Le e-commerce, c'est facile

Votre boutique en ligne dans 3 minutesVendez en ligne en quelques clicsDes milliers de clients vous attendent déjàUne boutique en ligne pour 99 euros !


Je suis certain que vous avez déjà croisé ce type de slogan. Reçu ceux-ci par mail spam ou vu sur des liens commerciaux Google. Et franchement, vous y avez cru ?

Si c'était si facile, nous serions tous riches, non ?

Avant de téléphoner à une agence web pour savoir combien coûte un site marchand, faites un petit travail en amont. L'objectif de cet article est de pointer certains éléments auxquels les futurs e-commerçants n'ont pas toujours pensé. Nous ne rentrerons pas dans les détails techniques, l'idée est de vous faire un petit pense-bête avant de commencer à chercher quelqu'un pour vous réaliser une boutique en ligne.

Revenons sur terre. Le e-commerce c'est du commerce.

La meilleure façon d'aborder les choses, c'est de vous dire « dans la vraie vie, que devriez vous faire pour ouvrir un magasin ? ». À moins que vous ne souhaitiez vendre chaque semaine l'écharpe en macramé que vous avez réalisé ce week end, le e-commerce, c'est quoi ?

C'est avant tout une série de points importants sur chacun desquels vous devez déjà vous être posé les bonnes questions, et avoir au moins de bons débuts de réponses.

  • La société.
    Quelle forme juridique avez-vous choisie ? Pourquoi ? Est-ce que toutes les démarches à entreprendre sont claires pour vous ? Serez-vous salarié ou TNS ? Gérant majoritaire ?
  • Votre nom.
    Allez-vous déposer une marque ? Est-elle libre dans votre classe d'activité ? Les noms de domaines associés sont-ils disponibles ?
  • L'étude de marché.
    Quel type de clients ? Pourquoi ? Qui sont mes concurrents ? Combien vendent-ils ? Qu'ont-ils investi pour ces résultats ?
  • Vos produits et votre politique commerciale.
    Pour quelle bonne raison, quelqu'un viendrait-il acheter chez vous ce que l'on trouve déjà partout à prix compétitif ? Qu'apportez-vous de plus, de mieux, de différent ? Comment avez-vous décidé de le rendre perceptible sur votre site ?
  • La logistique
    Votre stock de départ, il prend combien de place (les 60 mètres cubes ne sont peut-être pas faciles à caser dans le garage). Comment comptez vous livrer, la poste, transporteur ? Savez-vous combien cela coûte ? Besoin de bureaux, d'un local, combien ça coute ?
  • Les fournisseurs.
    Depuis combien de temps existent-ils ? Sont-ils fiables ? Avez-vous commencé à parler de prix avec eux ? Vos marges seront-elles suffisantes ? Sous quels délais livrent-ils ?
  • Le choix d'une banque.
    En avez-vous contacté ? Avez-vous abordé le sujet du contrat VAD (vente à distance) ? Lui avez-vous demandé de vous dissocier les prix de ses offres ? (peut-être vaut-il mieux ne pas prendre la solution de transaction sécurisée directement chez elle, elle la sous-traite surement et prend sa marge). Je ne parle même pas d'un besoin de crédit, dans ce cas, attaquez-vous à la rédaction sérieuse d'un bon business plan pour convaincre.
  • La comptabilité
    Le comptable ne fait pas tout. Avez-vous besoin d'interfacer votre site avec un logiciel comptable ? Lequel ? Combien coûte-t-il ? Les fonctionnalités du site peuvent-elles partiellement remplir cette fonction ? Mais d'abord, savez-vous de quoi vous allez avoir besoin.
  • Français, anglais, allemand, chinois ?
    Où souhaitez-vous vendre ? Vous allez gérer votre site vous-mêmes, êtes-vous capable d'insérer un nouveau produit sur le site en le décrivant dans un anglais correct ? Êtes-vous capable de répondre à un mail en allemand ?
  • Les photos
    Elles sont belles les photos du concurrent qui vous font envie. Mais à moins que ce ne soit les photos d'un fabricant, vous n'aurez pas le droit de les utiliser au risque de vous faire attaquer en justice. Alors, qui va les faire ? Vous ? Avez-vous prévu l'achat d'un peu de matériel (tente à photo, éclairage, appareil) ? Savez-vous retoucher avec un logiciel d'image ?
  • Les conditions générales de vente.
    Les CGV sont obligatoires. Qui va les rédiger ? Combien ça coute ? (résistez à la tentation de copier sur les voisins, cela pourrait vous couter cher).

Pensons maintenant plus spécifiquement au site lui-même.

Avez-vous fait un cahier des charges (non, ce n'est pas un gros mot)

Un cahier des charges, c'est quoi ? C'est un document qui récapitule vos besoins.
Si vous voulez vous lancer dans le e-commerce, vous avez sans doute commandé 4 ou 5 fois en ligne.

Et bien, notez les fonctionnalités * dont vous auriez besoin pour votre boutique. Imaginez vos rubriques, sous rubriques, combien voulez-vous présenter de produits par page ? Avez-vous besoin d'une newsletter, pour quoi faire ? Etc.

Les fonctionnalités, c'est par exemple :

  • Pouvoir gérer de manière autonome certaines zones de textes en page d'accueil
  • Pouvoir appliquer simplement des promotions en affichant le prix initial et le prix définitif. Voulez-vous gérer ces promotions en valeur absolue ou en pourcentage.
  • Pouvoir afficher les nouveautés automatiquement en page d'accueil, en définissant une date de fin.
  • Mettre en avant des coups de coeur, sur quelles pages ?
  • Pouvoir présenter des produits associés lorsque le visiteur est dans la page de détail d'un produit.
  • Générer automatiquement un mail récapitulatif de commande au client.
  • Proposer un espace client récapitulant les commandes précédentes, commandes en cours, le suivi de livraison, autres informations, lesquelles ?
  • Permettre aux visiteurs d'envoyer une alerte produit à un ami ?
  • Afficher plusieurs photos dans une page de détail produit. Afficher des vidéos (qui va les réaliser ?),
  • Pouvoir gérer une page de liens utiles.
  • Pouvoir gérer de manière autonome une FAQ, que doit-elle contenir, seulement du texte ou bien aussi des images ?
  • Avez-vous besoin d'un blog annexé au site ? Pour quoi faire ? Avez-vous une stratégie de communication à ce sujet ?
  • Allez-vous utiliser Facebook, Twitter, dans quelles conditions ? Ces outils doivent-ils être interfacés avec votre boutique en ligne, pour quoi faire ?
  • Voulez-vous gérer de manière autonome des pages de conseil ?
  • Comment voulez-vous pouvoir gérer vos frais de port sur le site, en fonction du poids des produits ? En fonction du CA de la commande ?
  • Voulez-vous gérer des codes promotion, applicables sur quoi ? Les remises s'appliqueront en pourcentage, en valeur absolue, les deux ?
  • Voulez-vous gérer des rubriques produit, des sous rubriques, classer vos produits autrement ?
  • Comment souhaitez-vous gérer vos stocks sur le site ?
  • Que fait-on quand un produit est en rupture, continuez-vous à prendre des commandes ? Bloque-t-on l'affichage du produit ?
  • Etc. etc. etc. La liste est bien plus longue, et surtout, à adapter à votre cas personnel.

Vous l'avez compris, votre site, il faut le penser. Bien évidemment, une agence sérieuse vous accompagnera dans la définition de tous ces éléments. Mais plus vous aurez une vision claire de vos besoins, plus elle sera efficace, et moins la prestation sera chère car vous lui derez gagner beaucoup de temps.

Avez-vous réfléchi à la charte graphique ?

  • Avez-vous déjà un logo ? Faut-il le faire réaliser ? Des tonalités de couleurs en tête ? Quels sont les adjectifs qui transmettent le mieux l'idée que vous voulez faire passer ou l'image que vous voulez donner (ceux-ci seront utiles à un graphiste pour mieux vous comprendre).

Vous êtes-vous renseigné au sujet du référencement sur les moteurs ?

  • Sujet sensible ! Avez-vous réfléchi aux expressions-clés sur lesquelles il serait judicieux d'apparaitre dans Google ?
  • Avez-vous conscience que cela ne se fait pas en quelques semaines pour des mots concurrentiels ? Avez-vous prévu un budget de référencement naturel ? Avez-vous prévu un budget Adwords ?
  • L'agence à qui vous allez faire appel at-elle des exemples concrets à vous montrer de réussite en référencement naturel ? Non ? Fuyez !
  • L'agence vous accompagne-t-elle dans la conception rédactionnelle pour l'optimisation de vos pages ? Comment ? Va-t-elle penser l'arborescence avec vous pour faciliter l'indexation et le positionnement de vos pages ?

Notre conseil, faites des dessins

Cela peut vous sembler ballot, mais c'est sans doute une des meilleures façons d'éviter de zapper des choses importantes.

Imaginez votre page d'accueil, dessinez les emplacements des éléments que vous souhaiteriez y voir. Ça rentre ? Continuer avec les autres pages. N'oubliez pas que l'on passe d'une page à une autre en cliquant quelque part. Peut-on facilement accéder aux autres pages du site à partir de chacune de vos pages ?

Vous avez fait un dessin par page, étalez tout par terre, visualisez l'arborescence de votre site, est-elle logique ?

Stop, je n'en peux plus !

OK, je vous comprends. D'ailleurs, le but de cet article n'est pas de tout lister, même les bouquins de 300 pages ont du mal à ne rien oublier.

L'objectif, c'est de vous faire réaliser, si ce n'était pas déjà le cas, que mettre en place un site marchand qui va générer du chiffre d'affaires et vous permettre d'en vivre, n'est pas un projet simple.

Nous vous laissons donc cogiter à tous ces points. Quand vous aurez vous-mêmes des idées claires sur votre projet, il sera bien plus simple de l'expliquer à une agence web.

Quelques réflexions complémentaires :

Je ne vais pas réécrire ce que d'autres ont fait avec excellence, je vous invite donc à lire le très bon article de Ludovic Passamonti qui détaille pourquoi un bon site e-commerce coûte forcément un peu cher si vous souhaitez réellement réussir.

À ne pas manquer non plus, le blog de Zandira. Je vous conseille de remonter à partir des tout premiers articles. En effet, cet entrepreneur a eu la très bonne idée de partager son expérience de création d'un business e-commerce au fil des semaines. Les galères, les écueils, les joies, y sont égrenés et permettent de voir les choses sous un angle très factuel.

Oups, j'avais oublié, ne manquez pas non plus cet excellent article du capitaine.

Alors, prêt pour le e-commerce ?

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

53 réflexions au sujet de « Le e-commerce, c'est facile »

  1. Picamen

    Excellent article. Même si tous les points citées semblent primordiaux, je me permets d'insister sur 2 points :
    - Les marges : J'ai pu assister à des projets du genre "J'adore le cinéma, je vais me lancer dans la vente de DVD", ouch.... 😛
    - Les photos : trop souvent négligées par les nouveaux e-commerçants, c'est souvent l'un des points les moins évidents à mettre en place.

  2. jerome

    Si je puis me permettre, il manque une ou deux bullet list :
    - Stratégie d'affiliation / syndication de contenu (marchand).
    - Stratégie mail marketing.
    Sans lesquels une stratégie webmarketing n'est pas complète.

    sinon, j'apprécie toujours autant voir même de plus en plus vos petits billets ;).

  3. Marc

    Bon, pour les utilisateurs qui ont déjà fait tout ou partie de ce type de parcours, on arrive bien à retrouver ses petits en termes de temps passé et de budget notamment.
    Ce qui est plus difficile à évaluer et à "avaler" c'est le coût de l'animation du site (SEO + SEA), en rapport des performances attendues (espérées ?) mais pas garanties du tout.
    Il y a beaucoup de domaines où un prix donne un résultat certain et prédéterminable, là c'est plutôt la glorieuse incertitude du sport...

  4. CWM Consulting

    Bonjour Sylvain !

    Et merci de cet article.

    Personnellement, je ne pense pas que, dans ce genre de pense-bête (toujours très utile), il faille intégrer des questions de stratégie marketing et communication. Restons-en uniquement à des éléments concrets et techniques...

    Pour ce qui est de la com et du mkt (hors référencement basique), Twitter et tout le tremblement, mon avis est qu'il faut réaliser une stratégie autonome et, le plus possible, indépendante des caractéristique du site. Il s'agit alors de répondre à la question : "comment faire vendre ?" et non pas "comment vendre ?".

    Pour ce qui est du seo, je suis partagé, il est si important qu'il faudrait a priori le prendre comme un élément indépendant, du moins le faire comprendre comme tel... Pour autant, le dissocier de la construction technique du site se révèle, si on ne le connait pas assez, être une erreur la plupart du temps...

  5. Damien

    Eh oui, il est nécessaire de bien comprendre que le web ce n'est pas la simplicité. J'y ai cru à mes débuts, mais c'est cela qui m'a amené à ce que je fais maintenant !

  6. Talents

    Bonjour

    Le facteur temps est un des nombreux paramètres à gérer - mais personnellement c'est l'un des plus important.
    Le web n'a rien de facile - une agence web sérieuse - va vous permettre de gagner énormément de temps (et donc d'argent au final) en évitant les problèmes dès le départ.
    Développement - référencement - optimisation du code...

    Lors de votre cahier des charges - prenez cela en compte car au niveau de votre trésorerie - cela à une importance capitale.

    Prenez le référencement - une agence sérieuse vous fera gagnez beaucoup de temps sur le référencement naturel de votre site et organisera de manière efficace une campagne d'AdWords pour débuter votre activité.

    Vous préférez prendre du temps pour gérer vos ventes - vos prestataires ou à régler des problèmes de référencement et de codes ?

    Mais cela ne veut pas dire que cela reste facile - une implication personnelle forte reste indispensable.

    Talents

  7. Fabien

    Le plus important avant tout est, comme indiqué dans l'article, de réfléchir et de produire un business plan béton qui permettra de paraitre crédible devant les banques et qui permet également de prendre le recul nécessaire sur sa future activité (charges fixes, variables, bénef prévisionnel...)

  8. Sebastien

    Mais non, sur internet, il suffit de trifouiller son ordi, ça ne coûte rien et en plus on gagne plein d'argent ! ^^
    D'ailleurs, c'est fou, mais aucun concurrent n'y a pensé avant (c'est tous des imbéciles) et il suffit d'arriver comme une fleur pour gagner.
    Bon, ok, je blague. Mais on croirait entendre ça tous les jours.
    Après, je ne suis pas pour autant un adepte du "on sous-traite tout" même s'il est logique que le blog d'axe-net parle de sous-traiter le référencement. Celui qui n'a aucune expérience et veut se lancer en sous-traitant tout est presque sûr de se planter puisqu'il se fera plumer par chaque sous-traitant. Donc je conclurais en disant que c'est vraiment comme dans une boutique classique : on peut se lancer sans expérience, mais on piétine, on perd d'abord de l'argent, les clients ne font pas de cadeau et on se rend ensuite compte de ses forces et de ses faiblesses afin de choisir ce qu'on doit sous-traiter.

  9. Web consulting

    Pas d'accord avec cwm.
    Trop de gens pensent que pour vendre sur le net il suffit d'avoir un site marchand.
    Je pense que la réussite passe par une bonne statégie. Bien avant la qualité du site. Les futurs entrepreneurs négligent trop souvent ce point. Ils oublient les coûts inérents aux investssements connexes. Résultat : il leur restent 6000 euros pour le site et ils ne peuvent pas se payer le site qui conviendrait à leurs souhaits.

    Au contraire, pour ma part, je trouve utile d'aborder tous ces points dont beaucoup n'ont pas concsience. Sans s'être posés ses bonnes questions en amont, ils vont directement à l'échec.

  10. providenz

    Et ce n'est pas la pléthore d'offres de boutiques e-commerce hébergées qui vont aider à juguler le phénomène.
    La facilité de mise en ligne d'une boutique ou d'un site grâce aux plateformes à X euros par mois masque la difficulté de la démarche et de la planification en amont.

    Une mauvaise (ou absence de) prise en compte de ces différents facteurs conduit à un échec rapide. Ça marche aussi pour les commerces IRL et les entreprises de toutes sortes.

  11. Yvan

    Je suis d'ailleurs surpris de certaines solutions "clés en main" en affiliation ayant vu le jour récemment. Je pense notamment aux boutiques e-declic et 1tpe. Un leurre pour ma part: hormis un bon marketing par article , ou une belle liste constituée sur une niche précise, il y a peu de chances que ca fonctionne! sauf pour les boutiques ayant un gros budget com, avec un dossier solidement étudié!

    Yvan,

  12. Jokan

    Quel pourcentage de boutiques en ligne est une réussite sur toutes les boutiques lancée ? Voilà une question importante dont la réponse est inférieure à 1 % !

    Alors c'est sûr que si on ne met pas un peu de stratégie et d'argent, on ne fait pas mieux que les autres...

  13. sebastien133

    Mon opinion se rapproche de celle d'Yvan, et je regrette qu'un certain nombre de confrères préfèrent laisser croire n'importe quoi aux clients pour se faire un peu de sioux.

    D'après moi, le client doit être prêt à s'investir dans le fonctionnement de son produit, la communication, le SEO... Et ne surtout pas laisser la main à un ou plusieurs prestataires.

    Je conseillerai même une association avec un professionnel du domaine et de ne pas se lancer seul si on n'y connais rien.

  14. Vincent

    Merci pour cet article.

    Personnellement je conseillerai à toute personne qui souhaite se lancer dans le e-commerce de faire une veille sur les différentes boutiques et faire des commandes pour voir les avantages et défaut des concurrents.

    Ensuite, bien penser au canal de développement du site et à la complexité des mises à jour du catalogue.

    Enfin, pour dernier conseil : lancer son activité en test la première année avec un prévisionnel assez faible puis, quand la machine est rodée, mettre le paquet en visibilité (naturelle ou payante).

  15. Pierre

    Bonne liste récapitulative, même si perso je commencerais par lister et mettre en place mes strat. de com. et mes sources d'acquisition de trafic...

  16. Yonni

    Quant au plateformes permettant de créer une boutique e-commerce en 3 minutes, oui il ne faut pas espérer grand chose ... c'est la plateforme qui s'enrichit, avec des micro-ventes sur chacune des e-boutique, çà leur fait sans doute un joli revenu global...

  17. Jacques PYRAT

    « Que fait-on quand un produit est en rupture, continuez-vous à prendre des commandes ? Bloque-t-on l’affichage du produit ? »

    J'avais cru comprendre qu'une loi récente interdisait désormais de proposer à la vente un produit n'étant pas en stock. Me trompe-je ?

  18. Sylvain Auteur de l’article

    @ Littlebuzz
    Pour ma part, je dirais "longue vie à la boutique Zandira", et merci pour ton partage d'expérience.

    @ Jérome
    C'est vrai, merci de ces compléments.

    @ Marc
    Ta remarque est judicieuse. C'est un peu comme la distribution de tracts publicitaire ou la publicité télé ou radio, le ROI n'est pas toujours facile à calculer.

    @ Pierre (CWM)
    Je pense tout de même qu'une personne qui se lance sans stratégie marketing a toutes les chances de se planter lamentablement. Un minimum d'étude du marché et de la concurrence me semble être indispensable.

    Il me parait en être de même pour le SEO. On voit tellement de boutique optimisée avec les pieds. Il ne faut pas s'étonner des mauvais résultats ensuite. Et je ne parle pas de ceux qui n'ont prévu aucun budget d'animation de leur outil (SEO, SEM, etc.)

    @ Talents (drôle de nom)
    Je suis d'accord avec ta dernière phrase. Certains pensent que sur le net tout marche tout seul. C'est d'ailleurs pour les réveiller que cet article reprend certains points cruciaux dont il devront s'occuper.

    @ Sebastien
    Je pense qu'un e-commerçant se doit de sous traiter les choses qu'il ne maitrise pas (création du site et autre). Il est sans doute plus efficace et plus rentable s'il s'occupe de ce qu'il maitrise (recherche de fournisseurs, achat, vente) dans son domaine d'activité.

    @ Web consulting
    Oui, je te rejoins sur ce point.

    @ Yvan
    Ce genre de miroir aux alouettes a encore de beaux jour devant lui.

    @ Jokan
    On récolte ce que l'on sème.

    @ Sebastien
    Franchement, si certains de mes clients avait du s'occuper de la conception de leur site et de leur SEO, leur boutique ne serait pas encore ouverte. Alors qu'aujourd'hui, ils gèrent une cinquantaine de commandes quotidiennes.

    Maintenant, je vous rejoins Yvan et toi sur la nécessaire implication du commerçant. Le transfert de compétences n'est pas à négliger non plus.

    @ Wilfried
    Je suis d'accord, c'est d'ailleurs le sens de ma réponse à Yvan et Sebastien.
    Pour ma part, je sous traite la comptabilité de mon entreprise (par exemple), je n'ai aucune valeur ajoutée et le temps que j'y perdrai ne serait pas du tout rentable. Je préfère faire ce pour quoi je suis bon et rentable.

    @ Vincent
    Oui, la veille concurrentielle est sans doute la meilleure piste pour éviter de faire de grosses erreurs.

    @ Pierre
    Oui, mais pour dire cela, toi, tu as de l'expérience. Tous les e-commerçants n'en ont pas.

    @ Yonni
    En effet, même réponse qu'à Yvan.

    @ Jacques
    J'ai un gros doute. Les plus grands du web le pratique. Mais je veux bien un texte si tu as.

  19. Loli

    Très bon article. Il récapitule bien dans la globalité toutes les démarches à prévoir et les problèmes que l'on peut rencontrer lors de la création de son e-commerce. Une véritable aventure un e-commerce !!!

  20. Arf

    Quel slogan magnifique, malheureusement commencer avec 99 euros une boutique e-commerce ou avoir un capital de départ de 1€ pour créer son SARL est une grande blague...
    Avant d'arriver à vivre de sa boutique e-commerce ou juste arriver à vendre quelques produits, le temps va s'écouler si aucun travail marketing, de visibilité n'est effectué. Adwords, référencement naturel, SMO, bref un temps alloué important qui demande un budget parfois conséquent...

  21. CWM Consulting

    Oui, c'est certain Sylvain. Mon message a été mal compris apparemment.
    Sans stratégie, c'est le plantage assuré (com et seo). Je précisais simplement (sur la forme uniquement) que la stratégie doit être pensée en dehors de la réalisation technique, en en amont évidemment 😉

  22. creation site e-commerce

    Vous en connaissez, vous, des gens qui se lancent et qui devraient être des pros de :
    - Achats / sourcing produit / création de gamme.
    - Logistique d'appro.
    - Maitrise technologique et ergonomique de la boutique.
    - Techniques d'acquisition de trafic (je vais pas énumérer, mais SEO, SEM, shopbots, affiliation pour rester simple, voire retargeting / emailing / couponning si on gratte un peu, voire encore la même chose mais sur du 2 temps avec un programme PRM velu).
    - Techniques de conversion.
    - Logistique de distribution.
    - Fidélisation.

    Non, pour réussir, à mon sens, faut avoir une maitrise forte de tout ce qui touche au produit (disons les 2 premières lignes de ma liste), et s'entourer de pros pour le reste.

    Malheureusement, dans les +/- 70 000 boutiques en France, combien ont une réelle mainmise sur leurs gammes ? Combien ont une place intéressante dans la chaine économique (fabricants, importateurs)permettant des marges brutes convenables et compatibles avec un investissement media digne de ce nom ?

    Bien peu, hélas. Donc au lieu de vendre du professionnalisme, on vend du 'tout pour rien', parce que c'est le discours que le marchand veut entendre...

    Et on a un site pour 99€, et du ref nat pour 29€ (si si, c'est écrit dans Google, donc ça marche, non ?).

  23. Le Juge

    Encore un article tres complet surtout quand on lit les articles connexes (celui de ludivic est tres bon aussi).

    Espérons que cela remettra la tete sur les epaules des entrepreneurs un peu trop aventurier qui déboulent devant vous la tete pleine de projets mais qui n'ont aucune idée de la somme de travaille nécéssaire pour les réaliser.

    La passion c'est quelquechose de bien mais pas dans ce cas la... ou il faut savoir garder raison!

  24. damien

    - Sourcing produit
    - la logistique
    - le transporteur
    - le SAV

    C'est à mon avis les 4 points essentiels pour gérer une boutique en ligne. C'est ce qui va faire le succes d'une boutique ou sa perte.

  25. greg

    A 99 euros 1 prestashop + 1 compte paypal :)non je crois qu' il vaut mieux s'acheter un mégaphone + une caisse de bière pour se donner des forces:)et vendre son produit à la crier sur les marchés....

  26. Evioo

    Très bon article comme d'habitude, un joli pavé qui ferait sans doute fuir au moins la moitié de ceux qui veulent se lancer dans l'aventure e-commerce.
    En plus de tous les aspects à maîtriser, il est bon de rappeler que sur le web la concurrence est plus féroce que nulle part ailleurs, la guerre des prix est sans fin, beaucoup ni survivent pas...

  27. Stéphanie

    Merci beaucoup pour ce post je debute dans le e-commerce et cela m'a beaucoup aider pour monter mon site

  28. damien

    "J’avais cru comprendre qu’une loi récente interdisait désormais de proposer à la vente un produit n’étant pas en stock."

    Je ne sais pas si c'est à cela qui vous faisiez référence mais j'ai cru comprendre qu'il y avait une loi qui interdit de faire de la pub en extérieur du magasin sur un produit en promo sans avoir de stock. S'il n'y a pas de stock, le marchand est dans l'obligation de livrer sous 15 jours ou de le remplacer par un produit de même qualité (ou supérieur).
    Du coup, le marchand se dédouane souvent en précisant le nombre de pièce disponible.

  29. Sylvain Auteur de l’article

    @ Greg
    Oui, c'est sans doute plus rentable.

    @ Jerome
    Vous devriez trouver votre bonheur parmi les 150 autres articles de ce blog 🙂

  30. creation site e-commerce

    @Damien

    Oui, c'est une évolution jurisprudentielle de la règlementation 'sur les publicités de nature à induire en erreur'. C'est pour répondre à des abus assez classiques sur le net : J'ai pas de sous pour acheter de la marchandise, donc je prends (et j'encaisse ) la commande, comme ça je peux acheter le produit à mon fournisseur ensuite. Et que le client attende 2 mois pour être livré, je m'en balance.

    Mais en pratique, ça existe depuis des lustres dans le monde réel :Par exemple (classique aussi), le magasin qui fait une pub monstre sur un produit à un prix délirant , avec en petit 'dans la limite des stocks disponibles', et qui en fait, n'en achète que quelques uns, de ces produits. ca lui permet de créer du trafic dans le point de vente, et de vendre d'autres choses avec plus de marge. -> comdamnable ! La Répression des fraude est féroce, quant elle tombe sur ce genre de pratique.

    Alors vous allez me dire 'c'est la mort du dropshipping'. Bah oui, d'une certaine manière, sauf que... Le Repression des fraudes intervient très majoritairement sur la base de plaintes. Donc si vous avez du 'bon ' dropshipping, ça passe, parce que le client est livré rapidement. Par ailleurs, il y a un 2ème effet Kisscool : Normalement, le marchand ne doit débiter la CB qu'à l'expédition effective du produit.

    Donc au final, si vous respectez ce dernier point, ça passera. Mais du coup, pas de gain (ou faible) de trésorerie, sauf à négocier des conditions de paiements à 60 ou 90 jours chez le fournisseur.

    On revient à ce que je disais, la qualité première d'un marchand, à mon sens, c'est piloter ses appros.

  31. Hams

    Merci pour cet article très complet, je l'ai conseillé à un ami qui avais justement envie de lancer une boutique e-commerce 🙂

    Donc vive l'article qui tombe à pic 🙂 hi hi

  32. Julien

    Franchement s'il y a bien un truc primordial c'est de faire une étude (si on ne connait pas son secteur sur le bout des doigts) afin d'étudier à fond la rentabilité. Trop de gens ont juste l'impression que leur idée vaut de l'or, alors que dans la réalité...

  33. LaurentB

    On avance quand même bien à ce niveau.
    Par rapport à d'autres secteurs comme les news, je dirais que l'e-commerce se tient bien. En tout cas, certains acteurs font de belles choses. Je peux certifier cela vu de l'intérieur en tant que consultant pour des e-commerçants à succès.

  34. Jérémie

    Alors la c'est de l'article complet.
    La partie référencement est juste évoquée, mais je pense que bons nombres des réponses aux questions que l'on peut se poser sont présentes dans les articles précédents.

    A propos des agences de référencement, ca pullule mais il est difficile de s'y retrouver...

    Avez-vous des agences à conseiller ? des agences déjà testées ? A part Axe-net évidemment 😉

  35. jonat

    +1 pour l'étude de Marché, une étude en amont est primordiale !

    L'exemple d'un ami qui s'est lancé dans le e-commerce sans avoir vraiment étudier son marché (et puis sans avoir bosser correctement son référencement et l'ergonomie de son site, bref...) qui a vu son site ne faire que très très peu de ventes voire aucune.

    Du coup il a laissé tomber... Ou comment planter une bonne idée bêtement.
    L'idée que l'on peut réussir sur le net sans trop de taf est vraiment tenace...

  36. Sylvain Auteur de l’article

    @ Jérémie
    D'autant plus qu'au fil du temps, nous nous concentrons sur le référencement des sites que nous réalisons.

    Pour les agences que je conseillerai, la règle est simple :
    - verifier les dires des commerciaux. Qui est positionné sur quoi, les requêtes sont elles concurrentielles ?
    - demander ce qu'ont été les echecs (il y en a toujours), et quelle analyse a été faite derrière.
    - téléphoner aux clients et leur demander : combien cela leur a-til couté ? Sont-ils contents ? Quels sont concrètement les résultats obtenus? (certains sont mécontents de résultats fantastiques en regard de leur budget).

    Ensuite, il faut savoir ce que l'on est prêt à faire.

    A titre annecdotique, certains clients m'ont dit être d'accord pour des échanges de liens, mais ne veulent pas de liens sortants sur leur site 🙂 difficile de travailler dans ces conditions.

    Il y a aussi ceux qui ne veulent pas que l'on touche à leur code, d'autres qui ne veulent pas que les textes soient modifiés, etc.

    En gros, il faut s'attendre à ce qu'une bonne agence demande aussi du travail au propriétaire du site et en parallèle chamboule un peu le site en place.

  37. jerome

    "(certains sont mécontents de résultats fantastiques en regard de leur budget)"

    Malheureusement super vrai :
    - j'ai un client pour qui nous avons réalisé plus de 627% d'augmentation (on place toujours un marqueur analytics en début de projet) pour avoir l'info en permanence.
    Le client m'a dit qu'il n'était pas content car maintenant il faisait trop de trafic mais il ne vendait pas.

    Pour info nous sommes une agence de ref, pas les concepteurs du site, c'est pas moi qui ai fait que l'ergonomie du site était déplorable.

    Jamais content ces clients, et quand ils sont content, ils ne le disent jamais aussi.

    PS : pour relativiser le +627% , il partait de super loin…

  38. referencement site e-commerce

    Le ref nat, c'est le Graal du marchand.
    Le problème, c'est que dans le ref NATUREL, il y a NATUREL : Beaucoup de marchands pense que donc, il n'y a rien à faire, ou pas grand chose, faut juste laisser faire les robots, et que donc, ça ne coute pas grand chose pour être positionné.

    Après, je pense que c'est compliqué de faire du ref nat, en tant qu'agence, quand effectivement le client ne veut pas qu'on touche à son code et/ou ses contenus. C'est comme demander à un cul-de-jatte de traverser la Manche à la nage.
    Bon, y'en a un qui y est arrivé, quand même, la semaine dernière (chapeau bas !). Mais il a mis 36 heures. Et bien sur, les marchands veulent du résultats très vite.

    Après, quand on peut rien toucher, il y a toujours la solution Netlinking. Ca fonctionne bien, cette approche, mais là aussi, s'il faut générer 3000 liens, faut pas rêver, ça aura un coût, aussi.

    Et je rejoins Jérome, même quand on a de bons résultats en SEO, ça ne garanti pas que le business du marchand se portera bien : Le SEO, ç'est du trafic, ok, mais si le site est mal fichu, et surtout si l'assortiment ne se tient pas, les conversions seront mauvaises.

    Question : est-ce que quelqu'un ici a déja vu un marchand accepter de remettre en cause son assortiment, ou à minima, payer pour un audit merchandising ? Pour ma part, à ce jour, aucun. Et pourtant, constituer un assortiment, c'est primordial...

  39. Jérémie

    Merci pour ta réponse Sylvain.

    C'est vrai que le référencement naturel ne satisfait pas toujours les gens même quand c'est bien réalisé.
    On aimerai toujours plus 🙂

    Et puis le référencement c'est censé amélioré le nombres de visites, le taux de transformation devrait pas être modifié

    Sauf si le nouveaux trafic est plus qualifié.
    A vérifier avec le taux de rebond, qui est censé grimpé en même temps que le référencement.

  40. Xav

    Le plus dur, vu le nombre de boutiques qui existent, c'est sans doute de se faire connaître. Pour ça, il y a un gros travail à faire point de vue référencement, et il faut savoir se différencier des concurrents.

    Faire un nouveau Cdiscount, c'est peine perdue à moins d'avoir un gros gros budget et d'être très bien entouré.

  41. Erwan

    Merci pour cet article, vraiment intéressant.
    Tu poses beaucoup de question (j'avais oublié celle de la facturation). Mais tu aurais pu mettre les réponses avec 🙂

  42. Forum iphone

    Merci pour cet article très instructif , le e-commerce n'est pas une chose facile

  43. jann

    Donc aucun clients sur des plateformes hébergées ne peuvent espérer avoir un e-commerce viable!?
    Rassurez moi, on peut avoir un e-commerce sans avoir l'objectif d'en faire le N°1 de son secteur, de la même façon qu'il y a des "petits commerces" on peut avoir de "petits e-commerces"... même si tous de seront pas viables, on est d'accord!

  44. Sylvain Auteur de l’article

    @ Jan
    Je ne sais pas quoi vous répondre.
    Si 200 euros de CA mensuel rendent le propriétaire heureux, tout va bien. Si quelqu'un se satisfait d'un commerce qui n'est pas viable, c'est son affaire, non ?

    Par contre, on peut tout à fait avoir un site viable sur une plateforme hébergée, et se planter avec un site fantastique, mais une stratégie à coté de la plaque sur son marché. Viable, cela veut juste dire que l'on ne perd pas d'argent, cela ne veut pas dire qu'on en perçoit des revenus.

  45. jann

    @Sylvain, C'est effectivement la 2ème partie de réponse que je souhaitais en fait...!
    Que ce soit avec peu ou avec des 10zaines de milliers d'euros investis, le niveau de difficulté est presque le même!
    A quelques nuances effectivement!

  46. Manu

    Etant propriétaire d'un E commerce et si je peux me permettre je donnerais simplement ces conseil:

    *Commencer petit, ne pas partir dans un projet trop compliqué et utiliser des logiciel E-commerce comme Prestashop. C'est hyper rapide d'utilisation et simple.
    *Ensuite commencer par lire les blogs Seo comme celui ci pour débuter votre référencement tranquillement et surtout gratuitement! Même si vous n'y connaissez rien, un peu de lecture arrangerons tout ça.Ne payez pas un référenceur pro dès le début sinon vous sacrifierais une bonne partie de votre budget.
    *Enfin, le commerce n'est pas viable de suite, ayez en tête que les 2 premières années seront financièrement difficile. Il faut faire des concessions et investir les bénefs dans sa boite plutôt que de flamber.

  47. Magento

    Belle analyse,
    Je rajouterai choisissez un bon prestataire en fonction de l'ancienneté projet réalisé. La fourchette de devis varie du simple au triple voir plus... souvent pas justifié souvent oui. Certaines agence proposent des sites magento à plus de 10 000€ sans connaissances, elles sous-traitent ce qui fait monter la facture. Pour bien réussir son projet commencé petit et monté en puissance.
    Les frais bancaires peuvent aussi varier, j'avais fait une petite étude vite fait, mais on peut voir déjà les différences.

  48. Eric

    L'e-commerce est devenu tellement accessible que la concurence est de plus en plus rude alors ce qui fait la différence c'est bien entendu le prix mais un site bien fait avec une étude en amont à toute les chance de tirer son épeingle du jeu. Rien n'est facile dans la vie, c'est le travail qui paye !

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *