Tendances SEO 2012

Le rapport coût / valeur

Un article invité sur le premier blog SEO français, ça ne se refuse pas vous pensez bien. Parler des tendances SEO pour 2012, par contre...boudu, très vaste sujet ! Alors plutôt que d'essayer vainement de tout couvrir, j'ai choisi de traiter de tendances plus ou moins SEO auxquelles je crois en partant de cette question toute simple : « quelles sont les pratiques qui rapportent vraiment » ? (les femmes sont vénales, c'est bien connu).

Des positions, du trafic...mais surtout des conversions !

Je ne vous apprendrai rien en disant que le métier de référenceur se complexifie à mesure que les problématiques web évoluent, et que nous sommes tous amenés aujourd'hui à jongler entre plusieurs compétences liées au SEO. Le métier change et c'est parfaitement logique.

Un des changements amorcés depuis quelques années et qui devrait s'intensifier en 2012, c'est la combinaison SEO+CRO (optimisation du taux de conversion). Parce qu'en fin de comptes, ce que l'on vend en tant que référenceur ce n'est ni de la visibilité ni du trafic qualifié, mais bien la promesse d'un plus gros CA (le positionnement est le moyen, pas le but).

Quand on y réfléchi bien, l'optimisation du taux de conversion permet d'aller au bout de sa démarche SEO, et devrait en ce sens être le complément quasi obligatoire de toute prestation de référencement (surtout quand il y a  discordance entre positions, trafic et ROI attendu).

Bien sûr il existe déjà des prestations et des spécialistes du CRO aujourd'hui, mais cette pratique reste marginale pour l'instant en France et rarement associée de façon directe au SEO, alors que c'est justement dans un contexte de référencement qu'elle a sa place. Pas facile vous me direz pour les petits budgets de squeezer cet élément en sus, mais il faudra y venir avec le temps, car le véritable enjeu du référencement est là.

La nouvelle version de Google Analytics permet d'ailleurs de visualiser beaucoup plus clairement les chemins de conversion et d'analyser plus simplement les pages à optimiser, et les éléments d'un site qui peuvent être davantage travaillés. Combiné à la récente apparition des requêtes search loggées en « not provided » qui va nous faire naviguer quelque peu à vue, je crois que tout est réuni pour passer à un autre stade dans notre approche du référencement (et des prestations que l'on propose en tant que professionnels).

Quoi, encore du SMO ? Eh ben oui !

Vous le savez, avoir un blog pour son SEO c'est bien (à priori), mais avoir un blog c'est surtout bien pour vendre. Quel que soit le domaine d'activité, ce que l'on vend et à quel prix, exister en dehors de son site (via un blog, une page Facebook , Twitter ou autre) est un passage désormais obligé...vers la conversion.

Tous ces espaces sont différents dans leur forme, mais dans le fond ils tendent tous vers le même objectif : aller plus directement à la rencontre de sa cible, diffuser plus librement et plus largement son message, contrôler son image... Certes, les réseaux sociaux et les blogs sont hyper chronophages mais avec un peu de discipline et en jouant le jeu, l'effort est toujours payant car ces canaux de communication sont d'excellents moyens de gagner en visibilité, de convertir et de fidéliser sa cible (sans compter qu'ils sont  simples et peu coûteux à mettre en place).

Un bon billet relayé via les réseaux sociaux peut convertir davantage qu'une publicité (que vous aurez payée), et sa date de validité est virtuellement sans limite.  En tant que référenceuse, j'aurais même tendance à penser dans certains cas que le SEO au sens strict est un moyen de gagner en visibilité sinon inutile, du moins préhistorique comparé au pouvoir du SMO et de la e-réputation. Mais là encore, le référenceur professionnel peut intervenir (plus ou moins directement), afin de conseiller le client sur les outils les plus pertinents pour une stratégie sociale adaptée à ses besoins.

En ce qui concerne plus spécifiquement l'impact des réseaux sociaux et du fameux linkbaiting sur le référencement, je suis par contre plus mitigée. On nous répète depuis un moment maintenant que les signaux sociaux peuvent (ou devraient) influencer le ranking et c'est certainement vrai, mais très clairement là dessus, je n'ai rien constaté que 3 soumissions dans un annuaire sur des ancres optimisées n'auraient pu faire (on me souffle dans l'oreillette que je serais douzième sur « Revue Web » grâce au linkbaiting – 36 recherches mensuelles. Wouahou).

Mais si l'impact des réseaux sociaux est difficilement mesurable aujourd'hui, tout porte à croire que la chose prenne de l’ampleur encore cette année -et ce n'est ni l'apparition de Google+ ni celle de Klout (quelles que soient la pérennité et l'utilité de ces services) qui laisseront penser le contraire. Quand on aura commencé à comprendre plus finement ce qui marche et comment, ça promet d'être sportif.

Ce qui est sûr néanmoins, c'est  qu'une présence sociale-slash-blog (enfin toussa quoi) ne peut pas faire de mal à votre SEO. Et dans le contexte toujours très actuel du contenu roi (avec Panda notamment), on ne peut pas se tromper en optant pour un blog et en jouant la carte sociale. Encore faut-il savoir y faire me direz-vous, mais c'est un autre sujet.

Allo ? Je ne vous entends pas !

Promis après j'arrête, mais deux-trois éléments plutôt tendances méritaient au moins d'être cités ici (attention, mega geek inside) :

La recherche mobile ne cesse de prendre de l'ampleur, il va donc falloir là aussi se bouger les fesses. Je ne suis pas du tout versée là dedans, n'ayant moi-même qu'un simple téléphone, mais si vous êtes comme moi attrapez le train en marche maintenant, après vous serez dépassé. C'est d’autant plus vrai avec l'apparition de Siri sur le dernier iPhone, qui risque de pas mal changer la donne -j'ai lu quelque part que la recherche vocale avait peu de chance de marcher parce que les gens passeraient pour des crétins en public ; j'aurais pensé la même chose du kit-main libre vous voyez, et pourtant (j'avais même pensé à l'époque que les portables ne se vendraient jamais, c'est dire...).

La recherche voix et image de Google a d'ailleurs déjà été étendue pour sa part aux PC sous Chrome, ce qui devrait à priori favoriser les requêtes de longue-traîne (je ne serai pas trop catégorique là-dessus quand même : quand l'internaute en aura eu marre de tomber sur des résultats hyper spécifiques mais complètement à coté de la plaque, il reviendra aux bonnes vielles expressions à 2 tokens).

Bon, on peut toutefois dormir tranquille de ce coté là en 2012 puisque ça n'est pas du tout au point pour l'instant (ou alors j'ai un accent anglais vraiment pourri, mais c'est assez peu probable).

 

recherche vocale

"Brad Pitt"

 

Enfin, pour compléter ce tableau je mentionnerai brièvement l’avènement du géo-réferencement-slash-réseaux-sociaux-slash-mobile avec les Foursquare et autres Yelp qui ne sont pas des nouveautés certes, mais dont l'usage s'est généralisé. Il faudra encore quelques années pour en faire des Facebook, mais ces « nouveaux » outils de communications sont bel et bien là pour durer et le SoLoMo (Social, Local, Mobile) est une vraie tendance à exploiter dans le cadre d'une stratégie de visibilité en local.

En somme, la tendance SEO pour 2012 (et les années suivantes si on survit à la fin du monde) ce n'est pas moins de SEO (ça reste la base), mais un peu plus de tout le reste.

Les professionnels du référencement (et moi la première), sont encore trop focalisés il me semble sur le positionnement et sur comment atteindre la sacro-sainte première place des résultats de Google. Quoi de plus logique pour un référenceur vous me direz, sauf que les SERPs ont changé et qu'elle changent constamment : elles sont aujourd'hui localisées, personnalisées, elles intègrent du combo search, sont influencées par les signaux sociaux, par la fraîcheur du contenu...et la recherche ne se fait plus uniquement sur PC.

Bref, le positionnement fait de moins en moins sens à lui seul. Les méthodes utilisées et les services proposés dans le cadre d'un référencement doivent donc évoluer en même temps que les problématiques de visibilité, et seuls ceux qui pourront s'adapter pourront survivre (oui c'est un peu dramatique, mais c'est pour rester dans le ton).

Un dernier mot quand même pour remercier Sylvain de son invitation sur ce blog, ça n'est pas le moindre des honneurs et j'en suis très touchée. Et un grand merci à mon collègue de bureau et mon assistant technique pour leurs remarques et suggestions à la relecture !

Bonne fin du monde à tous !

SEO factory Girl

* Merci à SEO Factory Girl pour cet article en guest blogging publié dans le cadre Tendances SEO 2012.

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

61 réflexions au sujet de « Tendances SEO 2012 »

  1. Djolhan

    Quel erreur j'ai fait en allant sur facebook... Sylvain, t'es vaches de faire ce coup la, à publier un article à cette heure ci ! Du coup, bonne année et bon linkjuice à tous puisqu'on est pile poile le premier.

    Bref, je repasserai lire cet article qui est surement excellent !

  2. Amahousse

    Bonne année à tous, merci pour tous ces articles passionnants.
    Il ne reste plus qu'à travailler encore et encore, mais on dit que c'est la santé,
    Tous mes voeux pour 2012

  3. Nicolas

    "Seuls ceux qui pourront s’adapter pourront survivre"...

    Je pense que pour bien vivre du référencement, il ne suffit pas d'être bon, mais de savoir vendre sa prestation.

    Bref, on peut même être mauvais en référencement, mais avoir des pigeons qui veulent bien vous donner leur argent (tant qu'ils n'ont pas trop de boulot de rédaction et autre prise de tête).

  4. olivier

    Merci pour cet article. Je pense qu'il ne faut pas tombé dans les excès des effets de mode, et ne plus jurer que par les réseaux sociaux. pour le positionnement les backlinks restent encore la valeur sure et efficace. Comme tendance pour 2012 je rajouterais l'importance accrue des mots clés dans le nom de domaine, en tout cas c'est ce que j'ai constaté dans mon secteur depuis l'arrivée de panda, surement car panda privilégie les sites à thématique unique, et qu'un nom de domaine avec mots clés en est un signe évident.

  5. phil

    Je suis d'accord avec toi sur la finalité de l'action du référenceur.

    Aucun intérêt d'avoir du trafic si celui ci ne se traduit pas par une augmentation du CA.

    Après sur le SMO je suis plus circonspect, autant pour des produits féminins de qualité il doit être important de fédérer un groupe et de partager les infos, autant pour des métiers bien plus sérieux ou pire pour les professions réglementées cela ne semble pas pertinent ou même dangereux (interdiction de faire de la pub sur les réseaux sociaux etc etc...).

  6. Laurent

    Même constat que toi pour le SMO, en revanche de mon côté l'aspect "conversion" a toujours été indissociable du SEO, tout simplement parce que les taux de transformations diffèrent selon les sources de trafic... et selon les requêtes effectuées !

  7. Referencement Tunisie

    Bonjour et heureuse année 2012,

    Merci pour cet excellent article qui a évoqué des aspects importants pour le référencement en 2012.
    Cependant vous n'avez pas parlé de l'importance croissante des recherches en "local", cet aspect est à prendre en considération.

    Merci encore SEO factory Girl pour ce billet et à bientot 😉
    Referencement Tunisie

  8. LuniCréa

    Salut !

    Je vais malheureusement passer pour un "fanboy" mais j'adore cet article : Tu as tout résumé imho !

    D'ailleurs, je suis bien content que le référencement évolue, ça fera redescendre pas mal de référenceurs sur terre 😉

    Pour l'avenir, le seul objectif viable (vu que tout les autres indicateurs risquent d'être enfumés) résidera dans le taux de conversion, seul garant du travail bien fait.

    PS : Bonne année à SR et à SFG bien sûr ! 😀

  9. BeTrash

    Oooh la pression avec cet article.
    Bon ça veut dire que je le trouve vraiment niquel hein, qu'on se le dise.
    J'aime beaucoup la direction que tu lui as fait prendre, plus marketing et plus globale, et je te rejoins sur tout ce qui concerne les réseaux sociaux. On se retrouve avec une grosse difficulté à appréhender l'impact sur le positionnement, mais avec tout de même une grosse impression que Google observe tout ça du coin de l'oeil !
    Allez, encore bravo ^^.

  10. Marc

    Factory girl ??? Le SEO c'est l'usine ?
    Usine à gaz peut-être, avec un nombre de paramètres croissant. Donc, c'est SEO + webmarketing pour 2012, ou le raccourci est-il simplificateur ?
    En tout cas, c'est bien écrit.
    NB : "boudu", ça le fait pas, faut avoir le courage de ses opinions et rajouter un mot en 3 lettres après... dans le sud-ouest et pour les garçons au moins.

  11. Damien Ravé

    Je valide ces prédictions.

    Le métier s'élargit, on ne peut plus rester hyper-focalisé sur le search. C'est exactement ce que constatent les experts américains depuis cette année (Rand Fishkin de SeoMoz par exemple).

    En tant qu'indépendant on s'oriente logiquement d'un métier de référenceur à celui d'expert en marketing Web, dans toutes ses composantes : étude de marché, planning stratégique, veille concurrentielle, création de contenu, et in fine, maîtrise de tous les canaux (SEO, SMO, CRO, SEM, e-mailing...).

    PS : une coquille "Quand on y réfléchie bien". A moins que ce soit le verbe "réflé-chier" 🙂

  12. alain

    Un bon article sur le net, effectivement peut être aussi efficace qu'une publicité. Mais une nouvelle fois comme dans l'ancienne économie : écrire un article à la une du Monde ou de Libération peut avoir un retentissement supérieur à une publicité à la télé.
    Meilleurs voeux 2012 et bonnes réflexions...
    Alain

  13. patrick

    Le mieux, sauf quand on est une énorme structure avec un catalogue de millions ou même "seulement" de milliers de référence, n'est-il pas l'approche multiple : plusieurs sites qui utilisent des techniques différences, être son propre concurrent pour google ?
    Je suis abouti à cette conclusion question en fin d’article, est-ce par ce que je me réveille seulement ?

    Patrick

  14. Ben

    Voilà un joli article bien complet qui permet de démarrer 2012 sur les chapeaux de roues 😉

  15. Michaël

    Bonjour,

    Je suis totalement d'accord avec cette maxime en ce sens que le SEO s'apparente de plus en plus avec la génération d'un plus gros chiffre d'affaires dans la continuité, parce le temps passé à la création d'un contenu de qualité demande du temps.
    Et comme le temps, c'est de l'argent alors autant l'utiliser à bon escient : le retour sur investissement : qu'on fasse appel à un professionnel du référencement ou qu'on expérimente à plus forte raison, il ne faut pas oublier que Google est une sorte de donneur d'ordres en terme de visibilité (et que la motorisation référencementielle deviendra attaché à la logique floue à l'avenir...)
    Je vous laisse donc méditer là dessus parce que cet état de fait laisse entrevoir une complexité évidente du métier de référenceur : l'évolutivité des algorithmes s'éloignant de plus en plus des langages déterminismes...
    Je ne suis qu'un Webmaster s'intéressant un peu l'évolutivité des systèmes et surtout observant le travail des autres...
    Je ne suis pas un pro, je ne dispose que d'un site perso ridicule en terme de contenu (mais, je me soigne en observant le travail fournit sur ce site de référence...)
    Alors, bonne motorisation à vous à l'avenir; vous êtes sur le bon chemin étant donné la qualité de cet article invité...

    Michaël

  16. Emmanuelle

    Wahouuu, superbe article SEO FG !
    Un peu rude pour un 1er janvier où j'essaie de dénombrer les neurones disparus au cours de la nuit...

    Je partage tout à fait tes points de vue de façon générale, et celui concernant les conversions en particulier : ça me rappelle un cas de client avec un trafic très élevé avec un taux de rebond de champion du monde... et zéro conversion.
    En fait, les internautes croyaient arriver ailleurs, et repartaient aussi sec.
    En gros : à quoi sert d'avoir du trafic s'il ne sert à rien.
    Mais il faudrait aussi commencer à parler de trafic qualifié... une autre fois !

    Bref, très bonne année à toi et à Sylvain, et merci pour cette semaine qui s'annonce brillante !

  17. Julie

    Merci SEO Factory Girl, une belle analyse complète et une prise de recul intéressante sur les pratiques SEO.

  18. Vincent

    Très bien l'article et je sais que l'exercice d'écrire pour un autre sur un sujet précis peut être difficile.

    Tu as totalement raison pour le CRO dans la théorie, dans la pratique, ça devient un peu complexe si la société est grande : les données financières deviennent très complexe à obtenir et on ne sait ce qui est vraiment fait après le remplissage d'un formulaire. A part pour une boutique e-commerce, difficile de l'appliquer partout.

    Pour le reste je pense qu'on est totalement d'accord.

  19. Micka

    Perso je suis convaincu que le métier de SEO va évoluer de plus en plus vers le Community Management. Il suffit de voir que Google cherche à donner de moins en moins de poids aux backlinks, et de plus de plus de poids au facteur "local" et aux réseaux sociaux !

  20. Oussama

    CRO est un élément clés pour la réussite d'un site. Je pense que dorénavant chaque référenceur sera obligé d'apprendre plus sur Conversion Rate Optimisation. Si chacun d'entre nous pourra travailler mieux Son SEO en le combinent avec CRO, SEA et SMO il aura un profil complet pour mener un compagne de webmarketing de a à z. Mais la question qui se pose est ce que nous serons toujours capable de suivre l'évolution des techniques de webmarketing, les moteurs de recherche et les médias sociaux?

  21. nicodesh

    Article très complet ! Je pense qu'au niveau des tendances SMO, la plus forte va être twitter. Et ce qui est intéressant ce n'est pas tant de constater son impact positif dans ses positionnements dans les SERP que de réaliser qu'il va être difficile de "tricher" sur ce signal et qu'il va falloir savoir créer de véritables communautés non-artificielles, comparé par exemple à la création de backlinks qui peut être un reflet d'une popularité totalement factice.

    Et la seconde tendance 2012 sont certainement les plateformes androïd / iOS qui prennent clairement de l'ampleur aussi, il suffit de regarder les stats de ses sites pour s'en convaincre !

  22. Pascal

    Bravo pour cette prise de recul.

    Oui, le SEO change à marche forcée. Mais une technique demeure : tirer parti des mots-clés tapés par les internautes.

    Concentrons-nous, encore et toujours, sur la recherche concurrentielle des mots-clés qui apporter le maximum de chances d'arriver en premier cans Google. La clé : comparer les forces et faiblesses des concurrents qui figurent en tête. il y a toujours des places à prendre.

    Pensons aussi aux QR codes, vous savez ces motifs noirs et blancs bizarres, qui emmènent nos smartphones sur des sites internet... Ils gagnent peu à peu du terrain dans la recherche mobile.

    Apposés sur des magazines, sur des cartes de voeux, sur des paquets de café, ces codes vont piquer des "parts de marché" à Google. Avec son portable, on ira vers les sites sans même passer par la case "moteur de recherche".

  23. Aurélien

    Je serai un peu plus terre à terre que les précédent commentateurs, mais cela fait bien longtemps que l'on vise du trafic qualifié et donc la conversion. Il est bien loin le temps où l'on souhaitait faire du visiteur à tout prix (encore que tout dépend du modèle économique).
    Pour le SMO, qui vivra verra. 😉

  24. Hélène

    Parler de SEO+CRO (Conversion Rate Optimization pour ceux qui ne l'avaient pas) est la base dans toute étape de vente.
    il ne faut juste pas oublier qu'avoir des visiteurs, c'est bien, avoir des visiteurs intéressés, c'est mieux, et en avoir qui achètent, c 'est encore mieux !
    bref, 2012, pour moi, ça passe par là

  25. pop-up

    Très bon article mais auquel j'adjoindrais un petit désaccord :
    "Parce qu’en fin de comptes, ce que l’on vend en tant que référenceur ce n’est ni de la visibilité ni du trafic qualifié, mais bien la promesse d’un plus gros CA (le positionnement est le moyen, pas le but)."

    Je ne vois pas ce que nous pourrions proposer au-delà du trafic qualifié, pour ma part.
    Le marketing, l'ergonomie, le webdesign et l'offre (produits/services) interviennent grandement dans cette fameuse conversion et le référenceur ne peut pas vraiment y toucher sans outrepasser le but du référencement même (et donc offrir un service plus cher et plus élargi dans son offre).

    Mais je n'attends que ton point de vue sur ma réaction 😉

    Pop-up.

  26. Florian

    Merci pour cet article 🙂 !

    Je te rejoins à 200% sur les conversions. Le ranking c'est bien mais pour faire du CA il faut du trafic qualifié. J'aborderai justement ce point dans mon article qui sort mercredi 😉 !

    Bien vu la recherche vocale. J'ai fait plusieurs tests sous Chrome mais j'avoue que je ne suis pas encore convaincu. Sur les noms propres il y a du boulot ^^ !

  27. Magicyoyo

    Dit autrement, le webmarketer fait du SEO, de l'optimisation de site, du SMO, de l'emailing, et tout ce que tu veux.
    Le SEO fait du SEO.

  28. Benjamin

    Très bon article, l'année commence bien sur axe net, merci !
    Effectivement les requêtes search cachées (loggées) risquent de compliquer la donne...

  29. Dan

    Rien de plus qu'en 2011 en gros... On savait déjà tout cela. La fin du poids des backlinks pour le positionnement n'est pas encore pour aujourd'hui.... Mais vous pouvez toujours continuer à blablater sur Facebook, Twitter, Google+ etc pour vos clients, ça permettra à vos concurrents de prendre de l'avance sur vous...

  30. Excel Net Cannes

    On ne dira jamais assez que la qualité du SMO est aussi primordiale. Avoir 200 000 dans ne sert à rien si ils ne sont pas qualifiés.

    Effectivement en tant que référenceur il faut appréhender toutes les facettes du ranking, ses tenants et aboutissants. Ranker pour ranker ca ne fait plaisir qu'à l'égo (et encore ;))

  31. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Djolhan
    Comment ça ? Tu n'attendais pas cet article de SeoFactoryGirl ? j'avais prévenu, tu n'étais pas pris en traitre 🙂

    @ Nicolas
    La où tu n'as pas tord, c'est que de beaux filous profitent encore bien de la méconnaissance du sujet de la part des clients.

    @ Dan
    Franchement, moi, je crois que le SMO aide beaucoup au ranking. Je donnais un exemple qui en vaut d'autres contradictoires je l'admets, sur la requête "matt cutts", le baume se place en 1ère page avec 3 ou 4 malheureux BL... mais 130 tweets comptabilisés.

    On peut aussi dire qu'il est rare (inexistant ?) de voir une page très twittée, plussée, partagée sur FB mais qui ne ranke pas.
    Bien sur, tout ceci implique en amont que son contenu soit utile ou intéressant, mais n'est-ce pas la base ?

    @ SeoFactoryGirl
    Avec des articles comme ça, tu repasses quand tu veux 🙂

  32. Mickael

    Le métier de référenceur va évoluer c'est sur.
    Maintenant, je suis d'accord avec pop-up, il y a tellement d’éléments qui entre en compte dans le taux de conversion !

  33. Dan

    @Sylvain Richard

    Franchement... pour me convaincre, pour l'instant, il faudrait, m'apporter la preuve sur du concurrentiel et pas une requête à 2 €... On peut largement ranker sans SMO aujourd'hui (2012). Je m'en passe et les résultats sont toujours là. Je passe au SMO sur demande du client qui veut de la présence sur Twitter, Facebook etc, mais pas pour appuyer des résultats naturels. Je préfère laisser les community managers qui ont du temps à perdre blablater sur ces réseaux et travailler sur du concret et pas du vent qui s’essouffle rapidement 😉

  34. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Dan

    Eh ! Je n'ai pas dit qu'il ne fallait plus faire de linking, hein 🙂 Ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit.

    Mais je pense clairement que les recommandations sociales sont une énorme aide pour google pour cautionner une page. A toutes choses égales (onsite + linking) sur 2 pages, celles qui a les recos rankera mieux, ça ne fait aucun doute.

    D'ailleurs, quand on y pense, Google serait bien idiot de se priver de cette arme anti spam, il tient là des évaluateurs humains gratuitement, un vrai bonheur.

    Bien sur, sur le fond je pense qu'heureusement il y a 36 méthodes pour arriver au même résultat en référencement. On le voit tous les jours dans la serp. C'est d'ailleurs sans doute ce qui rend notre travail si attrayant et nous rend accro. Alors bien évidement, on peut ranker sans SMO. Mais mon petit doigt me dit que c'est une aide précieuse qui grandira dans le temps.

  35. Chris

    Pour ce qui est du SMO, c'est clair que c'est un axe de développement essentiel, pour ceux qui s'adaptent au fur et à mesure, mais surtout pour tous les référenceurs qui n'ont pas encore pris au sérieux ce facteur, et dieu sait qu'ils sont nombreux !

  36. Domi

    J'ai tout de même hâte de voir les perfectionnements de la recherche vocale. C'est vrai que l'on devient tellement proche de la technologie que demander quelque chose à voix haute dans la rue à son téléphone ne parait pas si ridicule que ça...quand ça marche! Pour autant, est ce que ça peut vraiment favorisé la longue traine ? j'imagine qu'une recherche vocale implique d'être plus pressé qu'une recherche classique, et donc des mots clés courts. Ensuite, si Brad pitt devient Moby dick, peut être qu'on a plus de chance avec "acteur personnage schizophrène dans Fight club" 😀
    En tout cas, très bel article! Bonne année 2012!

  37. paiement internet

    Concernant la recherche vocale personnellement je pense que son utilisation va exploser.
    Si l'humain avait peur du ridicule lorsqu'il parle à un téléphone personne ne se baladerait dans la rue avec un portable hors l'expérience nous en prouve le contraire.

    Et franchement pour avoir testé c'est FANTASTIQUE, gain de temps et zénitude assuré.

    Plus de p@£#;; de ... de téléphone avec son clavier tactile de .....

    Pour le SEO faut voir le bon coté des choses on sera encore plus les choux des clients. ^^

  38. Dan

    @Sylvain Richard

    On va dire pour tomber d'accord que c'est une source à posséder dans son couteau suisse, à sortir, ou pas selon le besoin ;-D

  39. Pansol

    Le SMO prendra une part de plus en plus importante dans le ref je pense également. Maintenant, son action actuellement est encore assez mitigé je trouve

  40. S

    Merci à tous pour vos RT et commentaires 🙂

    Vous m'excuserez si je ne fais pas de réponse individuelle à chacun, mais je vais quand même essayer de répondre à toutes vos remarques/questions :

    D'abord une précision : venant du Webmarketing, mon approche du sujet ne pouvait qu'être orientée je suppose. Les puristes auront peut-être un avis différent, mais effectivement je ne pense pas que le métier de SEO dans sa forme actuelle ait un véritable avenir -en tout cas en tant qu'indépendante, j'en vois clairement les limites. C'est différent sans doute pour les sites qui drainent énormément de visiteurs, ou une entreprise qui gèrent beaucoup de sites, par exemple ; là, la segmentation des tâches fait sens et le référenceur qui ne fait que du référencement aura probablement toujours sa place assurée ; mais dans l'ensemble, le SEO seul ne me semble pas/plus répondre de façon satisfaisante à sa mission de base : l'augmentation du CA (le trafic « qualifié » ne fait pas tout malheureusement, les choses seraient si simples).

    En ce qui concerne les réseaux sociaux, il n'y a pas de contradiction avec le SEO et je ne les oppose pas, mais le référencement ne peut décemment pas être la réponse à tout en matière de visibilité aujourd'hui. Mais mon propos était surtout de mettre en avant les bienfaits des réseaux/blogs pour sa visibilité et pour son image dans une logique commerciale. Le blog ça crédibilise. La diffusion de ses billets par d'autres, ça crédibilise. Personne ici avec un blog ne pourra, je pense, soutenir le contraire, et encore moins les SEO dont les blogs servent à se vendre, en quelque sorte. Bien sûr il existe des exceptions à l'intérêt du SMO, des contre-exemples, des cas à part...Enfin bref on va pas chipoter, la tendance existe et elle s'intensifie, c'est inévitable (et on doit faire avec).

    Après, je ne pense pas nécessairement que les SEO d'aujourd'hui soient les webmarketeurs de demain. Le webmarketing c'est très large, avec tout un tas de spécialités. L'idée n'est pas de noyer le SEO dans la masse mais plutôt d'élargir sa portée en lui associant d'autres compétences qui sont plus que complémentaires selon moi.

    Pour répondre plus spécifiquement à certaines remarques: @Nicolas : oui, le talent pour vendre même de la m*** sauve chaque jour des milliers de businesses, mais ça n'est pas le propos ;-p / @ Aurélien : je parlais bien sûr de trafic qualifié, ça va de soi 😉 @Pop up : c'est exactement ce que je voulais dire. Aller au delà du référencement seul, qui n'est pas le vrai but même si c'est après lui que l'on court / @Florian : super pour ton article, ça tombe bien 😉 / @Magic Yoyo : autrement dit oui, ou alors l'inverse 😉 (plus sérieusement si j'ai compris ta remarque, normalement j'y ai répondu) / @Dan : j'espère que j'aurais été plus claire cette fois, effectivement le SMO ne remplace pas le linking (en tous cas pas pour l'instant), et ce n'est pas une condition au ranking / @Domi : je pense qu'à l'oral on n'a pas les mêmes réflexes qu'à l'écrit, où il est plus pratique de faire court. A voir.../ @BeTrash, JambonBuzz, Emmanuelle, LuniCréa !: merci les gars, z'êtes trop chouettes 😉 / @à tous : merci encore pour vos commentaires et une très bonne année à vous / @Sylvain : merci beaucoup...

  41. Laurent

    J'aime bien la direction que prend le métier, si on regarde bien la notion de référencement pure et dure va disparaître au profit de web marketing ou plus efficacement en e-agence de communication...
    Au final, il faudra remplacer les trucs et astuces au profit d'une véritable stratégie globale!!!
    et bonne année !)

  42. riko

    Je pensais que tu allais nous donner les meilleurs mots clefs rémunérateurs pour 2012.
    Bonne année à l'agence axe net, bises

  43. Vince

    Pas de grosses surprises dans cet article, mais je n'en attendais pas vraiment : personne n'est vraiment devin en matière de SEO, même ceux qui aiment tant en parler. Je rejoins assez Dan (ce n'est pas nouveau) sur le côté SMO : je m'en passe allégrement et pense qu'il est dispensable en matière de ranking. C'est juste le grand blabla actuel autour des réseaux sociaux qui fait son effet sur les gens du SEO comme sur les autres. S'ils passaient moins de temps sur FB cela leur permettrait de faire la part des choses un peu mieux, AMHA.
    Cela étant dit, bonne année 2012 Sylvain et longue vie à ton blog, qui reste (et restera en 2012 à coup sûr) l'un de ceux où les débats sont les plus florissants !!

  44. Benoit

    100% d'accord avec l'approche "SEO+CRO".

    Aujourd'hui, nombre de consultants SEO et même agences raisonnent avant tout en positionnement puisqu'ils sont en général liés par contrat à des objectifs de rankings en première page, position premium, etc. Du coup, les sites rankent mais ne convertissent pas.

    En tant que référenceur, il ne s'agit plus de cliquer sur un bouton pour blaster ou même se coltiner du cp. Mais d'avoir aussi des compétences ergonomie / analytics (même basiques). Bref, avoir la culture ranking + conversion. Les clients en seront plus que satisfait si vous cumulez ces qualités.

    Enfin, des pages avec du contenu pertinent et bien organisées devraient mécaniquement influencer le QS des pages pour le SEA, après ce sont potentiellement des cpc moins élevés, plus de clicks, donc p'tet plus de conversions, mais c'est un autre sujet 🙂

  45. nicodesh

    @Dan & @Sylvain : plus que le SMO dans sa globalité, comme je l'ai dit dans mon précédent commentaire, c'est surtout twitter qui soutient largement une position dans les SERP, requête concurrentielle ou non. Bien sûr que la base reste le BL, mais le but est quand même d'exploiter tout ce qui est en notre possession, et on ne peut pas nier que Twitter aide à grimper dans les SERP

  46. rmawatanya

    Certes la métier de référenceur va évoluer, c'est une des métiers les plus compliqués. Chaque référenceur sera obligé d'évoluer tant que les moteurs de recherche évoluent et le web présente de nouvelle outil de communication.

  47. Melissa

    Moyennement convaincu par le SMO. Ca aura surement son poids pour certains domaines, mais pour beaucoup d'autres, cela aura peu d'intérêt. Je parle surtout en terme d'efficacité. Je continu de penser qu'il faut être sur les réseaux sociaux si il est possible de développer un aspect communautaire et jamais en terme de progression dans les serps. Le temps mis à profit serait bien mieux utilisé avec du "linking classique"

  48. Papy Spinning

    Itou pour le SMO. C'est clairement un soutien pour l'évaluation. Des tests isolés ont montré que... on ne sait pas trop mais ça a montré que...
    Après ce n'est ni universel, ni structurel. Le SMO ne convient pas à tout type d'échange et de communication. Celui qui vend des poster de Lady Gaga en ligne n'est pas à égalité avec une société de pompes funèbres landaise.
    Secundo il n'est pas structurel. Les réseaux sociaux ne reposent que sur le succès (ou non) de sociétés privées. Il n'y a guère que le lien hypertexte qui demeure réellement structurel. J'ai du mal à imaginer la substitution (même progressive) de signaux sociaux qui ne sont que des succès d'entreprises à ce qui fait le fondement, l'essence même du web. Le 2.0 a été inventé pour attirer marchands et consommateurs suite à l'explosion du Nasdaq et relancer la machine. Aujourd'hui on fait du Facebook parce qu'IRC n'était pas assez feng shui pour la ménagère. Mais c'est une couche très superficielle dont le nombre d'utilisateurs donne l'illusion de son importance. Quand on gère 200 milliards, AMHA on en tient compte.

  49. Vince

    @nicodesh : Nico, certes, on est d'accord que d'un point de vue "personnal branding", il n'y a rien à dire sur Twitter, mais un avoir compte Twitter et passer du temps dessus n'est pas pertinent pour tout le monde, surtout pour les TPE...

  50. Gaëtan

    Excellent article SEO Factory Girl !

    Quelques commentaires :

    - Combiner SEO et CRO est évidemment la clé du succès pour augmenter le CA. J'aurais même tendance à dire qu'il faut d'abord s'occuper du CRO et ensuite du SEO pour ainsi profiter de l'effet de levier que représente le CRO.

    - Une règle de base à retenir : Google va là où sont les internautes : si demain plus de gens vont sur Twitter, Twitter prendra plus d'importance dans l'algorithme. Idem avec le mobile, etc. J'en arrive donc aux mêmes conclusions que Dan : quoi qu'on en dise, les gens continuent majoritairement à faire des recherches classiques sur Google donc le SEO pur et dur à encore de beau jour devant lui. Le SMO permet, selon moi, de gagner quelques positions en plus mais la base reste le netlinking. Comme dit Papy Spinning c'est structurel donc ça va durer.

    - Concernant la recherche vocale : je pense que Google anticipe le fait que les gens vont parler "normalement" à leur smartphone et pas aligner des mots-clés. Exemple : ils diront "trouve-moi un magasin XYZ à Toulouse" et pas "magasin XYZ Toulouse". De plus, étant sur mobile, il faut encore minimiser d'avantage le nombre de clics. Raison pour laquelle une des tendances de 2012 chez Google sera d'essayer d'apporter d'abord une réponse à l'internaute AVANT de lui proposer un site quelconque...

    Au plaisir de te lire, ici ou ailleurs,

    Gaëtan - @lynkky

  51. Tony

    Bon article, je suis d'accord avec ce qui se dit concernant l'année à venir. Je pense que les termes "SoLoMo" et "SMO" vont continuer d'apparaître de plus en plus régulièrement sur l'ensemble des blogs SEO. Et bien entendu, des spécialités vont continuer de s'approfondir petit à petit dans le domaine du référencement (certains un peu plus SMO, d'autres plus adeptes du netlinking ...).

  52. Agence Drupal

    Je suis d'accord avec la partie mobile ! Il va falloir beaucoup s'investir la dessus en 2012 pour rafler la mise car le marché mobile sera de plus en plus énorme !

  53. Louise

    Très enrichissant, et j'ai effectivement du mal à me mettre à l'internet mobile.

    Je me demande aussi quel sera l'impact des tablettes et liseuses : le référencement sur ces plateformes sera-t-il plus classique?
    Et y aura-t-il bientôt des techniques de référencement sur les plateformes d'application iphone et/ou android?

  54. axel

    L'internet mobile semble en effet être l'eldorado pour les années qui viennent, surtout en terme de commerce local. Ca me semble personnellement encore une jungle inextricable malheureusement.
    Je vais devoir m'y mettre.

  55. Agence de référencement de Montréal

    Super billet et belle réflexion. Ce qui me turlupine avec Google c'est sa motivation à imbiber son moteur de recherche de différents modules. Dans l'exemple suivant, Google expérimente son module cinéma sur la requête "Cinéma Pine". S'il impose de façon permanente son module, Google empêchera des internautes de visiter le site du cinéma de St-Adèle pour trouver l'information; de voir par le fait-même les autres offres (certificat cadeau) ou nouvelles de l'établissement. J'aimerais connaître votre pointe de vue sur la chose. Est-ce que je "paranoye"? Avez-vous ce phénomène en France ou ailleurs?

    Lien vers une image montrant le résultat : Cinéma Google.

  56. Abdes

    Merci pour toutes ces infos et surtout la partie CRO!
    C'est en voyant nos concurrents optimiser des pages avec des titles genre "pas cher" ou "en ligne" que nous nous sommes rendu compte que des visites c'est bien mais des acheteurs c'est mieux...

  57. Sébastien

    Je me demande si on ne retourne pas au syndrome "je fais un peu de tout" des début du web. Personnellement, je pense que SEO et CRO sont deux éléments complètements différents, et même si il faut évidemment prendre les deux en compte dans sa réflexion, je ne pense pas que les agences de SEO ou les prestataires SEO soient les mieux placés pour s'en occuper. La logique de professionnalisation du web passe, selon moi, plutôt vers une spécialisation des tâches. En marketing "traditionnel", il y a une forte spécialisation, et je pense que ce sera pareil en web.

    Donc SEO, SMO, CRO, tous au service de la conversion, oui, mais tous fait par la même personne, non.

  58. Apprendre à dessiner

    Je n'ai pas encore mis la main (enfin la voix) sur SIRI, mais il est clair que j'utilise déjà la reco vocale pour google map, même en public. Je crois que les individus moyens deviennent de plus en plus fainéants, et que cette technologie a de l'avenir et risque d'exploser...jusqu'à ce qu'un technologie arrive à lire les pensées. Peut-être pour 2050 qui sait...
    Merci pour cette article en tous les cas. Je suis en train de faire le tour du site, et les articles sont très intéressants (et en français, ça change de ce que je lis d'habitude).

  59. Chris

    En fait, le SMO devient de plus en plus important, c'est sur, mais je n'aime pas le rattacher au SEO. Le travail sur les réseaux sociaux est un travail à part, et un bon community manager sera la clé pour avoir une présence forte sur les réseaux sociaux.
    Ne faudrait-il pas séparer clairement ses missions / fonctions au sein de l'entreprise ?

  60. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Chris
    C'est une question de moyens.
    Mais même si les deux postes sont distincts, les deux personnes ont intérêt à bien travailler ensemble. Le SMO peut impacter positivement le SEO.

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *