Les drôles de résolutions de Google pour 2015

Parmi les communications de Google ces derniers mois, certaines m'ont perturbé.
Après ma vision des tendances 2015, je reviens sur certains points particuliers.
J'ai parfaitement compris que Google Search était un moteur fait pour les utilisateurs et pas pour les webmasters. Sur le fond, c'est plutôt normal. Mais dans certains cas, soit je ne perçois pas le bénéfice pour l'internaute, soit j'ai du mal avec la logique de Google.

Les sujets ?  Le HTTPS, le Click to expand, les commentaires de blog... Je vous propose d'en débattre.

Pénaliser un blog en fonction de ses commentaires

C'est Noël Nguessan qui a abordé le sujet dans cet article que je vous invite à lire avant d'aller plus loin. John Mueller explique que la qualité des commentaires validés par le propriétaire d'un blog se doit d'être vérifiée par ce dernier. Et accessoirement qu'il est fortement déconseillé d'empêcher l'indexation de ces commentaires par Google.

Sur le fond du problème, je suis assez d'accord. Moi-même, je filtre notamment les commentaires que je juge spammy ou sans intérêt. J'expliquais d'ailleurs que la gestion des commentaires de WordPress me convient très bien à ce sujet.

Ce qui me fait toutefois peur, c'est que je n'ai absolument pas confiance dans l'algo de Google pour juger de la qualité d'un contenu (voir la page du Baume référencement sur cette requête).

Les risques que j'identifie :

Les outils de commentaires comme celui de Facebook, de Google, ou bien Disqus me semblent très inadaptés à cette nouvelle donne. Ceci principalement parce que leur format amène souvent les utilisateurs à faire des commentaires de quelques mots seulement. Celui de Google est le pire de tous puisqu'il créer des répétitions insupportables quand il est utilisé sur un blog.
De là à penser qu'un blog peut être pénalisé à cause de l'outil qu'il utilise...

L'autre point qui me chiffonne particulièrement tient au fait qu'au fil du temps, j'ai vraiment la sensation que Google formate l'information à son goût, impose des lignes de conduite, bride la créativité. Celui qui ose s'écarter des sentiers balisés par Google prend de plus en plus de risques avec sa visibilité sur Google Search. Serons nous un jour contraints d'utiliser des templates de sites validés par Google pour espérer  apparaître dans la SERP ?

Vos avis sont les bienvenus en commentaire.
( 60 lignes minimum... Nan, je déconne 🙂  )

Traiter différemment les "Click to expand".

Parmi les autres annonces, en voici une autre toujours du même John Mueller (qui à piqué la place de Matt Cutts on dirait). Google réduirait les possibilités de positionner une page sur les contenus qui nécessitent une action de l'utilisateur pour être lus. Olivier Andrieu en parlait ici.

En clair, ce sont par exemple les contenus qui nécessitent le clic sur un onglet dans une page, ou bien le clic sur un "lire la suite" pour voir se dérouler dessous dans la même page le contenu recherché. On trouve souvent ce type de pratique dans les fiches produit des sites e-commerce avec des compléments d'information dans des onglets, ainsi que dans des FAQ ou la réponse se déroule quand on clique sur la question.

Tout d'abord, mon constat : dans la plupart des tests que j'ai pu faire, je vois que ce contenu "caché" initialement dans la page permet toujours d'être indexé. C'est rassurant.
En revanche, le snippet affiché dans la SERP ne contient plus les mots de la requête en gras alors que cette pratique permet justement de rassurer l'internaute sur le fait que la page contient bien les informations recherchées.

Le problème que j'identifie :

Alors que Google se targue de vouloir avant tout rendre la vie de l'utilisateur plus facile, on assiste là à un appauvrissement de l'expérience puisque le snippet cache maintenant l'information utile.

Si on écoute Google, il ne faudrait plus utiliser cette technique mais faire des pages à rallonge ou toute l’information est affichée en continu et oblige à scroller pour pouvoir y accéder. Sur le fond, je trouve que cette nouvelle façon de faire de Google est contraire à l'expérience utilisateur dans un très grand nombre de cas.

Et j'y vois une fois de plus, cette satanée volonté de Google de vouloir normaliser l'affichage des sites sous un faux prétexte (surtout dans ce cas).

Pour ce sujet aussi, partageons en commentaires.

Le HTTPS comme facteur de ranking

Si un sujet a fait couler un paquet d'encre ces derniers mois, c'est bien celui de la prise en compte du protocole https comme facteur de positionnement. L'autre Olivier (Duffez) a fait un très bon dossier sur le sujet.

En théorie, l'objectif de vouloir crypter la transmission des données est louable puisqu'il va dans le sens d'une protection de l'internaute, qui s'en plaindrait ?

Dans la pratique il faut toutefois sacrément en relativiser l'utilité systématique. En effet, quel est l'avantage à  cacher le fait que vous consultiez l'actualité quand vous êtes sur le WiFi gratuit du Macdo, alors que vous n'avez parfois pas pris la peine de faire transiter vos mails (confidentiels eux) de manière sécurisée...

Faut-il le mettre en application sur votre site ?

Posez-vous d'abord la question de son utilité. C'est bien évidemment indispensable pour un paiement sécurisé ou la transmission de données critiques (je me souviens d'un hôtelier qui voulait que l'on réalise dans son site un formulaire de préréservation avec n° de CB, mais qui ne voulait pas payer un certificat SSL...).

A mon avis, oubliez le gain en SEO en regard des galères que la transition va entrainer. Si vous le faites, il faut que ce soit pour l'utilisateur, car en SEO vous avez plus à y perdre qu'à y gagner, en effet cela correspond à changer de domaine. Prévoyez donc tous les coûts afférents. Au passage, aucune aide apportée par Google Webmasters Tools.

Pensez aussi qu'une autre équipe de Google, celle d'Adsense, déconseille le passage au https car les annonces non conformes SSL ne seront plus prises en compte...

Pour conclure, la carotte brandie aux SEO pour les convaincre ressemble plus à de la manipulation qu'à un réel bénéfice que vous pouvez en attendre en terme de positionnement. D'ailleurs, personne n'a démontré d'améliorations à ma connaissance.

Si toutefois je me trompais, parlons-en dans les commentaires.

En conclusion

Est-ce que les référenceurs attachent un peu trop d'importance au moindre bout de phrase prononcé par un représentant de Google, sans doute un peu. On se rend compte en effet de certaines disparités entre les annonces et les faits.

Reste que ces annonces sont parfois dérangeantes ou difficiles à comprendre en terme d'objectifs.

Je vous ai exprimé mon opinion, mais je ne suis pas buté et donc ouvert à vos avis. Parlons-en !

 

Les drôles de résolutions de Google pour 2015
4.23 (84.52%) 31 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

19 réflexions au sujet de « Les drôles de résolutions de Google pour 2015 »

  1. Laurent

    Hello

    merci pour cet article.
    ...
    Bââââm ! ton blog est sanctionné par Google pour cause de haute trahison sur la qualité et le volume des commentaires !
    Très de plaisanterie, il y a une chose à mon avis qui est certaine au sujet de ces caractéristiques (https, click to expand, commentaires) : si les mecs de Google en parlent, c'est que c'est explicitement traité par leur moteur.
    Donc, il faut malheureusement en tenir compte
    - https : ça par contre je te rejoins, j'en ai rien à f..... je refuse de travestir l'utilisation première du https pour satisfaire un besoin SEO.
    - commentaires : oui, il faut du contenu en commentaire de qualité (selon les critères Google)... Je pense de suite à Reddit ou aux forums de discussion : en quoi Google s'immiscerait dans la qualification d'un commentaire disant "moi aussi" dans le déroulé d'une conversation sur internet ? Donc modérer un commentaire de blog : OUI (malheureusement), modérer un forum, une discussion : NON !
    - click to expand : j'ai décidé d'être radical et de demander aux infographistes avec qui je travaille de ne jamais prévoir du contenu important ou même moyennement important dans les accordéons, les onglets et autres machins qui ne s'affichent que sur action de l'utilisateur.

    pfiou ! Avant de laisser un commentaire, je vais d'abord vérifier s'il passe la qualité selon Google. Je t'aime bien, j'ai pas envie d'être la cause d'un déclassement :
    - volume de mots : OK
    - qualité rédactionnelle : OK
    - qualité sémantique en rapport avec le sujet : OK
    - pas de sur-optimisation éditoriale : OK
    - architecture HTML : KO ... ça je te laisse mettre les balises HTML qu'il faut 🙂
    - vérification des liens sortants et des virus : [a href="http://www.example.com/buy-viagra.html] : KO !!!!!! ALERTE ROUGE !!!! Désindexation du blog Axe-Net !!!! ALERTE ROUGE !!!! Ce commentaire peut causer la destruction du site !!!! Veuillez communiquer les accès root du serveur à Google.

    Commentaire à supprimer 🙁

  2. Fabien

    Le SSL va devenir obligatoire Google va cette année ou l'année prochaine signaler les sites non SSL comme Malveillant donc site mobile obligatoire et SSL bientôt obligatoire.

    Plus d'infos ici : -http://www.infos-mobiles.com/google-chrome/google-chrome-veut-avertir-les-utilisateurs-visiter-les-sites-https/86206

  3. Fabrice

    J'essaie de m'intéresser au web en suivant les sources les plus sérieuses (ce blog en fait partie) et donc écouter ce que disent les représentants de Google me semble incontournable. Ceci dit, écouter ne veut pas dire appliquer au pied de la lettre, surtout pour des recommandations techniques qu'on ne maîtrise pas toujours. Mais quand on voit que beaucoup d'agences de référencement comme la votre sont très sceptiques sur ces "conseils", qui croire ? Dans la balance, qu'est-ce que Google gagne avec ces communiqués ? Et vous, en tant que professionnels du référencement, qu'est-ce que vous gagnez à mettre en doute ces conseils ?

  4. Sylvain Auteur de l’article

    @ Laurent

    Tu as raison quand tu dis qu'un sujet abordé par Google est forcément traité par le moteur.
    Après, le tout est de savoir dans quelle proportion ?
    Dans la mesure ou je ne suis pas forcément toujours d'accord avec Google, notamment sur l'expérience utilisateur, je fais plutôt en fonction de ce que je juge personnellement adapté.

    Cela dit, pour le clic to expand, même si je trouve cela débile, je m'adapte aussi.
    Mais c'est tout de même tordu de faire quelque chose exclusivement pour le SEO alors que la justification de Google est celle de la satisfaction du visiteur...

    Pour le https, @ Fabien, tu y vas un peu fort. Google ne va pas signaler les sites qui ne l'appliquent pas comme "malveillants".
    J'ai aussi la sensation que Google a communiqué pour tester la réaction des propriétaires de sites. A ce jour, il faut bien constater que les transitions ne sont pas fréquentes. J'attends aussi de voir ce que donnera l'initiative de "Let's Encrypt"...

    Pour la suite, on verra comment Google réagira, mais si 90% des sites restent en http, je vois mal Google afficher des "alertes" sur l'essentiel des résultats de la SERP.

    Cela dit, j'insiste, je ne suis pas contre le https, mais je pense que cette solution ne doit pas être justifiée par des besoins SEO.

    ps : le lien que tu as mis est en erreur 500, je l'ai donc temporairement désactivé, mais un copier/coller reste possible.

    @ Fabrice
    Merci pour cette excellente question !

    Ce que Google a à gagner avec ses communiqués :
    Google sait que ceux-ci sont très relayés et commentés (la preuve ici 🙂 )
    De ce fait, il peuvent largement influencer les pratiques des propriétaires de sites et des référenceurs. Ces communiqués lui servent donc d'accélérateur quand certaines pratiques l'arrangent.
    À titre d'exemple, la véritable campagne menée contre les réseaux de sites (linking). Faire peur est une stratégie efficace pour empêcher les SEO de s'adonner à ces pratiques.
    On va dire que ceci coûte bien moins cher que d'améliorer un algorithme qui se fait toujours souvent berner.

    Pour être honnête, je pense que certains communiqués restent sincères et ont réellement pour but d'aider les webmasters, mais je crois qu'il faut rester critique et même parfois faire justement attention à ce que Google ne dit pas. Il faut garder à l'esprit que GG est une entreprise commerciale qui est donc tout sauf philanthropique. Ses communiqués vont dans le sens de ce qui les arrange avant tout.

    Ce que des gens comme moi gagnent à mettre en doute ces conseils :
    Ce blog s'adresse aux propriétaires de sites. Et je ne travaille pas pour Google. Dans ce cadre, j'estime que mon rôle est d'aborder les sujets en conservant mon libre arbitre. Si je ne faisais que relayer les conseils de Google, ce blog n'aurait pas de raison d'exister, il suffirait de suivre leurs blogs.
    Je n'ai pas la prétention de me considérer comme un journaliste, mais je pense que, comme ceux-ci, je dois rester attentif au discours (de Google par exemple) sans forcément être un béni-oui-oui. D'autant plus que les dires de Google sont parfois très langue de bois. À titre d'exemple, celui sur le negative SEO qui n'est que le refus d'avouer que GG est empêtré dans une problématique qu'il ne sait pas gérer.

    Ai-je répondu à tes interrogations ?

  5. Olivier Andrieu

    Salut Sylvain
    J'ai une question existentielle qui me taraude l'esprit et m'empêche de dormir : pourquoi tu termines souvent tes titres par un point ?? Il y a une raison particulière ?
    Merci :)))

  6. Fabrice

    Oui vous avez répondu, merci. On peut également dire, depuis les tristes évènements de la semaine dernière, que les blogs de référenceurs utilisent le droit de libre expression, et n'hésitent pas à mettre en doute les paroles de Google ou à le caricaturer parfois. Sont-ils pour autant censurés, ou pénalisés en cela par Google ? En tous cas, ce n'est pas le porte-parole qui dit le contraire dans ce tweet : https://twitter.com/mattcutts/status/553089742989164544/

  7. Yohann

    Pour ma part, le https sur les site e_commerces ne me semblent pas déconnant pour la sécurité des données. j'ai bien parlé de site e-commerce et non de blog.
    Ensuite, le fait de moins indexer (et non de ne plus indexer d'après la traduction de 2 amies US étrangères au domaine de web) est d'un coté logique si GG ambitionne de se mettre à la place de l'internaute. Ce qui est important c'est ce qui est visible, donc nous (car j'en ai aussi !) mettons ce qui est important en visible pour donner envie de cliquer. Et si le texte est trop long, on fait 2 articles, vous lisez des pavés de 5000 caractères ? Non, moi non plus.
    Bref, rien d'illogique pour une fois en ce qui me concerne.

  8. Sylvain Auteur de l’article

    @ Yohann
    Je te rejoins pour les sites e-commerce. Quoi que... tant que l'on est dans le cadre de la simple consultation de pages produit ceci ne me semble pas indispensable. Après, éventuellement pour la phase de commande (panier), ou bien quand on est loggué sur son compte, et surtout pour le paiment je suis d'accord.

    Pour le reste de ton commentaire, j'avoue ne pas être en phase avec toi.
    Quand le clic to expand est appliqué, on parle souvent d'onglets contenant des infos utiles (cas des fiches produits sur un e-commerce) ou par exemple du cas de FAQ que je mentionnais.
    Pour ma part, je trouve vraiment frustrant de ne pas voir les infos dans le snippet alors qu'à priori elles se trouvent dans la page. Ce sont d'ailleurs ces quelques lignes du snippet qui m'évitais parfois de cliquer car je voyais bien que le contenu ne répondrait pas suffisamment à mon attente.
    Aujourd'hui, je suis obligé de cliquer pour savoir si je vais trouver la réponse que j'attends.

    Sinon, quand tu parles d'articles, je ne me souviens pas avoir vu des sites utiliser cette technique pour afficher des contenus sous forme d'article (blog ou magazine).

  9. Regis

    Bonjour à tous,

    Je reprend un bout de texte : "Google formate l'information à son goût, impose des lignes de conduite, bride la créativité".

    Ce qui est un peu normal pour deux raison simples.

    1 - Sa lutte acharné et continuelle contre le spam lui impose de restreindre le champ d'action des webmasters pour ne pas pourrir les résultats de recherche.

    2 - C'est leur moteur, leur monde, leur entreprise. Donc si l'on souhaite bosser avec eux et gagner de l'argent avec Google, il faut suivre certaines de leurs directives (justifiées, parfois), un peu comme les lois françaises finalement. On les respectent ou on part ailleurs ^^

    En bref, rien ne nous oblige à travailler sur Internet et encore moins avec Google. C'est un choix mais dans ce cas il faut respecter et accepter leurs consignes 😉

    Cela dit, il existe de très nombreux moyens aujourd'hui pour se passer des moteurs. Dieu merci ^^

  10. Sylvain Auteur de l’article

    @ Regis

    Je sais bien que Google sert ses propres intérêts avant tout, c'est le sens de mon discours. Mais contrairement à ce qu'ils disent souvent, cette priorité passe avant le bénéfice pour les utilisateurs.

    Pour ta dernière phrase, je suis partiellement d'accord. Oui tu as raison, il existe des moyens de se passer des moteurs de recherche.

    En revanche il ne faut pas se voiler la face. À part des business model conçus complètement hors trafic moteur, ces derniers (et donc Google et sa position dominante) représentent une source de trafic énorme.
    Il suffit pour s'en convaincre de voir les batailles et retours en arrière des sites de news qui voulaient combattre Google et ont perdu un trafic conséquent en disparaissant de Google News. Dernière affaire en date, la presse espagnole après la presse allemande.

    Que proposes-tu dans leurs cas pour conserver le même trafic sans dépendre de Google News ?

  11. Regis

    Bonjour Sylvain,

    En effet, tu as raison pour ce qui est des sites de news, à part une très forte présence sur les réseaux sociaux et une grande notoriété hors web, il y peu de chance de combler le manque... Là dessus, je n'ai pas de soluce rapide ^^

    Il est vrai que les moteurs pensent d'abord à eux plutôt qu'aux utilisateurs et aux webmasters (c'est quand même grâce à nous et à nos sites qu'ils génèrent des bénéfices avec Adwords et Adsense !).

    Viendra un temps ou la donne changera, Google finira par perdre une grosse part de marché (comme IBM à l'époque, Microsoft pour certains logiciels, etc.) et il est a parier que le géant GG finira par adopter une autre philosophie à l'égard des webmasters... Espérons le du moins 😉

    Vivement le web 3.0 !

  12. Sylvain Auteur de l’article

    @ Regis

    Tout est une question de rapport de force. Le jour ou Google sera suffisamment concurrencé en France, les choses changeront peut-être. Il faudrait quand même une sacrée rupture technologique pour que bon nombre d'utilisateurs l'abandonne au profit d'un autre acteur. D'autant plus qu’intelligemment, Google fait tout pour se rendre indispensable avec une grosse proportion de services gratuits.
    C'est là que l'on se rend compte que la concurrence est salvatrice.

  13. Suzie

    Les commentaires c'est sérieux ? Vu le nombre de spams etc... je sais qu'il y a des outils pour ça mais quand même, je veux bien être tenu pour responsable de mon contenu mais celui des autres ça m'embete :/
    Super article cela dit

  14. Regis

    @ Sylvain

    Je comprend et c'est bien le problème : le changement d'habitude. Mais c'est comme tout. A l'époque (1997 - 2000), je me souviens des moteurs comme Lycos, AltaVista (pour les cracks ^^) et Yahoo que j'utilisais régulièrement.

    AltaVista était le plus gros moteurs dont bon nombre d'entre nous se servait chaque jour. On connait la suite...

    Ce que je ne comprend pas, c'est ce manque de volonté et de moyens pour lancer d'autres "véritable" moteurs.

    Le monde regorge d'ingénieurs (chaque année apporte son lot de diplômés de grandes écoles informatique à travers le monde). Vu le chiffre d'affaire que génère un moteur de recherche puissant, je m'étonne de ne pas voir plus de concurrence dans ce domaine, surtout que des services gratuits ne mangent pas de pain à développer.

    Ou alors c'est une volonté de certains industriels du net de brider les projets pour garder la main mise sur l'Internet et l'information qui transite... Mais ce doit être un autre débat bien plus obscure ^^ Je suis curieux de savoir ce qu'en penserais Anonymous !

    Je reste tout de même persuadé qu'avec une véritable concurrence, un grand nombre de webmasters seraient prêt à utiliser les service d'un moteur sérieux. Je me languis sincèrement de voir ce jour arriver 😉

    En attendant ce jour, je profite pour te remercier de tes articles pertinents qui nous aident bien pour avancer sur le géant GG et nous ouvre parfois les yeux dans notre travail quotidien 😉 Vivement un budget pour faire appel à tes services 🙂

  15. Lova

    que Google voit d'un mauvais œil les commentaires de mauvaise qualité, je trouve que c'est normal mais delà à vouloir sanctionner un site pour ça, c'est exagéré je trouve. Après pour "lire la suite' la réaction de GG m'étonne d'autant plus qu'il sanctionne les contenus dupliqués. Ce n'était pas dans cette optique qu'on a mis en place la balise "more" ?

  16. Sylvain Auteur de l’article

    @ Lova
    Sur les blogs WordPress, la balise more a un effet différent, elle permet d'accéder à la totalité d'un contenu sur une autre page.

  17. Bienfait

    Au fur et à mesure de suivre Google, la plupart d'entre nous avons fini par devenir "fervents disciples" de Google. Tous ceux qui suivaient les consignes de GG recevaient des récompenses sur leurs sites (PR et positions augmentés, du trafic...). Ainsi, avons-nous fait confiance à GG, et avons mis notre destin dans son index.

    Lorsque nous sommes arrivés au point non retour, c'est bonjour les bouffonneries du moteur. Google soit-disant améliorer l'expérience de l'utilisateur va faire seul son jugement. Malheureusement, il n y a pas d'avocat pour plaider à notre faveur. Du coup, les pénalités tombent plus vites que la neige. Certaines sanctions justifient leur sens, d'autres laissent à désirer.

    L'algorithme de GG turlupine fréquemment. Il fait des conneries de temps en temps. Parfois, ses raisonnements le trompe. Jusqu'à présent, il n'a pas l'intelligence totale pour évaluer les sites. Malgré tout, nous sommes sans voix. Maintenant, le référencement est le fait de rester l'esclave de GG. Le sacré GG, il a fini par nous dicter sa loi. L'objectif de ses filtres ainsi que le concept est toujours bien pensé. Mais, dans la fonctionnalité, je constate des erreurs internes de son algo.

    En revenant sur le sujet tels sont mes avis:
    HTTPS : Je suis d'avis que les sites e-commerces et tout autre portail encaissant des paiements en ligne passent par le protocole HTTPS. Idem pour les sites où il faut impérativement renseigner ses coordonnées personnelles. Mais, je ne vois pas encore la grande utilité pour les blogs et sites amateurs 🙂

    Click to expand : Je suis toujours dans les tests. J'apporterai mon avis dessus une fois terminée.

    Commentaire de blog : La responsabilité appartient aux propriétaires de sites. A eux de veiller sur la qualité des commentaires. Ils devraient le faire avant que GG le fasse à leur place. Bah, j'espère que les sanctions du juge ne seront pas lourdes.

  18. Christian Nadeau

    J'arrive un peu tard dans la discussion mais voici tout de même mon opinion:

    1- pour le https, la plupart des sites comportent des formulaires, ne serait-ce que le formulaire de contact, qui bénéficieraient de la confidentialité accrue offerte par le https. Donc, je suis d'accord avec Google.

    2- pour les "accordéons", il est vrai à mon avis que le contenu qui ne peut être vu qu'à la suite d'un clic revient à un contenu caché, que ce soit sous prétexte d'améliorer l'expérience utilisateur ou que ce soit malintentionné. Si je cherche quelque chose sur Google et que je clique sur un résultat, et qu'il faut ensuite que je me tape tous les accordéons pour trouver ce que je cherche, ça n'améliore par mon expérience en tant qu'utilisateur. Je suis donc ici aussi d'accord avec Google.

    3- si je laisse des spammeurs publier des commentaire sur mon site, ce n'est pas pour aider la qualité de mon site. Donc encore une fois d'accord avec Google.

    Et pour ne pas toujours être d'accord avec Google, j'avoue que je ne comprends toujours pas le "not provided"!

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *