Le référencement, Google et le jardinage

Le référencement naturel en 2 étapes.

Le travail de référencement sur Google ou autres moteurs de recherche est parfois complexe à faire comprendre aux non-initiés. Cet article tente d'apporter une explication générale et de vulgariser les étapes parfois jugées nébuleuses pour les novices du sujet.

Pour faciliter la compréhension du travail à mettre en œuvre pour le référencement naturel d'un site internet, nous ferons une métaphore avec le souhait de vouloir planter un arbre pour récolter ses fruits chaque année.

Jardiner pour Google

Pour ceux d'entre vous qui maîtrisent déjà très bien ce sujet, nous vous invitons plutôt à consulter cet autre article sur les étapes à respecter pour la création d'un site et son référencement.

1 : Pour quoi faire ?

Il est avant tout nécessaire de savoir quels fruits vous voudrez récolter. Des bananes, des pommes, du raisin ? Il faudra alors soigneusement sélectionner les semis, déterminer dans quelle région, avec quel ensoleillement, quelle pluviométrie, sur quel type de terrain vous ferez pousser vos plantations. Ceci sera d'autant plus nécessaire que votre choix pourra varier en fonction de vos objectifs. Est-ce pour partager quelques fins de repas avec la famille ou approvisionner le marché local, ou mieux, la grande distribution en Europe ?

On réalise bien que de nombreuses choses vont être à concevoir bien avant de commencer le développement du site par lui-même. Quelle cible voulez-vous toucher avec votre site ? Quels mots ou jargon utilise-t-elle lorsqu'elle parle de votre activité ? Quelles expressions va-t-elle taper dans les moteurs de recherche lorsqu'elle recherchera les produits ou services que vous proposez ? Comment allez-vous présenter votre offre en prenant en compte les réponses à ces premières questions ?

Cette première étape est fondamentale, car elle va vous permettre de savoir quels sont vos objectifs de référencement. C'est à partir de là que l'agence où le référenceur va vous aider à organiser votre contenu (arborescence et volume de pages nécessaires) et à rédiger vos textes en y intégrant les mots adéquats et leurs synonymes. Il vous aidera sur le choix de vos liens internes. L'objectif de cette étape est de préparer le contenu du site de manière à en rendre sa lecture et la compréhension de sa thématique le plus compréhensible possible pour les moteurs de recherche. Même s'ils commencent à friser l'intelligence artificielle, ce ne sont que des machines utilisant des algorithmes mathématiques, ne l'oublions pas. La qualité du codage aura alors un impact non négligeable (balises adéquates sur le contenu adéquat).

C'est à partir de ce moment là (textes rédigés , organisation de l'arborescence) qu'il est idéal de concevoir l'emballage (graphisme) et développer le site. Et croyez-moi, vous avez déjà réalisé l'essentiel du travail de référencement.

Pour résumer cette première étape : Vous savez quels fruits vous voulez et en quelle quantité. Vous avez choisi la graine, le terrain le plus propice à cette espèce, vous avez imaginé quel ruisseau viendra irriguer votre arbre, vous l'avez planté, le tout est fait dans les meilleures conditions pour obtenir une belle récolte chaque année.

Inutile de dire que si vous avez sélectionné une graine issue d'un parent poussif et que vous l'avez planté dans les cailloux, il va être nécessaire de rattraper l'hécatombe probable en arrosant 100 fois plus et en apportant chaque jour les éléments nutritifs pour que votre arbre ne meurt pas. Il est donc probable que cela vous coûte bien plus cher sur du moyen et long terme. En prime, l'arbre ne donnera jamais d'aussi bonnes récoltes que si vous aviez procédé correctement dans les choix initiaux.

2 : Le site est mis en ligne, on fait quoi maintenant ?

Pour pousser et grandir afin de vous apporter les fruits tant désirés, votre arbre va nécessiter un soin de tous les instants, surtout lorsqu'il est jeune. Vous ne voudriez pas qu'une chèvre vienne brouter cette toute jeune pousse ! Vous ne souhaitez  pas laisser les herbes envahir l'espace et lui prendre la lumière indispensable à son développement. Vous n'aimeriez pas que les insectes se repaissent des bourgeons où que les maladies recroquevillent les feuilles. Une fois les premiers fruits sur les branches, il n'est pas question de  laisser aux merles la primeur de votre future récolte. Il vous faut donc un bon jardinier.

Le jardinier référenceur va donc s'occuper du bon développement de votre site. Il le fera découvrir à Google en plaçant judicieusement un bon lien entrant à partir d'un autre site lui-même bien référencé. Il inscrira votre site sur certains annuaires reconnus, plus spécifiquement ceux spécialisés dans votre thématique (il n'utilisera que des descriptions uniques et des ancres diversifiées pour les liens. C'est plus long, mais tellement plus efficace). Il publiera des informations vous concernant sur des sites reconnus. Tout ceci pour apporter l'engrais nécessaire à la popularité de votre site.

Puis il échangera des liens (non réciproques) avec des sites de même thématique, il permettra aux moteurs de passer de pages en pages comme les abeilles sur les fleurs de vos futurs fruits. Et bien sûr, il négociera âprement l'emplacement de vos liens sur les pages des partenaires (en les choisissant bien car nombreuses sont celles qui ne valent pas grand chose), il obtiendra des liens profonds. Alors, il vous apprendra à répondre sur des commentaires de blogs ou dans des forums pour obtenir de précieux liens entrants complémentaires en échange de vos interventions d'expert (sans faire de vous ce que l'on nomme un spammeur).  Il sera à l'affut de ce qui se passe dans votre domaine d'activité, toujours à la recherche du bon lien placé sur la bonne ancre (en les diversifiant), celui qui valorise votre site aux yeux de Google. Bon conseiller, il vous apprendra à rédiger les articles de votre blog ou de vos actualités en respectant certaines règles d'utilisation de mots-clés, en profitera pour vous enseigner l'art des liens d'auto-promotion. Enfin, il vous apprendra à utiliser les médias sociaux et à faire du buzz autour de votre site.

Enfin Il vous inscrira alors sur des sites agrégateurs de flux RSS, vous conseillera dans l'intégration de nouvelles pages optimisées et fera 1000 autres choses destinées à accroître votre trafic ou à renforcer votre popularité aux yeux des moteurs de recherche.

En résumé de cette seconde étape : L'agence entretiendra votre arbre et mettra tout en oeuvre pour vous permettre d'obtenir les plus belles récoltes tout au long des années à venir. Plus tard, elle pourra sans doute vous aider pour développer la notoriété de votre site de bien d'autres manières, mais ce n'est plus du référencement naturel, nous aborderons le sujet dans d'autres articles.

En conclusion :

Essayez de penser que le référencement est plus proche de l'action marketing que technique. Un bon référencement se décline en deux grandes étapes :

  • Une excellente conception initiale de votre contenu puis de son codage.
  • Un entretien permanent selon vos ambitions.

Un bon référenceur est un bon jardinier, pas un sorcier.

Questions connexes :

Dois-je prendre en compte le référencement dès le début de la conception de mon site = Le jardinier peut-il m'aider avant de planter la graine ?
De par ses compétences, le jardinier est sans doute la personne la mieux placée pour vous conseiller sur les choix de l'espèce et du terrain, non ? Il en est de même pour une bonne agence web.

Puis-je payer l'agence une fois les résultats obtenus = Puis-je payer le jardinier qui plante la  graine une fois que je peux accrocher une balançoire à mon arbre ?
Peu de référenceurs accepteront. Axe-Net propose parfois des paiements aux résultats, mais les tarifs sont souvent bien plus élevés.

Comment trouver la bonne agence ou le bon référenceur = Ou dois-je aller pour trouver le meilleur horticulteur ?
Pour trouver un bon référenceur,  téléphonez aux clients de l'agence, ils vous diront ce qu'ils en pensent. Regardez la production des arbres plantés précédemment par votre jardinier, demandez-lui des détails sur ce qu'il a réalisé.

Dois-je payer indéfiniment l'agence = Dois-je garder mon jardinier pour toujours ?
Cela dépend de vos ambitions et de vos concurrents. Votre site progressera tant qu'il est bien entretenu, mais vos concurrents tenteront sans doute d'avoir de plus belles cerises que vous. À vous de voir si votre récolte vous convient ou si vous en voulez plus.

Comment accélérer mon trafic de suite = Comment puis-je avoir des fruits tout de suite ?
On se lance ici dans la culture de certains champignons. Ils poussent en une nuit et meurent s'ils ne sont pas récoltés le lendemain. Sur le web un programme comme Adwords de Google, vous permet de payer au quotidien pour apparaître dans les liens commerciaux. C'est rapide mais pas durable si vous ne payez pas chaque mois. Cette stratégie doit généralement être complétée par du référencement naturel qui impacte le long terme.

Existe-t-il des techniques plus rapides = Ai-je droit aux OGM ?
Oui, mais c'est dangereux, très dangereux. Un moteur de recherche comme Google sanctionne ce type de pratiques. Cela lui est d'autant plus facile que vos concurrents n'hésiteront pas à faire de la délation. Cultivez bio, c'est plus durable.

Informations connexes :

http://oseox.fr/referencement/glossaire.html
http://oseox.fr/referencement/strategie-netlinking.html
http://www.hebergementweb.org/forums/thread67.html

Bon, moi je retourne à mon arrosoir. Et vous, vos carottes... elles poussent ?

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

51 réflexions au sujet de « Le référencement, Google et le jardinage »

  1. Yves

    Excellente métaphore qui illustre parfaitement le travail de long terme indispensable au positionnement d'un site sur Google. Le référencement est un travail de patience ce que certains oublient parfois.
    Je vais de ce pas tondre ma pelouse avant qu'il ne pleuve.

  2. Al-Kanz

    "Il vous inscrira alors sur des sites agrégateurs de flux RS". Etes-vous persuadé de la pertinence de ce conseil ? Quid dans ce cas du duplicate content ?

  3. ranks

    Sympa la comparaison avec le jardinage. D'ailleurs, pour faire progresser la petite barre du pagerank, il faut avoir la main verte!

  4. Weborganique

    Belle vision du travail de jardinier 🙂 on a beau maitriser le sujet, ce genre de définition est toujours très intéressant à lire, c'est une autre manière très agréable de se faire caresser dans le sens du poil. Bravo.

  5. Sylvain Auteur de l’article

    @ Al-Kanz
    Bonjour. Oui, ce conseil est plutôt pertinent à mon humble avis. A titre d'exemple, les articles de ce blog qui paraissent sur "secrets de moteurs", génèrent de très nombreuses visites. Les liens entrants ont aussi dans ce cas un effet bénéfique. Je vous concède toutefois que j'aurais pu utiliser l'appellation "Digg like".

  6. Al-Kanz

    Ah ok, les Digg-like, pas les pompeurs de RSS qui font que vos articles se retrouvent repris intégralement un peu partout sur Internet.

  7. Arnaud

    Très bon article.
    Je rajouterais que la plupart des jardiniers sont spécialisés. Certains passent de longues heures à faire de très beaux bonsaïs et d'autres excellent dans la production de vergers sur plusieurs hectares.
    Rares sont ceux qui arrivent à faire les deux.

  8. Referencement

    Bonjour,
    Excellent article, je crois que je vais souvent utiliser cet exemple pour les personnes qui n'arrivent pas à comprendre le vrai sens du référencement.

  9. Julien

    Métaphore très intéressante, c'est toujours plus facile d'expliquer comme cela.
    Je mettrais juste un petit bémol à cette partie :
    "[...]mais vos concurrents tenteront sans doute d’avoir de plus belles cerises que vous. À vous de voir si votre récolte vous convient ou si vous en voulez plus[...]"
    La différence c'est qu'il y a beaucoup moins d'espaces vierges sur le net que de terre vierge sur le globe. Vos concurrents vont donc piquer VOS cerises !

    Bravo en tous cas pour le soin général et le ton apporté dans chacun des articles du blog 😉

  10. Sylvain Auteur de l’article

    @ tous
    Merci globalement pour ces compliments 🙂
    @ Julien
    Vous avez totalement raison. Le terrain de la première page n'est composé que de 10 parcelles. Filets et épouvantails sont indispensables et il faut les entretenir eux aussi.

  11. Jérémy Joron

    Comme tout le monde l'a dit excellente métaphore ! C'est expliqué très simplement donc sur facile à comprendre ! Bravo !

  12. onblog

    c'est très imagé, je n'aurais jamais pensé au référencement comme à du jardinage... mais c'est très réussi.

    la culture bio ya que ca de vrai lol

  13. Gwaradenn

    A faire lire au maximum de personnes!
    Pour les flux rss, certains agrégateurs sont utiles: un lien en dur par article, une courte description , sans ping, l'article est rapidement crawlé et en quelques jours passe en première position. Mais la duplication & co ont eu raison de pas mal de ces sites.

  14. Alarme électronique

    Excellent article. C'est une très bonne description du principe du référencement.

  15. referencement naturel

    Oui vraiment sympa l'allusion avec le jardinage et très bon article

  16. Patrick

    Sans aucun doute le meilleur article que j'aurais lu cette semaine. Je pense qu'il sera encore d'actualité dans quelques années. Bravo pour le ton, mais surtout bravo pour la vulgarisation.
    Le travail de fond nécessaire à un référencement durable est souvent mal compris, mais celui nécessaire en préparation est encore moins pratiqué.
    Vous avez rendu ces notions complexes très compréhensibles avec un billet très agréable à lire. Merci.

  17. Caroline Ferré

    Bonjour,
    Créateur de cerisiers.info j'ai suivi avec intérêt votre rapprochement jardinier... mais le jardinier sait qu'il doit être patient et le webmaster l'est rarement.
    La patience est notre grande vertu...
    Caroline

  18. Inf Auvergne

    Trés bon article, la métaphore avec le jardinage est trés bonne, et explique bien le travail constant que necessite un référencement.
    Je le conserve en liens, je renverrais certainement des personnes dessus pour leur faire prendre conscience de cela

  19. Nadia

    Salut
    Je n'aurais jamais utilisé cette métaphore mais c'est intéressant !
    Les belles cerises du printemps du web... et peut-être même que les sites de philosophie doivent y penser...
    Nadia

  20. Paul Martin

    Google et le jardinage... en hiver, ça donne quoi ?
    Sous la neige, il faut être patient ?
    Et attention aux gelées tardives.
    Que sont les gelées tardives dans votre analogie ? Les spams pour essayer d'obtenir des milliers de liens via les pages CONTACT ? J'en bloque chaque jour !
    Du jardinage d'hiver de mon pêcher virtuel, j'en suis arrivé chez vous... étonnant non ?

    Paul Martin

  21. michel

    Excellente comparaison ! Pour filer un peu plus la métaphore, je dirais qu'il m'arrive parfois en référencement exactement les mêmes problèmes qu'en jardinage : Je choisi le terrain, je plante les graines, j'arrose, ça pousse nickel, ça bourgeonne... et d'un seul coup, sans prévenir, mes fruits pourrissent tous ! Et c'est la panique : Est ce que je doit remettre de l'engrais ? C'était pas le bon engrais ? J'ai mis trop d'eau d'un coup ? bref... pas facile de jouer les jardiniers/référenceurs.

  22. Sylvain Auteur de l’article

    @ Laurent
    Il y a quelques temps, le site de l'agence était en 2ème position sur Yahoo sur la requête "création site internet" (tiens, je viens de voir que j'y suis à nouveau !) Une requête sur laquelle tout le monde s'entretue avec vigueur.
    Et bien ce sacré Yahoo m'apportait environ 1,5 visites par mois en moyenne sur celle-ci.

    Quend je pense que l'on voit encore des agences SEO proposer "l'inscription" sur 30 moteurs de recherche, ARF !

  23. 512banque

    Tu viens de m'envoyer ce lien via twitter et effectivement je trouve la comparaison excellente, je me permettrai de te piquer tes exemples, en précisant la source évidemment 😉

  24. Paysagiste

    Super métaphore qui m'arrange bien d'ailleurs !
    Vous remarquerez que l'ancienneté est importante pour google comme pour les plantes.

    La structure d'un arbre qui dépend de la taille donnée par le jardinier comme la structure d'un site sont aussi capitales pour une bonne efficacité ou rendement.

    Par contre les stolons dans le jardinage ne sont pas aussi importants que les liens pour le référencement... l'image a des limites.

    Ou alors les abeilles et le vent réalisent indirectement ces liens entre les individus de même espèce (ou même thématique pour les sites). Et le contenu du site serait aussi indispensable que l'ADN du végétal !

    Mais quelle herbe j'ai fumée ? Je ne m'en souviens même plus.

  25. Samuel

    Merci pour cet article fruité, en amateur de métaphores et d'allégories je suis servi par la forme, et le fond est aussi très juste, bravo !

  26. Jérôme

    Je n'avais encore jamais envisagé le référencement de cette façon, mais la métaphore montre aussi à quel point le travail du référenceur peut être à la fois ingrat mais tellement gratifiant (enfin, quand ça pousse !)

  27. alain

    Bonjour à toi et ton équipe,

    Je viens de découvrir ton site et cette page en particulier.
    La comparaison jardinage/référencement est excellente étant moi-même jardinier passionné et référenceur amateur!
    Citation: " un bon jardinier est un bon référenceur":
    pas tout a fait d'accord car un site peut être visité par des millions de personnes et attirer les moteurs sans référencement provoqué.
    Pour un site commercial avec une dizaine de pages, le référencement est crucial et plus que vital.
    Une chose importante et souvent oubliée par les webmasters est le contenu. Beaucoup trop d'articles sur le référencement circulent en citant uniquement l'écriture des url, les backlinks, les anchors mais pas assez à mon goût l'importance du contenu. Plus vous intéressez les lecteurs, plus vous avez de liens naturels!
    Pour reprendre la métaphore du jardin, un site doit représenter la biodiversité sinon, les papillons (moteurs et visiteurs) seront rares et éphémères.

  28. Sylvain Auteur de l’article

    @ Alain,
    Je n'ai pas dis ce que tu cites, mais l'inverse 🙂
    Sinon, je suis tout à fait d'accord avec ton propos. C'est d'ailleurs stipulé quand je dis qu'un bon référenceur vous apprendra à rédiger des articles (par exemple).
    Ceci induit la création de contenu.
    Mais pour que ces contenus soient visibles sur le net et génère des liens naturels, les conseils du référenceur seront encore une fois très utiles.

    Malheureusement, il existe des contenus fantastiques sur le web, et ceux-ci ne sont quasiment jamais vu car mal référencés ou positionnés dans les moteurs.

    Un exemple ? Si je tape "Nouvelle page 1" dans Google, j'ai plus de 39 millions de réponses, ceci se passe de commentaire, non ?

    Et puis surtout, le SEO ne fait pas tout, ce n'est qu'une partie de ce qui génère du trafic sur un site.
    En ce sens, j'aime bien ton analogie avec la biodiversité.

  29. marc

    J'aime beaucoup la comparaisons du référenceur et du jardinage.
    Le référencement d'un site commence bien a la conception (au niveau graine )comme tu dis.

  30. Juan

    Bonjour, Sylvain.
    J'adore la métaphore.

    Pourquoi en effet ne pas s'émouvoir de la même façon de l'évolution de ses positions Google que de l'éclosion de ses roses ? On est passionné ou on l'est pas, en tout cas, j'adhère.

    Si ton jardinier était un vigneron, comment réagirait-il à l'orage de grêle nommé "Google Instant", détruisant des mois d'efforts en un jour ?
    Officiellement, Google veut faire gagner du temps de saisie aux internautes. Curieusement, la plupart des sites modestes ne pouvant pas se positionner sur LE MOT-CLE initial ( exemple : annonce ) et se démarquant sur des requêtes étudiées à 2 ou 3 mots n'ont plus qu'à gonfler leurs budgets Adwords pour être en première page...

  31. Referencement google

    J'aime bien le ton...et il est vrai que la pillule passe mieux avec l'humour. bravo cher collègue pour ton talent pédagogique!

    Mais j'aurais dit des pages de même thématiques plutôt que des sites de même thématique car j'ai remarqué que beaucoup faisaient l'amalgame et refusaient un échange de liens en page profonde seulement parce que la page d'accueil avait une thématique différente...

  32. David

    J'aime bien les discussions sur ce blog, elles sont passionnantes. Normal les articles sont de qualités.

    Juan, perso je trouve que google instant est un super outil de mesure pour le référencement, car il indique où se situe la relation snippet entre la requête de l'internaute et le contenu de la page, et surtout sous quelle forme.

    perso, je me sers de Google instant pour optimiser mes snippets et ça me fait réellement gagner quelques places

    En tant qu'internaute, google instant me sert (pas besoin de faire control F pour trouver l'information que je recherche dans un contenu long). C'est un confort pour l'intenaute.

    Et le confort de l'internaute est au coeur même du référencement. Dans l'absolu, plus on se rapproche du concept ma page internet possède un contenu que recherche réellement l'internaute, mieux je serai positionné.

    C'est à ça que sert surtout le Snippet pour Google. Le Snippet chez Google c'est un moyen qui sert un but: que l'internaute se disent, ouah, t'ain, il est puissant Google, il lit dans mes pensées et me montre exactement ce que je recherche.

    En travaillant sur mes Snippet, je vais dans le sens premier du but de Google. En allant dans ce sens, j'améliore mon référencemen Google.

    Et depuis Google instant, je réussi mieux optimiser mes snippet.

    Après, sur les autres points, je suis d'accord avec toi.Mais c'est un mal pour un bien. A nous de nous adapter

  33. stéphane

    Bon, je crois que j'ai pas mal jardiné, mais pas très bien planté....
    Un des dangers quand on s'occupe soi-même de son site, ne serait-il pas de vouloir en faire trop?

    en tout cas, après avoir eu un site en fin de 1ere page de google, il est passé en 2-3me page.

    je crois que j'ai un peu abusé de la modification de la page d'accueil pour aider les personnes et qu'elle dessert finalement mon référencement.

    une personne m'a dit qu'il était trop littéraire, j'ai eu du mal à l'accepter mais finalement, à la lecture du blog, je me rends bien compte que c'est pas complètement faux....

    Merci pour le blog et les conseils!

    A mon tour de rendre service : on se stresse, même si la situation est potentiellement stressante, on doit surtout notre stress à nous-même, à notre caractère, et il est bien plus malléable qu'on ne le croit.

    En tout cas, ca m'a fait réfléchir pour le site que je compte construire en anglais. Je crois bien que je vais me passer de google sites pour le coup.

    Amusez vous bien

    Stephane

  34. familymovie

    Marrante cette métaphore, elle ne me serait pas venue à l'esprit, alors qu'en définitive elle est pleine de bon sens. A partir du moment où l'on effectue des actions, et celui où cela "porte ses fruits", il se passe quelques semaines, voire quelques mois. Bien vu !

  35. Hébergement web

    Franchement! c'est l'une des métaphores les plus excitantes que j'ai jamais vue.
    Toute mes félicitations

  36. phil

    Tres agréable à lire, bravo pour cette belle rédaction!
    Mais je ne peu m’empêcher de réagir. une seule chose me choc et pas des moindre pour un prof du référencement. vous ne travaillé pas au résultat!? un comble quand même!!! je pense même que sa doit être le seule métier dans ce cas.
    ex: au resto je mange et le vin est imbuvable, le restaurateur après vérification constate, qu'effectivement, qu'il est dégueu.. il me remplace la bouteille sa me faire payer, logique non!

    tous sa pour dire qu'en cas d’échec quelqu'un doit payer ! une prestation = un service et à 100% Logique non !
    et non pas une prestation = une prestation, il faut un résultat comme pour tout le monde dans ce bas monde
    Sinon c'est trop facile - je suis très mal référencé Monsieur le referenceur - ha! c normale! - ah bon ! et bin merci, je vous doit combien? - un bras!- merci client auuu reeevoooir..

  37. Julie

    Mais que c'est beau !

    Moi qui pensais qu'ici on traitait de tampons et de déodorants... (d'ailleurs si on pouvait faire un referendum pour changer le nom... Je n'aime pas du tout la nouvelle gamme Axe)

    Et puis non ! En fait il s'agit d'un blog de jardinage !
    Pfiouuu :o)

    J'hésite à profiter de ce commentaire pour faire un lien pertinent vers mon site... Et puis non... Ahahahah

    Merci Sylvain ;o))

  38. agence web

    Ouai je suis pas tout a fait d'accord avec l'ensemble de l'article, mais bon, après a chacun son point de vue 😀

  39. Sitenco

    Le travail avant la réalisation du site est la partie la plus importante et la plus laborieuse.
    Il faut toujours penser à l’optimisation du site pour googlebot, sans pour autant oublier vos futurs visiteurs.

    En tout cas, bien penser la métaphore entre le jardinage et le référencement 🙂

  40. mng

    Excellent - Je n'avais pas encore eut l'occasion de lire cet article. Moi ce que j'aimerai rajouter à la métaphore serait : "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage" - Lafontaine. Et oui, mettre un site en ligne n'est pas tout ! Avant de se lancer, il faut bien prendre conscience que derrière c'est un travail de mise à jour perpétuel, de veille ...bref de dur labeur pour réussir. Encore Réussir serait un bien grand mots quand on voit que l'on peut dégringoler d'un jour à l'autre ! Vive Google ! 🙂

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *