Le SEO est-il devenu de la guérilla ?

Camouflage SEO

Il est assez surprenant de voir comme le référencement à changé ces deux dernières années. Le contenu et les liens restent les deux leviers principaux de visibilité, mais la manière de construire ses pages ou d'obtenir des liens prend bien plus en compte les utilisateurs.

Le volume (pas cher) qui était perçu comme la panacée est aujourd'hui remplacé par du qualitatif. Pour autant, si l'utilisateur y gagne, est-ce en respectant à 100% les consignes de Google que l'on accède au trafic tant espéré ?

Pourquoi ne peut-on pas respecter aveuglément les guidelines de Google ?

Le contenu

La base des guidelines est très censée.
Lorsque Google nous dit de créer des sites, des contenus utiles à l'utilisateur, ceci me semble évident. Je considère que c'est une base indispensable pour obtenir du trafic. Une page qui ne répond pas à l'attente formulée par une requête n'a aucune raison d'être présentée dans les résultats de cette recherche.
La première question à se poser est donc "Ma page apporte-t-elle une vraie réponse à l'utilisateur qui a tapé cette requête ?" J'insiste sur ce point, car très souvent, des pages placées devant la sienne le méritent vraiment !

Avant de vous torturer sur votre positionnement, soyez réellement critique avec votre site et vos contenus. Sur cet aspect, les conseils de Google sont parfaitement justifiés. On ne devrait jamais commencer à penser référencement avant d'être parti sur ces bases.

Les liens

En revanche, le discours de Google sur les liens reste un peu irréaliste. Selon eux, le fait de produire un contenu de qualité est suffisant pour attendre que les liens tombent tout seul.
Bien évidemment comme dit plus haut, c'est un socle, une base indispensable, mais est-ce suffisant ? Sans doute pas.

Le meilleur des contenus peut finir avec une audience négligeable et donc obtenir très peu de liens entrants. Très souvent, il faudra donner un coup de pouce. Il faudra trouver un moyen d'obtenir des liens de départ sur des sites visités qui draineront un trafic ciblé. À partir de là, notre contenu à plus de chance d'être linké et partagé par les lecteurs de ces sites.

Mais faut-il pour autant jouer avec le feu ?

En me méprenant sur une réflexion de Denis (Hawkeye) sur le forum Webrankinfo, j'expliquai ma position sur l'obtention de backlinks.

Je ne veux pas me paraphraser alors je résumerai cette position en disant que la qualité d'un backlink est primordiale. Et pour moi, qualité veut dire :

  • un BL dans un contenu en adéquation avec mon lien pour les lecteurs
  • un lien qui aidera réellement le visiteur qui souhaite en savoir plus
  • un lien qui a du sens (lire cet excellent article d'Olivier)
  • un lien sur un support apprécié et cautionné par ses visiteurs

Quoi de commun entre ces différents points ? Le VISITEUR !

Et c'est en raisonnant avec ce visiteur en ligne de mire que l'on envisage "un angle de pose" de son lien, une intention !

Pourquoi un lien a-t-il été créé ? Quelle est son intention ?

En juin dernier lors du SMX, j'ai eu l'occasion de discuter avec Vincent Courson, responsable à la webspam team de Google pour la France.

Cette notion d'intention d'un lien est importante pour lui et son équipe. N'oublions pas que son rôle consiste à ce que les SEO ne fassent pas des liens seulement pour manipuler l'algo de Google.

Mettons-nous dans la peau d'un membre de la webspam team.
En analysant les liens d'un site, il tombe sur un article dans lequel se trouvent 4 liens externes. Aucun de ces liens n'est trop optimisé en terme d'ancre (pas de SEO bourrin derrière). Tous les liens sont justifiés pour permettre aux visiteurs d'aller plus loin sur un sujet ou de comparer des offres. Les liens sont justifiés en terme de contenus proposés. Les liens ont un vrai prétexte à être présents dans le contenu.

À la question : Est-ce que l'utilisateur a de vraies raisons d'aller cliquer sur le lien, lui est-il utile ?
La réponse est oui.

Mais pourquoi donc ce "contrôleur" irait-il vous chercher des noises, car un de ces liens est le vôtre ? Même si vous avez tout conçu uniquement dans le but de poser votre lien (qui bien sûr pointe vers une page apportant de la valeur ajoutée au visiteur).

Bref, même si le terme de "poser" un lien ferait grincer les dents de Vincent, sa quête,c'est de faire supprimer les liens qui n'apporte rien à l'utilisateur et ne servent qu'à manipuler Google.
Si vos liens entrants répondent aux critères de qualité que j'exposais ci-dessus, vous ne devriez pas craindre de sanction.

Pour les modèles, jetez donc un petit coup d'oeil à des extraits de vrais liens naturels et de liens posés pour le SEO. Pas besoin de chercher 3 minutes, les "faux" liens sont flagrants.

Revenons à ma notion de guérilla.

Il fut un temps, le lien s'achetait au kilo. On préparait des tonnes de munitions, on lâchait ça sur le champ de bataille sans trop faire de distinction. On ne se préoccupait pas trop de ce qui allait fonctionner ou pas. Ça ne coutait pas cher, les 20% efficaces rentabilisaient le tout. On laissait ses munitions non explosées sur place.

La grande différence de nos jours vient du fait que Google vous renvoie à la figure vos bombes non explosées, et c'est sur votre site qu'elles pètent.

Pourquoi le rebelle guérillero est-il le linkeur du futur ?

Sans doute, car il a compris que sur le terrain accidenté qu'est devenue la SERP, la grosse armada n'est plus efficace. Elle se repère à des kilomètres et se trouve régulièrement coincée à la merci de l’ennemi dans les petits passages enclavés.

Il sait aussi qu'il n'a pas les moyens d'engager des batailles sur le volume, car son ennemi possède un arsenal incroyable de satellites et autres drones qui lui permettent d'identifier les mouvements de masse en quelques secondes.

En revanche, lorsqu'il s'attaque à de très bons objectifs ciblés, il peut se la jouer sniper, écarter tous les risques d'être repéré, être quasi certain de réussir son coup. Bien sûr, son approche de l'objectif sera longue, il devra la préparer, se faire quelques amis dans la population locale pour arriver au plus près, mais une fois en place, son action est quasi gagnée d'avance.

On peut même penser que dans certains cas, ses actions qui le servent lui avant tout font moins de bruit que ceux qui affichent à tous les outils de leurs victoires dans la SERP. Finalement, il n'est pas forcément intéressant de le condamner pour l'exemple, ceci ne ferait pas assez de bruit.

Et puis sur le fond, il n'est pas si dérangeant que cela. Il permet même souvent à son ennemi de garder la face, car il garde l'anonymat et ne sert pas de modèle. Bref, il couterait trop cher à débusquer en regard de la menace qu'il représente.

Peace & love.

L'analogie au guérillero s'arrête là. Google n'est pas un ennemi, c'est juste un territoire sur lequel nous voulons construire un lopin verdoyant pour notre site.
En irriguant celui-ci sans faire de vagues et sans se mettre à dos le grand patron de la contrée, il pourrait même accessoirement nous remettre une médaille ( belle position sur une requête concurrentielle) à la foire du coin si nos actions servent son peuple.

Plantage de liens en terrain hostile.

Plantage (de liens) en terrain hostile. (photo Umberto Brayj)

En conclusion

Raisonnez en rebelle solitaire, ciblez vos démarches qualitatives quand vous allez à le recherche de liens. Une petite quantité d'actions bien menées paye plus que les opérations de masse d’antan et fait prendre bien moins de risques.

En pensant vos liens pour les utilisateurs, vous êtes dans la logique de Google, c'est bien plus durable que de l'attaquer de front !

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

24 réflexions au sujet de « Le SEO est-il devenu de la guérilla ? »

  1. Simon

    Sympa l'article d'un dimanche de vacances ;). Entièrement d'accord pour dire qu'aujourd'hui il vaut mieux snapper quelques gros liens qui paraissent naturels plutôt que mitrailler aveuglément.

    Cela dit ceux qui sortent les gros chars s'en sorte toujours (mais pour combien de temps) y a qu'a voir la requête "gagner de l'argent" qui est censé faire parti des requêtes YMYL (your money your life) contrôlées par GG (c'est vrai aux US c'est trié a la main je pense) mais en France cela reste trusté par les meilleurs BH.

    Et y en a d'autres des requêtes du style ou aux US elles sont cleané mais pas encore en France. Alors en Espagne en Colombie voir en Thaïlande, le BH a encore de beaux jours devant eux amha.

  2. Florian UGHETTO

    J'adore toujours autant la tonalité des articles ! Après sur le fond c'est vrai aussi que l'on a plus le droit de bourriner de trop, mais bon qui le fait encore ?

  3. Jean-François

    Vous avez raison il faut raisonner besoins et attentes consommateurs avant de travailler le référencement naturel et choisir des mots clés à intégrer dans les textes et le code. De toute manière si la page recherchée ne correspond n'est pas cohérente avec les mots clés saisis par le prospect, ce dernier n'y restera pas.

  4. Julien

    Un contenu de qualité trouvera t il son audience si il a recours à une dose d'achat d'espace, au moins pour amorcer sa diffusion ?
    La position de Google est peut être le reflet d'une vision du web dans laquelle la pub complète le SEO et devient un outil clé de référencement, y compris naturel, comme c'est déjà le cas sur les réseaux sociaux.
    ...la fin des silos...

  5. Yann

    Bien vu ! Par contre, nuance si on rentre dans le détail, je pense que c'est un peu plus difficile que de "simplement" poser des liens qui font sens, car on a connu la vague "1 lien vers wikipedia par article" : cela ne garantit en rien la "qualité" intrinsèque de l'article en question, même si le lien posé répond à tous les critères qualitatifs décrits en début de ce billet.

    Par contre, pour le reste du contenu, je suis entièrement d'accord.

  6. Thierry

    Effectivement, je dirais même que la SEO aujourd'hui serait comparable au Biathlon, une course de fond et du tir précis nécessitant une excellente endurance et un sang-froid à toute épreuve, particulièrement lorsqu"un Panda qui tient la main d'un Pingouin tente de vous perturber.

  7. Sylvain Auteur de l’article

    @ Simon
    Le BH résistera toujours, notamment en passant d'un domaine à un autre pour conserver les positions. On en a d'ailleurs longuement parlé ici : http://blog.axe-net.fr/dossier-contrefacon-premiere-page-google/

    @ Jean-François
    Et le trafic non ciblé coutant plus qu'il ne rapporte... CQFD

    @ Julien
    Pour reprendre ta phrase, Google avait clairement dit que les annonces Adwords avait autant de légitimité que les résultats naturels car elles sont pertinentes.

    @ Yann
    Si tu lis l'article d'Olivier, ce n'est pas ce qu'il veut dire en parlant d'un lien qui a du sens.
    Et sinon pour ta remarque concernant les liens sortants d'un contenu, je suis assez d'accord. En fonction de ce contenu ce lien vers wikipédia pourrait être un signal d'alerte comme quoi le contenu a été créé par un SEO pour noyer son lien.
    Encore une fois, se creuser la tête pour trouver de vrais liens pertinents qui étoffent un article prend du temps, mais c'est ce qui rend un article naturel.
    D'ailleurs, même quand un contenu est rédigé pour publication sur un site externe, son intérêt pour la cible du site doit toujours être réel.

    @ Thierry
    J'aime bien ton analogie avec le biathlon.

  8. Marie-Aude

    il couterait trop cher à débusquer en regard de la menace qu'il représente

    C'est l'essentiel...

    Et ça se travaille autant avec la qualité des liens que la qualité globale du contenu. Entre le "un lien wikipedia" et les "mots du communiqué de presse", il y a une pléthore de signaux à éviter.

  9. Damien de Business Vdi

    Il est clair que nos habitudes ont clairement changé en SEO.
    Il faut mettre en place une stratégie de linking bien plus élaborée qu'auparavant, les réseaux sociaux jouant un rôle crucial.
    Grâce à ton blog, je me suis repris dans ma façon de créer des liens vers mon site.
    Perso, je travaille uniquement en qualité de liens.
    Question : est ce que les liens que nous faisons depuis les commentaires des différents blogs, sont à PROSCRIRES ABSOLUMENT ?
    Je pense que oui, mais j'aimerai avoir l'avis d'un expert.

  10. Sylvain Auteur de l’article

    @ Marie-Aude
    C'est la règle de base dans tellement d'activités 🙂

    @ Damien
    Si j'étais Google, je ne prendrais même pas en compte les liens de signature de commentaires.

    Mais à part cela :
    - Que les liens optimisés en signature sont dangereux est évident. D'ailleurs, j'en ai très souvent vu en exemple lors des demandes de re-examen pour pénalité manuelle.

    - Mettre son prénom ou son nom. Le risque est sans doute moindre pour le moment, mais on retombe dans la logique de l'intention du lien. Pour ma part, j'ai arrêté depuis longtemps. J'y mets une URL qui permet de savoir qui je suis (au cas ou mon commentaire intéresse l'auditoire) mais plus de lien vers mes sites. En général, je met l'url de l'un de mes profils sociaux.

    Dans d'autres cas, si c'est réellement justifié et que cela étoffe réellement le commentaire, je mets un lien vers l'un de mes articles dans le contenu de mon commentaire.

    J'ai peut-être une vision un peu trop SEO, mais Google aussi. Et je pense que dans la plupart des cas, ces liens de signatures sont spammy. C'est d'ailleurs pourquoi je n'autorise ici que les liens vers les profils sociaux. Je pense que sur du long terme, mes visiteurs (qui commentent) me remercieront. 🙂

  11. Renaud Joly

    Effectivement respecter aveuglément les guidelines de Google n'a aucun sens. Il faut les prendre avec du recul. Elles sont floues, changent régulièrement, et vous ne travaillez pas pour Google.
    - Par le passé certaines configurations (duplication, navigation à facettes, redirections,...) ont pu conduire à pénaliser des sites qui n'avaient aucune intention de tricher. La maladresse ou l'incompétence méritent de mauvais résultats mais pas une pénalité.
    - Juger de "l'intention" du webmaster est particulièrement hasardeux. On condamne sur preuve. Le procès d'intention est un terrain glissant.
    - Certaines techniques (cloacking) peuvent être utilisées a des fins de triche ou pas. La technique n'est pas non plus un critère fiable.
    - D'autres techniques (rédaction automatisée de texte) progressent inévitablement. Google veut-il les interdire ?
    - Les guidelines changent régulièrement, ça a quel sens de vous infliger une pénalité manuelle pour des liens datant de plusieurs années. Surtout si ils ont été mis en place par quelqu'un d'autre qui a quitté la société / agence.
    - Vous ne travaillez pas pour Google, c'est votre client (ou employeur) qui vous paie. Votre objectif est de faire le plus de trafic, de commandes (ou de conversions). Vous n'êtes pas ici pour compenser les erreurs du moteur de recherche, surtout que depuis hummingbird on en a, des résultats bizarres.
    - Si plus que la quantité de trafic, je défends la pertinence du positionnement des mes clients / sites dans Google. Ce n'est pas par sympathie pour Google, c'est parce que la pertinence améliore mes conversions, et stabilise mes résultats.
    - Les différentes itérations de Penguin ouvrent chaque fois la porte à des erreurs (faux positif), a du négative SEO.
    - Pénalités, knowledge graph, hummingbird... votre business model peut être impacté à tout moment. Et ce qui est pris n'est plus à prendre.

  12. Cédric

    Hello,

    Le souci est que la vision de Google est trop "bisounours". Dans le monde du référencement, outre les sites discutant du SEO et les sites amis, personne ne fait de liens externes vers un contenu externe ou très peu. Peut-être la perte de PageRank ou la peur de la concurrence mais les sites parasites ne contiennent que des liens du réseau de sites, ... Bref le LinkBaiting dans certaines thématiques, tu peux attendre quelques années malgré un bon ou très bon contenu ! Il faudrait que chacun se force a inséré 1 ou 2 liens externes de qualité par article pour que cela fonctionne ...

  13. Ricardo Da Silva

    Merci pour cet article. J'aime bien aussi l'article d'Olivier et je suis entièrement d'accord qu'un bon lien est un lien qui a du sens et c'est difficile mais comme dit Olivier : "personne n'a jamais affirmé que le SEO c'était simple."

  14. Le juge

    Tiens c'est peu ou prouce que je fais depuis des années, pas de plans a liens, de la culture Bio sur mon petit bout de lopin tout en restant sous les radars et en cultivant l'art du "pourquoi Google nous penaliserait, ca ne vaut pas le coup pour lui..."

  15. Marie-Aude

    En ce qui concerne l'intention du webmaster, si j'étais Google, je me demanderai déjà sur quel site je me trouve ? Un blogspot de modeuse qui raconte ses problèmes d'acné, un wordpress ou un uniblog de maman qui montre les salopettes de ses boutchous, ou un blog seo comme celui-ci
    Et je me dirai que, dans le premier cas, les comms ont surtout une intention de partage, et dans le deuxième, je serais plus méfiant.

    Bien sûr je ne suis pas Google 🙂 mais ayez une vie en dehors du seo, c'est bon pour le ranking et le trafic.

  16. Fabrice Castagnet

    J'ai l'impression qu'aujourd'hui tout le monde s'accorde à dire qu'il faut rédiger son contenu pour les visiteurs, et pas pour les moteurs de recherches. Il n'y a plus tellement de débat là dessus.
    Pour ma part je débute dans le référencement web et finalement si je passai autant de temps à rédiger du contenu que j'en passe à optimiser mon code, j'obtiendrai surement de meilleurs résultats !

    A bon entendeur 😉

  17. Sylvain Auteur de l’article

    @ Renaud

    Chaque phrase de ton commentaire mériterait d'être abordée dans un article complet, merci !
    Par facilité, je ne rebondis que sur une idée qui se dégage globalement de ce que tu dis.

    Google ne permet pas de se cantonner strictement à la méthode du bon élève. Même en faisant tout de manière à respecter les guidelines et sans jamais tricher, un véritable risque de déclassement existe toujours pour certaines raisons que tu indiques.
    En parallèle, pas mal de sites continuent à se maintenir malgré des techniques dites sanctionnables par Google.

    Je te rejoins donc complètement lorsque tu évoques la notion de pertinence, car elle est à mon avis complètement tournée vers l'utilisateur. Et celui qui transforme et fait rentrer le cash, c'est lui.

    @ Cedric

    Assez d'accord avec toi sur le fond. Mais n'aimant pas m'avouer vaincu, je cherche toujours à obliger mes clients à se creuser la tête (je le fais avec eux) pour trouver de quoi communiquer de manière à récupérer d lien.
    J'admets volontiers que c'est parfois difficile en fonction du sujet, mais quelque part, quand le sujet est difficile, il l'est aussi pour les concurrents. Et là, une petite idée simple et originale permet de se différencier. Du coup, on devient le seul qui sort du lot.

    @ Lejuge
    Bon réflexe de « vieux référenceur » qui en a vu d'autres.
    Reste les pénalités algorithmiques...

    @ Marie-Aude
    En même temps, quand je vois comment des blogs non-seo sont spammés ! 🙂
    Mais ils apprennent à différencier au fil des années.

    @ Fabrice
    Je pense en effet que le bon contenu utile a probablement plus d'impact positif que le codage (sans faire trop d'erreurs de ce côté quand même).

  18. baptiste

    Effectivement aujourd'hui poser un lien devient de plus en plus compliqué. Mais en réalité cela a toujours été compliqué au regard de ceux qui ont toujours fait de la qualité.

    Bien sûr, les plus acharnés d'entre nous ont une galaxie de sites facilitant la création de liens. Mais à y regarder de plus près trouver des bons liens ou écrire de bons articles pour sa galaxie de sites revient au même temps consommé.

    Tout monde a toujours cru que le référencement était simple qu'il suffisait de poser des liens et bouriner ses mots-clés dans les H1, Title et autres alt..

  19. Afakharedac

    J’ai envie de dire que tout dépend du contexte de guerre pour se placer sur la SERP. Il existe bien des sites avec « en apparence zéro armada », pas énormément de contenu et presque pas de liens externes créés. A l’œil nu, « on croirait que ce sont juste des jets de pierre » lancés à l’endroit de l’ennemi. Et, pourtant, de tels sites « inoffensifs » peuvent se permettre de creuser « des passages souterrains très ingénieux », les menant jusqu’au sommet de la première page des résultats. Google n’y verra que du feu, et les autres guérilleros ennemis n'auront plus qu’à admirer le travail.
    Quelle est l’astuce pour de tels sites web ? Leur arme fatale ? Adwords, bien sûr ! « Plus on s’affiche, plus on se fait de la PUB, et plus il y aura des clics !». Faible contenu, faible netlinking, mais pourtant « très forte stratégie ». Et puisque comme dans la bataille, il y en a qui « n’hésitent pas à sacrifier des hommes pour la bonne cause », ces sites mettent les bouchées doubles côté finance et ça paie très bien, il faut l’admettre.
    Vous avez donc raison: le seo est devenu une réelle guérilla pour les pages « qui essaient de se défendre », et « qui ne comptent pas vraiment sur la publicité de masse». Je souhaite bonne chance et bon courage à ces derniers!

  20. ziad allani

    Article très bien écrit et qui je l'espère trouvera une bonne place dans les Serp..
    Sur le contenu, je suis assez d'accord avec votre point de vue, or ce qu'il faut savoir c'est que Google ne peut pas analyser manuellement et objectivement les liens de tous les sites web, et il est donc obligé de mettre certaines règles qui ne pénalisent pas forcément les pire, mais ceux qui se trouve entre les deux (les white ou grey hat selon les définitions..)
    Je ne prend pas souvent la défense de Google que je trouve assez malveillant sur beaucoup de point, mais il faut toujours se mettre à la place de l'autre, et quand on voit les pratiques brutales de certains avec leurs machines (Xrummer et autre..) on ne peut que comprendre la radicalité de Google concernant les liens factices..

  21. laurent

    tout à fait d'accord avec votre point de vue, mais il reste néanmoins des eldorado seo notamment sur des pays sud américains ou plus exotiques

  22. Yohann

    Le Netlinking doit-il être dans le SEO et SEA ?
    J'avoue avoir du mal à ne pas mettre le Netlinking dans le display car c'est un achat (à 60€ ou plus;-)) d'espace non ?
    Sinon bel article, beau site que je découvre et qui vient de gagner un abonné !

  23. Sylvain Auteur de l’article

    @ Yohann
    Je mets dans le SEO seulement sans hésiter. D'ailleurs, voici comment je range le tout : http://www.axenet.fr/sem-seo-sea-smo/

    Mais comme tu dis, on est dans une logique d'achat d'espace. La différence tient au fait que les liens ne disparaissent pas quand on arrête de payer (enfin, ça dépend des accords entre les parties...).
    Et bienvenu sur ce blog 🙂

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *