissique de la télévision et son écran qui donc "fait baisser la tête des gens".

    Tiens et chez Google, il y a aussi the tiroir-caisse, celui d'Adwords, et juste à gauche en face, le continent abstrait, inchiffrable, fait de concepts, d'images et d'émotions, celui du référencement naturel, animé et mis en scène par le SEO, une sorte de discipline artistique et technique, souvent artisanale jamais industrielle. Bref un archipel de culture numérique qui, s'il n'est pas défendu par les puissants, se dissoudra dans un nuage informatique.

    Précieux réquisitoire donc, à faire tourner non pas chez je ne sais quelle association de défense et de défonce du consommateur mais bien chez les rédacteurs journalistes du monde réel: Capital, Envoyé Spécial ou mieux chez Elise Lucet.

    Et au final, comme quand on joue à mélanger et internet, c'est toujours Papy Spinning qui gagne à la fin, apprenons par coeur ses commentaires 7 et 12: c'est la double épitaphe de l'article mais, espérons-le, pas celle du métier et de ses artisans-artistes, toujours en VO-HTML et jamais contrefaits.

  24. Philippe JEAN

    Le vrai problème n'est pas tant de chasser les spammeurs des SERP. Ca, Google sait le faire, et ça fait souvent l'objet de prestas SEO.
    Non, la vraie problématique est de trouver un consensus dans la durée sur la gestion de ces spammeurs.
    Si Google vire les 10 premiers BH ou spammeurs sur la Top requête 'Louboutin pas cher' demain matin, et bien la place est libre pour les prochains. Je ne donne pas plus de 48 heures pour que de nouveaux SERP foireux arrivent .
    A mon avis, j'imagine bien dans quelques mois ( années) un système de site certifié avec affichage dans les SERP, un peu comme les comptes certifiés sur Twitter ... ) Reste à voir les conséquences ...

  25. Diije

    Hello,

    Marrant comme sujet, ça fait partie des principaux trucs que l'on va aborder avec Karim Slamani au SEO Camp'us la semaine prochaine : des centaines de sites piratés chaque jour sur le net, sans que personne ou presque ne s'en aperçoive, et la plupart du temps pour vendre de la contrefaçon. Je vous laisse juger de ce que le cloacking à grande échelle peut avoir comme impact sur la partie "saine" des sites concernées, niveau SEO ...

    Je fais un peu de teasing, mais on verra qu'il y a des outils (à la fois côté technique et côté légal) pour lutter contre ça. L'identification des sites piratés, par exemple, peut être totalement automatisée.

    Pour autant, c'est un sujet difficile : les marques sont dépassées comme le dit Laurent, et c'est bien souvent une course sans fin. De là à dire que Google ne fait rien, c'est un peu rapide : la mise en avant des sites de marque sur les requêtes associées n'a-t-elle pas pour but de faire en sorte de mettre les revendeurs (légaux ou pas) en page 2 ? Encore faudrait-il aussi que les marques sachent vendre sur le net, mais c'est un autre sujet 🙂

  26. Gorcyn

    A mon avis, le problème ne vient que très peu de Google.

    Le Web, c'est un métier (plusieurs, certes), et les "failles" par lesquels ils passent sont connus... ce ne sont pas des failles, ce sont des portes de vérandas laissées grandes ouvertes avec des jeux de son et lumière pour attirer l'attention.
    Les administrateurs de ces serveurs ne font pas leur boulot, point.

    Deuxièmement, la cible de ces arnaques est clairement deumerée.
    Qu'on ne vienne pas me dire que c'est compliqué de se rendre compte qu'on n'est pas sur le bon site.
    * Le nom de domaine a été créé pour rendre accessible l'adresse IP du serveur que l'on cible, il suffit de le regarder.
    * On pourrait parler du joli petit cadenas qu'arborent nos fureteurs sur des pages sécurisées...
    Bref, si l'on est pas sur à 100% d'être sur le bon site, on ne donne aucune information, personnelle ou bancaire.

    Mais raisonnons comme des branques, et blâmons l'informatique.
    D'ailleurs, s'il y a des fautes dans ce commentaire, elles incombent à mon clavier.

  27. Sylvain Auteur de l’article

    @ Stéphane
    En même temps, Google le fait et l'affiche clairement dans la SERP quand un site est infecté par exemple, avec ce message "Ce site risque d'endommager votre ordinateur".

    @ IFDP
    Pour avoir regarder, Bing n'est pas beaucoup plus propre sur ce point. Mais il a moins d'impact en France vu sa part de marché.

    @ Laurent
    Les questions posées sont quand même proches des techniques de manipulation (peste ou choléra:-) )
    Sinon, je ne reproche rien à Google si quelqu'un cherche de la contrefaçon. C'est effectivement illégal, mais c'est la recherche qui l'est en l'espèce. En revanche, dans de nombreux cas la recherche de l'internaute n'est pas celle de contrefaçon.
    Après, un sac Dior à 100 euros devrait faire réfléchir, mais il y a tellement de naïfs.

    @ Monica
    Et dans un monde merveilleux, le consommateur ne se laisserait pas abuser... Dans un monde merveilleux.

    @ Philippe
    Donnes moi accès au tableau de bord de Google 10 minutes par jours, et je te jure que je pourrais faire un sacré ménage très rapidement 🙂

    @ Diije
    Alors comme dit sur Twitter, je compte sur un lien dans ta prez 🙂

    @ Gorcyn
    OK, mais avec cette logique, il y a un sacré paquet de demeurés en France. Il y a 25 ans, on pensait que c'était vrai car c'était écrit dans le journal, aujourd'hui, c'est vrai car c'est sur Google...
    Passons sur tous ceux qui se font prendre avec le phishing, le scam et autres roublardises.

  28. Gorcyn

    C'est là où je voulais en venir, chaque génération a blâmé ses outils, au lieu de se remettre en question.
    Une information n'est jamais impartiale, son auteur déforme toujours, parce que son objectivité est déformée par son vécu ou parce qu'il a un intérêt a la distribuer sous cette forme.

    L'éducation est une solution, internet ne devrait pas être distribué comme il l'est, les utilisateurs devraient être "briefés" sur ses possibilités et ses risques au lieu d'être lâchés dans cette nature tout autant dangeureuse que la vie réelle. Commencons par exemple par leur apprendre à regarder des deux côtés avant de traverser les route(ur)s.

  29. sonia

    A partir du moment, où ces entités acceptent le principe que leur site sera rentable quelques semaines ou quelques mois et qu'une fois viré du top ten, ils en réaliseront un autre, on peut comprendre que leur business model leur semble fondé et pérenne.

  30. Mao

    Un bel article de frustrés de la vie, je suis un expat en chine et je m'adonne à plus ou moins aux mêmes techniques, vous êtes là à regarder le train qui passe et à tirer sur la caravane, sortez de votre bulle de français aigris....

  31. Vincent

    GG ne fera rien tant que les Etats-Unis n'auront pas diabolisés la contrefaçon, les américains adorent les faux Dior et je crois que les marques font déjà leur maximum pour protéger leurs marques.
    Il est probablement plus facile pour GG de faire un algo qui détecte en temps réel le hack d'un site et affiche un pop-up d'avertissement plutôt qu'un usine à gaz qui traque les BH et leurs fermes industrielles.
    La contrefaçon n'est pas encore "politiquement incorrecte", si elle le devient un jour, GG mettra quelques développeurs sur le sujet et le ménage sera rapidement fait.

  32. Sylvain Auteur de l’article

    @ Gorcyn
    Un permis internet. On y met combien de points au départ ? 🙂
    Je suis 100% d'accord sur l'éducation, pour le net, elle doit commencer tôt à l'école.

    @ Sonia
    Tout à fait, c'est une stratégie BH type.

    @ Mao
    Bonjour monsieur le courageux anonyme avec son IP hollandaise...
    Bon bah voilà, on a eu notre commentaire du lâche de service
    Allez bisou. S'il te viens l'idée de repasser, explique un peu plus et sans te cacher.
    - Tu es pour le fait que les internautes se fassent voler leur n° de CB ?
    - Tu aimes quand tu te fais arnaquer ?

    @ Vincent
    Je ne l'avais pas vu sous cet angle, tu as peut-être raison.

  33. Mao

    Je suis en VPN oui, car c'est nécessaire ici et je souhaite rester anonyme par sécurité et non par lâcheté.... Pour expliquer un peu plus mon propos :

    Il n'y a qu'a compter le nombre de fois ou Google est cité dans ce billet, vous prenez Google pour le saint Père, le juge suprême, vous vous agenouillez devant sa toute puissance... C'est avec un comportement comme le vôtre qu'on arrive à de grosses dérives de certaines entreprises. Un peu de virilité merde....

    Par ailleurs, je suis désolé de te dire que la contrefaçon représente un marché parce qu'il y a de la demande, les gens achètent sciemment ce genre de produits. Ceux qui disent s'être fait berner sont soit des menteurs ou soit des imbéciles (pour cette 2ième catégorie, je les invite à ne pas toucher à internet). Tu n'y connais rien en bagnole, tu va aller foutre tes mains dans le moteur et aller te plaindre ensuite que t'as tout cassé ?

    Je connais un minimum ce secteur de la contrefaçon. La plupart des marchandises sont réellement envoyées (elles sont ce qu'elles sont selon les vendeurs).

    En outre, je précise que je ne cautionne en rien le vol de cartes bleues, l'arnaque ni quoi que ce soit d'autre de ce genre ! Je t'invite à étudier les filières des pays de l'est plutôt pour ce genre de filouteries...

    Ce qui m'exaspère dans ce billet, c'est ce qui m'a fait quitter le cher pays de mon enfance :
    Les français sont tellement occupés à regarder ce qui se passe chez le voisin qu'ils n'avancent plus....

    Bref, sans faire de psychologie de comptoir, ce qui t'as réellement poussé à écrire ce billet ce n'est pas l'envie de sauver les gens des arnaques, c'est tout simplement le ras le bol de voir les serps squatté par les chinois, et en cela c'est profondément malsain. Assumes... Essayez de contenir un minimum votre frustration, y'a quelque chose de pathétique là dedans...

    PS : Je te rappelle au passage que si le hack n'existait pas, tu n'aurais jamais pu écrire ce billet aujourd'hui ! Celui qui laisse sa porte ouverte s'expose à ce que quelqu'un entre chez lui.... Je me suis moi même déjà fait hacké où les mecs ont placé leurs liens et j'ai trouvé ça beau.... Sans armes, ni haine, ni violence. On a sans doute pas les mêmes références mais c'est ce qui fait que le monde est monde.

    Allez viens , j'te paye une bière !

  34. Sylvain Auteur de l’article

    @ Mao

    Ok pour la bière. D'ailleurs, j'aime assez la bière chinoise, mais sinon, effectivement, nous n'avons pas les mêmes références.

    Pour ce qui est de la virilité, ça ne va pas encore trop mal, mais ce billet aurait tout aussi bien pu être écrit par une femme...

    Pour ton info, ici en France, Google c'est 94% de part de marché, alors forcément, on s'y intéresse plus qu'à Baidu ou Yandex. Ensuite, comme précisé dans d'autres commentaires, oui, certaines personnes qui se font berner sont un peu bêtes. Comme ceux qui cliquent sur un faux mail de banque. Est-ce une raison pour laisser faire ?
    La mamie à côté de chez moi n'est pas une pro du net. Est-ce une raison pour qu'elle se fasse arnaquer quand elle veut faire un cadeau à sa petite fille ?
    Mon fils n'est pas (encore) assez suspicieux sur le net, est-ce une raison pour qu'il se fasse avoir en balançant son numéro de CB toute neuve sur un site hacké ?

    Sinon, tu te trompes sur la raison de la mise en ligne de ce billet. Les méthodes, on les connait et rien ne m'empêcherait techniquement de les appliquer, mais voilà, je ne suis pas un voleur. J'arrive à de bons résultats sans avoir besoin de hacker des sites (ce qui est passible d'une peine de prison ici je te le rappelle).

    Bref, je m'élève contre une chose : le total laisser-aller de Google sur ce sujet alors que leur sempiternel discours est la qualité de l'expérience de ses utilisateurs. Après, même si je suis contre le principe de la contrefaçon, ce n'est pas le cœur du sujet.

  35. Manu

    Bonjour à tous et merci pour vos interventions ! difficile de répondre à tout le monde, je vais donc essayer d'apporter des précisions sur quelques points :

    Est ce à Google de faire la loi ?
    Il est vrai que nous avons pris l' angle de dénoncer Google avec Sylvain et voici pourquoi :

    1 - Lorsqu' il sagit de protéger ses propres intérêts, Google met les moyens , et a mis en place notamment l' année dernière une "Liste de mots clés surveillés" surs lesquels les 10 premières pages sont "propres"
    Dans ces mots clés on retrouve : Poker , Forex, Mutuelle, etc ... Ce sont des mots clés qui rapportent beaucoup à Google.

    2 - Depuis 2010 Google filtre les marques dans ses annonces publicitaires "Adwords" http://www.clare-avocats.com/fr/p/google_droit_marques , on voit clairement que Google ne fait aucun chiffre d' affaire avec les mots clés présents dans cet article, et les résultats naturels vous l' avez vu sont très "sales".

    3 - Google n' est pas un organisme public, c' est une société privé, un site Internet. Pensez vous que l' on accepterait des vendeurs à la sauvette de fausses Rolex dans une galerie marchande ? Non évidement, on pense peut être trop souvent que "Google est Internet", alors qu' il sagit "d' un site Internet" avant tout, et que comme tout site Internet, aussi automatisé soit il, il doit répondre à la législation en vigueur.

    Pour résumer, Google est capable de beaucoup de choses, mais surtout lorsque ses intérêts économiques sont compromis

    Que peut on faire ? de toute façon ça va recommencer.
    Je dois admettre être particulièrement étonné de voir des SEO se poser cette question. N' avez vous pas l' impression qu' ils ont trouvé comment faire pour sortir les comparateurs des SERP aprés Panda ?
    Ou bien identifier les liens entrants sur-optimisés après Pingouin ?
    Voici une liste non exhaustive de ce que je mettrais en place :

    1 - Identification des sites Internet hackés par footprint (pendant l' étude, nous avons trouvé systématiquement des "marqueurs" qui permettent d' identifier les sites Internet piratés)

    2 - Identification des boutiques : whois (la pupart non cachés) / CMS / langage auto-traduit / images identiques

    3 - Ajout de la liste des marques contrefaites dans la "secure keyword list" , vous savez la liste que Google surveille. Ha mais c' est vrai , il faut que ça leur rapporte.

    Bref, je vais m' arrêter la, vous imaginez donc toutes les possibilités techniques, mais c' est pas notre boulot.

    Moi je suis Chinois, et vous vous êtes frustrés !
    Ha il est bon celui ci Sylvain 🙂 Donc en fait comment vous dire M. L' anonyme, en fait nous ne sommes pas à notre "premier coup d' essai" et je pense que vous avez mal compris le message subliminal que nous envoyons à votre "Suprême Google".
    Notre but est clairement de démontrer que lorsque les intérêts économiques de Google ne sont pas en jeu leurs services sont négligés.
    Et concrètement, ne vous êtes vous pas demandé si indirectement nous ne souhaiterions pas qu'ils passent plus de temps sur ces problématiques (les votres) que sur d' autres (les notres) ?

    Allez savoir 😉

    Ha j’ oubliais !
    30% des sites Internet étudiés sont bloqués par Avast antivirus !
    Alors si Avast peut le faire, Google aussi non ?

  36. Pierre

    Edifiant !!!

    Ce qui me choque le plus, c'est les techniques SEO employées qui m'apparaissent très grossières... Et pourtant les sites se positionnent super bien ! Là, j'ai du mal à comprendre : Bouillie de content spining très primaire, keyword stuffing dans les contenus, etc... Ne me dites pas que Google ne sait pas détecter ce genre de technique, sinon on fait un retour 5 ans en arrière. Et quand je vois le mal que l'on se donne pour coller au plus près des règles édictées par Google, je me dis qu'être un bon élève ne paye pas...

  37. jessyseonoob

    @gorcin Peut-être que je vais dire une connerie, mais avoir un cadenas dans le navigateur ne préfigure aucunement que le site est "d'origine contrôlé", ils suffit d'avoir un serveur et de servir ses pages dans le répertoire https que l'on peut autosigner, c'est à dire sans même avoir un certificat SSL et le cadenas apparaîtra bien dans le navigateur. Et comme on a souvent en face un EMD je comprend que les gens se paument.

    Mais d'accord avec toi les sysadmin pour certains qui ont les moyens devraient les avoir détecté.

    Si tu me permet sylvain voici un exemple concret trouvé sur la requête moncler pas cher :
    http://store.moncler.com/fr/ site officiel mais moche
    -http://www.lemoulindelapelle.fr/nos-plats/p-rsscao.htm site hacké avec un site de meilleur qualité que l'original

    J'ai relu l'article en fait il y a 2 problématiques bien distincte :
    - Le hack de site d'autorité pour mettre en place des pages "boutique"
    - le fait que des sites de contrefaçon rankent en tant que bénéficiaire de ces liens et que des personnes se fassent arnaquer.

    D'ailleurs sur certains site il est affiché cette mention lorsque google détecte les hacks
    https://support.google.com/websearch/answer/190597?p=ws_hacked&rd=1

    Après est-ce que c'est à google de faire attention, laurentb a bien soulevé la problématique

  38. Gauvin

    Pour compléter l'article, soulignons aussi que c'est une véritable plaie pour les marques contrefaites de se débarrasser de ces boutiques ! Demande à Google, procédure UDRP, procédure judiciaire : ça prend du temps et de l'argent.

    Article : une marque lance une procédure judiciaire, finit par récupérer les noms de domaines mais assez peu de D&I.

    Et comme souligné par sonia, une fois qu'un site a dégagé, il suffit d'en lancer un autre. Et c'est reparti pour un tour.

  39. Sylvain Rouleau

    Cessez de confondre Google avec la Police ! Le boulot de Google, c'est de gonfler son CA, pas d'investir dans son algorithme pour faire reculer la délinquance numérique. La véritable question est: Quelles actions les victimes (les marques) mènent-elles réellement, et quel travail effectue la police en amont ?
    Quand je suis spammé par un site de contrefaçon, je le dénonce systématiquement à la marque auquel il porte préjudice. Je ne comprends pas pourquoi, en revanche, celles-ci se bornent à enregistrer ces informations, et ne mettent pas un service à la chasse aux sites de contrefaçon.
    Je vais vous dire pourquoi. Cela coûte trop cher d'investir, pour que de toute façon, les gens qui recherchent des articles de luxe pas chers n'achètent pas chez elles…

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *