Femmes du web, qui sont-elles, que font-elles ? (part 2)

experte
Je vous présentais la semaine passée un article que vous ne deviez pas rater sur des expertes du web qui vous apportaient leurs conseils. Continuons cette semaine pour découvrir de nouvelles compétences de la part de ces femmes qui ont un métier technique dans un milieu plutôt masculin qu'est le web.

Les expertes : la suite

Ce sont 4 autres pros du web de plus qui vous donnent quelques conseils cette semaine.

Isabelle Mathieu

Isabelle MathieuConsultante et formatrice en médias sociaux, Isabelle accompagne les entreprises dans leurs stratégies.

Son blog, Emarketinglicious.fr est devenu un incontournable dans son domaine, elle y dispense conseils et astuces utiles... A suivre impérativement tout comme sur Twitter où elle vous assurera une veille très efficace.

Isabelle sur Twitter, ou sur son blog.

Un peu de moyen et beaucoup d'écoute

Pour réussir sur les médias sociaux, vous devez vous en donner d’abord les moyens humains et financiers: avoir (suffisamment) des collaborateurs formés au social media marketing et un budget distinct pour cette activité (contrairement à ce que l’on pourrait penser, les médias sociaux ne sont pas gratuits).

Lorsque vous êtes prêts, commencez par mettre en place une stratégie d’écoute pour identifier où se trouve votre audience, ce qui se dit de votre marque et de vos concurrents. Fixez des objectifs SMART (spécifiques, mesurables, acceptables, réalistes, temporellement définis), choisissez les métriques et KPIs correspondants puis élaborez un plan d’actions qui supporte la réalisation de vos objectifs. Analysez mensuellement vos résultats et apportez les modifications nécessaires.

N’oubliez pas d’adopter la bonne attitude : créez de l’engagement, répondez aux commentaires, soyez transparent et authentique, apportez de la valeur et fuyez un discours 100% commercial.

Publicité et médias sociaux

Les annonces publicitaires sociales vont prendre de plus en plus d’importance en raison de plusieurs facteurs. Les médias sociaux sont synonymes de mobile, ils permettent le tracking mutli-device tout au long du parcours client, ils proposent des options avancées de ciblage qui rendent possible la livraison du bon message à la bonne personne, certaines unités publicitaires sociales s’inscrivent dans un environnement de native advertising.

Lorsque vous utilisez les annonces Facebook, pensez à cibler vos clients ou les visiteurs de votre site web avec les audiences personnalisées, et les personnes qui ont les mêmes caractéristiques que vos clients avec les audiences semblables. Vous améliorerez ainsi vos conversions.

Sandrine Bertrand

Sandrine Bertrand

Tombée dans le SEO il y à... très longtemps déjà), elly y excelle. Aujourd'hui consultante chez Korleon elle fait bénéficier ses clients de ses nombreuses années d'expérience.

Elle a accepté sans rechigner le surnom de « Maitresse Sandrine » que lui ont donné les élèves des établissements ou elle enseigne le référencement.

Sandrine sur Twitter ou chez son boss.

Fin du Pagerank... Fin d'une époque ...

Ça y est, nous sommes de grands SEO et tout comme lors de notre entrée à la grande école, Google nous a confisqué notre doudou .

Que cette disparition tragique, bien qu'inévitable  ne nous fasse pas perdre de vue les dommages collatéraux de cette perte :

  • Le prix des bls ne pourra plus être calculé aussi facilement
  • Plus possible de vendre des bls hors de prix à des néo-seo mal renseignés qui ne savent pas jouer avec les redirections
  • Perdues également les fins de soirées épiques où les dinosaures jouaient à "celui qui avait la plus grosse"

Le fossé se creuse de manière définitive entre ceux qui l'ont connu, qui ont vibré pendant les mises à jour et ceux qui n'auront jamais connu cette fièvre, qui ne le verront qu'au travers de copies écrans conservées par webachive.

Non, le seo n'est pas mort ! Nous survivrons à cette perte, nous ne parlerons plus de cette jauge qui aura tant bercé des seo pendant près de 10ans.

Le 9 mars 2016 : Google a tué le TBPR !  Source : Ninjalinker.

Astuce

Des indicateurs de remplacement, nous en avons énormément sous la main.
Gardez à l'esprit, que quelle que soit la qualité d'un mozrank, trustrank, citation flow ou autres ce ne sont pas des indicateurs de Google.
Ce sont des sociétés externes qui proposent un calcul qui leur semble refléter la réalité de la qualité d'un site suivant les critères qu'eux ont décidé. Google est bien loin de ces calculs.
Loin de moi l'idée de dire que ce sont des notes de mauvaise qualité, mais ce ne sont pas celles de Google.

N'hésitez pas à croiser ces chiffres, à créer vos propres métrics sur votre expérience et sur votre thématique. N'oubliez pas que le fakePR a existé, les indicateurs se manipulent.
Votre bon sens et votre regard de professionnels sera toujours votre meilleur indicateur.

Laura Manach

Laura Manach

Les ficelles du community management, Laura les maîtrise d'autant mieux qu'elle pratique assiduement depuis 2012 (FNAC, Havas productions, Journal du Geek...)

Elle défend un social média éthique et intelligent et reste une fan inconditionnelle de Google+.

Laura sur Twitter et bien évidemment sur G+

 

Conseil Global

En ce moment, le métier de CM un aujourd'hui devenu à la mode : suffit-il d'avoir une page Facebook ou un compte Twitter pour s'auto-proclamer community manager ou expert des réseaux sociaux ?

Malheureusement pour les aspirants community manager, c'est beaucoup plus compliqué que ça. Pour être un bon CM, il faut bien se dire que ce métier ne se résume pas à la connaissance des réseaux sociaux. Ce qui fait un bon CM, ce n'est pas le fait de partager un chaton sur une page qui vend du chocolat. Certes, la photo aura beaucoup de likes. Mais qu'est ce que cela va apporter à la communauté ou à la marque ? Rien. Je ne dis pas qu'il est strictement interdit de s'amuser ou d'être de temps en temps "hors sujet", mais ne créez pas de l'interaction sans aucun sens qui ne fera que perdre l'attention de votre communauté. Je citerai quelques qualités importantes à avoir lorsqu'on s'intéresse à ce métier (cette liste n'est bien sûr pas exhaustive !)

  • Être expert de son domaine, de son produit ou de sa marque : un CM doit être passionné de son sujet, et doit pouvoir être capable de répondre à n'importe quelle question dessus.
  • Avoir de bonnes compétences en communication (et donc forcément en orthographe !) Tenir un discours cohérent est toujours apprécié.
  • Savoir être multi tâche : chaque entreprise attend des choses différentes de son CM. Une TPE engage un CM pour aussi faire des newsletters, de la prospection commerciale... Il ne faut pas avoir peur de voir plus loin que les réseaux sociaux en matière de communication !
  • Etre empathique : cela permet notamment de respecter sa communauté et de ne pas se moquer d'un utilisateur à l'orthographe douteuse, tout ça pour être publié sur le CM Hall of Fame !

Astuce

Vous êtes CM et vous avez lu un peu partout que tel ou tel réseau social est mort et qu'il n'y a personne dessus ? Ne vous fiez pas aux rumeurs ou aux articles qui écrivent sur ce domaine. Le mieux à faire : testez par vous même !

Allez sur le réseau social, abonnez vous à des personnes actives, commentez sur leurs posts, partagez vous aussi du contenu (et pas uniquement des articles de votre blogs !), regardez à quoi ressemblent les posts qui obtiennent le plus d'interactions et postez du contenu similaire...

Faites ce test pendant une semaine, quelques minutes par jour. C'est simple, mais la curiosité fait également partie de notre métier ! Tester, interagir, ne pas se bloquer à la nouveauté, et analyser les résultats, c'est en partie ce qui fait un community manager professionnel et efficace.

Camille Gilet

Camille Gillet

Mais comment fait Camille pour faire autant de bruit sur le web malgré "quelques" années d'expérience "seulement" ?

Rédactrice web, elle a sans doute l'art du titre qui fait cliquer, du Tweet qui interpelle. Son humilité et son langage direct font probablement le reste.

Camille sur Twitter et sur son blog.

 

A garder en tête quand on commence :

Écrire, c’est parler à quelqu’un. A partir du moment où on garde en tête que, quel que soit l’objectif de la page, on s’adresse à une personne pour répondre à ses questions, on a tout ce qu’il faut pour débuter. Le Web, c’est un peu « Question pour un champion », c’est à celui qui saura répondre le plus vite, et le mieux à Julien Lepers – comprendre ici l’Internaute. Ainsi donc, quelle que soit la thématique, ou le but d’un site, si l’on s’imagine toujours une vraie personne en train de lire nos textes deviennent automatiquement meilleurs !

L’astuce du chef pour ne jamais être en manque d’inspiration :

Et ce, peu importe le sujet, même les plus ennuyeux, même ceux qu’on ne maîtrise pas pour deux sous. Mon petit truc pour avoir l’inspiration pour écrire c’est ce que j’appelle : « le titre à la con ». C’est-à-dire : partir de la thématique, pour dégager des titres plus ou moins délirants. En arrivant à détendre ses neurones sur la question, on dédramatise le problème. Et, très vite, les associations d’idées fleurissent, plus sérieuses cette fois-ci. Et BIM : on a une flopée d’angles d’attaque ultra-inspirants pour son billet.  C’est du brainstorming, pur et dur ; je n'invente rien, mais la touche d’humour est – croyez-moi – particulièrement salvatrice pour bien carburer !
Et toi, quand t’es en panne sèche, tu fais comment ? Viens m’en parler sur Twitter à l’occasion... 🙂

Pour conclure

J'espère que ce 2e article (comment, vous avez raté le premier ?) vous aura permis de glaner quelques conseils, mais surtout de réaliser que la gent féminine est bien présente dans des métiers très divers du web. Des remarques, des questions ? Les commentaires vous sont ouverts...

 

Femmes du web, qui sont-elles, que font-elles ? (part 2)
2.9 (57.33%) 15 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

Une réflexion au sujet de « Femmes du web, qui sont-elles, que font-elles ? (part 2) »

  1. Jessyseonoob

    Encore une bonne sélection cette semaine, je crois que je les suis déjà, sur un compte soit seo soit social media.

    Isabelle fait une très bonne veille social média, et elle a raison le social média n'est pas gratuit, il faut toujours du contenu et une histoire a raconter comme j'aime bien celles de Camille.

    Je suis d'accord avec Sandrine la grande maîtresse du seo, les outils externes ne sont que des indicateurs mais pas ceux de Google, par exemple Dixon John le papa de majestic a publié un commentaire sur la lune, et pourtant son outil ne remonte ni trust flow, ni citation flow pourtant positionné 1er sur "majestic on the moon" avec des Metrics qui ne me donnent pas à mon avantage sur lune.space

    Un grand bravo a Laura, une vraie geek, son approche pour moi est bonne pour le social média et pour le SEO
    Je note + de 50 000 followers sur g+ bravo

    Le bon message sur la bonne plateforme, ne pas laisser les stagiaires s'occuper de ça

    Ah oui je n'ai pas eu qu'une vie de SEO, j'ai eu un passage CM aussi, le temps d'un Noël ou on avait bien grillé la fnac pour le #blackfriday 😉

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *