Tendances SEO 2015

Tendances

En regardant les deux dernières années passées dans mon rôle de SEO à l'agence, je constate que les actions les plus fréquentes que j'ai eu à réaliser ou recommander sont relatives au nettoyage de liens et à la production de contenu.
Mieux, le poids de ses actions s'est renforcé au fil du temps, Google devenant un peu moins facile à convaincre avec du contenu trop léger et très dur avec les liens « factices ».

Alors, contenu et netlinking, quelles surprises Google nous réserve-t-il ? Quelles seront les tendances SEO pour l'année 2015 ?

Commençons par le contenu et son impact en référencement.

Quand je parle de contenu, je parle principalement de textes présents sur un site.
Bien évidement, le contenu de certaines pages peut être constitué de vidéos, d'images, mais globalement, le texte reste un incontournable pour qui veut chercher de la visibilité, Google est comme ça, son algo est surtout efficace avec les mots.

Quand on parle de mots, on peut prendre le terme au sens large. Un nom de domaine, ce sont déjà des mots, une entité nommée, c'est à la base un mot. Bref, le mot est un chouchou de Google.

En revanche, la nouveauté, c'est le fait que ces mots doivent être visibles de suite sur la page, la pratique du click to expand n'est plus de mise (idiot sur le plan ergonomique à mon avis, mais c'est comme ça).

Vous avez dit contenu de qualité ?

J'ai toujours un peu de mal à faire rentrer la notion de qualité dans la tête de mes interlocuteurs car l'impact de la qualité va se jouer sur deux tableaux.

D'abord pour le visiteur :

Parce que si Google n'est pas très doué pour reconnaître un texte de qualité de prime abord, le visiteur lui, fera la différence. Et le visiteur, c'est quand même lui que l'on cherche à convaincre de réaliser une action sur le site.
Mais attention, le souci c'est que d'un visiteur à l'autre, la perception de la qualité peut fortement varier. En ce sens, il faudra être très attentif aux attentes de la cible précise que l'on vise, et ne pas faire du tout-venant.

On pourrait prendre pour exemple le site d'un dentiste. Pour répondre de manière adéquate aux attentes de ses confrères et des particuliers, un thème pourrait sans doute être traité de 2 manières. Une page avec un langage médical adapté à ses collègues, puis une autre avec le langage de tous les jours pour être compris par tout un chacun (des liens internes entre les deux pages seraient d'ailleurs un plus...)

Mais aussi pour Google :

Et pour Google, la qualité est très relative. De mon expérience, elle dépend avant tout de l'autorité du site. Mais Google prend en compte d'autres critères, le souci, c'est que ceux-ci sont traités par une machine, et qu'une machine raisonne mathématiquement, alors la qualité...
Malgré tout, un logiciel peut traiter des notions sémantiques, le vocabulaire utilisé dans un texte aura donc une importance prépondérante. Pour aller plus loin, je vous invite chez Christian Méline pour jouer aux mots fléchés.

Quelles tendances pour produire un contenu de qualité pour les visiteurs ET Google ?

Produire, produire et encore produire.

Mais pourquoi produire autant ? Pour maximiser la granularité de vos contenus. Plus vous aborderez un sujet avec précision dans une page, plus celle-ci à des chances de répondre à une recherche spécifique. Et plus vous remonterez dans votre arborescence, plus vous formerez des dossiers plus globaux qui aborderont vos sujets sur un plan plus général.

Non seulement vous satisferez vos visiteurs qui trouveront en vous un expert qui aborde les sujets en profondeur, mais en prime, le maillage interne que vous ferez entre vos pages pour un thème donné abordé de manière complète rassurera Google, car vous aurez créé des grappes de pages tournant autour du même thème.

Se concentrer sur les attentes du visiteur.

Je me demande combien de fois j'ai pu prononcer la phrase « quelles questions se posent vos cibles ? Quels sont leurs problèmes ?

J'ai déjà traité de l'importance de ses cibles, mais en deux mots, répondez aux questions qu'elles se posent ! Allez du plus simple au plus compliqué. Pour l'exercice, concentrez-vous 3 heures sur ces questions potentielles, et vous verrez que vous aurez probablement un sujet pour 50 à 100 pages de contenu.

J'ai vu passer un tweet du seocamp vendredi que j'ai trouvé intelligent, il disait en gros qu'il est préférable de penser en terme de "ressources" pour le visiteur plutôt qu'en "contenu". J'adhère totalement à cette idée.

Pensez à Google en même temps qu'aux visiteurs.

Si l'on souhaite que l'une de ses pages soit « rangée » dans le bon cluster chez Google, la recherche du corpus de mots le plus adéquat est conseillée. Prenez donc un peu de temps pour voir quel est le vocabulaire contenu dans les pages qui se positionnent sur chaque requête que vous visez. Complétez et étoffez le champ lexical de vos textes.

Cette similitude de mots cohérents dans un contexte plaira sans nul doute à Google et rassurera aussi vos visiteurs (à condition une fois de plus de répondre à leurs problèmes).

Pour finir avec le contenu, je ne m'étendrai pas dessus, mais sachez que de manière générale, les visiteurs détestent le contenu inachevé (une question sans réponse dans un forum par exemple), et n'aime pas retrouver chez vous le même contenu que chez les autres. Et bien Google raisonne de même...

N'oublions pas non plus qu'un contenu intéressant est plus facilement partagé, et le partage, c'est du trafic !

On parle un peu du netlinking ?

Le 2ème très gros levier du référencement, ce sont les liens entrants. Oui, mais...

Je ne vais pas vous refaire la leçon, car vous devez avoir compris que la recherche de liens est devenue particulièrement risquée. Google a réussi à mettre en place une police du linking qui fait frémir à raison les référenceurs.

  • Les liens à partir de supports pénalisés ou de mauvaise qualité vous desservent sans doute plus qu'il ne vous avantage.
  • Les liens fait à partir de tous ces blogs thématisés (qui ont remplacé les sites de CP) chez qui chaque article contient de manière évidente un lien de complaisance seront sans nul doute pénalisé dans les mois ou années à venir.
  • Les liens sur des ancres optimisées sont devenus le meilleur moyen de se faire dénoncer et chopper. Et c'est même un moyen de pénaliser un concurrent.
  • Pingouin vous attend au tournant à chacun de ses upgrade, et il se pourrait d'ailleurs qu'il soit intégré à l'algo pour fonctionner en permanence.

Relativiser le besoin de volume.

Prenez votre requête préférée. Si la page qui est en première position n'est pas une homepage, regardez son nombre de liens entrants. Tiens ! Elle en a moins que la vôtre, étonnant non ?
Regardez les suivantes... Pareil.

Mais alors pourquoi continuez-vous à tenter d'obtenir des liens directs en grand nombre vers vos pages ?

Se concentrer sur la qualité.

  • À quand remonte le dernier lien que vous avez obtenu sur un site qui n'est pas squatté par les SEO ?
  • À quand remonte le dernier lien que vous avez obtenu en fournissant autre chose qu'un lien de retour à votre contact ?
  • À quand remonte votre dernier travail de recensement des sites à partir desquels il serait souhaitable d'obtenir un lien ? Et vous êtes-vous creusé la tête pour savoir comment y parvenir ?

Par définition, la qualité est plus rare que la masse (il y a moins de magasins Fauchon que de supérettes Carrefour Market). Alors bien évidemment, obtenir un lien à partir d'un site qui fait autorité va vous prendre du temps, beaucoup de temps, et sans doute vous demander de l'imagination. Mais la qualité est à ce prix !

Populariser ses spots.

J'en parlais il y a plus de 2 ans déjà. Populariser ses liens revient à mettre de l’engrais et à arroser les légumes du potager qui vous nourrit.

Plutôt que de prendre des risques à aller chercher des liens direct vers vos pages, pourquoi ne pas faire grandir celles qui vous en font déjà ? Vous limiterez les risques en n'attirant pas l'attention sur votre linking, et renforcerez le jus qui vous est transmis. Bien sûr, ne soyez pas bourrins chez les autres non plus. Et n'hésitez pas à produire des contenus de qualité que vous publierez chez les autres pour linker ces pages qui vous font du lien.

En conclusion

Les deux pistes d'investissement que je conseille vivement pour l'année à venir sont :

  • La mise en place d'une vraie stratégie éditoriale.
    Pour ne plus produire du contenu de manière un peu pifométrique, mais avoir un vrai plan de publications qui couvre plusieurs mois, voir une année en maintenant une vraie cohérence (pensez aux grappes de pages sur le même thème).
    Bien sûr, le vrai contenu intelligent ne coûte pas 10 euros à Madagascar, vous aurez peut-être besoin de vrais rédacteurs ou de spécialistes, mais cette dépense est durable.
  • Réduire la voile en recherche de volume de liens
    L'obtention de liens entrants reste un impératif, mais la quantité n'est plus une priorité, à moins que vous n'arriviez à la conjuguer avec la qualité.
    Cette qualité de vos liens doit devenir votre Graal. Passer une demi-journée (voir plus) pour obtenir un bon lien est bien plus rentable à long terme et limite tous les risques du linking facile.
  • Et puis quand même...
    La rapidité de votre site, son maillage interne, sa compatibilité mobile si vous êtes en B2C, sa bonne architecture, tout ceci améliorera aussi forcément votre visibilité, mais pensez aussi à tout ce qui vous permettra de générer du trafic sans Google. Les réseaux sociaux bien sur, mais aussi les vrais liens, même nofollow, mais obtenus sur des sites qui vous assureront des visites et des conversions.

 

Tendances SEO 2015
4.91 (98.18%) 11 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

24 réflexions au sujet de « Tendances SEO 2015 »

  1. Florian

    Du coup cela soulève une question intéressante. Quand Google va-t-il considérer les liens sur des pages en .com/blog comme no-follow ?

    Parce que bon, on fait tous du contenu parce qu'on ne peut plus trop de faire d'annuaire non ? 🙂

  2. Busy Women

    Bonjour,

    Merci, très intéressant, personnellement , débutant en SEO, beaucoup recommande des articles invités mais je préfère me concentrer sur le contenu de mon propre site. J'espère que les backlinks se feront naturellement par des sites qui apprécient réellement le mien. Ca peut paraître légèrement utopique mais pas impossible^^

  3. Charles

    "Les liens fait à partir de tous ces blogs thématisés (qui ont remplacé les sites de CP) chez qui chaque article contient de manière évidente un lien de complaisance seront sans nul doute pénalisé dans les mois ou années à venir."

    Bonjour Sylvain,

    il y a quelque chose de terrifiant dans votre propos... Cette semaine, j'en ai vu, des sites de niche, qui ne servent qu'à booster un money-site. Un article --> un lien... Pas discret, et pénalisable en 30 secondes si contrôle manuel coté webspam team. Mais de là à pénaliser tous les liens, il y a de la marge. Ca me fait penser à ce que disait Laurent Bourrelly pendant la formation sur le cocon sémantique, en parlant des algorithmes d'analyse sémantique latente : "Google ne peut pas pousser le curseur là dessus, sinon, tout le monde tombe"...
    Et, finalement, en préconisant de donner du jus aux pages...qui donnent du jus, on revient sur un modèle de link-building assez classique, avec un money site, des sites "tampons", et plusieurs couches de sites derrière pour pousser le rang supérieur...
    Donc, pour conclure, oui à la qualité des contenus, oui à la qualité des liens. Mais à trop "fliquer" la création de liens, la seule chose qui va se produire, c'est qu'on va continuer à jouer au chat et à la souris, en planquant toujours un peu mieux la footprint qui permet la pénalité algorithmique, à tel point que même avec un contrôle manuel, au pire, on aura l'air suspect, au mieux, on sera sauvé par le doute. Mon avis, c'est que le link-building aura de encore de beaux jours devant lui tant que Google accordera autant de poids aux liens (c'est la base du PR de toute façon donc...).

  4. Xavier Chambre d’hôte sens

    Je trouve toujours mon compte en vous lisant, car vous présentez la stratégie SEO comme une intelligence propre avec comme principe la douceur et la simplicité .

    Concernant la politique éditoriale, un bon texte fera du commentaire , de la durée de lecture et patati patata.

    Par contre, une question : je suis étonné, il n'y plus d'ancre au image, ni au lien, un test une raison particulière ?

  5. Uty

    Par rapport aux volumes, quantité vs. qualité, j'ai l'impression que c'est quelque chose qui a beaucoup de mal à passer. Finalement la qualité c'est aussi ce qui prend le plus de temps à mettre en place, mais parfois on se prend aussi le reproche de ne pas faire autant de liens de qualité en 3 heures, qu'on en faisait des "bofs" en autant de temps.
    C'est parfois difficile de devoir renoncer à la quantité, surtout pour la personne qui commande la presta SEO, c'est comme "renoncer", et justifier de la qualité et du potentiel d'un lien n'est pas toujours facile !

  6. Christian MELINE

    Salut Sylvain,

    Merci pour la citation. 🙂
    S'il n'y avait ce comportement lamentable de Google, je trouverais formidable l'évolution du SEO.
    Pour 2015 ou 2016 : GG ne voit pas ce qui lui pend au nez....

  7. Sylvain Auteur de l’article

    @ Florian

    Tu y vas un peu fort je trouve. Certains blogs apportent vraiment un contenu utile, même pas fait pour ranker.

    @ Busy women
    Si le contenu est vraiment utile et intéressant (ou amusant), les vrais liens naturels ça arrive.
    Je le vis quasiment à chaque article.
    Après, le guest blogging bien fait et sans bourriner peut être une excellente source de liens, ou même simplement de trafic.

    @ Charles
    Je ne vois pas quoi ajouter à ton commentaire, on est d'accord sur tout.

    @ Xavier
    Je n'ai pas compris la question.

    @ Uty
    On est d'accord. C'est sans doute le point sur lequel j'ai le plus de mal à convaincre certains clients. Pour ceux qui se sont déjà pris des pénalités, ça rentre bien plus facilement 🙂

    @ Christian
    Tu saurais des choses que l'on ne sait pas ?

  8. Nicolas Robineau

    Une semaine de vacances et un lien twitter plus tard, me voici ici à lire cet excellent article à l'aube de 2015.

    Travaillant dans un secteur fort en trafic, nous pouvons constater les fluctuations "en live" de la SERPS mais aussi analyser les zones froides du marché. Cela nous permet entre autre d'aller dans ton sens concernant la quantité de liens qui tend à devenir de plus en plus négligeables dans le comptage de l'algo au profit de leur qualité (sites, emplacements, "bruit" de la page liée, visites du lien).

    Si cette redéfinition de l'algo concernant les bl's est réelle, elle montre surtout qu'un site qui possédera 400x plus de b's que son premier concurrent devra montrer patte blanche si il ne veut pas s'attirer les foudres du grand GG.

    Cela vient alors à conforter ton propos sur le NSEO qui fonctionne effectivement toujours aussi bien, j'en suis persuadé. Cela me rappel l'apéro d'Annecy et notre nostalgie avec Kévin Richard de nos comptes auteurs sur les CP pénalisé qui serait de magnifique moteur à NSEO 😉

    La conclusion est donc la bonne, se focaliser sur le contenu et sa gestion intelligente, "le reste est inutile" afin de devenir un acteur du cluster pour limiter le "besoin" de liens pour ranker.

    Nous avons mis une politique en place chez nous, 0 lien optimisé. Après 18 mois de création, le trafic moteur est passé de 5-10% les 6 premiers mois à 75% aujourd'hui, comptant quelques centaines de milliers de visites mois. Les discours concernant les "sans lien optimisé, tu ne peux pas ranker" sont caduques aujourd'hui.

    En revanche, nous utilisons des liens ancrés sous la forme : "Retrouvez ici le super truc intéressant lié à notre sujet" et nous faisons une grosse utilisation des liens image 😉

  9. Grégoire Bouchard

    Merci très intéressant, j'ajouterais une petite mention pour l'optimisation des réseaux sociaux dont l'influence sur le SEO a été démontrée, cette tendance devrait continuer... ainsi que la diminution du temps de chargement des pages et responsive design pour les mobile.
    plus d'info

  10. Benjamin

    Hello Sylvain,

    Je t'avais promis de passer sur le blog pour découvrir ton article. Voilà qui est fait !
    Sans surprise, je constate que tu t'es concentré sur ces points cruciaux du SEO dont nous savons très bien qu'ils continueront de porter leurs fruits l'année prochaine et sûrement encore celle d'après. Il s'agit donc selon moi d'une très bonne piqûre de rappel. Inutile de préciser en ce sens que je suis ravi que tu ne te sois pas lancé dans un exposé de théories saugrenues comme nous devrions en voir arriver dans les jours et semaines à venir.

    PS : tu aurais pu rajouter dans ta conclusion une petite auto-promotion. Et oui, une des grandes tendances de 2015 sera de poursuivre son travail de veille sur le blog d'Axe Net 😉

  11. Expeteo

    Bonjour Sylvain,

    C'est toujours intéressant d'avoir un point de vue détaillé sur les perspectives à venir dans le domaine du SEO qui, il faut le dire, vont dans le même sens depuis quelques mois/années, à savoir soigner son contenu éditorial ainsi que ses liens...

    D'ores et déjà une bonne année 2015 en SEO à tout le monde 😉

  12. Stivel Dahyot

    Merci pour cet article Sylvain.
    Je suis d'accord avec toi. Il est parfois difficile pour le client de comprendre que l'on peut passer une journée entière pour un très bon lien, surtout quand il voit que son concurrent à 10 000 liens "degueu". J'essaye de pas tomber dans la facilité (et si je le fais..jamais vers mon money site).
    Pour les ancres, j'ai une technique imparable pour être naturel...je laisse le choix à mon partenaire de choisir sur quel ancre il souhaite mettre mon lien 🙂

  13. Emile

    On entend dire ici et là que le poids des liens se réduit.
    Perso je le constate un peu en effet. Ou du moins ce que je constate surtout c'est qu'une 301 met plus d'un mois à porter son fruit... un lien fait depuis une page PR6 ne propulse plus sur la lune ... ca monte doucement... très trop.
    Du coup je me demande par quoi les liens peuvent-ils bien être remplacés. Car oui il y a pas mal de sites qui ont moins de liens que d'autres et qui rankent plus haut... une histoire de maillage interne ? La recette miraculeuse ca serai quoi : un maillage interne de ouf... 5 liens super puissants + du social à gogo ?

  14. Maurice

    L'algo de Google est vraiment mal foutu. C'est stupide de pénaliser le netlinking dans la mesure où n'importe qui peut faire du negative SEO vers le site d'un concurrent. Google ferait mieux d'ignorer simplement les liens qu'il ne juge pas intéressant ou valide. Et puis à un moment, cela serait bien qu'ils donnent des outils pour dire ce qui est acceptable ou pas car là c'est vraiment pas clair. Il y a autant d'avis que d'experts SEO sur ce sujet...

    Google n'en a rien à foutre des réseaux sociaux. Il indexe leur contenu comme celui d'autres sites mais ne prend pas en compte les liens, 99% étant en nofollow. Avoir X followers sur G+ ou Twitter ne sert à rien car c'est tellement facile à obtenir que Google n'y prête aucune attention.

    Bref, le SEO est en train de mourir.

  15. Pascal CLIC CLIC BANG BANG

    Moi j'ai quand même pas mal d’interrogations :

    Déjà sur le linking interne : je trouve que tu passes rapidement dessus alors que personnellement j'ai l'impression qu'il gagne en importance, cela revient à ta présentation en "grappe"... Il m'arrive de ne faire que ça sur un site type blog et les résultats sont spectaculaires (avec un peu d'amélioration des contenus, des titres h1 / H2 etc...)

    Ensuite sur les backlinks j'y comprend plus rien, au point ou je me demande si il faut encore perdre du temps avec ça... Il m'arrive de me faire doubler par des sites pages jaunes qui n'ont aucun liens aucun contenus... juste grâce à l'IP pages jaunes.
    J'ai réussi à positionner un site d’hôtellerie sur une requête extrêmement concurrentiel (hotel + ville) avec simplement un backlink sur le site de la mairie de la ville en question, alors que ce n'est absolument pas la même thématique!
    Et à coté de ça j'ai des clients qui ont des superbes liens mais qui se font griller par un site bien moins quali, juste grâce à l'ancienneté du domaine et la rapidité d'affichage...

    Et ma dernière interrogation : quid de l’Evergreen content? Ne serais ce pas un point crucial pour 2015? Moi je compte miser dessus ... J'ai bien l'impression que la tendance sera à la diminution du nombre de pages... qu'en penses-tu?

  16. LutineAsdoria

    La tendance se confirme : en SEO, on adopte une rédaction naturelle, orientée Lecteur, et on arrête les contenus sur-optimisés sans valeur ajoutée. Des textes, oui ! Du volume, pourquoi pas. Le tout saupoudré de liens intéressants et cohérents UNIQUEMENT !!
    Merci en tout cas, on est des fidèles lecteurs !

  17. Maurice Largeron

    Bonjour Sylvain,

    Merci pour ce récap...
    Je pensais être le seul à m'appeler "Maurice" sur la toile ! 🙁 Bon apparemment non, bref, donc le commentaire du dessus n'est pas le mien...Bon, sinon, je pensais à une idée d'article pour la fin d'année , mais trop tard...tu as déjà oeuvré ! Bon , allez Joyeux Noël avant l'heure..

  18. Mais non

    Pas trop d'accord avec la conclusion de Maurice ci-dessus : le SEO n'est probablement pas en train de mourir, mais comme d'habitude il doit s'adapter toujours plus finement.
    Google nous oblige de plus en plus à jouer la qualité et à toujours penser plus en amont pour renforcer le netlinking, en poussant les sites qui nous poussent (sans tomber dans les liens bilatéraux bien sûr).

  19. Le Juge

    Salut Sylvain,

    Ca faisait un bail que j'avais pas commenté .... anyway...

    Alors si je suis d'accord dans les grands lignes, il y a tout de meme un point sur lequel je pense que tout le monde y compris Olivier a plus ou moins mal interprété les propos de John Muller. Dans la video a aucun moment il ne dit que les contenu caché ne seraient plus indexés - il dit juste qu'il se pourrait qu'une pondération dans l'algo entre en jeu et que par conséquent il est préférable de les mettre en visible. Ca fait quand meme une grosse, tres grosse différence.

    Ce qui est sur par contre c'est que depuis Juin GG est capable d'interpreter les javascript, et qu'en combinant ca avec le fait qu'il savait deja interpreter les CSS on arrive a un moteur qui devrait etre plus ou moins capable de savoir comment le site est foutu - il n'y a qu'un petit pas ensuite pour qu'il compare avec sa BDD d'autres sites et en ajoutant un soupcon de bounce rate, on obtient un moteur qui a une idée de l'efficacité de l'ergo de ton site et donc un nouveau parametre "ergonomie" qui entre dans l'algo de pertinence j'en parlais d'aileurs - dans mon article retour sur le SMX de seattle http://lemusclereferencement.com/2014/06/13/retour-smx-day2-suite/ suite a la conference de Maile Ohye

  20. Aurélie

    Bonjour Sylvain,

    Merci pour cet article. En tant que junior en SEO, c'est toujours un plaisir de vous lire. Je me pose toujours pas mal de questions au sujet de l’efficacité du netlinking à ce jour. Je constate que certains clients montrent très vite avec une très bonne optimisation de leurs sites et quelques liens. Et d'autres par contre, cela ne prends pas du tout! Alors je me demande si le netlinking a tant d'importance que cela...

  21. Sylvain Auteur de l’article

    @ Aspifloc
    Google te dira que c'est très très mal.
    Moi je te répondrai par une question : A quoi voit-on qu'un lien a été acheté ? ...

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *