Référencement 2010 : Porter plusieurs casquettes !

Porter plusieurs casquettes !

On le savait déjà depuis un certain temps, mais depuis plusieurs mois, c'est une évidence : les limites s'amenuisent...

Multibras multitaches on the web

Entre SEO et rédacteur web

Le contenu a une importance primordiale dans le référencement d'un site internet. De plus en plus souvent, on nous demande de regarder le contenu (au sens large) des sites que l'on nous confie, pour plusieurs raisons :

  • pour vérifier le degré duplicate content on site (normal !)
  • pour en faire un bilan qualitatif
  • ou encore pour "l'optimiser" pour les moteurs de recherche

Outre les micro-formats, les Rich Snippets, le "web sémantique", le texte lui-même, la richesse du vocabulaire, le sens des mots clefs utilisés dans le contexte d'un article sont devenus des points que l'on ne peut plus ignorer. La limite entre rédaction web et optimisation structurelle du contenu s'affine de plus en plus, et on ne peut plus aujourd'hui se contenter de recommander seulement l'utilisation des balises H et strong.

Bien que la rédaction web demeure un métier de spécialiste, les référenceurs devront en maîtriser les bonnes pratiques.

Entre SEO et SMO

Hier, on utilisait beaucoup les annuaires et les "communiqués de presse" pour faire des liens et passer devant nos concurrents... Aujourd'hui, ce n'est plus suffisant pour obtenir les mêmes résultats.

Un nouveau site aura plus de mal à acquérir la confiance de Google, et cette confiance va progressivement s'installer à mesure que les supports qui diffuseront son URL seront diversifiés, pertinents, reconnus comme fiables et également sociaux !

Les référenceurs ne devront plus omettre la présence des sites dont ils ont la charge sur les différents média sociaux (Facebook, Twitter, Youtube, Slideshare, Delicious etc...), au même titre que sur les supports traditionnels.

Le SMO est une véritable spécialité qui s'appuie sur les pratiques du SEO et que l'on ne peut plus ignorer dans une campagne, notamment lorsqu'une marque est en jeu.
A défaut de maîtriser cette discipline, il est important de pouvoir l'introduire aurpès de ses clients et de la recommander.

Entre référencement white hat et black hat

Si les référenceurs respectueux de guidelines de Google ont bien fait leur travail, ils n'ont normalement pas à craindre de déclassement ni même de blacklistage. C'est pareil pour les référenceurs Black Hat !

Si les techniques de référencement black hat évoluent peu, celles qui permettent de les dissimuler évoluent bien plus vite, et notamment grâce au "Web 2.0". Les sites et réseaux sociaux immanquables permettent de dilluer le "spam rank" des sites, car finalement, il s'agit pour partie des mêmes outils que ceux utilisés par les référenceurs white hat...

Les différences entre ces écoles de référencement se retrouveront dans d'autres types de techniques, et la grande évolution du black hat en 2010 sera de transmettre de la confiance aux pages ayant un link profile douteux.

Entre simple visiteur et bénévole de Google

Avec la recherche personnalisée (pas Custom Search !), l'indexation des sites communautaires et de Twitter, l'utilisation croissante d'outils gratuits tels que Google Analytics, Chrome, Wave, Gmail etc... les données personnelles permettant d'établir un profil de chaque visiteur sont maintenant suffisantes pour opérer des recoupements et dresser une carte des centres d'intérêts de l'individu pour lui servir les résultats qu'il attend en fonction du degré d'intérêt qu'ont porté des utilisateurs de même profil à ce même jeu de résultats.

Le classement des résultats de recherche sera de plus en plus affecté par le degré de fiabilité accordé à la source de l'information (appartenance à une communauté, reconnaissance des pairs etc...).

Il faudra prendre ceci en compte dans les stratégies de SMO et de link laundering. Nous travaillons de plus en plus pour Google de manière passive, et également de manière active (rel="nofollow", rel="canonical", vitesse de chargement etc.)... à chacun de rendre ce travail payant !

Entre réalité et fiction

En fait, Google est de plus en plus partout, et j'attends le jour où mon ordinateur affichera sur un fond noir "Mathieu, the Google has you..." !

Mathieu Gheerbrant - Consultant référencement

Cet article est publié sur le blog AxeNet dans le cadre d'une opération de conseils de référenceurs pour 2010. Chaque article appartient à son auteur respectif et bénéficie des protections juridiques relatives au droit d'auteur.

Axenet remercie vivement Mathieu pour cette publication.

Retrouvez dès demain un nouveau conseil référencement par un autre référenceur professionnel !

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

19 réflexions au sujet de « Référencement 2010 : Porter plusieurs casquettes ! »

  1. Seb

    à force de porter plusieurs casquettes, nous allons finir par avoir mal à la tête !

    Les routeurs proxys ont de beaux jours devant eux pour ce qui est du surf anonyme.

    "Si les techniques de référencement black hat évoluent peu..." mouais enfin je trouve perso que le black hat a subit pas mal d'évolutions quand même, surtout les outils mis à dispositions.

  2. Mathieu

    Sur les techniques black hat, ce sont les outils qui évoluent, les techniques quant à elles n'ont pas réellement changé cette année...

  3. Didier

    Ce que je retiens de cet article globalement, c'est que le référencement nécessite d'avoir des compétences de plus en plus nombreuses.
    On se rend compte aussi que Google est de plus en plus capable de croiser des données de plusieurs provenances pour qualifier la "valeur" d'un site.
    Le besoin de porter plusieurs casquettes devient donc impératif car le travail à réaliser doit être fait en ayant une vision très globale des actions et des objectifs (CF l'article d'Arnaud Briand sur ce même blog le 3 janvier).

    Et comme Mathieu, j'ai souvent l'impression d'avoir Google en permanence dans mon dos pour épier ce que je fais.

  4. manit4c

    Malheureusement la complexification progressive du référencement induit une augmentation des coûts pour les clients.

    On arrive au stade où il va falloir dire au client que son budget initial devra forcément augmenter s'il veut garder les mêmes positions (et non pas s'améliorer). Un modèle économique douteux qui va finir par se casser la g**** !

  5. Louis Durocher

    Excellent article. J'abonde sur plusieurs points: le référencement ne doit pas se cantonner à proposer quelques changements structurels aux sites, il doit faire partie de la démarche de publication d'un site: rédaction web, stratégie de contenu, stratégie envers les médias sociaux. Malheureusement ce n'est pas toujours facile de se faire entendre des décideurs pour qui le référencement est apparenté au vaudou, ou au mieux comme quelque chose que l'on appliquerait à un site web une fois qu'il soit construit et finalisé: bon maintenant il va falloir le référencer...

    Quant à la question du black-hat seo, je me rends compte que ces questions préoccupent beaucoup plus les cousins européens que les nord-américains. Pas la même culture probablement. À moins que je ne sois naïf, je ne connais personne au Québec qui fasse dans le black-hat. Un chapeau gris à l'occasion, mais cloacking et cie, je ne connais personne.

  6. Mathieu Gheerbrant

    Oui,
    Même si toutes ces disciplines nécessaires sont très intéressantes, elles demandent de solides compétences, et également beaucoup de temps.
    Le métier se segmente et les agences web et/ou de référencement pourraient ainsi structurer leurs services.
    Quant aux freelances, ils deviendraient certainement spécialistes de leur discipline (SEO, SMO etc...) encore plus qu'aujourd'hui.
    Plusieurs spécialistes travailleraient alors en même temps à la visibilité d'un même site.

  7. Laurent Bourrelly

    Le référenceur doit regrouper plusieurs compétences par définition. Il n'y a pas vraiment de difficulté à appréhender de nouvelles compétences si on est déjà mentalement habitué à la démarche.
    Pas compris la phrase du début : "les limites s'amenuisent". Au contraire, je trouve que nous avons des fabuleuses opportunités pour ne plus reposer entièrement sur du trafic Google. Comme j'en parlais dans mon billet, c'est un progrès immense qui est tout le contraire d'une restriction.

  8. Mathieu Gheerbrant

    @Laurent: "les limites s’amenuisent" entre les différentes disciplines de la création de trafic.
    Il n'y a pas forcément de difficultés à s'adapter, j'en conviens, mais il faudra obligatoirement le faire, ou faire appel à d'autres spécialistes.
    Les SEO vont devoir obligatoirement connaître les bonnes pratiques des autres méthodes d'acquisition de trafic.

    Mon billet doit avoir un ton un peu négatif car je ne vois pas cela comme une restriction non plus, mais plus comme une opportunité d'évoluer et/ou de collaborer avec d'autres experts.

  9. Amandine

    Je trouve que vous avez raison sur le fait que la frontière entre seo et rédacteur va et doit se réduire.
    Si le seo n'est pas capable de conseiller le client sur les mots à utiliser dans un texte, il aura beau mettre des balises h1, h2 etc. l'effet sera nul !

  10. Sylvain Auteur de l’article

    En fait, lorsque j'ai lu l'article de Mathieu, j'ai fortement adhéré à la logique générale. A mon sens, l'acquisition de trafic ne peut se faire sans jouer sur plusieurs leviers.
    Les distinctions entre les personnes qui manient ces leviers sont de plus en plus floues, et c'est plutôt une bonne chose.

    Quand Arnaud titrait l'article du 3 janvier http://blog.axe-net.fr/le-referenceur-doit-choisir-son-camp/ il avançait l'idée que chacun doit se spécialiser pour être totalement efficace. Ce n'est pas faux. Surtout pour des clients de taille importante.

    Pour de plus petits budgets (clients), une grosse équipe ne pourra pas être mise en place, c'est alors que la position de Mathieu prend tout son sens (ce n'est que mon avis).

    Comme le dit justement Amandine, le SEO se doit de maitriser un minimum de compétences rédactionnelles, car il est inutile d'optimiser de l'inutile.

    Une vision SMO me semble aussi indispensable au SEO. Certaines pratiques seront d'ailleurs des relais fantastiques pour booster le travail SEO mis en place.

    Par ailleurs, je fais confiance à Mathieu (plus connu sous un autre pseudo dans le monde SEO ;-)) concernant l'application de technique black hat (abordées aussi par Louis et les commentaires d'Olivier dans cet article d'avant hier http://blog.axe-net.fr/referencement-2010-memes-recherches-nouvelles-reponses/ )
    D'ailleurs, je me sens parfois virer au gris (volonté de manipulation de résultats) lorsque j'entreprends certaines choses sur les réseaux sociaux...

    Je trouve donc en effet que les frontières sont plus floues, ou du moins, que personne ne peut travailler correctement sans comprendre relativement en détail le travail de l'autre.

    J'ai adoré le dernier paragraphe concernant cette capacité qu'à Google à nous faire travailler pour lui. Certains me répondront que c'est en échange d'outils gratuits... alors tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes 😉

    Tiens, au passage, Google veut aussi vendre de l'électricité http://bit.ly/5uAGzL
    Et comme me répondait quelqu'un récemment, bientôt, les bébés sauront dire Google avant de dire Maman 😉

  11. Laurent Bourrelly

    @ Mathieu : ce qui est certain est que le métier exécuté à son pinacle exige un panel de compétences assez extraordinaire.
    J'aimerai bien connaître d'autres métiers où en demande autant, tout en sachant qu'on joue une partie de poker où on ne connait pas les règles et qu'elles changent tout le temps.

  12. Mathieu Gheerbrant

    @Laurent: On est bien d'accord ! 😉 C'est d'ailleurs ce panel de compétences différentes qui rend le métier si passionnant !
    Cela ne s'arrête jamais ! 😀

  13. Seb

    @Sylvain : je t'invite à changer ton lien sur S2M, tu as oublié le / à la fin de l'url du coup cela pointe vers une 404 😉

  14. Sylvain Auteur de l’article

    @ Seb
    Merci de l'info (très sympa), mais je ne comprends pas bien pourquoi, je n'ai pas de 404 (testé avec plusieurs navigateurs et 3 OS différents). Je vais voir si je peux modifier.

  15. Seb

    alors là ? Pour info, j'ai cliqué sur le lien à partir de thunderbird pour l'ouvrir sur ff 3.5.7 si cela peut t'aider 🙂

  16. Sylvain Auteur de l’article

    @ Seb
    Merci. en fait, on ne peu pas modifier sur S2M une fois publié. Tu devrais t'abonner directement sur le blog AxeNet 😉
    Merci toutefois pour l'info, je ferai attention à l'avenir en publiant chez Secrets de Moteurs.

  17. Jonas

    Merci pour cet article très intéressant.
    Après avoir lu et apprécié un autre de vos articles intitulé :
    "Ancre de lien, nofollow, dofollow & co : le test SEO"
    Me revoilà sur votre site grâce à Google.
    Ça devient une habitude !! 🙂

    Étant consultant en référencement pour les entreprises locales de ma région je crois que je vais ajouter votre site à mes favoris et venir de temps en temps ajouter à mes connaissances grâce à vos articles et tests.

    Keep up the good work guys.

  18. Charles

    Article très intéressant, probablement encore plus pertinent pour 2011 avec Google, Yahoo et Bing qui ont récemment confirmé que les liens des réseaux sociaux ont un impact sur les résultats de recherche.

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *