J'écris pour Google

"Si des visiteurs me lisent, tant mieux, mais je m'en fiche, je veux juste vendre"
Mais alors, à quoi sert ce contenu que l'on produit pour les sites web ?

Les plus anciens se souviennent de cette époque bénie ou l'on écrivait pour les visiteurs. Vous vous souvenez, on mettait aussi des gifs animés et un compteur (non, je blague).

On pouvait écrire au second degré. Ceux pour qui on rédigeait comprenaient même les jeux de mots.

Mais aujourd'hui, quelle est la part du contenu rédigé pour le visiteur, et celle conçue quasi exclusivement pour LE moteur ? Is Google evil ?

Écrire pour le web, ça veut dire quoi ?

Lorsque l'on parle de rédaction web, de quoi parle-t-on ?
En général, cela veut dire deux choses :

  • Pour le rédacteur, c'est l'organisation du message dans une page, l'utilisation de mots-clés choisis, l'utilisation de synonymes, la création d'un contenu qui détermine un champ lexical adapté à la thématique d'une page.
  • Pour le SEO, c'est une architecture de site correcte dans laquelle ces mots seront correctement balisés, utilisés comme ancre interne, mis en ordre dans le Title, etc.

Toutes ces techniques ont pour objectif d'améliorer les chances de voir vos pages web se positionner au mieux sur Google.

Pas toujours très naturelles en fait ces pratiques...

Je suis devenu un numéro, je ne suis plus un homme libre de sa prose.

Je suis devenu un numéro à la solde de Google et de ses directives.
Google m'empêche d'écrire comme je veux, mais en plus, il ne brime pas que moi.

  • Non monsieur, on ne vous fera pas un menu en flash qui aurait pourtant été très explicite pour vos visiteurs dans votre cas.
  • Non monsieur, si vous voulez vendre vos bicyclettes, n'utilisez pas seulement le terme vélos, Google ne comprendra pas forcément.
  • Oui monsieur, il est préférable d'intégrer vos mots au singulier et au pluriel, déjà que Google ne s'y retrouve pas avec les accents.
  • Oui Monsieur, on va même tricher pour intégrer vos expressions-clés sans accent.
  • Non monsieur, on ne peut pas utiliser une image pour faire une jolie police pour ce texte.
  • Oui monsieur, il faut concevoir votre site comme s'il allait être visité uniquement par des déficients visuels. Vous vendez des tableaux ? Google s'en fout, lui, il n'y connait rien en peinture.

Mais alors, qu'est-ce que l'on peut faire ?

Cher monsieur, Google, on va lui donner de belles pages avec de beaux contenus textuels bien rédigés pour lui (je n'ai pas dit "Rien que pour lui" = cloaking).

  • Et c'est pour ces raisons que nous concevons des pages de conseils qui seront lues par un visiteur sur 1000.
  • Et c'est pour cela que l'on remplit des kilotonnes de fiches descriptives que peu de gens liront
  • Et c'est pour cela que l'on ajoute un lexique truffé de mots-clés
  • Et c'est pour cela que l'on développe une FAQ bien optimisée pour les expressions clés que l'on ne savait pas où mettre.
  • Et c'est pour cela que je mets des mots en gras que j'y ajoute une pincée de synonymes et que je suis hyper regardant sur mes ancres de liens, que je sagouine mes ALT d'image.
  • Et c'est pour cela que j'alimente mon blog (mais non, celui-ci, ce n'est que pour vous chers lecteurs...)
  • Et c'est pour cela que l'on continu les Tests SEO pour savoir ce que Google comprend.
  • Etc

Des contenus formatés, une créativité brimée.

On pourrait se laisser à dire que Google nous a formaté pour lui fournir les contenus qu'il comprend.

Tout comme Apple n'affichera pas vos contenus Flash sur un iPhone, Google ne vous laissera pas rédiger vos textes comme vous l'entendez si vous souhaitez apparaître dans ses résultats

Et ma liberté d'expression dans tout cela ?

Mais vous la gardez, mon bon monsieur, vous pouvez même faire ce que vous voulez, il vous suffit de passer à la caisse Adwords. Dans le cas contraire, conformez-vous aux directives si vous voulez avoir une chance de mériter votre place dans les résultats de recherche.

Bon, le tableau n'est pas si horrible.

Allez soyons honnête, tout cela n'est pas forcément toujours mauvais.

  • J'aime bien consulter un contenu bien segmenté dans une page, c'est agréable à lire.
  • Je trouve appréciable d' avoir un texte de lien qui m'indique clairement ou il va m'envoyer.
  • J'apprécie parfois d'avoir de nombreuses informations lorsque je me rends sur une page produit de site e-commerce. Parfois, c'est superflu.
  • J'aime aussi beaucoup visiter des pages qui s'affichent rapidement, et je déteste cette satanée barre de loading qui m'affiche péniblement le pourcentage téléchargé ou le temps qu'il me reste à patienter avant de voir un contenu s'afficher.
  • J'aime aussi pouvoir visiter un site à partir de mon téléphone (iPhone = pas de Flash), et je trouve utile qu'un contenu soit accessible aux handicapés.

Mais quand même...

Liens connexes : (pas pour décorer, les contenus sont très intéressants)

http://s.billard.free.fr/referencement/?2010/07/21/616-google-degueulasse-t-il-le-web

http://marjev.blogspot.com/2010/05/dans-redaction-web-il-y-referencement.html

http://www.cafe-referencement.com/seo-management/la-collaboration-edito-seo-au-jour-le-jour-275

http://www.keeg.fr/2010/04/20/google-nen-a-rien-a-branler-de-la-qualite/

http://blog.60canards.com/2010/05/ces-textes-qui-sont-faits-pour-ne-surtout-pas-etre-lus/

http://www.webmarketing-com.com/2010/07/23/7275-mayday-referencement-editorial

Et vous, même si vous n'aimez pas les MFA, pensez-vous que nous sommes condamnés aux MFG (made for Google) ?

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

48 réflexions au sujet de « J'écris pour Google »

  1. Crunch

    Article très bien tourné avec des choses soulevées qui ne sont pas toujours évidentes à première vue, c'est simple : j'adore !

    Au final, malgré les nombreuses contraintes imposées par les géants actuels (google et apple), les visiteurs en tirent un avantage certain qui découle aussi sur les webmasters tout simplement 🙂

  2. Jean-Baptiste

    Le tableau n'est pas si horrible, on pourrait aussi ajouter les fautes d'orthographe volontaires. Officiellement, Google s'en accommode mais la réalité des SERP semble toute autre. Enfin tout cela ne me choque pas vraiment, le moteur de recherche est l'intermédiaire quasiment systématique entre l'internaute et le site internet et même si cette dépendance est flippante, elle donne des résultats avec un minimum de travail. Jusqu'à quand ?

    Et au final, écrire pour le moteur revient tout de même à écrire pour l'internaute, est-ce que c'est si grave que ça si j'utilise les mots clés chien, canidé, toutou, animal à 4 pattes au lieu de 4 fois chiens dans un article ? Il me semble qu'il a plus de comportements bordelines en offpage et principalement au niveau des backlinks que sur le contenu d'une page.

  3. Rémy Bigot

    Très bon article encore une fois!
    Je pense que ces "règles" nous obligent aussi à créer des contenus hiérarchisés, de meilleur qualité parfois (en tout cas en terme de présentation et de lisibilité).
    Il suffit de respecter quelques règles, et notre créativité peux tout de même s'exprimer.

  4. RaphSEO

    Bonjour Sylvain,
    je tenais justement un discours avec un client hier après midi sur ce sujet.
    Même si certains prétendent qu'un site internet doit être fait pour les internautes, la donne change quelque peu dès qu'il y a des enjeux financiers derrière.
    Oui le texte (et site en général ) doit être pour les visiteurs, mais pour que visiteurs il y ait il faut faire du google friendly.
    Donc oui on est libre de faire ce que l'on veut, nous ne sommes pas obligés de rester sous l'emprise de Mr G, mais on est aussi libre de ne pas être visible 😉
    La recette magique est de faire du google friendly agréable à lire pour l'oeil humain. C'est ce compromis vers lequel il faut tendre.

  5. Julien

    Il faut trouver un juste milieu entre un bon texte pour google et pertinent pour l'internaute.
    Et puis de toute façon "Le contenu est roi" c'est des balivernes...
    Il ne faut pas compter sur un texte truffé de mots clé pour bien se positionner..

  6. Didier

    C'est évident. Celui qui rédige sans tenir compte de Google se prive d'une bonne part de trafic.
    Votre liste de liens connexes contient de très bons conseils en ce sens.

    Vous n'avez pas tord en disant que Google nous a formaté. Parfois, nous n'en sommes même plus concsients. C'est devenu naturel.
    D'ou l'intérêt de se pencher sur les sources différentes de trafic...

  7. Edouard Poirson

    Article fort intéressant !

    Pour ma part je trouve que la rédaction web imposé par Google a de grands avantages pour l'internaute.

    Le site va être mieux structuré et plus optimisé, l'internaute va donc s'y retrouver plus facilement.

    D'ailleurs, il suffit de voir les sites qui ne sont pas optimisés pour Google et ceux qui le sont, la différence est criante.

    Dans un site optimisé on va mettre deux secondes pour comprendre l'offre ou le service proposé tandis que sur ceux peu optimisés on va quitter le site avant même d'avoir compris de quoi il s'agissait.

  8. Mist. GraphX

    très bon article, j'ajouterais juste que d'après google webmaster central le contenu Ajax n'est pas référencé plus que le flash ... (enfin pas encore vu qu'ils ont monté un team de développement pour y réfléchir)... le problème de flash n'est donc pas unique et le javascript que l'ont flatte à tout va comme LA techno mobile a ses travers aussi !!! gourmand en mémoire, autant que le flash aussi quand c'est mal codé.

    Quand ont fais le compte un bon vieux site statique, sans javascript, sans artifices ... a plus de chance d'être bien référencé, surement parce que le web évolue trop vite pour Google ;=)

  9. Sylvain Auteur de l’article

    @ Jean Baptiste
    Bonne remarque. Les backlinks permettent d'aller pourrir l'orthographe du site du voisin au lieu du sien (par exemple).

    @ Remy
    Cet aspect est sans doute le plus bénéfique pour l'internaute, tu as raison.

    @ Raph
    Ta dernière phrase résume bien ma pensée. Écrire pour Google en rendant cette rédaction digeste pour le visiteur.

    @ Acevedo
    On laisse pourtant des machines faire des choix pour nous dans de nombreux domaines d'activité. Est-ce dangereux ?

    @ Julien
    L'optimisation pour GG passe peut-être par d'autres techniques que le simple bourrage de mots-clés, non ?
    Mais je te rejoins sur le fait que le seul contenu n'est pas suffisant.

    @ Didier
    Je suis tout à fait d'accord sur la nécessité de se pencher sur l'apport d'un trafic qui ne dépend pas uniquement de Google. Celui-ci reste toutefois sans doute le plus facile à obtenir.

    @ Edouard
    On peut sans doute y voir la facilité liée aux conventions. Partout dans le monde, on sait que l'on passe au vert et que l'on s'arrête au rouge. Les conventions rédactionnelles facilitent le repérage dans un contenu.

    Heureusement, les conventions imposées par Google ont quelques avantages. Même si ces règles ne sont pas toujours faciles à faire comprendre à un client qui veut impérativement son pouet pouet en Flash.

    @ Mist. GraphX
    C'est très vrai. D'ailleurs, certaines pages pas forcément bien codées se placent très bien dans les SERP car elles n'ont aucun artifice bloquant. Tu sais, les pages que tous les graphistes trouvent "nulles" 🙂

  10. Cours

    La poésie impose aussi souvent une forme très structurée et contraignante, cela n'empêche pas aux poètes d'exprimer leurs talents. C'est aussi vrai en chant et en musique, pourquoi pas en référencement ?

  11. Sylvain Auteur de l’article

    @ Cours
    C'est très vrai, très bon exemple.

    En revanche, l'algorithme de Google est encore bien loin de comprendre le sens des fables de La Fontaine 🙂

  12. Climatisation

    Sans Google pas de visiteur. Dans ce cas, rien ne sert d'écrire. Alors oui, moi aussi je pense qu'ecrire pour Google est indispensable même si je me sens brimé.

  13. Keeg

    Comment ça tu n'écris pas que pour nous ?^^

    On écrit pour Google, un (gros) minimum en tout cas, c'est clair. Cependant, je pense que la structure de la page est plus touchée par le phénomène "conformisme Google" que le contenu en lui même.

  14. FOx15

    De mon côté j'écris quand j'ai envie, je fais rien pour optimiser l'indexation de mes articles.

    et encore mieux, je ne regarde plus mes statistiques 🙂

  15. patrenet

    Et après Goole va nous dire qu'il n'aime pas les spammeurs... mais tous ca c'est sa faute ! ^^

  16. Coach

    Heureusement l'algo de google n'a même pas besoin de comprendre le texte optimisé pour fonctionner, enfin j'espère.

    Et pour la blague, les fables de La Fontaine risquent le duplicate content si on les utilise. Alors non, c'est vraiment pas un bon contenu pour un site web, dommage c'était gratuit.

  17. Nicolas L.

    Je suis effectivement aussi un peu usé de rédiger certaines de mes pages avec du texte unique avec minimum 300/400 caractères de texte, alors que ces pages pourraient être remplie d'un copier-coller d'un texte existant avec seulement quelques termes changés...

    Exemple : un billet d'un blog destiné à afficher un "sondage", mais pour lequel on aimerait bien se positionner quand même 😀

    Bon, il y a duplicate et duplicate... Google accepte certaines déclinaisons, il y une limite... mais puisque c'est toujours algorithmiquement mieux de faire des pages complètement différentes et que Google est la source de trafic principale... on s'y plie tant bien que mal. 🙁

    D'un autre côté, je suis aussi d'accord sur le fait que dans une certaine mesure, Google contribue au Web propre... oui oui !

  18. Phil

    On a tous du se former aux exigences de la référence en matière de moteurs.
    Lire les bonnes pratiques sur les forums dédiés, auditer fébrilement GA, Se fixer des objectifs et vérifier qu'ils soient atteints...
    Pourtant quand on a une passion (pour moi la photo) et que Google n'a presque rien à indexer, on en a rien a f*****!
    On est reconnu dans notre domaine et le bouche à oreille suffit à nous amener des centaines de visiteurs par jour sans l'aide de Big brother...
    Et cà...c'est le pied 😉

  19. Wilfried

    Il est vrai qu'un site qui démarre a besoin d'être G friendly, mais avec un certain nombre de visiteurs quotidiens et une réputation de contenu correct, on peut s'affranchir peu a peu de Mr G. On remarquera que les grand groupes s'amusent à être très différent en terme d'apparence et de contenu ( flash a gogo et j'en passe)
    Le nombre de visiteurs quotidiens est tout de même une valeur primordiale de 'équation googueulienne ( I hope )

  20. Gilles

    Tu n'as pas tort mais je ne crois pas que l'on puisse construire un site uniquement en se basant sur les règles de Google. Car les visiteurs viennent pour le contenu avant tout ... On peut par exemple écrire nos articles sans se soucier de rien et voir le résultat plus tard. Si on a aucune visibilité via Google, alors on doit un peu se soumettre et tenter d'obtenir un meilleur référencement en travaillant sur l'article et les mots clés.

    Comme trop d'informations tuent l'information, Google peut aussi permettre à des gens de découvrir nos site.

    De toute façon l'individu moyen que je suis ne peut rien faire contre un expert en référencement donc je pense qu'il faut écrire pour les gens (et pour soi aussi quelquefois) avant tout.

  21. BreiZh SEO

    Indéniablement, écrire pour l'internaute tout en optimisant son référencement est devenu un exercice de style qui demande pratique et expérience. Le tout est de savoir doser pour que le texte reste lisible et agréable pour le lecteur.
    Il reste cependant la notoriété qui peut nous amener des visiteurs sans forcément être très présent sur Google.

  22. julien

    Sympa l'image de l'article.

    Il est dommage d'en arriver la, mais c'est la vie.

    Ecrire pour Google oui, et maintenant le référencement pour Google aussi.

  23. Atv'

    Article très pertinent.

    Mais si je peux me faire l'avocat du diable, Google ne cesse de progresser dans le bon sens et allège de plus en plus ces contraintes de rédaction. En particulier, l'analyse de synonymes/pluriels/fautes est de plus en plus efficace, ainsi que la discrimination d'homonymes en fonction du contexte. C'est encore loin d'être parfait mais le simple fait qu'ils y travaillent est encourageant. Ce sont des problèmes extrêmement complexes à résoudre et je pense que la réalité est plus du côté de la difficulté technique et théorique que d'un complot AdWords.

    Ces contraintes de rédaction permettent aussi de se protéger du SEO sans scrupules. Si les algorithmes de Google étaient tous connus, les résultats de recherche seraient sans doute bien plus squattés et bien moins pertinents.

  24. Bruno

    C'est vrai que Google a imposé sa marque sur le web. Est-ce que c'est dans l'intérêt de l'internaute? Je pense personnellement que oui: un contenu structuré et "riche" (après on peut discuter des formalités, je le conçois), c'est toujours plus intéressant et pratique à lire qu'un contenu désordonné et "spammy".

    Maintenant l'autre question à se poser, c'est "est-ce réellement sain qu'une compagnie privée décide pour nous de ce qui est juste ou pas?".

    Google nous rend beaucoup service, et ça les gens aime bien. Après quand il rend "trop" service, on commence à se poser des questions, et c'est bien normal. C'est lorsqu'on aborde des sujets comme celui ci qu'on se rend compte qu'un concurrent digne de ce nom ne serait pas de refus au final.

  25. Baudat

    En tout cas, je suis plutot de ton avis par rapport à Laurent Billard. Sans parler des techno sympa qui ne sont pas lu par Google. Il ne bride pas seulement l'écriture mais bride les avancées technologiques! Et handicape donc gravement l'évolution!

  26. DF

    Quand je blogue, je me pose si peu la question au quotidien... Google finira bien par me retrouver si quelqu'un cherche quelque chose de précis. Tout au plus, j'essaie de placer un mot particulièrement marquant dans le titre de mon billet (celui qui apparaît dans le cadre de MSIE, en haut à gauche).

    Et je doute que les blogueurs qui s'interrogent à ce sujet soient nombreux dans le domaine où j'oeuvre (blogs de lectures).

  27. Maxime

    C'est un peu la mode en ce moment de critiquer Google et de décrier la tyrannie qu'il nous inflige. Je pense que c'est sain de se poser la question, d'y réfléchir et d'en débattre. Mais je trouve que des fois ça va vraiment trop loin. Je ne trouve pas qu'écrire pour Google et écrire pour les visiteurs soit incompatibles.

    Pour ma part par exemple, lorsque mon équipe a crée le site de mon agence, on s'est concentré sur le visiteur et avons profité des textes moins visibles (balise alt par exemple) pour varier les mots-clés, accent, pluriel... On se porte plutôt bien niveau seo et on garde une satisfaction de nos visiteurs, aussi bien sur le contenu que sur le design.

    Et puis dernière chose, ça nous donne du boulot, alors bon on va pas cracher dans la soupe ^^

  28. Sebastien

    Bon, je suis généralement l'un des premiers à râler contre Google, mais comme j'ai un fort esprit de contradiction, je vais l'inverse cette fois-ci.
    Google a plein de défauts, en particulier celui d'être leader et donc trop important pour nous. Mais est-ce qu'on peut vraiment lui reprocher ? Avant Google, il y avait d'autres moteurs de recherche, encore plus facile à biaiser, et les sites étaient déjà remplis de trucs pas du tout sympas pour les visiteurs afin d'être bien placé.
    La seule chose qui a changé, ce sont les intérêts financiers en jeu. Il y a de plus en plus d'argent sur le web, donc de plus de plus de sites marchands, donc de plus en plus de concurrence pour être bien placé. Sinon, je n'ai pas l'impression que Google soit pire aujourd'hui qu'avant, bien au contraire.
    Je rejoins Atv' pour dire que Google progresse, même si tout ce qu'il fait n'est pas toujours dans le bon sens (selon moi). De manière globale, ça s'améliore.
    On peut espérer l'émergence d'un autre grand moteur de recherche (Facebook après toute la mise en place du F8 ?) pour contrebalancer Google et nous obliger à faire des sites pour plusieurs moteurs en même temps, ce qui affaiblira les actions faites exprès pour les moteurs de recherche. Et encore, je suis sûr qu'on fera alors plusieurs sites pour en avoir un par moteur de recherche...
    Donc est-ce vraiment de la faute de Google ?

  29. Renardudezert

    Tiens ça serait pas le titre d'un de mes billets ("Is google Evil ?") 😉

    Encore un très bon article. Je suis en grande partie d'accord avec les commentaires qui viennent agrémenter cet article. Cependant, je pense qu'il y a 2 points qu'il ne faut pas oublier.

    Le premier est que la langue française est une des langues les plus compliquées au monde, conjugaison, grammaire, syntaxe, orthographe, signification d'un mot en fonction de son contexte, ...
    C'est pour cette raison que je pense que Google (ou un autre moteur d'ailleurs) ne sera jamais 100% efficace sur le traitement des contenus rédigés dans des langues complexes. Il suffit d'ailleurs pour cela de tester les correcteurs d'orthographe (qui ne sont pas nés hier). Combien arrivent à corriger 100% des fautes ? Pour ma part aucun.
    J'ai d'ailleurs longuement débattu sur cette idée, et même si on veut m'affirmer le contraire (rien n'est impossible) notamment en me parlant d'IA (Intelligence Artificielle), il faut savoir qu'on peut faire apprendre de belles conneries à une IA.

    Le deuxième point pour revenir sur le fait que ce sont de "simples" robots qui interprètent nos pages. En effet, les machines font des choix à notre place dans de nombreux domaines MAIS à l'origine, derrière tous ces programmes qui font des choix, il y a des hommes. Et l'homme est faillible, si si, je vous l'assure. Donc tant qu'il y aura des humains (et j'espère que cela durera très très longtemps) derrière les programmes, il y aura forcement des failles dans ces derniers. C'est d'autant plus vrai lorsque l'on est pas maitre a 100% de la technologie que l'on utilise. Et oui, les SEO dépendent de Google, et Google dépend de langages de programmation (j'ai de forts doutes que les dev de chez Google développent en assembleur).

    Pour confirmer ce qui a déjà été dis, il est vrai que devoir écrire pour Google a grandement amélioré la qualité (aussi bien visuelle que rédactionnelle) des contenus de sites optimisés par de vrais SEO.

  30. xavier Essonne

    je crois plus en la pêche à la palangrotte en multipliant les articles (longue traine) et donc une chance de bonne pioche.

  31. jonat

    J'écris a peu près 2 articles par mois pour le site de ma boite.
    Et j'avoue que je ne pense pas du tout à google lors de la rédaction, je travaille très peu mes mots clés.
    Est-ce une erreur ? Sans doute... Après les sujets étant ce qu'ils sont, (en rapport avec l'actualité généralement) c'est plutôt délicat de faire des articles qui traitent uniquement de choses en rapport avec son activité...

    Néanmoins après analyse, les articles "génèrent" leurs propres mots clés.
    C'est peu de visites et de MC comparé au site dans son ensemble évidemment, mais au moins on élargit un peu sa longue traine, même avec des MC qui n'ont aucun rapport avec notre activité. C'est toujours ça de pris... Et puis ça fait du contenu en plus, Google apprécie il me semble.

  32. nicolas

    Belle réflexion et je ne peux qu'être d'accord avec ton point de vue...Mme Canivet, une réponse ?

    En effet, la rédaction web n'être autre qu'une rédaction moteur dans la plupart des cas (que l'on me sorte pas d'exemple rarissime...).

    Bref, on l'aura compris depuis 1-2 ans, le spinning à encore de beaux jours devant lui 😉

    hum...?

  33. Seb

    Bravo pour ce bel article particulièrement pertinent et tellement vrai (j'ai particulièrement aimé la partie sur le menu en flash).
    C'est vraiment une gymnastique à avoir, parfois difficile à maintenir entre fluidité de l'écriture et contraintes des mots clés. Combien de fois ai-je été bloqué dans l'écriture d'un article en ayant à l'esprit mes mots clés importants?
    Je ne sais pas si le développement du "sémantique" va améliorer ou aggraver les choses. Espérons que l'on revienne à une logique plus fluide, peut être grâce à une plus grosse concurrence entre les moteurs avec la montée en puissance de bing).

  34. blackat

    Salut !
    Article intéressant.

    Les clients (ou ceux qui veulent vendre sur le net) sont tous les même : "j'ai déjà ma boutique à m'occuper ... et pis j'y comprends rien a l'informatique ... par contre je veux vendre sur le net !"

    Je trouve ta phrase : « Si des visiteurs me lisent, tant mieux, mais je m’en fiche, je veux juste vendre » très révélatrice.

    Maintenant coté client : « si il n’y a pas de description cela m’intéresse pas. Je veux être sur de ce que j’achète. Ca fait pas sérieux que cela ne soit pas rempli … ca donne pas « confiance » …

    C’est toujours un problème le contenu. Pour etre trouvé, pour faire confiance, pour vendre, pour acheter. Si les gens ne sont pas contents ils n’ont qu’à pas faire de site. S’ils ne veulent pas payer une prestation ou le faire eux même ils n’ont pas à faire de site. Mais justement, ils veulent un site pour « gagner de l’argent facilement »
    … Ho My God ! Quand j’entends se genre de phrase, j’ai l’impression d’être de retour à l’époque des Start up. Les gens n’ont donc pas évolué ?

    Désolé de faire un /troll mais c’est ma réaction à t’on article !

  35. Loli

    Entièrement d'accord avec ton article. Effectivement, Google impose trop de règle et finalement peut être pas assez de souplesse dans son indexation, via son algorithme etc.. Au final, difficile pour un rédacteur aux bonnes idées et aux bons articles, de se faire entendre, si il n'a pas de notions de SEO. Le rédacteur doit rédiger, mais également promouvoir.

    Toutefois, la rigueur de google permet également de faire du ménage. C'est selon moi le point positif le plus important.

  36. chab

    Excellent article qui résume très bien comment les sites et leurs contenus sont créés aujourd'hui. C'est à dire pour Google 😉

  37. axiz

    ET Les réactions et les commentaires produits par les internautes alors ? Le texte généré par les visiteurs ca compte pour Google et les autres acteurs de ce monde passionnant ? Et ce billet, c'est écrit pour Google ou pour nous ? Si c'est pour nous alors bravo, le coup est bien réussit.

    Nous avons même pris de notre temps pour te fournir du contenu. C'est vrai, sans vraiment suivre les règles d'écrire pour Google et nourrit l'appétit de Google pour le texte optimisé. Mais au final, les textes ci-dessus, dans leur globalité vont plaire à Google non ?

    En tout cas, t'es sans doute d'accord que les réseaux sociaux changent la donne en matière de la visibilité. Combien de fois ton billet a été partagé, vu et lu dans les réseaux ? Moi-même je suis venue en suivant un lien sur Twitter.

    OK, Ok, d'accord, j'allais oublier que là aussi, même si on écrit sur les réseaux sociaux ils sont constitués de vraies personnes : nos contacts, "nos amis", nos clients..., il faut toujours satisfaire les caprices du Grand Google si on veut qu'il nous accorde une place visible sur sa grande place de marché.
    Et tout ce texte mérite bien un lien non ? :))
    http://www.axiz.fr/articles/comment-utiliser-les-reseaux-sociaux.pdf :))
    Cordialement

  38. yvandupuy

    Pensez-vous réellement qu'un vrai passionné va réellement écrire pour Google ? je pense qu'on le ressent aussi à travers la vigueur des propos tenus, et l'émotion dans le texte.

    Un passionné dans sa niche ne pense pas forcément "référencement"

    Yvan,

  39. andre

    Merci, je vais twitter ça et je mets la page sur Digg France et d'autres si ça peut servir à d'autres car votre site a l'air mal référencé quand même, le lien que j'ai mis c'est digg-france.com

    --- edit AxeNet -----
    Et celui-ci ? http://www.spammeur-bourrin.com

  40. Florian

    C'est la même chose pour les commentaires... Les 3/4 des commentaires sont fait pour promouvoir son site sur Google. Enfin, je dis ça, j'dis rien.

  41. Nicolas

    @Florian : Tout à fait, et je m'amuse à penser que la plupart des référenceurs qui souhaiteraient une homogénéité du trafic moteur ne soit que de bons hypocrites...

    En effet, il est bien plus simple de référencer et constater des positionnements sur un moteur que 3 ou 4...

    Même si j'entends déjà des sons de "si tu n'es plus dans Google du jour au lendemain, tu n'existes plus, etc..,etc... c'est vrai...

    Néanmoins, sur Bing et la vitesse de mise à jour de l'index ou encore Yahoo et ça manière d'indexer rapidement des sites locaux mais de clairement asseoir des sites sur des requêtes concurrentiel, je ne pense pas que cela soit la bonne idée que d'avoir une pluralité de moteurs en place 😉

    Ceci étant dit, je modère donc mon premier propos, et pense en effet qu'en plus d'écrire pour Google, c'est surout que cela est primordial pour bien ressortir dans les SERPS et donc être visible...

  42. rédaction web

    Je pense que ce n'est pas plus mal. Au moins le contenu produit à le mérite de subir un pré-cahier des charges. C'est donc de la rédaction consciencieuse, bénéfique pour tous;)

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *