Pourquoi je ne joue plus avec Google

Quand Google s'énerve...

Comme tous les référenceurs de longue date, j’ai un passé que Google qualifierait de « sulfureux » même si je suis resté loin des pratiques black hat (en dehors de tests pour comprendre).

J’ai déjà pratiqué au-delà de la ligne jaune,  j’ai largement tenté de manipuler l’algorithme dans la mesure de mes connaissances, mais ça, c’était avant.

Déjà depuis quelques années

Depuis 2 ou 3 ans, les quelques fessées que j’ai pu recevoir avaient déjà bien calmé mes ardeurs.  Je ne pratiquais aucune technique trop border line pour mes clients, mais j’avoue que j’y allais plus franchement pour certains de mes propres sites (de moins en moins) ou tout simplement pour faire des tests..

Dans ces cas, les pénalités diverses et variées m’avaient déjà amené à lever le pied. J’ai commencé à faire bien plus attention aux sites sur lesquels je posais des liens, je publiais des textes de bonne qualité et uniques, j’ai commencé à faire un peu plus attention à mes ancres de liens entrants, à l’aspect naturel de mon linking… etc.

Bref, je me suis acheté un premier niveau de bonne conduite, mais je trouve que depuis 1 an, le jeu n’en vaut plus la chandelle, le risque est bien trop grand surtout si l’on parle de sites clients.

Le droit de vie ou de mort de Google.

Bien évidemment, on conseillera a toute entreprise digne de ce nom de ne pas limiter son apport de business à Google. Facile à dire, mais l’utilisation de ce moteur est tellement passée dans les mœurs que le flux de visite qu’il génère va en s’accroissant naturellement, même malgré la concurrence.

Il représente donc forcément une masse de contacts ou de chiffre d’affaires direct (pour un e-commerce) qui représentent une part non négligeable pour n’importe quelle société.

Et le jour ou le site d’une entreprise se voit pénalisé, on ne parle plus de petits sites de concours de référencement ou du réseau d’un BH parmi ses 5 autres. On parle là d’emplois menacés, de familles qui peuvent se trouver dans des situations catastrophiques, ou de sociétés qui peuvent être  condamnées à mettre la clef sous la porte.

On pourra hurler, pleurer, manifester contre l’hégémonie de Google (qui a bien des choses à se reprocher de son côté j’en conviens) mais il faut faire avec. Il devient difficile de vouloir jouer les héros  si l’on cherche à inscrire la visibilité d’un site dans la durée.

Et Google a encore récemment durcit les règles, il ne faudra pas dire que l’on ne savait pas.

La faute au client ou au référenceur ?

Parfois à l’un, parfois à l’autre, parfois aux deux.

Chez les SEO

D’une part je constate que pas mal de SEO ont pris un malin plaisir à continuer de faire croire qu’ils savaient des choses secrètes, qu’ils détenaient certaines clés de l’algo. Bref, que le client ne pouvait pas comprendre. Quand je vois que je reçois encore des mails spam où certains laissent entendre qu’ils ont des accords particuliers avec  Google…

Et puis nombre d’entre nous (j’en ai fait partie) ont cédé à la facilité, à la pression des prix. Quoi de plus facile que de balancer 200 CP, 600 spamco, en bourinnant bien sur une ancre pour faire monter une page dans la SERP. Si vous disiez non au client, il allait voir ailleurs. Et puis honnêtement, c’est une pratique qui a longtemps fait ses preuves, pourquoi se casser la tête à faire autrement. Mais voilà, Google change…

Chez les clients

En parallèle, certains clients pensent encore que nous avons des trucs, des astuces, et que cela ne nous coûte pas grand-chose de les mettre en place, que c’est rapidement réalisé. Alors pourquoi payer trop cher un job vite bâclé ?

J’en ai encore qui me mettent la pression, qui comptent quasiment les liens au kilo. J’ai beau leur dire que c’est risqué, ils n’en n’ont cure. Alors depuis quelque temps, j’ai décidé de laisser tomber ces clients qui ne veulent pas comprendre. Ils iront se planter, mais sans moi, tant pis pour mon chiffre d’affaires, je n’aurais pas leur chute sur la conscience.

Des règles strictes et rétroactives.

J’ai pu constater, et je ne suis pas le seul, que certains sites se voyaient pénalisés récemment  pour des choses qu’ils avaient pratiquées en 2008 ou 2006. Des liens un peu cochons faits à cette époque-là n’ayant pas été au goût d’un quality rater en 2013.

La question qu’un référenceur devrait donc se poser même aujourd’hui, est de savoir si ce lien qu’il pose, ce contenu qu’il fait créer sont vraiment viables à long terme. Parce qu’un truc border line qui passe encore finalement pas si mal aujourd’hui sera-t-il accepté dans 2 ans, quand Google aura trouvé un moyen de le déceler ?

Soyons honnêtes.

Nous savons tous quand nous faisons quelque chose d’un peu limite. D’ailleurs, quand je vois ce que pratiquent certains, je me dis qu’à la place de Google je leur mettrais une belle raclée, ils se foutent carrément et ouvertement du monde.

Ce qui est difficile,  c’est de se dire que d’autres arrivent à obtenir des positions, du trafic, avec des techniques qui sont loin de respecter les Guidelines de Google. On est donc tenté de se dire que ce ne serait pas juste d’être sanctionné alors que « tout le monde le fait ».

Et puis un jour, on voit ce concurrent disparaître… Parce que Google évolue, parce qu’il y met des moyens,  parce que la qualité de ses résultats c’est son image, et surtout parce qu’il en a marre de voir des tas de petits rigolos s’amuser avec son algo pour éviter de payer des adwords.

Le souci, c’est qu’un filou pourra sans doute maintenir un site 2 ou 3 ans à flot avec des techniques de cochon. Alors tant que Google n’y mettra pas encore plus de moyens, il sera long et fastidieux d’expliquer à nos clients que ce n’est pas durable.

Un petit rappel ci-dessous des nouvelles guidelines de Google concernant les liens.
En gros, c’est simple, tout ce que le SEO bourrin de base est capable de faire, c’est interdit. Les échanges, les pages partenaires, le guest blogging avec des liens sur des mots clés, CP avec liens optimisés, signatures de forums, liens footer…

En gros, pour obtenir des liens maintenant, il faudra sacrément changer vos pratiques si vous aviez choisi la facilité.

extrait guidelinesGoogle

Extrait guidilines linking : tout est interdit, ça devient donc simple.

Et globalement, ne prenez pas les gens de Google pour des andouilles, ils sauront vous repérer, tôt ou tard.

Mais Sylvain, le SEO c’est « poser » des liens !

Oui, sans doute, mais pas seulement.

Combien de fois vois-je des sites mal conçus. Des sites dont les propriétaires pensent que tout est clair chez eux et ne s’inquiètent pas plus que cela de leurs visiteurs. Des sites sur lesquels les erreurs techniques (SEO) sont énormes et pour lesquels Google doit se donner un mal de chien pour les analyser.

Combien de fois vois-je des contenus bâclés, rédigés pour les moteurs, une logique ergonomique déconcertante, une image qui ne reflète pas celle que l’entreprise veut donner.

A quoi bon faire du linking vers ces contenus médiocres ? Bien que parfois, Google doive se contenter de choisir parmi la médiocrité…
Ces sites ne devraient-ils pas commencer par le bon bout ?

Mais d’ailleurs, peut-on faire du linking si Google le sanctionne ?

Voilà une vraie question à se poser ! Car Google a clairement décidé de lutter contre les liens non naturels.
Pour ma part, j’ai largement changé mon fusil d’épaule. Même si bien évidemment je cherche toujours à obtenir des liens.

  • J’évite les « spots » sur lesquels la grande masse des SEO vont poser des liens.
  • Je privilégie les blogs ou sites thématisés dans lesquels je publie de vrais contenus utiles, comme si c’était sur le site client, et je ne linke pas que mon client puisque je fais un contenu pour les visiteurs.
  • Je me creuse la tête, je tweete, je mail, je téléphone, pour trouver des contacts auprès de sites où mes concurrents ne sont pas. Je propose de vrais partenariats, du gagnant-gagnant ou les deux sites et leurs visiteurs trouveront un réel intérêt.

Bien sûr, cela suppose d’avoir aussi chez soi de vrais bons contenus à linker, pour qu’à la limite, le partenaire soit content de faire un lien vers une bonne ressource. Le plus beau, c’est que les bons contenus internes génèrent même des liens naturels (non le linkbaiting n’est pas une fiction).

Réalisée comme cela, la logique n’est plus du tout de tenter de tromper Google, d’ailleurs durant toute cette phase, je tente même de l’oublier. Même si en fin de compte je sais très bien que ces liens vont peser dans l’algo, mais ils ne seront pas artificiels, ce sera de vrais bons liens faits pour les utilisateurs avant tout, pas uniquement pour Google.

Un autre état d’esprit.

Certains me prennent peut-être pour un doux rêveur et pressent le bouton de Xrumer en riant,  mais je vous assure que la recherche de liens avec cet état d’esprit permet de découvrir des spots auparavant jugés inaccessibles.

À partir du moment où votre site tient la route, où vous vous serez vraiment cassé la tête à produire des pages, des dossiers, des choses utiles, vous n’imaginez pas à quel point de vrais bons gros sites d’autorité sont prêts à vous linker. Car eux aussi reçoivent tellement de mail de spammeurs en herbe qu’ils sont ravis quand ils ont enfin un interlocuteur sérieux et  une vraie proposition intéressante. D’ailleurs, une grande part d’entre eux ne demande même pas de liens en échange…

Reste une part de risques très limités.

La publication d’un article, même d’excellente qualité qui contient un lien vers votre site pourra toujours être analysé comme factice par un quality rater très très pointilleux.
À vous de limiter son envie de vous sanctionner.  Mais comment ?

  • En variant au maximum vos ancres de liens, ne tentez pas le diable.
  • En arrêtant les ancres exactes, faites plutôt du branding par exemple.
  • En faisant des liens vers plusieurs sites (certains ne sont pas des concurrents trop directs). Cette pratique asseoit même sans doute la pertinence des publications.
  • En publiant des contenus réellement utiles pour les internautes, et là, soyez très durs avec vous-mêmes.
  • En ne publiant pas sur tous ces supports qui sentent le SEO à plein nez (CP ou annuaires de seconde zone qui dès leurs pages d’accueil vous parlent de référencement… Pfff)
  • En privilégiant les sites très thématisés pour éviter que votre contenu sur les téléphones portables ne soit inséré entre un sur les alarmes de piscine et un autre sur les couches lavables.

Aïe, ça ne va pas être facile tout ça !

Non ce n’est pas facile. Cela suppose du travail, beaucoup de travail. Sur vos contenus d’une part. En temps passé à trouver des spots. En temps passé à négocier, à produire le contenu pour le partenaire.

Mais en y réfléchissant bien on réalise qu’un seul bon lien peut rapporter bien plus que ceux de 50 CP. Il sera infiniment moins risqué dans le cas d’une analyse manuelle de votre linking par Google. Il apportera réellement du trafic (rhôôô, ne me dites pas que vos liens de CP drainent du trafic).

Et puis quand on voit le temps passé la mort dans l’âme à supprimer des liens (et même des bons dans le lot) lorsque l’on travaille sur le nettoyage d’un site, on se dit que le temps aurait été plus intelligemment passé à en trouver de très bons.

En conclusion

Je pense sincèrement que nous vivons actuellement un durcissement de la part de Google dans sa lutte contre les manipulations de son algo. Je n’ai pas l’impression que les Panda et autres Pingouin vont aller dans le sens du laxisme. Pas plus que les analyses manuelles des sites de la part des quality raters.

En revanche, je crois que les liens continueront d’avoir un poids très important dans l’algo, c’est bien pour cela que Google leur fait la chasse.  Il me paraît donc bien moins risqué et plus profitable pour mes clients de passer mon temps à l’obtention de liens quasi naturels de grande qualité plutôt qu’à bidouiller. Et je vous assure que cela rend le métier de SEO bien plus intéressant.

Articles connexes :

http://mercatik.blogspot.fr/2013/07/les-liens-optimises-dans-les-communiques-nuisent-au-seo.html

http://blog.axe-net.fr/le-seo-ne-fait-pas-tout-travaillez-votre-notoriete/

http://www.htitipi.com/blog/evolution-metier-referenceur.html

Aparté :

Je continuerai bien évidemment à jouer, par exemple avec ce genre de choses :

Mais on est là dans de l’amusement, pas sur des sites sérieux.

Et vous, avez-vous déjà pris vos grosses claques ? Avez-vous commencé à modifier vos pratiques ? Irez-vous encore plus loin ?

ps : et la modération de vos liens devient drastique dans vos signatures de commentaires à compter d'aujourd'hui, c'est dit (rappel). C'est pour votre bien, les liens dans les commentaires, c'est has been 🙂

Pourquoi je ne joue plus avec Google
4 (80%) 1 vote

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

74 réflexions au sujet de « Pourquoi je ne joue plus avec Google »

  1. Cerbere

    Pour répondre à tes question en fin d'article, oui j'ai pris une énorme claque en 2012 et forcement depuis j'ai changé ma vision également.
    Je fais essentiellement du branding pour mes ancres. En tant qu'éditeur de sites et notamment de "cp", je thématise, je privatise, je publie énormément d'articles sans lien ...bref je ne joue plus avec google 🙂

  2. Clément

    Avec l'âge aussi (je sais de quoi je parle), on va chercher la qualité sur la quantité... il faut laisser aux jeunes fous le plaisir de spammer sans vergogne... Mais on peut toujours trouver des failles, des astuces, des plans il en reste quelques uns, mais c'est vrai qu'aujourd'hui un lien quel qu'il soit est devenu "coupable" a nous de montrer son "innocence". Mais Google va dans un autre extrême aussi on en arrive a faire du non-seo avec les ancres. Un bien bel et long article pour la rentrée des juilletistes.

  3. Mickael

    Sylvain, tu utilises des raccourcis laissant, je pense, trop libre court à l'interprétation de tes lecteurs...

    "D’une part je constate que pas mal de SEO ont pris un malin plaisir à continuer de faire croire qu’ils savaient des choses secrètes [...] Quand je vois que je reçois encore des mails spam où certains laissent entendre qu’ils ont des accords particuliers avec Google…"

    Je ne pense pas que les agences sérieuses (comme la tienne) et les indépendants sérieux soient ceux qui spamment nos boites mails... Pourquoi en faire état dans un article comme celui-ci ? Est-ce ça le milieu SEO francophone à tes yeux ? Des spammeurs de boite mail et des vendeurs de miracles ? Je sais bien que non, mais ce n'est pas ce qui ressort de ce paragraphe et du suivant...

    Le référencement est un domaine où résident et résideront toujours des inconnues... On ne peut pas anticiper les changements du moteur et Dieu sait combien ont essayé en s'y cassant les dents... Tous les SEO en ont déjà fait l'expérience, mais dire qu'on fait forcément le choix de la facilité est un peu réducteur. Comment peut-on juger l'ensemble du travail des SEO alors qu'il serait déjà difficile de faire une liste exhaustive des prestataires en France ?

    Même si aujourd'hui Google est hégémonique et entré dans les usages, ça n'en reste pas moins une entreprise privée qui fait absolument ce qu'elle veut avec son moteur de recherche, ses algos et son classement... Ceux qui n'aiment pas les SEO sont souvent ceux qui ne veulent pas voir cette nuance qui différencie le référenceur d'un avocat, d'un expert comptable, d'un créateur de site ou d'un maçon...

    Les SEO ne font pas des choses qui sont limites, pas tous... Pas forcément.

    Tu auras beau suivre toutes les guidelines que tu veux, ce n'est pas ça qui te prévaudra un jour ou l'autre d'une chute sur Google. Simplement parce que comme tu le dis l'algorithme change, les guidelines... Pas vraiment, elles sont à peu de chose près identiques à celles du début. Depuis le début du moteur Google communique de la même façon avec les webmasters : faire un site pour l'utilisateur, signaler les spam, etc, etc. Suivre les guidelines oui... Encore faut-il que le reste suive... Et quand je dis le reste c'est tout ce qui constitue un site...
    Suivre à la lettre les guidelines de Google bien sûr que c'est une bonne chose et que cela donnera un référencement plus "durable". Mais c'est fortement coûteux et lorsque des impératifs économiques entrent en jeu, soit on met les moyens pour y coller, soit on ne peut pas faire face à la concurrence en empruntant cette voie, c'est un fait (là je ne sous-entend pas que le BH est une solution, loin de là... Je dis juste qu'il y a "l'idéal" et la réalité).

    Ce commentaire n'est pas à prendre à titre personnel Sylvain, le tutoiement est ici "impersonnel" 😉

  4. Koogar

    Si j'ai bien compris le référencement décrit plus haut; c'est de la rédaction de textes pour publier principalement sur le site à référencer et des blogs (ici c’est le métier de journalistes, écrivains...et du/des rédacteur(s) du site) C’est de trouver des partenaires juteux (ici c'est du marketing) et ensuite linker ces contenus en variant les ancres. (ici c’est enfin le métier de référenceur, mais seulement cette partie et vu le nombre d’ancres qu’il faut pour remonter sur les mots clés, la note doit être bien salée pour le client, les offres ne vont pas faire un tabac)

    N’est-ce pas la MORT de la profession de référenceur qui se dessine à court terme ? Car coté moteur ce n’est par la joie n’ont plus pour les référenceurs : Google n’a plus besoin d’eux pour modifier les structures des sites car ils sont maintenant tous réalisés avec des CMS formatés pro référencement. Google peut maintenant noter chaque pages comme naturelle avec l’aide de sa matrice, entrainant une forte diminution de la part du lien dans son algo, et il n’a plus besoin des outils seo pour classer les datas de sa matrice. Manque plus qu’à Google d’ajouter des filtres qui comprennent le langage pour se débarrasser des liens et il tue définitivement cette profession.

    Ce qui m’étonne depuis des mois, c’est le silence des référenceurs, presque chaque nouveaux post sur ce blog annonce que Google enterre cette profession et personne ne bronche. Faut pas déranger Google !!

  5. franckwylliams

    Salut Sylvain,
    difficile aujourd'hui de faire sans GG qui à mon avis veut monétiser
    encore et davantage son business ....pour faire simple sois tu fait du contenu
    unique, intéressant (et encore ...) soit tu rack!

    En fait, on est plus vraiment libre de faire ce qu'on veut ...
    mais ça ce n'est pas une nouveauté.... pour ma part je ne suis pas adepte
    de Guest B, de CP ou encore d'échange de liens, car pour moi c'est
    toujours de la création de contenu qui apporte peu pour celui qui le créé.

    "En arrêtant les ancres exactes, faites plutôt du branding par exemple"
    J’ai eu un peu de mal à comprendre cette phrase… même après l’avoir relu plusieurs fois je calle !

    Pour ce qui de prendre des claques, OUI j’étais bien parti pour passer PR 2 et je me vois actuellement sur la pente descendante (sans doute à cause de liens, et de la structure de mon blog aussi) … le seo c’est du temps et surtout un truc de fou pour un novice, car il y a beaucoup de choses à prendre en considération et je n’ai pas vraiment de temps.

    Pour riendutoo chapeau !!!!!...limite même écoeurant
    en fait, tu m'as salopé mon dimanche parce que je ne comprends pas comment un blog vide
    (enfin une page vide) peut être obtenir un PR aussi fort que celui de .... google !
    Je sais que je vais me prendre la tête toute la journée à y penser... sans doute la semaine.
    Un truc de fou pour un petit blogueur comme moi qui est difficilement parvenu à un PR 1.. 🙁

  6. Gimel

    Bonjour Sylvain,

    Ton article est plein de bon sens. Merci pour ce partage.
    Parfois, je me dis que Google exagère. Mais que peut-on
    faire ? Jouer à son jeu. Surtout, ne pas essayer de le
    tromper.

    J'essaye de varier au maximum mes sources de trafic. Mais
    comme tu l'as dit, on ne peut pas faire sans Google. Les
    visiteurs qu'il nous permet d'avoir sont nombreux.

    Je vais donc m'atteler à appliquer les guidelines ci-dessus.

    Bien amicalement,
    Gimel

  7. Philippe

    Salut Sylvain,

    D'un coté je trouve ta démarche logique, et de l'autre, je me dis que Google est en train d'arriver à ses fins !

    La guerre psychologique porte ses fruits, la communication l'emporte sur les faiblesses de l'algo et les référenceurs flippent, voire changent des métiers 😉

    PS : respect pour l'abandon de clients trop gourmands pour des questions éthiques.

  8. Fabien

    Pourquoi un tel pessimisme en plein mois d'août ? Un site que tu références vient de se faire pénaliser ?
    Remarque de mon côté j'ai eu ma première sandbox cette semaine pour un jeune site ... Vers lequel j'avais fait des 5 liens (oui 5) depuis toutes les pages d'un blog et c'est tout. Côté durcissement effectivement ça ne va pas en s'arrangeant ...

  9. Macdeb

    Bonjour

    Finalement n'en vient-on pas à faire un travail réellement intéressant pour le client sur le long terme.
    Je pense que notre travail aujourd'hui n'est plus de créer des chimères mais bien de créer à nos client un monde virtuel de connaissances, de reconnaissances. Quel intérêt pour eux si nous nous contentons de créer des liens inutiles.
    Autant dans ce cas louer un avions et jeter des prospectus..
    Oui Google durcit notre travail. Ou plutôt il rend nos salaires plus mérités.

    Fini les docteurs maboule du référencement, place à un métier véritable.
    Un métier qui englobe beaucoup de connaissances et qui devra évoluer en incluant le marketing, l'ergonomie, la psychologie de l'acheteur, la programmation,...

    Fini les escrocs qui référencent des sites tellement mauvais que la seule pensée de l'internaute en y allant est de fuir.

    bravo pour votre article .

    Pascal

  10. Nico

    J'aime cet article car il est plein de vérités !

    Mais y a un truc que je ne comprend pas => http://www.riendutoo.com/ PR8 ?!
    J'ai checké les BL rien de transcendant... étrange et bravo !

    On pourrait avoir une petite piste sur le pourquoi du comment ? Une redirection d'un domaine ultra trusté ? Je sais je suis curieux, mais franchement j'ai jamais vu ça !

  11. Rudy

    Franchement, moi meme j'y songe, mais je me demande encore comment faire...
    J'ai actuellement un super success seo naturel, mais c'est sur une niche ou la qualité génère des liens naturellement.

    Me demande encore comment faire pour le porn ou d'autre niches hot...

  12. Refschool

    j'aimerai que quelques BH répondent à cet article, juste pour savoir si la situation est si désespérée que ça pour eux. Mais il me semble que tu ais suivi la formation SeoHighLevel, à quelle finalitéc?

    Je pense que l'on va se calquer sur l'approche américaine de marketing, inbound marketing et cie et d'utiliser d'autres leviers tesl UI/UX, ROI AB test, Funnels, vitesse site etc. La domination mondiale de Google est intolérable malheureusement, et les moteurs en face sont hors jeu.

    Je pense que j'ai bien fait d'arrêter les prestations, le jeu n'en vaut pas la chandelle, beaucoup de prestataires seront hors circuits car aujourd'hui les conditions de Google ne permettent pas à certains budgets de répondre à certaines attentes.

    Oui c'est la fin de la récré. Consolidation, grosse agence OK car gros client donc gros budget, changeons notre fusil d'épaule en proposant des presta Analytics, conversion, webdesign, infogérance.

  13. Aucun lien je suis fils unique

    Bravo pour cet article franc du collier. Un peu de bon sens en ce début du mois d'août.
    Bien que certains continuent à faire les malins et à se croire plus intelligent que les autres, voila quelques constatations claires qui remettent les choses en place.

    Serge Karamazov

  14. Christian Méline

    Que dire sinon que je suis globalement d’accord avec toi ?

    Par contre, on a quand même vu de sites, non reprochables, tomber sans qu’une vraie raison ne puisse se dégager... cela me laisse à penser qu’il y a quand même un sacré problème chez GG.

    Sur un autre aspect, dans la loi française, figure le principe d’égalité de traitement...
    Je me demande comment ferait GG s’il prenait à quelqu’un l’idée de l'attaquer en justice après avoir vu son site viré (si le site est à peu près clean), alors que GG laisse des sites spammy hanter les premières pages des SERP...

  15. Benj'

    Pas de claques, mais j'ai toujours préféré rester naturel.
    Petite croissance, mais croissance quand même.

    Avoir un site simple d'utilisation, accessible, rapide, plutôt joli et intéressant avec un service client réactif est pour moi une base. 🙂

  16. Cesure

    Que cela donne du baume au cœur de voir mis en avant ce que je prône depuis des années ! Le réveil est brutal pour certains, mais j’ai quand même l’impression que beaucoup de référenceurs (et de mes clients) commencent à se rendre compte que seule la qualité a de l’avenir, qu’il vaut mieux 5 rédactions de très belles factures sur des sites d’excellente qualité, que 1000 rédactions médiocres.

    Cela dit, pour des opérations ponctuelles, par exemple une fête nationale pour un vendeur de pétards, etc., les techniques bourrines ont encore de l’avenir, hélas...

  17. Karl

    Cet article donne parfaitement le ton de ce qu'est en train de devenir le métier de référenceur. Le mensonge est toujours possible mais trop risqué quand on est un vrai professionnel et que l'on tient à ses clients...
    Faire du Google Friendly ça paye aussi, différemment, avec de nouvelles techniques, toujours plus longues en termes de résultats. Mais quelque chose me dit qu'on plutôt intérêt à s'y mettre au plus vite...

  18. Maxime

    Quand je vois la part de résultats naturels, la part de clics externes à la galaxie Google, la visibilité des sites diminue et l'effort pour se positionner augmente proportionnellement. On en est au stade où il devient plus rentable d'investir dans d'autres canaux de diffusion et c'est pour moi la priorité aujourd'hui.

    C'est un challenge non moins gigantesque, mais qui portera plus de fruits à long terme. Quand Google se résumera à des Adwords, Wikipedia et Google Shopping, tous tes textes uniques de 50'000 mots ne serviront plus à personne. Ce qui est "white" aujourd'hui sera "black" demain au gré des besoins en cash flow de Big G.

    L'objectif de Google est de diaboliser les référenceurs en se posant comme le garant de l'équité. A force de reprendre cette rhétorique à notre compte, on finit par oublier que le réel problème est l'abus de position dominante, et que les pénalités sont là avant tout parce qu'elles avantagent Gros Google, pas parce qu'elles rendent le web meilleur et plus libre.

    Il faut arrêter de dire que Google a raison de sévir, ou lancer des cris de joie quand le géant de Mountain View lance un nouvel outil de désaveu de liens. A force de se sentir coupables, on va finir par se contenter d'une page Google+ et de payer des Adwords.

  19. Sylvain Auteur de l’article

    @ Cerbère
    Et le naturel revient au galop 🙂
    En revanche, puisque tu l'abordes, je ne sais pas si les articles sans lien sont si indispensables que cela. Les articles avec de vrais liens utiles qui permettent au visiteur d'explorer plus loin ne me semblent pas si mal.

    @ Clement
    Comme tu dis, on en vient à faire du naturel non naturel. J'ai déjà vu le cas d'un client pénalisé pour un lien tombé du ciel (complètement naturel) sur une ancre exacte... Ça, c'est le mauvais côté de la politique de Google qui se fout pas mal des dommages collatéraux.

    @ Mickael
    Un jour, je ferais un petit best of des mails dont je parle. Je ne mettrai pas les noms, mais je peux t'assurer que certains viennent de grosses agences. Ils jouent sur les mots en mélangeant le référencement naturel et l'adwords, s'annoncent comme partenaires privilégiés de Google. Bref, je te jure que c'est loin d'être clean.

    Franchement, des vendeurs de miracles il y en a encore beaucoup. Et même chez les agences sérieuses il n'est pas toujours facile de résister à la pression du client.

    Je suis tout à fait d'accord avec toi quand tu dis que sur le fond les guidelines n'ont finalement pas beaucoup changé. C'est juste que les contrôles sont maintenant bien plus efficaces, un peu comme les radars sur les routes qui se sont multipliés et bénéficient de nouvelles technologies.

    Enfin, mon appréciation tient au fait que l'on finit par se rendre compte que 5 liens qualitatifs peuvent être bien plus efficaces que 1000 liens bas de gamme et finalement ne sont pas plus couteux à obtenir en bout de course. Simplement, ils éviteront de se prendre une claque.

    @ Kookgar

    Oui, je pense que le SEO est très fortement impacté par la rédaction de textes. Cela reste la chose que GG comprend le mieux. Malgré des progrès, l'algo a encore bien du mal avec les images et les vidéos. Le texte est donc indispensable.
    Mais loin de moi l'idée de limiter les publications au texte. D'ailleurs, une information principale peut être une photo ou une infographie. Mais dans ce cas, un texte devra impérativement l’accompagner pour faciliter la compréhension de l'algo.

    Oui, le SEO c'est aussi du marketing. Ou du moins un levier qui doit utiliser des notions marketing. Dans la recherche de spots haut de gamme, ce sera une aide très efficace.

    Je ne crois donc pas à la mort (tant annoncé) du référencement. Au contraire. Mais je ne crois qu'il faudra le faire plus intelligemment que ne le font beaucoup de « pousse-boutons ».

    Entre nous, 600 spamco après un coup de scrapper, il est normal que cela finisse par ne plus fonctionner. Un site qui n'a que des BL à partir de CP, c'est normal que ça ne dure pas.

    Je crois toujours aux 4 leviers principaux du SEO. Contenu, architecture, liens et en coup de pouce avec les réseaux sociaux. Et même avec l'utilisation de CMS pas trop mal conçus, les grosses erreurs subsistent fréquemment pour les 3 premiers. Les SEO pourront toujours éviter pas mal de très grosses bêtises aux clients. Dernièrement, un des miens me montre un site de 200 pages qui en avait 2000 indexées en full DC à cause d'un prestashop mal paramétré...

    Quant à la compréhension du langage par GG pour éviter la prise en compte des liens, j'en rêve, mais si GG fait une telle chasse aux liens factices, c'est qu'il est à mon avis encore pour bien longtemps empêtré dans son algo qui est parti pour les prendre en compte encore de longues années.

    Pour résumer. Le fond de mon propos est de dire qu'il devient extrêmement risqué de « jouer » avec des sites que l'on veut positionner à long terme. Et il est possible d'obtenir des liens en utilisant des méthodes que je qualifierai de plus « fines ».

    @ Franckywilliams
    J'entends par « branding » le fait de faire ses liens sur son nom de marque. C'est moins fort qu'une ancre exacte en terme de poids du lien, mais bien moins réprimandé par Google. J'admets que c'est difficile quand on a choisi un domaine du genre tondeuse-gazon-electrique.com …

    Pour le PR8, oublie-le, il est complètement bidon 🙂

    @ Gimel
    Disons que si l'idée est d'avoir des liens naturels, le jeu du référenceur sera de forcer le destin, d'aller faire des propositions auprès des bonnes cibles, éventuellement même d'élargir à autre chose que les simples liens d'ailleurs. Un échange de newsletter peut apporter pas mal de trafic.

    @ Philippe
    Tant que Google marche aux liens, les SEO iront en chercher. Le tout est de le faire bien plus discrètement qu'auparavant, et en se disant que les gros volumes de basse qualité sont très risqués.

    @ Fabien
    Je suis plutôt optimiste en fait.
    Le durcissement des règles va juste changer la manière de faire. Mais comme je l'écris, je trouve que cela rend le job plus intéressant.

    @ Macdeb
    Nous sommes d'accord

    @ Nico
    C'est un petit secret (pas très difficile à trouver) 🙂

    @ Rudy
    Je n'ai jamais travailler vraiment sur ce genre de thématique et j'avoue que ça ne doit pas être de la tarte. Mais globalement ton raisonnement ne m'étonne pas.
    Autant je comprends le BH pur et dur sur des tas de sites dont on se fout de la durée de vie car on sait qu'on les remplacera par 2 autres avant même qu'ils ne soient massacrés par GG. Autant sur un site qui doit durer car il fait vivre une société je trouve que c'est presque suicidaire.

    D'ailleurs, quand je vois les méthodes de pas mal de BH, on se rend compte que leurs moneysite sont plutôt bichonnés et qu'ils utilisent peu ou pas de techniques trop risquées.

    @ Refschool
    Je trouve que l'on fait beaucoup de bruit autour du BH, que certains cultivent un peu cela, mais qu'en formation justement, on en est parfois assez loin.
    Au SeoHighLevel, quans Mathieu (Blackmelvin) décortiquait les notions d'architecture de site, ce n'était pas du BH, très très loin de là.

    Quand on y détaille les possibilités d'un scrapper, ce n'est pas du BH. Un outil reste un outil. C'est ce que l'on fait de ses résultats qui fait que l'on penche d'un côté ou de l'autre. D'ailleurs je m'égare. BH et WH ne veulent plus dire grand-chose à mes yeux.
    Disons qu'un scrapper va aider à repérer des spots. Parfois de petites perles (je ne parle pas de spamco). Rien n’empêche ensuite de tenter de monter une opération avec un site trouvé comme cela sans forcément chercher à truander Google.

    Sinon, je suis assez d'accord avec la suite de ton commentaire, mais je pense que même des freelances peuvent très bien travailler pour un client en SEO.

    @ Christian
    Tu as raison, tout comme certains continuent de ranker avec des méthodes de cochons. Pour combien de temps...

    @ Césure
    Quand on ne vise pas le long terme, tout est permis 🙂

    @ Maxime
    La 1ère question que je me pose est : jusqu'où Google peut-il aller vis-à-vis de ses utilisateurs dans la promotion de ses propres services ?
    La 2ème : qui apportera une rupture technologique tellement forte que Google ne sera plus nécessaire ?

  20. Sylvain de TdM

    Salut Sylvain,

    Un bel article 'achement intéressant à lire mais qui me fait me poser une question non moins pertinente :

    Si le fait de pratiquer le "SEO" revient à faire les choses le plus naturellement qui soit, pourquoi continuer à appeler ça "SEO"? 😉 🙂

    Après, comme tu dis, il y a pleins d'autres paramètres comme la façon dont le site est codé (structure, propreté du code, pertinence des balises), viser la qualité.

    Oui, à vous lire, on sent bien que le métier de SEO évolue mais qu'il perd un peu de son côté "ésotérique" pour le noob que je suis.

    Et c'est pas plus mal j'ai envie de dire.

    Cordialismatude,
    Sylvain

  21. jessyseonoob

    Ah nous voila dimanche !

    Je suis d'accord, il vaut mieux avoir moins de liens mais de qualité que des centaines de milliers. Mais si je savais faire je dirais sûrement l'inverse (non je rigole).

    Le branding, il ne faut pas le faire à l'extrême non plus, la plupart de ceux qui ne savent même pas ce que c'est que le SEO diront : vous avez qu'a mettre l'adresse du site, ou le nom de la société.

    Est-ce que le SEO de demain, ce ne serait pas celui ou tu doses le maximum de leviers? Un peu de seo, un peu de CP, un peu d'annuaire, du social, un peu d'adwords, du marketing, le tout pas outrance et mieux ciblé.

  22. Sylvain Auteur de l’article

    @ Sylvain (TDM)
    Il y a 5 ans déjà, j'écrivais ceci : http://blog.axe-net.fr/zero-astuce-referencement/
    Le SEO à toujours été avant tout du travail.

    Ensuite l'optimisation d'un site a toujours existé. Le SEO, ce n'est pas que du linking.
    Dans la plupart des audit que je fais d'ailleurs, les grosses lacunes sont sur le site lui-même. Corriger ces erreurs, c'est du SEO pur et dur.

    Mais attention, je n'ai pas dis non plus que les trucs destinés à tromper Google grâce au linking ne fonctionnent plus. Je dis surtout que ce sont des risques que je ne prendrais pas pour un client qui veut une visibilité durable.

    Après, on peut parfaitement s'amuser. Pour preuve "mon Adriana" sur la requette "pizza aux anchois" mais ces bêtises amusantes ne prêtent pas à conséquences.

    @ Jessynoob
    Les conseillers patrimoniaux ne disent-ils pas qu'il faut diversifier ses placements ? Les nutritionnistes ne disent-ils pas qu'il faut manger de tout ? Le SEO c'est pareil 🙂

    Pour le branding, je suis d'accord, exagérer n'est pas bon non plus car on sait que les ancres exactes ont un poids énorme, mais on sait aussi que ce sont les plus sanctionnées. Encore une fois, il faut doser. Le souci, c'est que GG ne donne pas la recette et qu'en prime elle change probablement d'une requête à l'autre. Donc pour éviter les sanctions, mieux vaut être en dessous du taquet que d'essayer de s'y frotter de trop près.

  23. franckwylliams

    merci pour ta réponse car je ne comprenais pas bien
    ce que venait faire une marque la-dedans.
    Pour "riendutoo", tout comme Nico ..
    j'avoue ne pas comprends pour ce PR 8
    sauf finalement faire prendre ton site pour celui de Google
    ou un autre site en PR8 (mais j'en connais pas des masse)
    je ne vois pas comment faire autrement 😉

    En tout cas pour du bidon c'est carrément bien vue ....
    rassure toi j'ai passé une très bonne journée malgrè tout.

  24. Nico

    Petit secret que j'aimerai percer 😀 une piste serait la bienvenue ? 😉

    Sinon une dernière chose me fait de plus en plus peur car avec cette logique google se tire une balle dans le pied :

    Pour faire tomber un concurrent il me suffit de faire un blast d'enfoiré avec le doigt appuyé sur Xrummer le tout parsemé d'ancres exactes. J'ai envie de dire vive le NSEO. Si les choses ne changent pas nous n'allons plus référencer mais dézinguer...

  25. stef-4h18

    Mais quand je parle de Sylvain en le présentant comme "le Sage" du SEO voilà encore un billet que me conforte dans ma vision du personnage d'une part, mais également du référencement.

    Je ne vais pas m'attarder sur le métier en lui même, ce n'est pas mon secteur.

    En revanche qu'il est bon de lire tout ce qui concerne le contenu. On l'oublie trop souvent mais on ne référence pas autre chose que du contenu.

    Le soigner, le bichonner, c'est la base même du seo et du branding. Un seo d'enfer pour conduire les internautes sur un site de merde ??? C'est beaucoup d'efforts pour quoi ?? Se dire que l'on a fait la nique à google. Super. Bravo. Et après ? Le taux de conversion ? Ah bah oui là tout de suite on fait moins les malins.

    Ah c'est sûr ça fait pas très rock d'être dans les clous. C'est pas funky de pas être rebelle. Ouais. Mais le côté blouson noir du SEO quand on veut un site durable et qui transforme, c'est hasbeen.

    Alors ouo, il y a encore des loupés dans la chasse que mène Google, mais nous en sommes responsables (je vous laisse méditer et chercher pourquoi).Il n'empêche que la chasse en question est bien ouverte...

    Merci pour ce point de vue Sylvain.

  26. Qualiback

    Bonjour Sylvain,
    Bravo pour le message et la mise en évidence du caractère risqué du référencement.
    Il faut de toute façon que les mentalités évoluent et que les seo comme les entreprises arrêtent de chercher des raccourcis.
    Bien sur tout dépend du modèle économique et c'est clair que le modèle spam, permet d'arriver à des résultats très rapide, mais dont la pérennité n'est pas garantie.
    Donc c'est évident que lorsqu'il y a des emplois en jeu, se la jouer référenceur et faire prendre des risques à une entreprise, c'est réellement stupide et dangereux.
    Après pour ce qui est du contenu, oui du bon contenu peut attirer des liens. J'ai envie de dire que de plus en plus, il faut orienter son site comme une ressource incontournable. Sans penser linking, mais en pensant expérience utilisateur d'une part et en vérifiant ce que propose la concurrence pour proposer toujours mieux. Comme si chaque site devait apporter des choses qui n'existent nul par ailleurs sur le web. C'est très complexe à mettre en oeuvre et cela demande souvent une parfaite connaissance d'un sujet, une parfaite connaissance de l'utilisateur et je pense que c'est ça l'avenir du seo, qui est de toute façon un levier marketing.
    A terme donc le seo, ne sera plus celui qui va créer des liens, mais celui qui va savoir comment obtenir un maximum de liens naturellement par un contenu pertinent. Bien sur pour certaines thématiques c'est plus complexe mais dans l'ensemble, il y a des possibilités énormes et inexploités.

  27. Je corrige

    @Quand on ne vise pas le long terme, tout est permis 🙂

    Hélas justement ! Parce que cela signifie que l’on continuera à trouver des sites malfamés, nous passer devant alors que la thématique ne le justifie pas. Certes, ledit site ne durera pas, mais le problème vient de ce qu’il sera remplacé par un autre et encore un autre, et ainsi de suite, en permanence.

    De plus, certains parasites arrivent à passer à travers les fourches caudines, certes pas infiniment, mais le temps malgré tout d’une moisson, jusqu’à dévaster notre place si durement acquise.

    Nous savons bien alors que nous chutons non pas d’une, mais de quelques places et que la remontée est toujours plus difficile que la conservation.

    Dans mon domaine du conseil d’écriture, je vois régulièrement de tels chiendents. C’est généralement une histoire de trois semaines jusqu’à la troisième ou quatrième place. Trois petits tours en plein soleil et puis s’en vont. D’autres fois, ils durent plus longtemps et atteignent ma première place. C’est arrivé en mars, la mauvaise graine a poussé jusqu’à la première place durant tout avril puis a (enfin) commencé à faner en juin pour disparaitre totalement de la première page avec les feux de la saint Jean. Il s’est maintenant complètement décomposé et l’on ne le retrouve plus guère que vers les profondeurs de la millième place. En attendant, il m’a détrôné sur certaines positions et je n’ai pas encore tout rattrapé, car entretemps sont arrivés d’autres chienlits lorsqu’il m’avait fragilisé et je ne suis plus que quatrième là où j’étais premier depuis très très longtemps. Je suis même tombé quinzième durant quelques jours...

    Vous me direz que c’est donc un argument de plus pour expliquer qu’un référencement ne doit jamais être interrompu...

    Il y a aussi ce qui ressemble à une pure arnaque. Certains sites se retrouvent soudainement devant et y restent uniquement parce que dessus on y trouve de la pub Google. Qui pourra me justifier par exemple pourquoi le site je-corrige.fr qui n’a plus bougé depuis mars 2012, vide, entièrement vide sauf de la pub à Google, se retrouve si bien classé (il oscille entre 7e et 13e depuis deux ans) sur « je corrige » ?

  28. Stephane

    Je partage ton point de vue sur cet article mais tu ne parles pas d'un élément important pour toute prestation : son prix. Pour rechercher des liens de qualité, il faut du temps, et le temps c'est de l'argent. Or, nombre de sites sont tenus par des particuliers ou de petites entreprises qui n'ont pas beaucoup d'argent justement. Alors le référencement devient une option pour les riches.
    Le trafic devient une option pour les riches. Le référencement va devenir plus cher car il faut y passer plus de temps. Il faut varier ses sources de trafic, elles sont toutes payantes : Adwords, Market Place, Réseaux Sociaux (oui c'est gratuit mais il faut y passer du temps pour que cela soit valable)...

    Je crains que le durcissement des règles de Google favorise les gros sites, les autres n'ayant pas les moyens pour concurrencer.

  29. Simon

    Hello Sylvain,
    Je te suis à 100% sur le linking trop facile à modérer pour les clients.
    Il est clair que varier ses sources de trafic est idéal, mais parfois utopique sur certaines niches où Google représente 70/80% du trafic.

  30. Fabien

    Ça y est, la psychose s'est bel et bien installée. Les mentalités et les pratiques en référencement vont devoir changer. Fini le temps ou on soumettait dans quelques annu, quelques CP et quelques digg-like afin d'avoir des retours intéressants. L'écosystème Made In Google va devenir très darwinien, les petits auront bien du mal à se faire une place intéressante sur les pages de résultats tandis que les grosses corporation pourront continuer de dépenser des millions dans de gigantesque campagnes marketing sans broncher. Google va bientôt devenir élitiste !

  31. Sylvain Auteur de l’article

    @ Nico
    Oui, tu as raison, et ça craint franchement. Avec de l’imagination, on peut même pousser le bouchon assez loin je pense.

    @ Steph
    Comme tu dis, pas très rock’n roll 🙂
    Mais mes clients se fichent pas mal de ma banane.
    @ Qualiback
    C’est Laurent Bourrelly que j’ai souvent entendu dire qu’il ne fallait pas se plaindre de faire de la bouse et donc d’être potentiellement sanctionné en choisissant les raccourcis faciles. Il a raison.
    Ceux qui liront réellement en détail son article sur le Punk SEO (plus loin que le titre) http://www.laurentbourrelly.com/blog/1411.php comprendront que la qualité du linking demande un peu d’imagination. Sans doute plus encore pour ceux dont le site n’est pas terrible. Mais comme le dit Stephane (4h18). À quoi sert d’envoyer un internaute vers une page peu crédible ? À méditer.

    @ Je corrige
    Comme je l’indique, c’est sans doute le point le plus désagréable. Faire les choses intelligemment n’empêche pas de voir de nouveaux sites aux techniques douteuses venir ponctuellement prendre la place, puis mourir, puis renaitre sous une autre forme. C’est réellement ce qui rend l’argumentation de la qualité difficile avec les clients.
    Mais en même temps, le client peut aussi choisir une stratégie consistant à monter un site tous les 6 mois, c’est une option jouable.

    @ Stéphane
    En fait ça se discute.
    Obtenir un bon lien ne coute pas forcément plus cher que d’en obtenir 200 pas terribles.
    Mais au-delà de ça on est simplement dans la vraie vie, elle souvent plus facile pour « les riches ». Mais bon, certains ont aussi beaucoup risqué pour le devenir, il est un peu normal qu’ils en soient récompensés.
    Et parmi les petits, j’en vois aussi pas mal qui ne veulent faire aucun effort. Alors forcément les visites ne tombent pas du ciel.

  32. Jarvannis

    Et si on veut tuer un concurrent, on peux spammer son lien comme un dingue pour qu'il se fasse blacklister ? 😀

  33. Marie

    Coucou Sylvain

    Tout ce que tu as écrit dans ce billet, j'aurais pu l'écrire si j'avais pas eu la flegme 😀 En fait c'est ma manière de travailler depuis quelques mois, il faut avouer que Google est capricieux de plus en plus et que la prise de risque pour un client ne s'envisage pas. Donc continuons dans cette voie ou alors trouvons le moyen de ne pas nous faire attraper 😀
    En revanche tu parles peu des autres moyens d'obtenir du trafic comme les réseaux sociaux par exemple et sur lesquels je mise pas mal 🙂

  34. Julien

    La dernière étude sur le netlinking montre que 5 % des référenceurs ne créent plus de liens et que 11% ne savent plus si un lien est pénalisant ou non. Google a bien réussi son coup... Personnellement je vois beaucoup de personnes ranker avec de l'échange des liens, des pétitions, des spamco ou des CPs. Moi je deviens parano avec tout ça...

  35. Sylvain Auteur de l’article

    @ Jarvanis
    C’est en effet le gros risque de cette manière de faire de GG, le NSEO redevient largement possible.

    @ Marie
    J’en parle un peu, et j’en ai déjà beaucoup parlé dans d’autres articles.
    Je me suis en effet concentré ici sur le linking, mais toutes les autres sources sont bonnes à prendre.

    @ Julien
    GG ne ferait pas tous ces efforts si le linking n’apportait plus rien. Et tu as raison, le spamco et autres continuent de faire progresser un site, la question est juste de se dire « combien de temps avant de se faire prendre ». Parce qu’aller faire supprimer 2000 spamco fait automatiquement ne doit pas être simple.

  36. Cédric Allongue

    Il est clair que si référencement devait rimer avec quelque chose en ce moment, ce ne serai pas avec transat ou feng shui... 😉

    On joue avec Google, il en fait de même!

  37. Arthur

    Salut Sylvain,

    Je suis content que quelqu'un dise les choses de manière claire et honnête. J'ai un an d'expérience dans le métier, j'ai fait une formation spécifique en rédaction web et référencement, une fois dans le monde du travail j'ai été choqué de voir quel genre de sites me doublait : des sites bourrés de mots-clés, complètement inexploitables par un internaute moyen. Je n'en revenait pas à quel point y aller comme un goret pouvait (encore) marcher aussi bien. J'ai appris alors qu'être le premier n'était pas forcément nécessaire pour être celui qui convertit le mieux. Cela change vraiment la vision de son job : le poissonnier qui gueule le plus fort sur le marché à grand renfort de lumières clignotantes n'est pas forcément celui chez lequel on achète le plus, si son poisson est mauvais et s'il est mal présenté, ou difficilement accessible.

    On m'a demandé de créer "beaucoup de liens" pour faire monter des sites clients, je n'ai jamais été à l'aise avec des actions qui ne vont pas dans le sens de l'internaute. Je suis le premier à râler en tant qu'internaute lambda qui tombe sur un site qui pue le SEO-optimisé, ou un site dont l'ergonomie a été réalisée par un graphiste fou qui ne s'est pas mis une seule seconde à la place de l'internaute. Finalement j'ai bossé en interne sur le site et les résultats ont dépassé mes espérances, comme quoi le SEO n'est définitivement pas anti-internaute comme certains clients le pensent encore ("on fait ça pour les moteurs, pas grave pour les visiteurs", bah mon coco ton site est mal barré...).

    Alors quand tu racontes tout ça, je suis content et je souris derrière mon écran. Car cela veut dire qu’à l'avenir, ceux qui réussiront à long terme seront les personnes souhaitant de la qualité pour l'internaute, qui amélioreront le site en interne avant forcément de faire la course aux liens (surtout au détriment de la qualité). Cela ouvre plein d'opportunités professionnelles, c'est vraiment enthousiasmant pour l'avenir.

    Avoir un profil rédacteur va devenir une nécessité, tout comme savoir bien analyser des statistiques web, on apprend tellement de choses intéressantes dont les actions amélioratrices permettent en plus d'améliorer le positionnement de manière saine.

    Merci pour ton article, ça met de bon poil dès le matin 🙂

    Bonne semaine !

  38. Defineed

    Je suis d'accord avec @Nico "avec cette logique google se tire une balle dans le pied"

    Sans être référenceur, plus ça va et plus je me dis que google s’empêtre dans la complexité alors que je suis intimement persuadé du principe de Simplicité : compréhension et durabilité inégalées.

    J'ouvre une question à tous :
    "A votre avis - en oubliant google 30 sec - comment pourrait-on indexer plus facilement les (bons) contenus ?

    Bonne journée,

    PS : @Sylvain, bon exercice de communication sur l'ajustement de ton positionnement : "mea culpa - j'ai compris - voilà ce que je propose maintenant". Le plus Simple est souvent de dire les choses telles qu'elles sont.

  39. Mima

    Vraiment merci pour la remarque concernant la signature des forums. Je n'ai pas eu conscience que maintenant. Je vais juste vérifier si poser un seul mot-clé comme signature dans les forums est aussi à éviter?
    Où peux-je consulter les guidelines linking à respecter selon Google?

  40. Eric

    Ton article reflète exactement ma pensée depuis que je me suis pris des pénalités en 2008 (abus de liens ancrés) et 2012 (Panda et Penguin) sur différents sites perso dans l'assurance. Évidemment, mon site pro ne s'est jamais pris de pénalité car je l'ai "bichonné" comme tu le dis. Mais ce site pro est dans le domaine culturel, un endroit où il est extrêmement facile d'obtenir des liens...
    Malheureusement, avec ce principe, certains secteurs comme l'assurance deviennent inatteignables en raison de la puissance et de l'histoire des autres sites. Finalement, le web commence à redevenir une économie classique, où certains secteurs ne peuvent être dominés que par des gros. Nous avons vécu une période bénie durant 10 ans qui touche à sa fin...

  41. garifuna

    Bonjour Sylvain,
    je retiens ça "il (google) en a marre de voir des tas de petits rigolos s’amuser avec son algo pour éviter de payer des adwords."
    Je pense que chaque lecteur de ce blog peut s'identifier à ces petits rigolos 🙂
    Ce durcissement permet donc à google de soi-disant rendre plus pertinentes ses SERP (avec quelques dommages collatéraux, genre des pertes de positionnement discutables) mais surtout d'engranger du CA, adwords étant sa 1ère source de revenus.
    En effet, cette nouvelle donne (j'ai vécu cette année mes 1ères pénalités et autres pingouineries, il faut bien trouver des alternatives pour maintenir et accroître son trafic !) pousse certains d'entre nous à monter nos budgets de liens sponso, GG est ravi et au moins, en e-commerce notamment, on peut dans nos reporting mesurer pour chaque euro dépensé ce qu'il rapporte, contrairement au SEO.
    Dans le jeu du chat et de la souris, le chat a mangé beaucoup de rongeurs et les souris qui ont survécu sont devenues bien dociles...

  42. sylvain

    Salut Sylvain

    Je suis d'accord avec ton article, sur le fait qu'on va aller de plus en plus sur des liens de qualité et naturelle, au fur et à mesure que l'algorithme de Google devient de plus en plus costaud pour détecter le spam.

    Je pense par contre que dans certains domaines il est plus rentable de créer 10 sites et de les bosser en black hat, plutôt que d'avoir un site white. En effet, si on fait ranker les 10 sites les uns à la suite des autres, on peut squater le top 5 pendant quelques semaines/mois. Alors qu'avec un seul site white hat, sur certains domaines, on arrivera très difficilement, voir pas du tout, à rentrer dans le top 10....

    Pour moi, mieux vaut un site qui rank quelques jours et qui se fait sanctionner ensuite, plutôt qu'un site qui ne risque pas la sanction mais qui ne rank pas.

  43. Emmanuel aime attendre

    "Links embedded in widgets that are distributed across various sites"
    Merci de m'avoir alerté sur ce sujet précis car je ne considérais pas ça du tout comme une pratique border line / illégale. Mais c'est assez flou quand même je n'ai peut être pas compris le sens, les liens DANS des widgets, souvent ne sont même pas visibles par Google en fonction de comment le widget est codé.
    Par contre, des liens "powered by" en bas d'un widget, on est d'accord que ça n'est pas visé par cette mesure ?
    Les liens qui accompagnent qqch qui s'encapluse comme une présentation SlideShare ou une vidéo DailyMotion (et donc hors du widget, en dur). Je ne vois pas en quoi ça serait douteux, c'est même du SEO ultra qualitatif non ?

  44. Panneau de chantier

    Dur, dur le référencement... De plus en plus de sites en ligne, tout le monde veut être en première page et malheureusement les places sont limitées. Article intéressant quoi qu'il en soit, j'ai encore appris quelque et je ne m'en lasse pas . merci.

  45. Joe

    Un grand merci pour cet article qui m'aide à me sentir moins seul dans ma lutte quotidienne pour placer honnêtement mon site et les sites de mes clients dans les meilleurs résultats des SERP. Tous les jours je vois des sites concurrents jouer avec les règles dictées par Google, tous les jours je m'énerve de ne pas les voir rétrogradés. Le changement c'est maintenant !

  46. Julie

    Vous n'avez pas non plus parlé des concurrents qui se contentent de copier à la lettre toutes vos actions en SEO pour espérer vous doubler à la déloyale...

    Et on joue tous plus ou moins avec les guidelines de Google, c'est normal, on veut tous tirer le meilleur de l'algorithme pour nos clients..

  47. Monica Médias

    Et voilà un bon coup de nostalgie? Ou bien d'élan révolutionnaire? La nuit du 4 août de l'abolition des privilèges a-t-elle porté conseil ou livré inspiration?
    Pour la nostalgie: est-ce le fait de regretter les années tech où le codage, le développement et il faut bien dire aussi le BH faisaient la loi à 90%? Oui mais aujourd'hui l'écriture, le journalisme et le marketing prennent leur revanche, et tu t'y entends très bien dans ces disciplines, alors pas de souci.
    Pour la révolution: est-ce ce sentiment de clostro-seo qui finalement mène à cette angoisse existentielle de devoir toujours oeuvrer, biaiser, déniaiser, jongler, poétiser, virevolter, veiller, pour les beaux yeux du roi GG? un sentiment au minimum, comment dire, insupportable?
    Alors ne jouons plus avec Google: par nostalgie, par rébellion? ou par manque de soleil 🙂

  48. Dan

    Faire du referencement c'est titiller Google.

    Donc si vous n'êtes plus prêt à prendre des risques mesurés pour vos clients ou si vous découvrez bien tardivement que Google peut vous mettre de belles claques, changez de métier ou rentrez dans les ordres 🙂

    Google ne veut pas basculer sur un moteur 100% adwords sans pertinence !

    À nous de lui donner des sites (On Off) qui répondent à sa vision. Arrêtons de pleurer et retroussons nous comme d'hab les manches.

    Enfin pour finir oui moi aussi je me suis fait tacler par Google pour ceux qui trouvent mes propos arrogants.

  49. Thibaut

    J'aime bien. En fait, j'apprécie chacun de tes articles à sa juste valeur, je l'espère.

    Je suis en transition entre deux séjours vacances et j'avais lu ton post sur les conditions de SpamCo du blog avec tout ce qui en découle. L'impression de durcissement de la part de GG est de plus en plus palpable.

    Je suis aussi partisan de la qualité et je me dis que, depuis le temps que je suis la sphère SEO, la plupart ont de réelles compétences créatrices, notamment les plus talentueux BH. Donc finalement, les animaux googlesques ne font que forcer un penchant déjà avéré chez la plupart des référenceurs : la créativité. La seule différence sera qu'on pensera à comment faire du lien pertinent, contextualisé et clean quand, hier, on réfléchissait à combien de liens optimisés on pouvait caler.

    Bref, merci pour ce billet et on se retrouve à la rentrée 😉

  50. Simon

    Un article rempli de bon sens et des commentaires très constructifs.

    @cerbère Je pense aussi qu'il vaut mieux remplir un CP de bons liens utiles pour l'internaute qu'un article sans lien.

    Pour "poser" du lien de manière naturel on peut par exemple le mettre sous une photo en donnant le crédit photo : "ndd.com" du site qu'on souhaite linker.

    Pour l'échange de lien mettre des petits logos cliquables sans alt me parrait une piste sympa pour rester dans la désoptimisation.

    Et sinon arrêtons d'être trop parano non plus, car dans ce cas faire du NSEO vers ses concurrents serait plus rapide.

  51. Fred

    J'ai aussi commencé à limiter au maximum les ancres exactes pour éviter de me faire sanctionner par Google. J'ai l'impression que le contenu de qualité tend à remplacer au fil des mois l'importance des backlinks vis-à-vis de Google, certains blogs sous WP cartonnent de mon côté sans avoir créer beaucoup de BL.

  52. Olivier

    Cet article me fait penser à un article ou podcast de Laurent Bourrelly, qui disait qu'une bonne stratégie SEO c'est 1/3 de trafic de recherche, 1/3 de sites référents et 1/3 d'accès directs. Pour équilibrer et ne pas être trop dépendant de Google.
    Aujourd'hui il me semble que la bonne stratégie serait de tendre vers 2/3 de sites référents et 1/3 d'accès directs, et laisser Google faire sa sauce sans ce préoccupé de lui (ou presque). Pour faire 2/3 de sites référent il va falloir rédiger du vrai contenu.

  53. david

    Après avoir lu les recommandations de google j'ai plus envie de faire de lien...Quasiment tout est interdit... Faire un lien, c'est prendre le risque de se retrouver à la 30ième page parce que google estime que ce n'est pas dans ses recommandations.

  54. Laurent Deschateaux

    En même temps, nous sommes en france, et les français adorent tricher...donc plus google fera peur à une moitié plus l'autre moitié va choisir de migrer vers le côté obscur
    Moi je dis super.

  55. Paul

    Très intéressant l'article, mais, en somme, cela ne veut-il pas dire qu'en somme Google interdit tous les moyens de créer des liens de manière facile afin de gagner en référencement? Certes, Google a des raisons d'imposer ses règles mais une petite remise en question ne serait pas de refus, surtout pour les référenceurs qui n'ont pas les capacités intellectuelles suffisantes pour concocter des liens de qualité irréprochables.

  56. Atuana

    Bonjour Sylvain,

    Comme d'habitude tes articles sont utiles et enrichissants, mais la j'avoue tu me fait peur. J e ne suis pas experte du tout en référencement, mais j'essaye de suivre tes conseils et bosser dans les règles. Mais voila, quasi tout devient interdit et si j'ai bien compris il faut virer les pages partenaires? Enfin je comprend plus rien, déjà que c'était pas facile à comprendre. Puis trouver des liens qui sont dans la même thématique est un vrai travail de fourmis.

  57. Jérôme

    bonjour à tous,

    je pense de plus en plus que le netlinking devient marketing. En réussissant à communiquer correctement il est possible de faire du linkbaiting. C'est sur que ces stratégies demandent des budgets plus élevés mais au final elles sont plus intéressantes pour tout le monde. Je ne crois plus du tout au netlinking à base d'annuaires et de CP. d'ailleurs en 2 mois j'ai eu 3 clients qui m'ont appelé après une pénalité. Tous venaient d'agence qui avait fait du CP et de l'annuaire.

    J'en ai eu un c'était juste hallucinant. l'agence a commencé le netlinking en janvier, début mars ils sont tombés. Ils ont continué jusuq'en juillet avant de se rendre compte qu'ils avaient pris un coup sur Google. Je me demande encore comment c'est possible. J'ai retrouvé des liens depuis des CP et digg pandaranol !

    @olivier
    je ne te rejoins pas sur le fait de laisser tomber Google. Pour beaucoup de business tu ne peux pas te passer de Google. Les volumes de recherche sont sont trop importants sur certains domaines. Dans ce cas tu te prives d'une grosse partie de ton trafic.
    Ce n'est pas pour autant que tu dois être dépendant de Google.

  58. Bastien

    Le bon côté de la chose, c'est que les gens qui font ça à l'arrache ne pourront plus passer au travers des mailles du filets. Le mauvais côté, c'est qu'il va sérieusement falloir se casser la tête au niveau de la qualité du contenu et réfléchir à deux fois avant de poser un gros liens sur la toile !

  59. Site de commerce maroc

    Je suis tout à fait d'accord avec toi Bastien.Cependant, on aura toujours besoin de ses fameux backlinks pour renforcer sa présence sur la toile.

  60. Sylvain Auteur de l’article

    @ Arthur
    J'aime quand tu dis "comme quoi le SEO n’est définitivement pas anti-internaute ". C'est assez révélateur de pratiques que n'étaient pas très saines.

    @ Defineed
    On ne peut pas indexer de bons contenus sur Google en l'oubliant totalement quand même 🙂

    @ Mima
    Tu trouveras les consignes aux webmasters ici : https://support.google.com/webmasters/answer/35769?hl=fr

    @ Eric
    Comme dans la vraie vie, les puissants s'en sortent souvent plus facilement...

    @ Garifuna
    Pas de "not provided" avec Adwords...

    @ Sylvain (com n°42)
    C'est une stratégie tout à fait possible en effet. Cela reste rare parmi nos clients en revanche, ils sont plus "traditionnels".

    @ Emannuelle
    Le "powered by" peut tout à fait être considéré comme spamy, c'est ce que Google dit en terme de widget. Après, certains n'en ont de toute façon pas besoin ( comme WordPress).
    Mais clairement, c'est le genre de chose ou il ne faudra pas exagérer, comme les liens de signature des agence web d'ailleurs, je sens qu'un jour ça va tomber...

    @ Monica medias
    Je me suis bien amusé au tout début avec les possibilités de magouiller, mais bon, aujourd'hui Google m'a mis suffisamment de fessées pour freiner mes élans.

    @ Dan
    Le tout n'est pas de ne plus prendre de risques (chaque pose de lien en est un), mais comme tu le dis de faire qu'ils soient mesurés.

    @ Thibaut
    Tu dis "La seule différence sera qu’on pensera à comment faire du lien pertinent, contextualisé et clean quand, hier, on réfléchissait à combien de liens optimisés on pouvait caler. " C'est tout à fait ça !

    @ Olivier
    Plus on s'écarte de la dépendance à Google, moins on prend de risque. Mais sa présence quasi incontournable rend cela difficile.

    @ Atuana
    La page partenaire n'est pas gênante. Ce sont les échanges de liens qui en découlent que GG sanctionne.

    @ Jérôme
    En fait, le CP marche du feu de dieu, jusqu'au jour où l'on se fait inspecter manuellement.

    @ Bastien
    C'est n'est pas une mauvaise chose d'avoir à se casser la tête pour faire des trucs biens et appréciés à la fois par les internautes et en prime par GG 🙂

  61. Arthur

    @Sylvain : Personnellement non, mais certains concurrents c'est limite se moquer du monde 🙂 C'est rageant de voir du contenu pourri passer devant...où est Google pour une fois ? >_<

  62. Jérôme

    @sylvain
    je suis d'accord avec toi que le cp fonctionne correctement. mais je reste persuadé qu'aujourd'hui on peut faire du netlinking avec une plus grande valeur. Pour moi, le CP c'est un peu le niveau 0 du netlinking après l'inscription annuaire 🙂

    Je préfère encore faire du commentaire de blogs, je pense que pour le coup google ne peut pas te pénaliser parce que tu participes au dialogue dans ta thématique.

  63. Sylvain Auteur de l’article

    @ Jérôme
    Ce sont les trois derniers mots de ton commentaire qui sont important "dans ta thématique". Parce que sinon les commentaires de blog ne sont pas mieux que les CP.

  64. fraggy

    Question provocatrice : Ne vaut-il pas mieux dépenser son budget en pub adwords plutôt que de le donner à une agence de référencement qui te fera soit courir le risque d'être pénalisé, soit de te faire monter à la vitesse d'un escargot dans les SERP ?

  65. Natacha

    Citation : "J’en ai encore qui me mettent la pression, qui comptent quasiment les liens au kilo. J’ai beau leur dire que c’est risqué, ils n’en n’ont cure. "
    J'ai le même problème, même en étant très pédagogue le message a du mal à passer. Quant à se se casser la tête au niveau de la qualité du contenu, je trouve que c'est plutôt une bonne chose. Cela rend les métiers du web plus intéressants et valorisants. On ne pourra plus dire que le référencement ça se fait en deux clics et sans de bonnes connaissances.

  66. Fred

    Hey les copains! Et si on faisait un peu de marketing ? Je veux dire, pas poser des liens partout mais essayer d'analyser le besoin voir même de le créer ?

    Je dis çà je dis rien. Merci pour l'article.

  67. Thierry

    Encore une fois, un article qui fait réagir. 🙂

    J'ai toujours préférer jouer « safe » avec les sites des clients. Pas 10 000 liens inutiles sur des sites louches.

    Il sera toujours dans l'intérêt de Google d'offrir les meilleurs résultats possibles pour les internautes. Cela exige beaucoup de travail, mais je crois que ça vaut la peine.

  68. Feuillet

    Bonjour à tous,
    Merci pour ce très bon article. Effectivement il est difficile de comprendre le fonctionnement de Google et de son algorithme. Le site que je gère a récemment eu de gros problèmes d'indexation. Ce qui m'a conduit a ne plus me fier uniquement à Google pour la recherche de trafic. On peut considérer que Google reste le plus gros levier d'audience, mais encore faut-il ne jamais oublié que ce n'est pas le seul !
    Cordialement,

  69. rédaction Web

    Pour ajouter ma part, il est clair que google devient de plus en plus sérieux, surtout avec ses mises à jours. Plus le temps de blaguer, il faut se mettre au boulot si l'on veut toujours rester dans les rangs, c'est à dire tout au moins dans les deux premières pages. Si non, notre visibilité sera menacé.

  70. Brice

    Merci pour ce article plein de sagesse.
    Quand on voit ce que certains "référenceurs" proposent encore à leurs clients cela fait franchement peur.
    L'évolution de notre travail, de notre métier nous mène vers une finesse, une subtilité que certains n'ont pas... Et ce n'est pas forcément plus mal.
    Quand aux clients qui veulent tout tout de suite, peu importe les méthodes, tant pis, ils iront remplir les caisses d'une autre société... Ils reviendront peut être en pleurant le jour où leur site aura été violemment pénalisé par GG 🙂

  71. Races de chiens

    "En arrêtant les ancres exactes, faites plutôt du branding par exemple."

    +1

    c'est ce que j'ai commencé à faire depuis un bon bout de temps, bien avant panda/penguin

    je me disais que forcément à un moment ou à un autre google allait en avoir marre de filtrer tous les liens avec des ancres "robes de soirée fabrication artisanale meilleurs prix"

    d'ailleurs je constate que même sur mes blogs les gens commentent de moins en moins avec des mots-clés mais plus avec des pseudos ou leur nom (personnel ou d'entreprise)

  72. Cadarache

    C'est vrai, le durcissement de google rend ce métier bien plus complexe, plus précis et plus professionnel. Cela permet d'ailleurs de filtrer un peu le métier.
    Google m'a mit une raclée lors de panda ce qui me permet de me remettre en question et notamment avec les réseaux sociaux.
    Je ne mise plus mon job uniquement sur le géant. Car c'est une erreur grossière !

  73. techplanete

    Ce qui est très difficile à déterminer c'est la méthodologie à adopter pour ne pas dépasser la ligne blanche et éviter le blacklistage de la part de google. Quelle quantité de liens pointant vers un même site ne vaut-il pas dépasser ?

  74. TECHPLANETE

    Une solution peut être de mixer l'obtention de lien à partir de site avec fort page rank et d'autres avec des pages rank moins élevés. cependant l'obtention d'un grand nombre de liens sur une durée très courte à de fortes chances d'attirer l'attention de google et d’amener vers un black listage certain.

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *