Google sait-il lire ? (test SEO)

Savoir lire

Un filou parmi mes connaissances me demandait l'autre jour « Est-ce que Google sait lire ? »

Son idée derrière la tête : automatiser de la production de contenu pour poser des liens. je ne détaille pas le reste, son idée pas bête allait plus loin sur le principe d'alimenter des splogs *

Ma réponse fut la suivante : Oui, Google sait lire, mais il ne comprend pas. Et j'ai testé...

Lire, qu'est-ce que cela veut dire ?

Lire, c'est savoir déchiffrer les signes graphiques d'une langue.
Lorsqu'il apprend à lire, un enfant assemble les lettres, les syllabes, pour en faire des mots.

Si l'on s'en tient à ce sens, Google sait parfaitement lire, d'ailleurs, il sait même vous corriger lorsque vous faites des fautes dans vos requêtes.

Comprendre un texte, qu'est-ce que cela veut dire ?

Lire ne veut pas dire comprendre. Les capacités d'une machine sont à ce jour très très loin de ce que peut réaliser un humain, prenons un petit exemple :

  • Paul dit : le prof est un imbécile.
  • Paul, dit le prof, est un imbécile.

Dans cet exemple, deux petits signes de ponctuation inversent totalement la signification de ces deux phrases. Vous humain, vous êtes capable de comprendre leur sens et donc de les différencier. À ce jour, une machine (donc Google) en est parfaitement incapable.

Qu'est-ce qu'un splog ?

* Un splog (contraction de « spam » et de « blog » ) est un site conçu pour améliorer le positionnement d'autres sites.

L'idée est d'y publier des contenus qui coûtent le moins cher possible à produire quitte à ce qu'ils ne veulent rien dire. Un programme informatique est donc largement capable de le faire.
Dans ces contenus, on placera des liens sur des mots-clés et on les fera pointer vers un site dont on veut améliorer le ranking (ou au moins la popularité). Dans la pratique les splogs sont plutôt utilisés dans un schéma de linking plus vaste.

Pour les débutants, je rappelle que faire un lien sur un mot-clé renforce le positionnement de la page qui reçoit le lien, sur le mot-clé.

Est-ce que cela fonctionne ?

Oui, sans aucun doute ! Pour le tester une nouvelle fois, j'ai donné à manger à Google cette bouillie.

La page existait déjà, mais ne comportait que 5 lignes incompréhensibles (ancien test), j'en ai ajouté une petite dizaine de plus (toujours aussi incompréhensibles) pour y insérer des liens.

Que peut-on constater ?

  • Que le fait d'écrire n'importe quoi n'empêche pas Google de positionner la page, notamment sur des mots-clés contenus dans son titre, par exemple sur la requête « pertinence Google ».
  • Que le premier lien contenu dans la page a permis d'aller positionner une page d'un blog sur les bijoux (kadobijoux.com) sur la requête constitué par l'ancre du lien. Voir le résultat. La page concernée ne contient pas l'expression-clé bien sûr.  L'objectif est donc atteint !

Qu'est-ce qui a pu aider ?

Globalement, cela marche aussi bien sans cela, mais quelques artifices renforcent le fonctionnement de cette technique de cochon.

  • La page de bouillie de texte à reçu des partages dans les réseaux sociaux (et on sait que l'on peut falsifier cette pratique)
  • Le site support de cette page avait déjà reçu des liens externes (mais les splogs en obtiennent aussi entre eux dans un réseau. Et plus intelligemment, on peut faire un premier article qui reçoit des liens, par exemple en déclenchant une polémique, puis alimenter ensuite le blog avec de la bouillie).

Faut-il utiliser cette technique ?

À moins d'être sacrément expérimenté en SEO, je vous le déconseille fortement !
Ceci n'est qu'un test, et même s'il fonctionne, les risques sont réellement élevés en pratiquant ceci à plus grande échelle.

Pourquoi ?

  • Parce que la requête que j'ai choisie n'est pas concurrentielle, même si elle génère 30.000 résultats Google s'en fout.
  • Parce qu'à ce jeu là, si vous linkez votre site principal, vous avez toutes les chances de vous récupérer une belle pénalité un jour. Manuelle si un quality rater met le nez dans votre linking, algorithmique si vous avez une trop forte proportion de liens pourris dans ce genre (plus d'infos sur les pénalités).
  • Parce que Google dit expressément que c'est mal, et que si cela vous plombe un site, il ne faudra pas vous plaindre...

En conclusion :

Google sait lire, mais ne comprend pas ce qu'il lit. Certains en profiteront pour mettre en œuvre des techniques qu'il interdit, à leurs risques et périls. Bien évidemment cela peut fonctionner, il suffit de faire cela de manière plus fine, mais je ne donnerai pas de détails ici.

Si vous n'avez pas les compétences, si vous pensez que cela faire prendre un risque à votre business, fuyez ces techniques. Et même si vous le sentez, tentez plutôt de mettre votre imagination au service de pratiques moins répréhensibles, ce sera sans doute moins risqué et plus durable.

Annexe :

Exemple concret d'un vrai splog : -http://mburinchlorton.over-blog.com/ (veuillez de copier/coller l'url, je ne souhaite pas faire de lien vers ce site, c'est juste un exemple informatif)

Noter cet article (1 à 5)

012345

69 réflexions au sujet de « Google sait-il lire ? (test SEO) »

  1. vince

    Belle étude de cas. Je m'en doutais un peu personnellement, et comme vous dites, au final la pénalité est inévitable si la page link vers un site auquel on tient.. Bon à savoir dans tous les cas !

  2. Koogar

    Google sait lire, mais il ne comprend pas...encore. L'implémentation de réseaux de neurones profonds afin de comprendre le sens d'un texte devrait certainement apparaître dans l'algo avant la fin de cette décennie.

  3. discodog

    Cette technique fonctionne du tonnerre!

    Et comme dit Sylvain il y a toujours un moment ou le site finit par tomber, ce n'est qu'une question de temps et surtout de ROI, il faut juste inclure dès le départ cette prise de risque dans votre business modèle.

    Notez qu'il existe des techniques pour «nettoyer» son caca mais on les dit pas en public parce que ce genre de tricks vaut son pesant d'or.

  4. Mohamed

    Niquel ! Donc si Google ne lit pas encore les articles, je suppose qu'on est encore loin des vidéos.. J'ai entendu qu'un jour, il serait capable de lire les vidéos pour les référencer

    On a du temps devant nous quand on voit les sous-titrages auto de Google :D

    Quoi qu'il en soit, je suis vmt intéressé par ces techniques Sylvain.
    Saurais tu ou je pourrais en apprendre ?

  5. zyf

    A l'école, lire c'est déchiffrer et comprendre.
    On parle de 13.7% d'illettrés à la fin du CM2,
    bien qu'ils savent déchiffrer, ils ne comprennent pas ce qu'ils lisent.

    Notre ami GG ferait partie de ces 13.7%!

  6. Guillaume

    En voyant ce titre je pensais tomber sur un article qui parlerais d'OCR, ce qui permettrais à Google de lire le contenu textuel de certaines images.

    Le fait que Google sache lire et donner de l'importance à du texte est possible grâce aux ngrams. Pour ceux qui ne le savent pas, les ngrams permettent de stocker en base de données toutes les fréquences d'apparition de juxtaposition de 2 mots, 3 mots, 4 mots,...

    Par exemple la fréquence d'apparition du mot "manger" juste après le mode "danser" est extrêmement faible. Alors que la fréquence d'apparition du mot "manger" serait plus élevée après le mot "aime".

    Donc Google ne comprend pas le sens on est d'accord, par contre si c'est de la bouillie, ça il peut le détecter...
    Après, est-ce qu'il vérifie tous les textes qu'il trouve via ces ngrams ? Car ça doit être une opération plutôt couteuse...

  7. Fabien

    "Tu as vu petit cette délicieuse glace à la fraise... et ben t'en n'auras pas !"
    Roo, vous nous présentez cette technique bien séduisante et vous nous dites de ne pas nous en servir.. ou alors à nos risques et périls. Z'êtes dur !

    Cela m'amène deux remarques :
    - est-il possible malgré tout de faire un splog manuel, c'est-à-dire de rédiger des articles inintéressants en tapant tout ce qui nous passe par la tête : ce n'est pas de la bouillie de texte et ce n'est pas trop difficile à taper ?
    - puisqu'on ne doit craindre que la pénalité manuelle, est-ce que sur des petits sites avec des positionnements régionaux, on risque quand même quelquechose ?

    Merci en tout cas ;)

  8. Moïse

    Pour un vrai blog combien de spam blog ? Bel exemple de bouillie comme en trouve trop sur over-blog. Surtout quant il s'agit de référencer un politologue... qui soit dit en passant rime avec splog.

  9. Romaric

    Bonjour,
    Un test très intéressant qui prouve que la bouillie a encore de beaux jours devant elle.
    Ce qui serait plus intéressant encore est de vérifier si un texte de meilleur qualité qui ferait le même type de lien placerait le site receveur au dessus dans les serps ou pas.
    L'inconvénient aussi de ce test, c'est de savoir si Google laisserait le même droit à un domaine qui rank moins à la base. Car celui-ci reçoit beaucoup de signaux des réseaux sociaux, des articles, des images, une ancienneté, un vrai splog n'aura pas l'ensemble de ces éléments et j'imagine que cela dout beaucoup jouer sur le niveau de confiance attribué à un lien. Il faudrait refaire le test avec un vrai splog bien moisi ;-)

  10. Maxime

    La "bouillie" comme tu dis est quand même sacrément qualitative! Sujet, verbe, accords et ponctuation correctes... elle ne semble pas avoir été générée automatiquement. La vraie question serait de savoir jusqu'où peut-on aller sans respecter les règles du français. Google est-il capable algorithmiquement de dire que tel texte n'est pas humain (trop d'accords incorrects, fréquence des mots par rapport au corpus de la langue...)?

    C'est peut-être aussi une question de fréquence, vu que le reste du site dédié au Baume est d'une qualité linguistique énormissime. Bénéfice du doute? 20 articles de ce genre et Google se lasserait?

    L'exemple de blog que tu cites est intéressant à cet égard: googlebot semble en avoir eu marre le 14 février, date de dernière indexation, et ce malgré des articles jusqu'au 6 mai...

  11. Matthieu

    Selon moi il n'y a aucun soucis à utiliser ce genre de techniques si on connait les risques dès le départ et que cela fait partie d'une stratégie. Il faut être conscient que son réseau peut sauter du jour au lendemain et avoir d'autres sites sous le coude à re-balancer en cas de pénalité.

    Bien sûr si on cherche à faire du "référencement durable" pour un site propre, c'est très dangereux (je ne m'y risquerai pas), mais pour booster des MFA tout pourris, why not ?!

  12. Ben

    Encore un test très intéressant. Mais quand est-ce que le baume sera enfin remboursé par la sécu ?

    Je m'interroge depuis longtemps sur le moment où Google parviendra à déceler la pertinence d'un contenu en analysant des paramètres non pas techniques mais grammaticales. On sait en effet que le moteur est dors et déjà capable de distinguer du texte blanc sur un fond blanc (ce qui est également valable avec les autres couleurs ^^), qu'il prend en compte les styles CSS et qu'il accorde de plus en plus d'importance au caractère unique des contenus. A quand la syntaxe proprement dite ?

    Quoi qu'il en soit, ce test prouve que Google a encore du travail à fournir en termes de contenu. En ce qui concerne l'intérêt de recourir aux splogs, ils sont très minimes tout d'abord parce qu'ils n'apportent aucune valeur ajoutée aux lecteurs et parce qu'ils présentent des risques, comme tout ce qui défraie les guidelines de Google.

  13. Damien

    Je rejoins Maxime sur la bouillie sur un site "classique" vs la bouillie sur un pur splog. J'ai eu le cas sur un site que je gère où j'avais des textes automatisés qui ne servaient que pour le référencement (en aucun cas le contenu était intéressant pour l'internaute) : mal m'en a pris puisque j'ai subit une pénalité qui pour moi ne vient pas du fait que ce texte était présent sur une page mais était répliqué sur le même principe avec d'autres mots clés sur d'autres pages.

    Pour moi, le plus important reste la qualité du contenu pour espérer se positionner correctement dans les serps.

  14. Jérôme

    Sympa comme test. J'avoue ne pas produire de contenu bas de gamme en chinois de ce type. Je préfère encore externaliser pour des textes pas trop cher et qui ne sont pas dignes d'un écrivain mais qui au moins veulent dire quelque chose.

    @discodog : hey, tu m'intéresse là :D

  15. Simon

    A mon humble avis il faut prendre le problème à l'envers : Google a probablement des moyens automatisés de détecter une bouillie textuelle en attendant de "comprendre" un texte bien formulé ...

  16. Christian

    Il serait possible pour Google, sans comprendre ce qu’il lit, de détecter un texte merdique.

    En fait, quand il cherche à rattacher le texte à un corpus, deux cas particuliers peuvent se produire :
    – il trouve plusieurs corpus possibles => probablement un spam
    – il a trouvé un corpus unique, mais dans le texte, figurent de nombreux termes que l’on ne trouve jamais dans ce corpus => probablement un spam

    Je pense aussi que le traitement pourrait être différent entre les pages internes et la home, car la home est souvent un agrégat de sujets.

    Il a bien d’autres moyens que la compréhension humaine pour faire des détections : il peut faire une compréhension formelle, cela suffit pour un moteur.

  17. oweia

    Je rejoins discodog sur l'aspect durable (ou non) de cette technique. Ça pose la question du spining, de la qualité du spin, mais aussi de l'objectif de référencement : durable ou non. Le fait que cela ne soit pas durable n'étant pas un souci si le roi est là, c'est un choix...

  18. Davy

    Bonjour, je partage l'avis de @Koogar, Google ne sais pas encore lire, je pense que c'est effectivement une question d'année avant que Google commence à comprendre les contenus du Web. Il ne fait aucun doute que Google travaille dur pour comprendre réellement le langage naturel...

  19. Yann

    +1 Sylvain, j'ai déjà eu l'occasion aussi de tester l'efficacité de telles pratiques avec du Lorem Ipsum référençable. Et entre nous, que le texte soit lisible pour un humain ou non ne fait pas de différence pour un moteur, pour lequel d'autres critères priment (nombre de BL pointant vers la bouillie entre autres, et c'est bien pour ça que les réseaux de splogs rankent).

    Comme dit Rudy, c'est par contre une question de temps avec que le réseau ne tombe, et encore il est possible de rattraper le coup à posteriori, donc ne pas oublier d'inclure ces paramètres pour maîtriser son ROI...

    Ne pas oublier que ce que dit Google (Google sait lire, coogle comprend, google lit dans tes pensées...) est du pur marketing. Les subtilités de langages sont innombrables, et l'exemple de Sylvain est juste une paille parmi les complexité linguistique mondiale (Google devrait donc savoir déchiffrer un grand nombre d' idiomes)...

  20. Mikie

    Je ne connaissais pas du tout cette pratique, j'imagine que c'est quand même très risqué niveau pénalité, je préférerais éviter de jouer à ce petit jeu là =) D'autant plus que comme le disent certains dans les commentaires, c'est certainement une question de temps avant que Google ne puisse détecter des textes pareils, faute de pouvoir les comprendre.
    Par contre les textes sont franchement drôles je trouve, c'est un régal =)

  21. Amin

    La différence entre "savoir lire " et "comprendre ce qui est lu" est en effet essentielle.
    J'ai longtemps songé à lancer des réseaux de splogs avec de la bouillie spinnée... mais le problème (comme cela est souligné dans les autres commentaires) c'est la viabilité de ce genre de procédé.
    J'ai donc choisi de prendre mon temps et de faire du travail propre... on verra si ceux qui ont des splogs survivront longtemps à Google, notamment à Pingouin v4 qui arrive sous peu...

  22. Emile

    Tu as de drôles de fréquentations Sylvain, je suis choqué ^^
    Les avis des uns et des autres en définitif c'est bien gentil mais ce qui importe ce sont les faits. Et les faits, ce sont les tests comme celui-ci par exemple fort bien détaillé. Après quand on parle de "bouillie" que personne n'aime, il ne serai pas totalement stupide de parler de non seulement de "bouillie" de qualité... mais de semi-bouillie. Et là... à mon tour je n'en dis pas plus ;) ... et si je devais donner mon avis, c'est que le jour ou Google saura réellement "comprendre" ce qu'il lit, je pense que d'autres auront le pouvoir de générer automatiquement du texte parfaitement compréhensible et intelligent. Si la machine sait déchiffrer, alors il pourra chiffrer. Ca n'est que mon avis hein. Bravo chef pour ton article.

  23. Arvel

    Le test est intéressant puisque Google se base de plus en plus sur le contenu produit. En fait, il faudrait être assez malin pour pouvoir manipuler les mots de telle sorte que les expressions ressortent à notre guise. Faire des phrases avec du sens n'aurait plus d'intérêt puisque Google ne les comprend pas.

    Mais comme tu le dis dans ton billet, mieux vaut se conformer aux règles car si Google ne sais pas lire aujourd'hui, il le saura très certainement demain.

  24. jm

    "Si j'étais Google", je n'essayerais même pas d'essayer de comprendre le sens d'un texte, car ce serait peine perdue pour une machine (déjà que pour un humain c'est pas toujours évident). Pourquoi faire compliqué quand on peut faire (plus) simple ? Moi robot (binaire), délèguerai cette tâche à l'humain (analogique) et me baserai sur le taux de rebond, de systèmes basés sur le pourcentage "normal" de constructions grammaticales "normales", etc., etc. Moi robot, embaucherait tout plein d'humains superviseurs pour superviser (par rapport aux alertes automatisées)... Moi robot, une fois alerté et humainement informé : serai en mesure de disqualifier ceux qui pourrissent le web pour des raisons bassement matérielles ou le "plaisir".

  25. jessyseonoob

    prochain test, est-ce que google sait re-lire :-)

    Je me rappelle qu'avec mon logiciel de reconnaissance vocal, (pff j'ai même pas un lien d'affi) il y a un texte que l'on doit lire, où c'est exactement le sujet du texte.

    Ils expliquent que c'est difficile pour une machine de comprendre le sens des mots, ils expliquent qu'il y a des homonymes, qu'il y a des fautes d'orthographes qui ne sont pas comprises, et que la reconnaissance se fait sur le contexte.

    Pour mieux comprendre le contexte, le logiciel analyse les contenus qu'on lui fourni pour mieux cerner le contexte, les mots clés spécifiques à un métier.

    google t'as compris quoi ?

  26. Jambonbuzz

    Sympa le test, à vrai dire ça ne m'étonnes pas vu le nombre de bouillie dans ma thématique qui arrive à se placer ainsi. Par contre, la plupart n'ont que 6 mois de vie avant de disparaitre intégralement des serps.

    Et au fait :
    "veuillez de copier/coller l’url, je ne souhaite pas faire de lien vers ce site"
    Dommage, tu viens juste d'en faire un. Enleve le http si tu ne veux pas que Google le transforme en lien automatiquement ;)

  27. Rodrigue

    J'ai déjà testé mais pas le courage d'aller plus loin. Des splogs (plus ou moins bien foutu), c'est facile à monter, ensuite ce genre de technique border line pour un site auquel on tient j'y crois pas trop.

  28. Light On SEO

    Hello Sylvain ?

    Concernant la soupe de contenu, à ton avis, jusqu'à quel niveau de qualité pourrait-on se permettre de descendre ?

  29. Loïc

    Ce n'est pas parce que Google reconnait les mots et morceaux de phrases qu'il sait lire :D

    Le jour ou il sera capable de vraiment comprendre le sens d'un texte, autrement que par la reconnaissance de mots positifs et d'autres négatifs, le linking perdra sans doute une part de son impact au profit des avis utilisateurs (de Google Plus, évidemment !).

    Pour ce qui est de la bouillie en effet, cela fonctionne à court terme mais je pense qu'aujourd'hui il est possible de faire du contenu spinné en très grande quantité presque aussi facilement et qui tiendra lui beaucoup plus longtemps, même si bien sûr un jour ou l'autre cela risque de tomber aussi.

  30. Filofer

    ça marche c'est clair, mais comme le dit Laurent, Google sait comprendre sur Adsense et ça finira bien par une compréhension en tout point.

    On aide déjà Google à enregistrer des livres scannés...est-ce seulement pour recréer THE bibliothèque numérique ? J'en doute fort ;)

  31. Fab

    Ça se saurait si Google était capable de détecter le contenu de qualité de manière automatique ! Cette technique reste très dangereuse car au premier passage du quality rater, c'est le site en lui-même et tout son réseau de lien qui vont en pâtir. Pour un money-site qui a de l'ambition, vaut mieux dépenser son temps et son argent dans la rédaction de beaux contenus fait main !

  32. Loiseau2nuit

    @Sylvain, merci pour ce retour. Disons que ca me conforte dans certaines intuitions ^^

    @Light On : à priori aussi bas que tu veux tant que pas vu pas pris, si l'on résume ^^

    @jessyseonoob n'empêche que même sans lien d'affi, si tu retrouves le nom de ton soft, ca m'intéresse. J'en cherche un bon mais je suis pas pleinement satisfait de ce que j'ai essayé jusqu'ici.

  33. tina

    Bonjour,
    "Google sait lire": c'est du syntaxique
    "mais il ne comprend pas": c'est du sémantique
    "Google sait même vous corriger lorsque vous faites des fautes dans vos requêtes": c'est avec l'option Google did you mean?
    Donc, je pense que c'est vrai que Google ne comprends pas à 100%100 mais il tends à dépasser tout cela avec l'introduction du web sémantique surtout avec les RDFa, microformats et microdata.

  34. David Cohen

    BRAVO pour ce test, très malin !
    Ca confirme mais ça assure cette confirmation.

    On voyait bien les splogs réussir des coups,
    mais comme je dit toujours "sur 1 mot concurrencé jamais plus de 3% du trafic" ..

    Autant diversifier et Penguin a récompensé cette stratégie de diversification.

  35. Julien

    J'avais essayé de faire des splogs pendant un moment mais des splogs mal fait ne rapporte rien, faut savoir maîtriser d'autres éléments comme un schéma de linking pour pouvoir en tirer partie... et surtout il ne faut pas aller sur les spots diffusés gratuitement à tout le monde car c'est se tirer une balle dans le pied tout seul :)

  36. Nicolas

    Wé, on est loin de la Science Fiction à la 2001 Odyssée de l'espace là ! ;-)

    Je serais toujours perplexe sur le fait que Google n'arrive pas à faire la différence algorithmiquement entre un contenu "bouillie" et un contenu écrit par un être humain ...

    L'investissement doit être ailleurs, c'est pas possible autrement !

    Bref, merci Sylvain pour nous rappeler où en est l'algo de Google.

  37. Seo F1

    Je suis parano avec Google... Je pense qu'il sera bientôt capable de savoir si une phrase à du sens.

    Par exemple :
    Une bouteille de télévision sait manger du câble pour un café de vache à ongle.

    Si tu écrit sur google :
    "bouteille de télévision"
    "café de vache à ongle"
    ... Google sait qu'aucune phrase existe avec ces expressions. Donc certainement aucun sens.

  38. Cerbere

    Pour apporter de l'eau au moulin je dirais déjà qu'il ne faut pas linker son moneysite à partir de ses splogs...

  39. Sylvain Auteur de l’article

    @ Mohamed
    Ce n'est pas spécialement ma tasse de thé, mais je pense qu'il y a de quoi apprendre sur les forums BH si tu partages.

    @ Guillaume
    Et surtout, est-ce qu'il applique vraiment ces techniques ?

    @ Fabien
    Sur les skyblogs, ce n'est que du splog manuel:-)
    Et à mon avis, le risque est grand, quel que soit le site.

    @ Maxime
    Sujet, verbe, complément, je pense que ce doit être automatisable.
    Oui, j'ai vu que le splog d'exemple ne semblait plus plaire à Google (et tant mieux sur le fond)

    @ Christian
    J'ose espérer en effet que Google a ou aura les moyens de detecter ce genre de chose.

    @ Yann
    On est d'accord, j'avais d'ailleurs parlé de la mesure de la qualité par Google ici :
    http://blog.axe-net.fr/qualite-du-contenu-pour-google/

    @ Mikie
    Mais je ne suis pas certa&ins que Google puisse apprécier l'humour d'un texte:-)

    @ Emile
    Tu as raison, quand on sait "défaire", on peut "faire".

    @ JM
    Non, il ne faut pas massacrer mes tests, c'est juste pour "la science":-)

    @ Laurent
    J'ai toujours du mal à comprendre cette étanchéité entre le naturel et le payant en terme d'algo (ou de notprovided...)

    @ Jambonbuzz
    Et le souci, c'est qu'il y a toujours de nouveaux arrivants avec la bouillie et que Google se fait toujours piéger...

    @ Light On SEO
    Je pense que l'on peut vraiment être au ras des paquerettes si les splogs recoivent eux mêmes des liens, mais bon, pour le côté durable je n'y crois pas. Ce que j'ai fait n'est qu'un jeu, un petit test c'est tout.

    @ Loic
    En effet, G+ est sans doute pour Google un bon moyen de mieux mettre en valeur les contenus de qualité, mais bon, G+ est falsifiable aussi.

    @ Tina
    Même plus besoin de l'option car la liste des résultats est déjà pré-corrigée.
    Sinon, il est vrai que le sémantique peut l'aider un peu, mais à ce jour on est loin de pouvoir "encapsuler" toutes les subtilités d'une langue avec des microformats.

    @ SeoF1
    C'est une piste en effet.

  40. zenreferencement

    un test très intelligent, merci pour l'article
    ça peut servir pour un référencement à moyen terme

  41. LaurentB

    @Sylvain : le payant t'as tous les super techos qui dépotent des algos de fous avec des moyens illimités où tout est calé au mm et le Search t'as les bricoleurs (pas assez bons pour être dans les teams du payant) qui doivent se débrouiller avec un vieux bouzin des années 90, qui ne peut pas évoluer tant que ça.

  42. Sylvain Auteur de l’article

    @ Laurent
    Ton explication est très logique en effet. Les SEA étant la source des profits ce n'est pas vraiment étonnant.

  43. TiPi Com and Web

    Amen.

    Parce qu'il n'y a rien à ajouter. Je viens de passer quelques minutes à expliquer les méfaits du SpamCo à outrance et de la bouillie infâme, surtout quand tout est dirigé vers le MS. La machine Google n'est pas encore prête à prendre la relève sur le cerveau humain, malheureusement pour tous ceux qui font un travail consciencieux et propre...

  44. Céline

    Très sympa ce test. En effet même si cela semble fonctionner prendre de tels risques en vaut-il vraiment la peine ? Car si cela marche au départ, je pense que Google finira par s'en rendre compte et là ça fera mal..Autant utiliser son temps et son énergie à trouver d'autres techniques plus white hat.

  45. Stéphane

    Merci Sylvain pour le style très pédagogique que tu as employé dans cet article.
    La conclusion est impeccable ;-)

  46. Mr. Buzz

    Les reponses du dessus me rappel un article d'un certains LaurentB.

    En tout cas, en tant que gros débutant dans le domaine du web, cherchant juste à faire monter son petit site, plus j'en apprend, plus je me dis qu'il est impossible de jouer honnêtement avec google... /:

  47. Adrien

    merci pour ce billet d'une très grande importance, je n'avais aucune connaissance de cette technique jusque-là. Mais à en juger par ce que je vois ici,je pense qu'il n'y a pas de meilleure solution que de faire un bon contenu sur les sites Web pour avoir des liens de bonne qualité. Même si nous prenons en compte le fait que Google soit un robot, nous devons garder en tête qu'il ne cesse de s'améliorer et qu'une pénalité serait inévitable dans le futur.

  48. Augustin

    Les résultats de ce test ne sont pas étonnant, quand on voit certains site de communiqués de presse qui sont quasiment du même niveau de rédaction mais qui arrivent à positionner des sites sur des mots clés. On peut ce dire que tout est possible même la bouillie..

  49. Ceinture Cuir

    Très sympa ce test. Je me souviens de l'époque ou les referenceurs créer des centaines de splog sur Blogger. Cette technique n'est pas a conseiller sur un money site en cas de pénalité sa peut faire très mal.

    Il faut effecteur beaucoup de test avant de le mettre en place dans un schéma de linking sous peine de voir son réseau de site pénalisé.

  50. JR

    @SEOF1: il y a de quoi être parano ! A l'époque où j'utilisais Adwords, j'ai demandé ma paye à Google et au lieu de m'envoyer le chèque à mon adresse insérée dans mes infos personnelles, il me l'a envoyé à mon lieu de travail !

    J'ignore toujours comment Google est parvenu à établir cette correspondance (peut-être en scannant mes e-mails?) mais ça fait froid dans le dos !

    Big brother is watching you (soon) !

  51. moneymillionnaire

    L'article est vraiment intéressant et prouve que l’algorithme ne google n'est pas encore assez perfectionné même s'il arrive à sanctionner les sites rempli de mots clés par exemple il arrive pas encore à voir l’intérêt intrinsèque du site en question. Le résultat est édifiant.

  52. Centre d'appel

    Et le "splog" ne prend-il pas beaucoup de temps à instaurer? (pour que google le reconnaisse)

  53. Sylvain Auteur de l’article

    @ Centre d'appel
    Les BH ont des outils qui leurs permettent d'en publier à la volée plusieurs dizaines à l'heure.

  54. Florian

    Bonjour Sylvain,

    On voit dans cet article qu'au final google se fiche bien de savoir lire ce qui peut donner des idées de techniques de référencements plus ou moins avouables.

    Ce qui m'interpelle le plus dans cet article c'est ton site baume-referencement, peux tu me dires si ce n'est pas risqué au final de se créer ces sites "splog" ou "semi-splog", j'entends par là avec un contenu de qualité moyenne, pour référencer son site principal.

    Au final c'est une technique de réseau de site, avec pingouin est-ce encore viable ou risqué de s'y lancer maintenant ?

    Merci d'avance !

  55. Greg

    c'est bien cet article sur google. au moins il y en a qui s'interresse aux recherches pour informer les pauvres referenceurs mal instruits comme moi.lol

  56. Monica

    Comprendre la syntaxe ou le sens d'un texte sont deux mondes différents.
    Nous ne sommes pas dans le cadre d'un problème mathématique, même au sens large comme aux échecs, dans lequel effectivement la machine (DeepBlue) a réussi une fois à faire la nique à l'humain, voire au surhumain Kasparov en l'occurrence.
    Le splog est un problème de vocabulaire que GG pourra circonscrire sans problème. Mais la qualité d'un site ne pourra foncièrement être évalué que par des humains et des taux de clic.

  57. référencement

    La mise en ligne d'un splog est assez risquée...Qui sait si google embauchera bientôt des humains qui ne vont s'occuper qu'à lire les sites pour les comprendre? D'ailleurs, on dit que Panda et Pingouin vont devenir plus ravageuse. Donc, il faut rester sur ses gardes.

  58. Arnaud

    Bonjour Sylvain,

    J'ai mis ce genre de test pour un site avec du contenu "chewing-gum" et j'ai pu constasté que ça marché réellement, après ce n'est pas pour un site populaire. Car l'image du site en prend un coup aussi, car un internaute sait lire et n'est pas bête...

  59. fred

    Interessante technique bien que trop risqué pour moi, je m' y aventurerais pas. Mon souci dans mon activité (vetements pro) est de creer du contenu interessant via un blog et ca c'est difficile, surtout quant l'activité de cette clientele pro est très diverse et qu'il n'y a pas d'actu sur le produit.

  60. Erika

    Article intéressant, dans le même genre, avez vous déjà tester si un nom de marque dans un texte sans lien pouvait permettre de booster celle-ci ? J'ai toujours voulu faire le test, et n'ai jamais eu le temps, je m'explique :
    Disons que je parle de "Y" dans un texte, sans mettre de lien vers le site de "Y", es-ce que google le prendra t-il en compte en boostant sa notoriété ?

    Si google arrive à lire le texte sans le comprendre, cela serait logique non ?

    Merci d'avance, et encore bravo pour l'article.

  61. Angelica

    Entièrement vrai !
    Ça pose la question du spining, de la qualité du spin, mais aussi de l’objectif de référencement : durable ou non.

  62. Rédaction web

    Enitèrement d'accord avec Tina, oui Google sait lire et même écrire^^ Mais il ne comprend pas... Telle est la différence entre une machine et un humain! En tout cas, il nous rend la tâche bien difficile pour apparaître dans les moteurs de recherche alors que certains spams énormes comme les sites traduits de l'anglais médiocrement arrivent parfois en N°1... Help Google!

  63. Joe

    Merci, pour cet article très intéressant. Je serai curieux de voir comment Google travaille sur la détection de ces splogs. A court terme, peut-on s'attendre à une détection automatique et une vérification manuelle par des opérateurs ?
    A mon avis, c'est très/trop risqué de booster son trafic avec des splogs...
    En tout cas merci Sylvain pour la petite mise en pratique, très intéressante !

  64. Alexandre

    Bonjour,
    Google sait lire, en effet, mais ne comprend pas.
    J'ai déjà monté des sites web en première page de google en 1 mois à partir de zéro sur des mots clés très concurrencés comme " Comment Maigrir " avec 3'600'000 résultats en écrivant que 20 articles de environ 300 mots l'article.

    Quand google comprendra un texte, moi je serai déjà millionnaire et on va attendre encore très longtemps, surtout avec une langue comme le français, qui est une langue très complexe.

  65. cigarette électronique

    Google sait lire et parser du contenu mais il ne comprend pas ce qu'il parse, il est très difficile de programmer un ordinateur pour comprendre une langue, c'est extrêmement complexe. Mais a la vitesse du progrès de nos jours il est possible qu'un jour pas si lointain google arrive a comprendre ce qu'il lit

  66. Cassandre from cigarette électronique

    Il n'est pas facile d'apprendre a une machine a comprendre le sens des phrases qu'il lit. Et même si on arrivait a développer un tel algorithme il en faudrait ensuite un autre encore plus évolué capable de déterminer la qualité de ce dernier

  67. rédacteur

    Il est vraiment temps que les moteurs de recherche mettent en place un algorithme qui combine les recherche en linguistique et en informatique afin que les "bouillies" ne soient pas référencées sur internet. Ce type d'algorithme marquera le franchissement d'une autre étape pour le web.

Partagez sur :

Les commentaires sont fermés.