SEO en 2017, quel est mon métier aujourd'hui ?

Voilà 19 ans que je me passionne pour le SEO, j'ai touché un peu à tout en terme de techniques, j'ai un peu tout pratiqué, plus ou moins selon les risques que mes sites ou ceux de mes clients pouvaient courir. La plupart du temps j'ai travaillé en pensant au long terme. Où en suis-je en 2017 ?

Google a changé le monde du SEO

Certains me diront que l'on peut encore « jouer » avec les résultats de Google. Ils n'ont pas tord, pour preuve ma « pizza aux anchois » qui s’accroche encore sur Google Images depuis des années, ou bien l'énorme manipulation des fiches Google My Business par Aurélien Delefosse dernièrement...

Mais qui aujourd'hui veut prendre des risques sur le business qui le fait vivre ?
Parmi mes clients je n'ai plus aucun candidat à la roulette russe. Google a remis tout le monde dans le rang et plus une oreille ne dépasse. Mais alors quel est mon job aujourd'hui, n'est-il pas devenu ennuyeux ?

Un métier très différent selon les clients

Quand on commence à accompagner des clients sur des sites aussi différents qu'un gros e-commerce de vélo, un institut de formation militaire, ou une petite association qui gère une colonie de vacances, la différence tient bien plus à la taille et au fonctionnement de la structure qu'à la thématique du site.

Avant même de m’intéresser au site, je m'intéresse aux gens. Qui fait quoi ? Qui peut faire quoi ?
Entre le client qui a un dev, un seo interne, un chargé de marketing, un rédacteur, et celui qui fait tout tout seul, je vous assure qu'il y a un monde.

Mais les plus gros ne sont pas forcément ceux chez qui on fait le plus, car le processus de décision (et d'action?) est parfois extrêmement long.

Selon le client, la mise en place de la même recommandation peut prendre de 1 heure à 3 mois (si si, c'est du vécu).

L'état initial des lieux reste très important

L'analyse de l'existant commence très souvent en profondeur et ne se concentre pas du tout sur le SEO, mais sur les possibilités de « toucher » au site. Parfois, récupérer un Prestashop buggué à mort sur lequel les fonctions natives sont HS est une gageure. J'ai aussi vu des clients ré-investir 5000€ et plus auprès de leur agence juste pour pouvoir gérer leur Title et H1 de manière indépendante et en toute autonomie, autant dire que la mise en place des recos derrière prend du temps.

De l'humain et des sous

Après de longues années à travailler avec tous types de structures, j'avoue être devenu difficile et je choisis mes clients, car j'aime réussir avec eux. Et à ce jeu, l'humain compte autant que le budget.

Avoir affaire à quelqu'un qui comprend et respecte les règles est un réel facteur de réussite :

  • Le SEO n'amène que rarement des résultats en 15 jours
  • Mon client va souvent devoir travailler plus que moi
  • On travaille main dans la main et on se dit tout
  • Le client qui sait déjà tout n'a pas besoin de moi a priori
  • On doit s'écouter...mutuellement...
  • On se fait confiance pour travailler ensemble

Avoir le budget est un mal indispensable :

  • Je ne peux pas travailler 4 jours dans le mois pour 500€
  • Il n'est pas possible de faire la même chose avec 10000 et 2000 euros, il faudra faire des choix.
  • Rendre votre site opérationnel pour le SEO peut vous coûter auprès de votre agence...

Des contextes très variables

Ensuite, dans mon quotidien, la mise en œuvre du SEO peut revêtir des formes très variables.

Chez certains, le site est déjà bien optimisé, on va aller chercher les exploits, les 1ères positions concurrentielles, les positions zéro, le squattage de SERP pour tout ce qui tourne autour d'une thématique précise.
Là j'avoue que c'est du grand bonheur. On y va au scalpel, les grappes sémantiques font merveille, les vrais bons liens deviennent plus faciles à aller chercher et nos concurrents n'y auront pas accès. On pense réellement à l'utilisateur et aux conversions.

Chez d'autres, on part de loin, je me reconcentre donc sur l'architecture, l'arborescence, l'optimisation onpage, le maillage interne. Les bases sont tellement rarement respectées sur les sites qui viennent de voir le jour que je passe bien plus de temps sur de l'enseignement et du transfert de compétences qui rendront un jour le client autonome.

Mais surtout, j'y prends encore du plaisir

Oui, je prends toujours du plaisir à faire ce métier.

D'abord parce qu'il me permet de découvrir des univers métiers, d'appendre. Qu'est-ce que je m'ennuierai sans cela.

Mais aussi, car il me donne régulièrement l'impression de monter une nouvelle équipe, avec le client, et j'aime mettre en place des équipes qui gagnent grâce aux actions communes.

Et surtout, surtout, quand un client me dit au bout d'un an (parfois plus) « Merci Sylvain, je ne pensais même pas que c'était possible ». Alors là, je prends un pied ! Comme quoi la satisfaction du travail bien réalisé est aussi motivante que le revenu qu'on en dégage.

Pour aller plus loin, quelques réflexions d'Aurélien Bardon qui ont inspiré les miennes.

SEO en 2017, quel est mon métier aujourd'hui ?
4.9 (98%) 20 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

13 réflexions au sujet de « SEO en 2017, quel est mon métier aujourd'hui ? »

  1. Maxime

    Bonjour Sylvain, je vous suis depuis quelques années sur votre blog et j'apprécie ce que vous écrivez. Dommage qu'il y ai un écart entre vos conseils et ce que vous pratiquez dans votre agence. Non pas au sens SEO mais au sens commercial. J'ai souhaité réagir dans ce billet lorsque j'ai lu "j'avoue être devenu difficile et je choisis mes clients", ce que je peux arriver à comprendre. Mais si vous ne choisissez pas un client, lui répondez-vous ? Je m'explique : j'ai tenté à plusieurs reprises de contacter votre agence à plusieurs mois d'intervalles et de diverses façon (par téléphone, par le formulaire de contact du site et par l'email de l'expéditeur de la newsletter), malheureusement je n'ai jamais eu de réponse. Je continuerai à suivre votre blog et je souhaitais juste m'exprimer à ce sujet.
    Bonne continuation, Maxime

  2. Sylvain Auteur de l’article

    Bonjour Maxime
    Je suis désolé de ta mésaventure. J'essaie de répondre systématiquement, mais dans ce cas précis je ne sais pas trop ce qui a pu se passer.

  3. cheapsitebab

    Je n'ai pas votre antériorité dans le SEO mais depuis 2009, j'avoue moi aussi avoir essayé pas mal de moyens pour aider un site à parvenir au saint graal : la première position sur les moteurs de recherche et principalement le leader google avec un super PageRank. Tous les moyens étaient bon, même du Black Hat (ce n'était pas bien mais c'était bon ! ;)) ).
    Malheureusement, à l'arrêt du Google Dance, (et c'est mon avis) google a pipé les dès à son avantage financier. Des sites inertes, non mis à jours depuis des années (voire des dizaines d'année), depuis restent sur les premières positions car ils profitent de liens profonds sur les sites historiques. Pour passer devant, il reste plus que le choix d'acheter une position via google adwords (bizarre que cela ne saute pas plus aux yeux de tout le monde). Ainsi depuis Google nous a pris une bonne part du marché de SEO.
    Pour le moment, et je pense ne pas être seul dans ce cas, je me limite en SEO à placer des liens via des logiciels SEO (déjà ancien, non black hat), associé à un bon nom de domaine (efficace en SEO) et à faire de bonnes méta keywords et description. Cette solution permet le plus souvent un placement dans les 2 pages de google (et des fois même mieux). Ainsi j'évite de donner quoi que ce soit à google. Je laisse le saint graal aux gens qui veulent lui donner de l'argent au géant.

  4. François

    J'aime la réflexion "Le client qui sait déjà tout n'a pas besoin de moi"

  5. Sylvain Auteur de l’article

    @ Cheapsitebab
    J'ai l'impression que ton commentaire est une énorme blague, c'est ça rassures moi ! 🙂
    Je cherchais quelqu'un qui travaillait son SEO avec des metas keyword et meta description...
    Et heureusement que l'on arrive à passer devant les vieux sites même s'ils bénéficient de certains avantages.

  6. Jérémy

    Salut Sylvain,

    Je pense que tu as résumé parfaitement le pourquoi de mon retrait du SEO (en tant que prestataire) pour me remettre du côté webmarketing et stratégie de vente.

    Avec les manip de notre petit maitre à tous (Mr GoogleBot) les entreprises sont devenues frileuses à l'idée de tenter des choses amusantes.

    Faut les comprendre... mais le BH est loin d'être OUT, bien au contraire... il y a de plus en plus de chose à faire, rien qu' "onsite".

    Je pense que si je me relance en SEO demain, mon premier recrutement se fera dans de très bons rédacteurs pour les clients.

    Pour moi, je garderais toujours le côté borderline qu'un fameux tiger à figé dans mon esprit avec son blog il y a maintenant quelques années.

    Et tout cas, continue de t'éclater dans ce métier... toujours un plaisir de te lire!

  7. mickael

    Un petit hors-sujet en ce qui concerne la pizza aux anchois . Elle es toujours très bien placée car je suppose que l'article en question a été fait à la belle époque où on pouvait encore faire le bourrin ( quoi qu'un animal venait de naitre si mes souvenirs sont bons, bref c'était le début ) . Si elle reste aujourd'hui encore, c'est que google n'y prête pas d'attention et qu'à l'époque c'était valable . Il suffit de regarder les sites d'une dizaine d'années qui ont des milliers de liens en footer & co, il ne sont pas pénalisés et trust en 1ère position, essayez donc de sortir aujourd'hui 1 site et de faite la même stratégie de liens que eux ... Ah oui, vous serez très bien positionné pendant 3 mois ou même 12 ( soyons fous ) mais ça ne durera pas, par contre votre concurrent, lui, il sera toujours numéro uno ... Enfin voilà, tout ça pour dire que cette ( bonne ) pizza aux anchois va encore rester longtemps où elle est et que le seo n'est vraiment pas une science exacte ( et que la popularité d'un lien est très important en SEO via les sociaux ) ... À méditer ...

  8. Le Juge

    Yo Sylvain!

    Deja... bon anniversaire! 19 ans ca se fete!

    Sinon - on a une vision du métier tres tres semblable notamment en ce qui concerne l'humain. La seule grosse différence pour moi c'est que je ne reviendrais pas du coté agence... A moins que... le coté annonceur est tellement plus... riche deja... et surtout tu as plus de temps pour justement faire les choses au scalpel. Et puis chez l'annonceur il y a quand meme plus souvent les moyens des ambitions - pas toujours - mais en general.

    Comme tu dis sinon c'est pas forcement les plus gros qui en font le plus... quand on est aux commande d'un porte-avion ca prend du temps de mettre les choes en branle des fois... une fois que ca bouge c'est hyper puissant mais... c'et long au demarrage et puis ca tourne doucement ... ca prend du temps de changer de cap... par contre tout comme toi quand tu vois les résultats et que ca envoie du gros... le pied quoi!

    Je crois que ce qui me fait le plus bizarre cette année c'est de voir de la pub TV pour les jeux sur lesquels je bosse... des fois j'ai encore du mal a impacter

  9. pascal

    Je suis chef de projet web dans la TPE jazzpower.tv
    Il est vrai que pratiquer le SEO dans ce type de structure est enrichissant car on est obligé de faire beaucoup avec peu.
    Cela dit, il est aussi vrai que depuis que l'on est mis au pas par Google, ça devient moins drôle de ne pouvoir dépasser les normes digitales.

  10. Sylvain Auteur de l’article

    @ Le juge
    C'est sur que la grosse machine dans laquelle tu travailles change des multiples "petits" clients que nous gérons nous 🙂

  11. David

    En 2017 face à la concurrence, face aux difficultés, aux mises à jour d'algo etc, la clé est dans une des phrases de ton article : "Je prends toujours du plaisir à faire ce métier".
    Sans ce plaisir, tu aurais sûrement moins de résultats et tu aurais baissé les bras. Ne resteront que les SEO passionnés, ceux qui ne sont pas là par hasard !
    Bravo pour cette longue période et merci pour tes nombreux articles 🙂

  12. Webludi

    Dans une entreprise le plus difficile à gérer, c'est l'humain. Il y a les caractériels, les volontaires, les flemmards, les je sais tous, plus ceux qui n'ont rien pigé, n'est-ce pas cheapsitebab !. Perso, je suis loin d'avoir votre expertise du SEO même si j'me soigne. Le plus important est de faire se que l'on aime. Concernant l'humain faut faire avec ! Bon courage et que cela dure encore de nombreuses années, je me régale à lire vos articles, MERCI.

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *