SEO saisonnier, negative SEO et microformats (SMX)

SEOUne nouvelle série de notes prises lors de la journée du 7 juin au SMX Paris.

En fait, je n'aurais suivi que les sessions avancées, ce qui n'enlève rien à la qualité des conférences sur les fondamentaux.

J'ai un peu honte de ne pas avoir vu Marie Pourreyron et David Degrelle ( referencement local, social, mobile), ce sera pour la prochaine fois.

Une fois de plus, il y avait tellement d'informations à assimiler que je vous remercie d'accepter simplement mes notes en vrac sans que je ne détaille réellement mon opinion.

Le SEO Saisonnier : Aurélie Moulin (Aufeminin.com), David Eichholtzer, Mathieu Dhorain (Belambra)

Une conférence très intéressante, car les cas de figure exposés démontraient bien la difficulté de ranker sur de l'événementiel.

Les objectifs : Être visible le jour « J ». Maîtriser le temps et la recherche universelle.

La stratégie :

  • Identification : événement, mots-clés génériques, long tail
  • Mise en scène : production de contenu, planification, BL internes
  • Développement : press release (CP), réseaux sociaux, digg like
  • Reporting : ranking, analytics, ajustement

Préétablir une liste de thèmes, différencier ceux qui reviennent chaque année (Rolland Garros) et ceux qui n'arrivent qu'une fois (DSK).

Effectuer des repérages (Google trends) ce qui comporte le mot-clé 2010 se reproduira surement en 2011 ou 2012.

Précréer son URL 3 mois à l'avance de l'événement. Si URL existante l'année précédente = 301. L'URL doit contenir le mot clé principal. Publier du contenu universel avant, pendant, après l'événement.  La mauvaise reco : une page de contenu et tout le boulot en linkbuilding.

Il faut multiplier les portes d'entrée: search, images, vidéos, news. Développer le réseau de liens ( internes et externes). Placer ses boutons de partage de manière très visible. Durant l'événement, vérifier ce qui buzz (GG suggest) et réagir en fonction. Publier sans arrêt plusieurs fois par jour. Relayer par les réseaux sociaux.

Le cas « Festival de Cannes » sur Aufeminin : 120 contenus publiés dans la semaine = 2 millions de pages vues.

À retenir : créer une page Hub qui sera réutilisée tous les ans.

Présentation Belambra (ex VVF) club de vacances

Situation : un catalogue qui change tous les 6 mois, pas d'historique référencement, une cannibalisation des mots-clés entre les présentations des différents clubs. Difficulté à identifier les expressions saisonnières. Longue traine très importante.

Solutions : Une URL unique par club et par saison (URL conservée d'année en année). Blocage des paramètres d'url pour endiguer la duplication de contenu. Énorme travail de classement des expressions-clés. Pour le contenu, anticiper 3 mois avant la date et créer des grappes de pages utiles autour d'un dénominateur commun.

J'ai aussi retenu que convaincre le mktg et les dirigeants en interne sur l'utilité des profondes modifications SEO demande autant d'énergie et de temps que de faire le job. Courage David 🙂 , c'est pareil quand on est en externe !

Difficile de retranscrire l'aspect captivant de ce sujet !

Les slides : http://www.slideshare.net/aureliemoulin/le-seo-saisonnier-predictive-seo-smx-paris-7-juin-2011

Eviter le SEO négatif : Paul Sanches, Aurélien Delefosse

Chapeau rose pour notre pink hat préféré et décontraction habituelle pour le black. De nombreuses illustrations « suggestives » émaillaient la présentation (les BH savent aussi faire du marketing  🙂 )

Comme d'habitude, les vrais bons plans ne sont pas exposés (eh oui, on ne va pas les pourrir), mais l'idée était plutôt d'ouvrir l'esprit aux techniques pour pouvoir se tenir sur ses gardes.Au passage, merci à mister 512 pour ses confidences que je ne révèlerais pas même sous la torture.

Méthodes en vrac :

  • Spammer les blogs, forums de leaders d'opinion au nom d'un concurrent pour ruiner son e-réputation.
  • Pour les concurrents qui n'en ont pas, créer des comptes FB, Twitter, Linkedin, Viadeo, au nom de ceux-ci pour prendre leur place et communiquer dessus de manière à ruiner leur réputation.
  • Payer des gens pour déposer des avis positifs pour soi-même et négatifs pour ses concurrents afin de ranker sur Google adresses.
  • Ajout massif de liens (+ de 10000) vers le concurrent puis suppression brusque. Permet généralement un déclassement. Plus facile sur un jeune site.
  • Prendre un nom de domaine similaire et prévenir les linker de modification de l'adresse du site par mail. Éventuellement, faire une 301 ensuite pour envoyer le nouveau domaine vers le sien.
  • Payer pour proposer suppression des BL des concurrents (eh oui, il n'y a pas que l'achat de liens, on peut payer pour en supprimer...)
  • Bloquer le mail du concurrent sur askimet
  • Mettre Ip du concurrent  sur stopforumspam, ruiner sa réputation sur WOT.
  • En spamco, poser des images hébergées sur des sites malveillants en les cachant par des CSS (souvent dispo sur le site). Ajouter mots-clés bloquant (porn, etc.) Facile sous SPIP. Même en admin, le site visé ne voit rien !
  • Sur ses propres pages de liens, mettre du nofollow dans les entêtes http, + cloaking pour les moteurs. Ce n'est même pas pénalisable, le nofollow est parfaitement autorisé...
  • Dupliquer intégralement un site et demander la fermeture du site d'origine à l'hébergeur (certains ne contrôlent rien et réagissent au plus vite, car ils ont peur).
  • Pour flinguer un jeune site, lui faire du duplicate content externe à foison.
  • Penser à se prémunir des webproxy en interdisant leurs IP.

Bien sûr, tout cela, ce n'est pas bien du tout, c'est répréhensible, il ne faut pas le faire ! Mais il est utile de connaître les techniques pour éviter de les subir.
A retenir, il est plus difficile de nuire à un site que de pousser le sien, mais un jeune site reste très sensible à ces techniques.

Recherche universelle, microformats, recherche sémantique : Olivier Tassel, Laurent Bourrelly.

Une conférence très instructive, notamment concernant l'utilisation des onebox de Google.
Laurent et Olivier publieront leur présentation sur leur blogs, je ne vais donc pas le faire ici.

En revanche,  la communauté s'est vite échauffée en apprenant que Google, Yahoo et Bing venaient de se mettre d'accord sur le principe des microdonnées plutôt que les microformats. Voir schema.org

Il est peut-être un peu prématuré de modifier tout son site en ce sens si vous utilisez les microformats. Déjà que ces derniers sont pris en compte un peu aléatoirement par les moteurs, le flou devrait perdurer encore un moment sur les microdonnées.  À suivre donc...

À demain pour la suite...

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

27 réflexions au sujet de « SEO saisonnier, negative SEO et microformats (SMX) »

  1. Marie

    Ah c'est balot que nos confs aient été à la même heure / même jour, ce qui fait qu'on n'a pas pu aller s'écouter mutuellement 🙁
    Si j'ai bien compris c'est un coup de Mickey. La personne de Disneyland ne pouvait venir que le matin et c'est pour cela que notre conf a été déplacée au lundi matin au lieu de l'après-midi. Et au final, malgré le déplacement d'horaire, il n'est pas venu.. C'est super crétin car j'aurai adoré écouter ce que tu avais à dire avec M Martinet concernant sa cave en ligne !

  2. Création site Ardèche

    Merci beaucoup pour cet excellent article, j'apprécie vraiment le relais d'info provenant du SMX car je n'y était pas... pas évident le réseau SEO à partir de mon Ardèche profonde.

  3. Phil

    Les techniques de Negative SEO, on avait eu droit à quelques techniques exclusives au Barcamp BH de Toulouse.

    Efficace sur de jeunes sites mais difficile à mettre en oeuvre sur un site truté ou ton blog par exemple 😉

  4. Xavier

    La liste de fourberies en NegativeSEO fait froid dans le dos. Au vu du compte-rendu, je ne vois pas beaucoup de conseils pour se protéger de tout cela.
    Concernant cette méthode :"poser des images hébergées sur des sites malveillants en les cachant par des CSS". Comment un simple visiteur peut insérer des images dans le contenu d'un site (à part en signature sur un forum) ?

  5. Wilfried

    Bonjour,
    Fais gaffe tu vas prendre l'habitude de filer des notes en vrac!;)
    Toutes ces conférences misent bout à bout, semblent valoir le prix de l'entrée.
    Merci pour ce partage
    Wilfried

  6. Christophe

    Que de techniques black hat ! Comment peut-on penser à toutes ses techniques !? En tout cas, c'est intéressant d'en être au courant. Il faut maintenant savoir s'en prémunir ;-).

    Cependant, je suis assez dubitatif concernant les profils Facebook et Twitter. Comment croire une personne qui a créé un profil et ruine toute seule sa réputation ? C'est un peu louche non ?

    Et je n'ai pas compris, pourquoi il faut mettre du nofollow dans les entêtes HTTP ?

  7. Sylvain Auteur de l’article

    @ Xavier
    On peut les placer dans les commentaires d'un blog sous SPIP.

    @ Christophe
    Certains le font tout seul sans le faire exprès (réponse désagréable, balance des concurrents), c'est assez facile de la jouer finement pour se rendre suffisamment désagréable sans en faire de trop.
    Imagine que je te réponde en te disant que tu n'est qu'un "pau'v c--" et que tu n'as rien compris, etc.
    Ceci n'améliorerai pas mon image sans doute 🙂

    Le nofollow en entête http permet de cacher le fait que les liens de ta page sont en nofollow (sauf à ceux qui examinent les entêtes, mais franchement, tu le fais avant d'échanger un lien ?). De ce fait, tout le jus reste en interne.
    Mais c'est très mal !

  8. Vincent

    Je pense que la conférence sur le SEO saisonnier devait plaire à pas mal de gens. SEOMoz avait fait un très bon article où il parlait de l'importance de faire une 301 ou de modifier le contenu pour une URL.
    La solution idéale : Le contenu change et l'ancien est déplacé sur une nouvelle URL d'archive.

    Pour ce qui est du NSEO la conférence est assez technique (et c'est tant mieux) toutefois la majorité des sites qui ont un peu d'ancienneté ne craignent rien...sauf un netlinking faussé mais qui a bien moins d'intérêt maintenant que le nofollow ne permet plus de faire de PR sculpting

  9. serge

    ouch, ça fait peur !
    quand tu crées un site internet tu ne penses jamais à ce que les autres peuvent être des méchants, là les techniques mises en avant frisent la psychose !!
    @ sylvain : tu viens de me donner un argument de plus contre spip 😉

  10. Aurélien Delefosse

    Serge, Spip n'est qu'un CMS parmi tant d'autres qui a servi d'exemple. Les autres sont aussi touchés par ce type d'action.
    Merci pour ton retour Sylvain. 😉

  11. Fabien

    Dire que ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, les possibilités sont grandes dans ce domaine, c'est étonnant et ça fait aussi très froid dans le dos ! Au passage, j'avais une petite question, on parle de plus en plus du Nseo, et partout je vois qu'il fait beaucoup plus mal au jeunes sites que les anciens, ce qui semble logique au final.

    Mais alors a partir de quel moment (ou combien de lien :D) on juge qu'un site et donc le domaine correspondant n'est plus jeune et donc beaucoup beaucoup moins sensible au Nseo ? 1 mois ? 3 mois ? 6 mois ? 1 an ? Plus ?

    Je parle bien de la variable "ancienneté" sans parler de tout autres les facteurs qui entrent eux aussi bien évidemment en ligne de compte dans de domaine du Nseo.

  12. Sylvain Auteur de l’article

    @ Fabien

    La réponse est sans doute 42 🙂
    Comme tu le dis si bien, il y a tellement de facteurs qui vont en s'amplifiant avec l'age d'un site, (se BL, son contenu, son autorité, etc.) Je dirais que c'est un tout.
    Pour être concret je dirais que l'on quitte la zone rouge au bout de 6 à 8 mois, et que l'on rentre dans la zone verte au bout de 2 ans. Mais ceci dépend tellement des autres critères.

  13. paiement sécurisé

    Oo non seulement cela fait peur mais en plus c est quand même assez dur de tout vérifier.

    Mais c'est vraiment des techniques de Dark Vador.

    Vous avez des tools qui vous permettent de mettre en évidence cela ?

  14. Christophe

    @Sylvain
    Merci pour ces précisions, je vois la nuance à présent.

  15. Anzio

    Re bonjour, je suis tous ces articles avec grand intérêt, ils sont vraiment très riche !

    Petit HS : Est ce que des gens auraient des citations ou des proverbes sur le monde du référencement ? ou du web en général ? Merci d'avance !

  16. Marimba

    Merci pour ces notes qui valent leur pesant d'or. Une autre technique de negative SEO a frappé un ami : l'URL de son site était considéré comme "contenu abusif" sur Facebook. Impossible par la suite de publier le moindre lien vers le le site en question. Apparemment, un formulaire a été mis en place pour rétablir la réputation du site. La vigilance reste donc de mise...

  17. lionel

    Bonjour Sylvain,

    Merci pour ces retours. Meme si ils sont en vrac comme tu le dis, ils sont toujours très instructifs. J'ai bien aimé le passage "Eviter le SEO négatif".

    amicalement

  18. yvan

    hot!! on a limite l'impression d'être à ta place 🙂 des méthodes en vrac de black hat me font découvrir des techniques dont je n'avais jamais entendu parlé, bref ça envoi du lourd, merci

  19. Grym

    @Sylvain

    Merci pour le résumé NSEO et l'url, je n’avais pas encore eu le temps de lire de résumés détaillés à ce sujet.
    Sinon effectivement cela fait froid dans le dos ce genre de campagne.

  20. Nicolas

    Et bien voilà l'une des conférences qui me fait regretté de ne pas avoir été au SMX cette année !

    Je compte prendre une formation avec Tiger rapidement (prière pour qu'il fasse du DIF cette année)...

    Même si je pense que leurs conf évènement ne relève pas ici de très grands points SEO BH, elles ont toujours pour conséquence de lever une polémique, et ça j'aime !!

  21. apwn

    Pourrir son concurrent c'est vraiment salaud ! Franchement je préfère utiliser mon temps pour mon propre référencement plutôt que de pourrir celui d'un autre. Surtout si le concurrent s'en rend compte et a les moyens de le prouver. Tout s'inverse dans ce cas !

  22. Julien

    J'ai vraiment bien rigolé en lisant la partie négative SEO. Y a de quoi s’amuser en pourrissant la réputation des concurrents !

  23. Flo

    Le SMX est vraiment un événement à ne pas manquer, et je l'ai manqué pour ma part cette année. Il n'y avait pas énormément de monde apparemment mais rien que du beau monde !

    Le négative SEO m'était encore inconnu il y a peu, en fait depuis le concours Pandaranol où l'on a pu assister à un véritable déchainement de NSEO... Rappelons que la démarche est totalement illégale alors attention aux petits malins qui voudraient s'amuser à ce jeu là.

  24. anima ex machina

    Au sujet du negative SEO et de la reputation sur WOT

    est ce que ca a un intérêt ? Je ne connais pas les statistiques FR de présence de WOT dans les navigateurs …

    En effet, je me rends compte ce jour que un de mes sites à une mauvaise réputation à la suite d'une note "négative" dont je ne connais ni l'auteur, ni traces …

    suspect donc ! mais plutot que de réagir je souhaite savoir si cela est nuisible vraiment au niveau SEO (je considère cela comme un indiciateur pour le moment)
    et je n'ai aucun intérêt à aller plus loin si cela n'apporte rien …

    Merci par avance

    Cordialement,

    Sébastien

  25. Thomas

    Merci pour le paragraphe sur les microdonnées, je ne savais pas...
    Je pense qu'un grand changement va apparaître concernant la sémantique des données et qu'il est intéressant de suivre les évolutions afin de rester en phase avec le temps.
    Google a déjà lancé Google recipes qui permet de rechercher des recettes de cuisine sur les sites ayant positionné la sémantique nécessaire sur leurs pages, et ce n'est qu'un début !

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *