Référencement 2010 : bon contenu et bons liens

Contenu + linking de qualité.

Obtenir un linking de qualité

En matière de référencement, on a coutume de dire que "Content is King, but Linking is Queen" (Le contenu est roi mais le Netlinking est reine); celà est vrai depuis que le premier moteur de recherche a jugé plus pertinent de ne pas se fier qu'aux seules informations contenues dans les balises Meta, pour déterminer qui devait figurer en bonne place dans ses résultats.

Ce couple royal contenu + netlinking est de plus en plus lié. Un site présentant contenu de qualité mis en valeur par des liens de faible qualités (annuaires lambda, liens en pied de page, liens isolés de tout contexte...) ne marchera que sur une jambe.

Selon le marché auquel on s'attaque sur le web, de nouveaux efforts doivent désormais être déployés.

Là ou quelques inscriptions annuaires identiques suffisaient il y a quelques années, il est désormais nécessaire d'utiliser d'autres ressources pour l'obtention de liens pertinents pour le référencement. Ces liens devront être contextualisés, c'est-à-dire faire naturellement partie d'un contenu rédactionnel original et en rapport avec la thématique du site faisant lien.

Ainsi, une action complète de référencement naturel nécessite désormais de produire également et régulièrement des contenus type articles ou communiqués de presse, et de les diffuser de façon intelligente sur les nouveaux supports que le web propose chaque jour.

Les administrateurs de ces supports sont de plus en plus regardant sur la qualité (et l'originalité) des articles qui leur sont soumis pour publication; aussi, soignez vos contenus externes !

Nicolas LE GALL - Chef de projet - Associé - Agence Referencement MKT

Cet article est publié sur le blog AxeNet dans le cadre d'une opération de conseils de référenceurs pour 2010. Chaque article appartient à son auteur respectif et bénéficie des protections juridiques relatives au droit d'auteur.

Axenet remercie vivement Nicolas pour cette publication.

Retrouvez dès demain un nouveau conseil référencement par un autre référenceur professionnel !

Référencement 2010 : bon contenu et bons liens
Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

14 réflexions au sujet de « Référencement 2010 : bon contenu et bons liens »

  1. Al-Kanz al-kanz.org

    Laurent, c'est exactement ce que je viens de me dire en lisant ce billet 🙂

  2. Sylvain Auteur de l’article

    En même temps, vos visions ne sont pas si contradictoires que cela. On reste sur une base de travail : Contenu + liens"

    @ Laurent, il est certain que les pistes que tu donnes sur ton billet vont plus loin que celles évoquées par Nicolas. Ton analyse de la nature humaine aussi.

    Concernant l'optimisation d'un positionnement, ce que dit Nicolas reste vrai, un bon lien sur la bonne ancre dans un contenu clairement thématisé, c'est un grand bonheur. J'ai d'ailleurs un billet à venir sur le sujet.
    Pour ma part, je chasse ce type de lien en permanence.

    A titre d'exemple, Laurent, j'utilise ce que tu préconise en proposant des compteurs gratuits sur Statwebpro (si si, il y a encore des tas de gens qui mettent des compteurs sur leurs sites). J'obtiens donc des milliers de BL mal thématisés et mal plaçés dans les pages, mais il y en a beaucoup 😉

    En parallèle lorsque j'utilise les communiqués de presse d'indexweb ou une inscription sur annuaire-du-net.eu je saute de joie en ayant la possibilité d'entourer mes liens d'une jolie prose dont je maitrise parfaitement la thématique, du vrai bonheur.

    Comme le disait Aurélien dans le billet du 4 janvier, ce qui est génial dans le référencement, c'est qu'il y a 36 chemins pour arriver aux mêmes résultats. Ca nous permet aussi de passer par la fenêtre quand la porte de Google est fermée.

  3. Jean-Philippe

    Sur certains mots clefs que je surveille par alertes google, je vois régulièrement le travail de l'agence où travaille l'auteur et leurs techniques sont assez bluffantes par moment pour sortir du contenu unique pile poile dans la thématique visée pour obtenir des liens.

    Certes, le contenu unique que l'on diffuse peut sembler être perdu pour certains qui pourraient le mettre sur leur blog par exemple, mais dans le même temps, ce travail de fourmis porte ses fruits à un moment où un autre.

  4. Seb

    Pour moi, vous oubliez une chose essentielle : la structure !!!

    Le référencement ne s'appuie non pas sur 2 mais sur 3 axes principaux : contenu, liens et... structure !

    Qu'il s'agisse l'optimisation structurelle au niveau de l'arborescence, de la structure sémantique des pages... l'information doit être un maximum structurée.

    D'ailleurs, l'erreur souvent commise par les gros sites et les sites américains notamment, c'est d'oublier l'expérience utilisateur.

    Le référencement pur, c'est bien mais n'oublions pas aussi qu'un référencement durable prend en compte bien d'autres facteurs comme l'ergonomie, l'incitation à l'action...

  5. Nicolas

    @Laurent : Ma reprise de l'adage que tu appelles "foutaise" dans ton (très bon) billet comme quoi le contenu est roi ne doit pas être simplement vu dans l'optique du LinkBaiting. Ce n'était pas en tout cas l'optique dans laquelle je me situais en donnant ce conseil.

    Tu as raison :espérer attirer des liens spontanés par un contenu réfléchi, documenté et objectif est aujourd'hui illusoire. Celà n'aura jamais autant de succès auprès des "serial linkers" qu'une bonne polémique provocatrice ou qu'un scoop (si on allie les deux, c'est le jackpot 🙂 ).

    N'oublions pas l'internaute dans nos démarches de référenceurs. Faire venir du monde sur les sites de nos clients n'est qu'une petite partie du travail du référenceur. L'inciter à revenir par un contenu de qualité et/ou le transformer en un cliqueur/inscrit/utilisateur/prospect/client(...) est in fine l'objectif que doit viser tout professionnel du SEO pour ses clients.

    D'ailleurs, en le relisant, mon billet ne parlait pas du tout de la qualité du contenu interne 😉

  6. LaurentB

    De toutes manières, je ne renie pas mes propos publiés au sein de cette série. Les fondamentaux restent tout à fait d'actualité.
    Le plus triste est que j'observe les résultats fabuleux qui sont possibles avec nos plates-formes personnelles, mais dès lors qu'il s'agit d'un client c'est une autre paire de manches.
    Ainsi, je me dégage de mon propre cas lorsque je dis que le contenu roi est une utopie.
    Ce n'est pas à Sylvain ou un autre responsable de projets Web que je pourrais expliquer la complexité pour sortir une poignée de pages de contenu de qualité pour un client.
    Idem pour les liens et les sites d'entreprises. Comme je mentionnais dans les commentaires chez moi, ces sites sont tellement hermétiques que le concept d'un échange de liens est une gageure.
    Faut pas se voiler la face car la plupart des sites d'entreprises que j'audite se contentent de faire le strict minimum.
    Sur un autre niveau, il y a les sites de e-commerce qui veulent vraiment se bouger. Ils ont le mord aux dents et sont prêts à foncer sur les opportunités les plus cutting edge.
    Je prends largement plus de plaisir avec ces derniers, même s'il faut souvent passer par de la visibilité déportée et la problématique de création du contenu reste un énorme challenge.

  7. Sylvain Auteur de l’article

    @ Laurent,
    Tu abordes là un point sensible et très juste.

    Autant j'ai l'exemple de clients qui suivent nos conseils en nous faisant confiance. L'un deux par exemple possède un blog relatif à la comptabilité (sujet rébarbatif s'il en est). Celui-ci génère pourtant aujourd'hui plus de 600 visites quotidiennes dont une bonne partie part sur sa boutique en ligne, pari gagné !

    En parallèle, je discute depuis deux ans avec d'autres clients qui ont toujours peur de faire un lien vers l'extérieur, même si ce n'est pas vers un concurrent direct. Alors "à la trappe" l'échange de liens qui pourraient être très bénéfique.

    Ces deux exemples démontrent les craintes (généralement injustifiées) et le manque de connaissance des mécanismes du web de la part de nombreuses entreprises ayant décidé de s'y lancer.

    En fait, ce sont souvent nos plus petits clients (qui n'ont pas grand chose à perdre) qui nous écoutent et investissent les plus gros budgets dans leur communication web.

    J'ai encore jubilé dernièrement lorsqu'un "monstre de puissance" dans son domaine d'activité venait vers nous pour nous proposer un partenariat avec un client dont nous gérons 100% de la communication (notre client était tout tout petit il y a 2 ans). J'ai répondu à cette personne
    que je n'avais jamais eu de réponse de leur part lors de mes 3 précédents contacts, et qu'aujourd'hui, notre cliente était très largement devant eux sur des dizaines de requêtes concurrentielles, nous n'avions donc plus besoin d'eux, trop tard !

    Tu fais d'ailleurs très justement remarquer que les sites e-commerce sont plutôt en avance sur ces points, c'est globalement le cas des exemples que je cite. Ayant 100 % de leur activité impactée par le web, ils sont bien plus sensibles et ouverts à toutes les possibilités qui leur permettent de se développer sur le réseau.
    Dans leurs cas, la notion de développement du contenu prend tout son sens.

  8. liens

    Oui pas évident de comprendre comment notre cher google fonctionne un vrai casse tête

  9. Mapics

    Dernièrement un webmaster m'a proposé un échange de lien avec son site, un site de 5 pages avec un contenue identique depuis 4 ans qui se contente de faire lui même des liens vers des sites qui promotionne des casinos.
    Le nom de domaine était de plus très intéressant car c'était un ndd abandonné qui avais été repris pour son pagerank seulement.

    Un MFA élaboré qui recherche des échange de liens en proposant une page partenaire avec 50 liens de sites qui ont déjà accepter un échange avec se site.

    Parfois les bons liens sont trompeur et faut creusé pour voir l'histoire du site qui propose.

  10. ABAL

    Il est vrai qu'en 2010 un bon contenu et de bons liens priment pour obtenir un bon référencement naturel.

    Cependant, Google met de plus en plus de variables logiques dans ses algos.

    Monter un site est facile avec de bons liens, mais le maintenir dans le top position est très difficile... surtout quand la concurrence est rude avec plusieurs millions de résultats.

    Si vous arrêtez du jour au lendemain de créer de bons liens... c'est la catastrophe assurée, et ceci quelque soit le contenu. Je pense que Google détecte ce genre d'anomalies, il faut donc obtenir de bons liens certes, mais ne négligez pas les annuaires lambdas, les échanges de liens bêtes et méchants, les forums, les blogs, etc.

    La triangulation des échanges de liens... ça paie.

    Le site A pointe vers B qui pointe vers C qui pointe vers A.

  11. Dmytro

    Je n'ai jamais vraiment eu vent d'une guerre entre "linking" et "contenu". C'est clair que l'un ne va pas sans l'autre 🙂

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *