Les loupés de l'automatisation sur le web

bug

Le week end dernier les cafouillages de l'automatisation sur le web m'ont sauté aux yeux.
Alors que comme beaucoup d'entre vous je suivais sur Twitter les événements en cours, les tweets sponsorisés qui passaient et les tweets automatisés de certains dénotaient franchement dans ma TL.

Pourquoi automatiser ?

Parce que ça fait gagner du temps pardi, et ça génère de l'audience.
Il existe pas mal de services comme clocktweets, IFTTT, Buffer, par exemple qui vous permettent de programmer à l'avance ce que vous voulez sur vos comptes sociaux. Dans certains cas, on peut même automatiser des réponses, des réactions à un hashtag, etc.
WordPress vous permet aussi par exemple de programmer vos articles à une date ultérieure.

  • Le gros avantage : rester tranquillement à siroter un Mojito pendant que vos comptes sociaux travaillent pour vous.
  • Le gros inconvénient : Laisser tourner un truc qui peut se trouver en total décalage avec l'actualité.

Les cafouillages de vendredi dernier

Ce 13 novembre, les timelines ont rapidement tourné au cauchemar. Sur Twitter que je suivais, l'essentiel des tweets relatait les événements en cours. Des coups de feu, des explosions, des morts, des appels à l'aide, une véritable solidarité avec l'opération #PorteOuverte.

Bref, Twitter affirmait son rôle de vrai réseau social. L'instantanéité fonctionnait à plein, l'entraide aussi.

Et puis au milieu de tout ça, des tweets publicitaires, des tweets automatisés complètement hors sujet, voir en décalage complet comme celui-ci dessous (relevé le lendemain).

Vendre sur les RS à l'heure où ils servent à l'entraide ?

Vendre sur les RS à l'heure où ils servent à l'entraide ?

Bien sûr, en tant que professionnel du web, je savais bien que c'était des tweets automatiques, mais quand même, ça me choquait.

Certains, bloqués eux même dans Paris comme Rudy Viard se sont même vu insulter sur Twitter, car leur profil continuait à publier des choses que l'on peut considérer futiles en regard des événements du moment.

Gestion de crise

Gestion de crise

Quand les algorithmes s'y mettent

Lundi, d'autres conséquences d'algo faisaient tache. À titre d'exemple, sur Google Maps, la requête « Daesh » ou Daesh France » affichaient des pointages pour le moins douteux, puisque le Bataclan ou la Tour Eiffel étaient mis en avant (c'est aussi peut-être une manipulation de mapmaker, je ne suis pas sur).

Rien de neuf me direz-vous, car en janvier on y trouvait bien Al-Qaida placé à proximité du Palais de l'Elysée...

no comment

no comment

Alors, quid de l'automatisation ou des algos ?

J'ai eu un petit échange sur Twitter au sujet de cette automatisation avec @laurentbourelly le week-end dernier, car nous n'étions pas d'accord. OK, je sais très bien comment cela fonctionne, mais pour moi ça n'excuse rien.

Quand on automatise, on sait que l'on prend des risques et pour ma part je pense que l'on doit les assumer. Alors oui, on se fait allumer sur Twitter. Google en prenait pour son grade aussi lundi.

Dans de nombreux cas avec l'automatisation, on se moque parfois un peu du monde. On fait croire à sa présence réelle, pour chopper du trafic. Alors le jour où il y a un retour de bâton, et bien je pense qu'on le mérite.

En clair, je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire, mais si on automatise, on essaie de prendre toutes les mesures pour pouvoir réagir au plus vite, à partir de son smartphone par exemple.

Dans le cas d'un algo comme celui de Google, et bien on prévoit un plan de crise dans le cas ou l'on est alerté, pour pouvoir réagir en urgence. Laurent me faisait d'ailleurs remarquer que même de très grosses boites ne prenaient aucune mesure pour se préparer.
Au passage, Laurent lui avait passé sa soirée à relayer des messages d'entraide, rien d'automatisé.

La technologie a quand même du bon

Les hashtags Twitter ont permis aux gens dans Paris de trouver refuge vendredi. Durant le week-end, le hashtag #rechercheparis permettait de retrouver des proches ou d'avoir de leurs nouvelles.

Facebook a remis en place le safety check qui permettait de rassurer ses « amis ».

Bref, on se rend compte que lorsque l'humain se repose sur la technique en agissant directement sur celle-ci, elle peut rendre bien des services.

Bien sûr, on n'empêchera pas quelques abrutis bien humains ceux-là de jouer aux crétins (voir ci-dessous des avis déposés sur la fiche Google plus du Bataclan). Je constate quand même que Google réagit moins vite que pour supprimer de vrais avis fondés...

Peut-on rire de tout ?

Peut-on rire de tout ?

En conclusion

Le prochain Terminator n'est sans doute pas pour ce soir, mais quand même, on se rend compte que parfois ce n'est pas simple de laisser la main aux machines (quoiqu'à ce jour, la googlecar me paraît  plus sure que moi à la sortie d'une soirée arrosée).

Ps : j'ai encore chamboulé mes publications, désolé pour ceux qui attendaient l'article dont je parlais samedi dernier, repassez dimanche il sera là.

Les loupés de l'automatisation sur le web
3.75 (75%) 8 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

4 réflexions au sujet de « Les loupés de l'automatisation sur le web »

  1. Mitsufr

    Mmmh, je ne sais pas quoi penser de tout ça.

    Je comprends bien que ça choque, maintenant, de manière objective ces tweets automatisés n'ont pas le pouvoir de polluer l'actualité de Twitter, tout simplement parce qu'ils était noyés dans la masse.
    Pour aller plus loin je dirais même que ce qui leur à donné de la visibilité sont les gens qui le notifie et le révèle. Ne le prends pas personnellement, c'est humain d'être choqué de le commenter, de le noter et puis à chacun sa manière de réagir, je dis simplement que ça porte plus loin la visibilité de ces messages puisque ça les associent directement à l'actualité qui, elle, est très observé et relayé.

    Concrètement ce que je veux dire, c'est que vis à vis des hashtag type #porteOuverte et autres qui ont eu de l'importance, les messages automatisés (il n'y a qu'a voir les retweet massives) n'ont pas altéré leur porté et leur intérêt, faut tout de même le rappeler c'est le plus important.

    Maintenant, pour autant, oui ça fait tache oui, surtout que comme tu le dit, tout le monde n'est pas conscient que ces tweets sont automatisés. Mais bon c'est plus de l'image des auteurs qu'il y a un risque, à chacun d'assumer et de faire son mea-culpa. Concernant les quidams, il y a ceux qui vont essayer de se concentrer sur le "positif" (en terme de comportement twitter bien sur, l'actualité en elle même ne l'étant évidement pas...), et il y a ceux qui vont se concentré sur le négatif et entrer dans des conflits, s'il n'y a pas de tweets en décalage pour s'offusquer, ils s'offusqueront pour l'abrutis qui à fait un blague de mauvais gout, ou celui qui fait du commentaire insultant, celui qui vend des tee-shirt, enfin y a toujours de quoi s'offusquer en général (même si c'est des comportements marginaux).

    Donc encore une fois, ceux qui devaient être choqués par quelque chose, auraient trouver de quoi se mettre sous la dent de toutes manières (moi le premier hein c'est humain).

    Maintenant effectivement, si on se soucie un peu de son image, il faut soit arrêter ces automatismes, soit mettre en place quelque chose pour le maîtriser mais l'automatisme cause toujours un risque, à chacun de décider s'il le prend ou non.

    Me concernant, pour élargir aux automatismes en règle général (c'est légion dans notre domaine), dès qu'on peut automatiser quelque chose c'est toujours tentant mais il y à un certain nombre de questions à se poser...

    - Récurrence ? Je peut automatiser une tâche mais si on parle de 5 min économisé par semaine en gain... Est-ce qu'il y en à vraiment besoin, est-ce que je n'automatise pas juste pour automatiser ?
    - ROI ? Temps/Coût de développement Versus temps/coût économisé
    - Qualité ? Est-ce qu'automatiser la tâche dégrade la qualité ? SI oui, suis-je prêt à le faire quand même ? N'y a t'il pas une solution plus intéressante (les tâches semi-automatisé avec validation humaine sont souvent optimales).
    - Scénario ? Est-ce que j'ai suffisamment fait la tâche moi même, est-ce que j'ai répertorié tous les scénario possible pour pouvoir l'automatiser efficacement ?

    Ce qu'il faut faire c'est se poser ces questions, et ne pas tomber dans le piège du dev qui veut tout automatiser (je sais de quoi je parle j'en ai fait parti !).
    Il ne faut pas non plus tomber dans le cliché de penser que l'automatisme c'est toujours moins bien fait que l'action humaine.

    J'isole 3 cas :

    - Une tâche purement opérationnelle : La machine est meilleur que l'humain, elle peut reproduire 5 000 fois le même schéma plus rapidement et sans jamais se tromper.
    - Une tâche purement stratégique qui demande une réflexion profonde : Pour le moment on ne fait pas meilleur machine que l'homme (attendons de voir ce que l'avenir nous réserve mais je pense qu'on à une bonne marge ^^').
    - Une tâche qui combine à la fois de la réflexion et de l'opérationnel barbant : Semi-automatisme à validation humaine, la machine prémâche, formate le boulot, s'occupe de la partie chiante, et à l'humain ne s'occupe que d'y injecter son intelligence.

  2. Valentin

    @Mitsufr : Pour l'IA il y a effectivement de la marge, puisque l'homme essai de créer quelque chose qu'il ne comprend toujours pas "le cerveau". Et puis, comment pourrions nous juger de l'intelligence d'une machine ? C'est notre propre intelligence qui détermine notre capacité de jugement ! Les évènements récents, me font dire que nous somme plutôt limités en terme d'intelligence malgré toutes nos supers inventions...

  3. Rudy Viard

    Bonsoir, effectivement j'ai fait les frais de l'automatisation mais comme tu l'as bien expliqué, je ne pouvais tout simplement pas arrêter la machine puisque j'étais moi-même bloqué toute la soirée et jusqu'au lendemain dans le quartier où ont eu lieu les attentats.

    Cependant, ce débat me fait un peu penser à celui des "puristes" qui font tout à la main contre ceux qui utilisent le massfollow sur Twitter.

    Pour moi l'automatisation quand elle est intelligente, ciblée et apporte de la valeur a toute sa place. Sauf en cas d'attentat et de retenue pendant 24h hors de chez moi avec une batterie de téléphone minimale et sans mes accès, ce genre d'accident n'arrive jamais.

    Si pour une marque internationale où chaque tweet est regardé de près par des 100aines de personnes prêtes à sauter à la gorge en cas de bourde, le risque de l'automatisation est sans doute important, pour toutes les PME, je ne vois pas pourquoi l'on devrait se passer de cet outil. De mon côté, Twitter est à l'origine de 8000 à 10 000 visites par mois sur 182 000. Etant donné le temps consacré à me connecter à des gens (et là on parle de travail à la main) et à produire de la valeur, si je devais réduire ce trafic à 1000 ou 2000 visites par mois, je pense que j'arrêterais tout simplement de partager sur Twitter.

    On peut élargir ce débat à d'autres sphères. Auparavant, je mettais de la publicité sur mon site, 2 ou 3 fois par an, j'avais droit à un SCUD comme quoi il y avait trop de pub. OK mais il faut bien vivre de ce que l'on fait. Pondre des bons contenus prend un temps fou.

    Ensuite, j'ai retiré l'ensemble de mes bannières. A la place, des pop-ups ont demandé l'email des visiteurs. Là encore, 3 ou 4 personnes sont venues se plaindre "il y a trop de pop-ups".

    Dans une société du "gratuit" il faudrait donner sans recevoir. Donc pour moi, automatiser c'est à la fois la possibilité de continuer à être à fond sur Twitter tout en étant récompensé de mon travail par du trafic et des connexions avec des gens.

  4. Denis

    Les loupés de l'automatisation web, un titre qui pourrait être "les loupés de l'automatisation SEO" ? En effet combien de SEO derrière tous ces algos et ces faux comptes qui polluent le web et prennent les gens pour des pigeons ? Pour rebondir sur les coms précédents j'isole 3 cas :
    > besoin de thune : coûte que coûte, aucune stratégie, vision à court terme : tout ce qui PEUT être automatisé l'est. Rien à faire du reste. Pas de morale ou d'état d'âme. Money first, et Dieu reconnaîtra les siens
    > mi-figue mi-raisin : l'hypocrisie banale. La plupart du taff "à la main" mais de l'automatisation quand c'est possible, et facile (genre lire des tutos, utiliser des codes ou des logiciels pour ça). Mais jamais le reconnaître publiquement, parce que les clients savent même pas qu'on peut automatiser des trucs.
    > vierge effarouchée : jamais de la vie. Quitte à en crever. Et en crever, la plupart du temps.
    Voilà, c'est pas compliqué.

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *