Trois conseils business aux entrepreneurs, marketeurs et réferenceurs

projet web

Sur le web, comme ailleurs, on apprend de nos erreurs. Voici trois conseils qui vous ferons gagner du temps si vous vous lancez dans un projet internet, que ce soit en tant qu'entrepreneur, marketeur ou référenceur.

Leur application permet souvent d'éviter d'aller dans le mur d'un point de vue business. Pour les plus aguerris, vous y retrouverez quelques réflexions de bons sens, qu'il est toujours bons de se remémorer J.

Sommaire des conseils :
Nouvel entrepreneur sur le net  -  Responsable Marketing  -  Référenceurs

Aux entrepreneurs qui se lancent pour la première fois sur Internet

Vous avez un projet de boutique en ligne et l'âme d'un entrepreneur ? L'envie de tout plaquer pour tenter l'aventure ? Vous avez mis suffisamment d'argent de côté pour vous lancer ? Une idée qui ne peut que cartonner ? Parfait ! Tous les ingrédients sont réunis pour que l'expérience soit un succès.

Mais si vous n'avez pas une connaissance pointue et une première expérience de gestion de projet Web, alors un conseil, ne soyez pas trop ambitieux pour votre site. Le meilleur moyen de se planter lors d'une première expérience est de mettre la majorité de son temps et de son budget dans la conception de votre site Web.

J'ai croisé de nombreux entrepreneurs qui ont été obligés de mettre la clef sous la porte au bout d'un an ou deux, uniquement parce qu'ils ont souhaité avoir un site « différenciant, avec un vrai positionnement graphique, ergonomique, une identité visuelle et une expérience utilisateur innovante ».

Le scénario catastrophe démarre généralement par un cahier des charges, des idées fonctionnelles couchées sur papier, avec beaucoup de fioritures qui au final s'avèreront dangereuses pour votre projet.
Si vous avez de la chance, vous tomberez sur le bon prestataire, qui vous comprendra, saura traduire votre projet en spécifications techniques et fonctionnelles exploitables, saura être suffisamment persuasif pour figer les specs et mener à bien le projet jusqu'au bout.

Mais dans d'autres cas, la relation avec votre prestataire-copain du début se tendra, à chaque nouvelle maquette présentée vous aurez de nouvelles idées pour rajouter des éléments graphiques et fonctionnels jusqu'à ce que le devis initial ne suffise plus, que le prestataire s'essouffle et finisse par trainer des pieds. En attendant votre business ne sera toujours pas lancé, vous aurez pris du retard sur le développement commercial, votre budget aura fondu à vue d'oeil, de même que votre énergie...

Bref, avec le recul, vous vous rendrez compte que vous auriez mieux fait de partir sur une simple solution prépackagée comme Shopify - ou autre - qui vous aurait couté quelques centaines d'euros sur l'année. Vous auriez alors eu beaucoup plus de temps pour travailler vos descriptifs produits, enrichir votre catalogue, actionner et optimiser différents leviers d'acquisition de trafic, monter des partenariats, vous occuper de votre compta, etc.

Une fois le business sur des rails, au bout d'un an ou deux, vous auriez alors pu imaginer un site internet vraiment innovant, en phase avec l'image de marque que vous souhaitez dégager, et tenter l'aventure du projet Web compliqué à 50 000EUR

Aujourd'hui, tout le monde est habitué à trouver sur une boutique en ligne une barre de navigation horizontale principale, une barre secondaire verticale à gauche, un moteur de recherche ou une inscription newsletter... Sortir des sentiers battus est toujours complexe sur Internet, où sans de vraies compétences en ergonomie il est extrêmement difficile d'obtenir l'adhésion des visiteurs.

Pour résumer, focalisez votre attention sur ce que vous maitrisez le mieux : vos produits, votre réseau, votre sens du business. Si vous injectez la majorité de votre énergie et de votre argent dans la conception de votre futur site Internet, vous foncez dans le mur...

La seule question à vous poser n'est pas « à quoi ressemblera mon site internet ? », mais « Qu'est-ce que je veux dire à mes visiteurs ? Quels contenus doivent être présents sur mon site ? ». C'est finalement cela le plus important.

Bien sûr, si vous êtes un riche émir du Quatar et avez un million d'euros de budget, ce conseil ne tient plus ! Vous pouvez alors viser l'excellence en termes de SEO, mais aussi de branding, web analytics, conversion, acquisition, etc.

Aux responsables marketing qui souhaitent activer le SEO comme levier d'acquisition

Vous êtes responsable marketing Web ? Vous lancez un appel d'offres SEO ? Vous savez que vous devrez rendre des comptes à votre direction sur la rentabilité de vos investissements. Dans ce cadre, vous demandez aux candidats d'estimer le gain de croissance potentielle, dans le cas où vous travaillerez avec eux.

Vous obtenez différentes réponses : ceux qui vous disent que c'est complètement impossible de faire une estimation viable, ceux qui vous vendent du rêve, et vous proposent une estimation de gain de business totalement irréaliste, et ceux, qui sont restés raisonnables et ont prévu une amélioration de votre trafic et de vos conversions en phase avec la réalité.

Votre coeur penche pour ce dernier,  seulement voilà, en faisant vos calculs, vous vous rendez compte que l'investissement SEO ne sera pas rentable, ou alors beaucoup moins que si vous utilisiez ce budget en SEA. Vous ne pouvez décemment pas présenter ce business plan SEO tel quel à votre direction.

La solution ? Ne pas lancer de chantier SEO ? Ce serait tout de même dommage vus le business que cela pourrait en réalité vous faire gagner.

Le salut viendra d'un concept à ne pas ignorer, et que les financiers connaissent bien, celui du « repeat business » : vous devez expliquer à votre direction en quoi le référencement s’amortit sur la durée et qu'il n'est pas pertinent de calculer un ROI immédiat en SEO comme sur d'autres leviers tels que l'affiliation, le display etc.

En SEO, les premiers euros investis seront souvent moins rentables que les autres leviers. Prenez cet exemple: imaginez que vous n'ayez que 100 EUR à investir... En SEO, vous n'en ferez quasi rien. Ce serait à pure perte. En SEA, à 10 cents le clic, vous obtiendrez 1 000 visites !

Il n'y a que sur la durée que vous capitaliserez sur vos investissements SEO. En effet, si vous investissez par exemple 20 000EUR la première année et qu'avec ça vous faites grimper votre trafic SEO de 20% à la fin de l'année, vous pourrez en réalité ajouter à votre calcul de rentabilité 20% de trafic supplémentaire sur l'année deux également.

Et cela même si vous coupez alors complètement vos investissements SEO. Les actions de référencement naturel vous auront permis de passer un cap pérenne. Il n'y a qu'un changement drastique de la méthode de calcul de Google ou une régression non identifiée sur le site pourra vous faire retomber violemment. Ce qui ne devrait pas arriver si vous êtes vigilants.

De plus, les actions entreprises en SEO mettent parfois plusieurs mois avant de faire sentir leurs effets : ce qui est réalisé le dernier mois de l'année un continuera à porter ses fruits en début d'année deux.

Donc n'oubliez pas d'intégrer cet élément primordial dans votre business plan, sinon vous n'arriverez jamais à convaincre votre direction qu'il est important d'investir dans du SEO. Or, je vois trop souvent des sociétés investir 5% de leur budget en SEO, et 95% sur d'autres leviers, alors même que le SEO génère 50% du trafic du site... Comment un levier aussi capital pour le business peut-il alors être autant sous exploité ?

Aux référenceurs professionnels qui travaillent pour des clients

En tant que professionnel du SEO, vous avez certainement déjà eu un client pointilleux, pour qui chaque action entreprise doit s'accompagner d'une estimation de rentabilité. Parfois à l'extrême : « combien de place sur ce mot clé pourra faire gagner ce lien ? ». Ou « Combien de ventes additionnelles pourra générer cet article ? »...

Ne rigolez pas, ce type de question est plus fréquent qu'on ne le croit ;) Et même si votre âme d'artiste référenceur en devient toute torturée, vous devez essayer d'y répondre. Bien sûr, vous y mettrez les réserves qui conviennent :

  • L'intégralité du nom de domaine va bénéficier des opérations de link building, pas seulement les pages ciblées ;
  • L'effet freshness gagné va impacter tous vos contenus et de multiples positions ;
  • Ce chantier maillage interne va engendrer un effet multiplicateur qu'il est très difficile à estimer, et dépendra largement de la force du vent...
  • Le SEO n'est pas une science exacte... vos positions dépendent aussi de ce qu'ont mangé Larry et Serguei au petit dej...

Mais vous devrez cependant vous plier à cet exercice périlleux. On entre là dans de la haute voltige consultanesque ! Mais vous serez surpris de voir qu'avec l'expérience, vous tirerez juste de plus en plus souvent. En effet, avec l'habitude, il devient plus facile d'évaluer la capacité de positionnement d'un site et sa moyenne de trafic SEO hors marque quotidien, en fonction de sa couverture lexicale, du secteur, de la popularité de la marque, etc..

Votre capacité à estimer la bonne santé d'un site dans les résultats constitue votre valeur ajoutée de SEO professionnel. Sans cette compétence, impossible de prévoir avec un minimum de réalisme le trafic et donc les conversions qu'il sera possible d'obtenir.

Donc si vous refusez de vous plier à cet exercice, en arguant de sa complexité ou son caractère aléatoire, vous laissez votre client complètement démuni. Or, ce dernier s'apprête à investir une somme non négligeable, parfois tirée de ses deniers personnels.

Lui-même a déjà dû se confronter à l'exercice acrobatique de la conception d'un business plan. Et il sait bien que comme tout bon business plan qui se respecte, les prévisions sont faites pour être réajustées au fur et à mesure, caler des objectifs à atteindre, comparer ses performances face à la concurrence, estimer les investissements nécessaires pour atteindre le point d'équilibre, etc.

Alors pas de chichis, vous être un professionnel du SEO, et si vous n'êtes pas capable de prévoir un trafic potentiel, personne d'autre que vous le pourra. Et le SEO restera cantonné à un levier de second plan...

A retenir :

  • Entrepreneurs : gardez votre énergie - et votre argent - pour développer votre business. Ne passez pas 80% de votre temps à la conception de votre site Web.
  • Responsables marketing : le référencement s'amortit sur la durée. Le ROI d'une prestation persiste même une fois celle-ci arrêtée, c'est le repeat business du SEO !
  • Référenceurs : vous seul pouvez réaliser un business plan SEO, vous devez vous plier à l'exercice !

Un billet de @5eg dans le cadre de cette opération de Guest-Blogging.
Retrouvez Olivier sur le blog Résonéo

 

Noter cet article (1 à 5)

012345

63 réflexions au sujet de « Trois conseils business aux entrepreneurs, marketeurs et réferenceurs »

  1. Simon

    Le référencement peut être assez vite amorti dans certains cas. Globalement cela reste un des leviers avec le meilleur ROI. Une autre erreur classique des entrepreneurs est d'embaucher trop tôt.

  2. Romain Blachier

    Très juste l'attente sur le Seo est toujours trop teintée d'impatience

  3. bruno

    Lors de mon premier projet, j'étais dans cette optique avec des idées farfelues....j'avais même failli signé pour un boutique en ligne entièrement réalisée en flash.....

    Bon flash ou pas flash, ca m'avait pas empêché de me planter.

  4. Louisa

    Merci pour cet article très complet. J'ai vraiment la sensation d'apprendre avec votre blog!!

  5. Steph

    Bonjour Olivier, un très bon article dans lequel je me retrouve entièrement et dans deux rôles.
    Dans la boite où je travaille j'ai deux casquettes si je puis dire, webmarketeuse et SEO.
    Autant pour l'aspect webmarketing ça peut aller, autant pour l'aspect SEO c'est énorme.
    Cet aspect étant encore tellement floue et impalpable pour ma direction, que chaque action, chaque prise de décision doit être justifiée avec du concret !!!
    De la simple modification d'un lien, à l'ajout d'une image bonjour l'argumentaire.
    Je comprends qu'une boite voit d'abord le ROI, mais comme tu dis on apprend aussi de ses erreurs. Si certaines sont couteuses, le simple ajout de texte ou autre se résume à un peu de temps. Donc il est parfois essentiel de comprendre qu'il faut tester, laisser un peu de liberté aux personnes en charge de ces domaines.
    En tout cas, très belle (et juste vision des choses)
    A bientôt

  6. Philippe

    3 approches différentes que l'on soit entrepreneur, marketeur ou référenceur. Le référencement est un levier pour le marketeur, et l'on parle désormais volontiers de stratégie de visibilité qui inclut le marketing, le SEO, le social... afin de générer du trafic ciblé et d'optimiser le ROI.

    Sur la partie entrepreneur, le choix du bon business model et la sélection du/des bons prestataire(s) conditionne bien souvent le succès du projet... Combien d'excellentes idées ont fait un flop suite à un choix hasardeux de partenaire ou par dumping sur les tarifs... Trouver le juste équilibre entre un budget maitrisé et un accompagnement de qualité est une équation parfois complexe.

  7. LaurentB

    Très bon le Seg !
    On m'a fait plusieurs fois la remarque au SEO Campus, qu'il faut plus de contenus "clients" ou "entrepreneur" comme celui-ci. Les référenceurs sont en demande de notre point de vue.
    Je retiens aussi "haute voltige consultanesque" comme expression.

  8. jessyseonoob

    Très bien cet article qui clarifie pour chaque profil ce à quoi il doit s'attendre.
    Si j'ai bien compris, sinon tu me corriges :

    Pour l'entrepreneur, travailler son offre et être plus réaliste sur ses besoins, et être conscient que chaque client qui va voir un prestataire, possède l'idée du siècle tout comme les autres, mais qu'il vaut mieux se concentrer sur ce qui marche d'abord, il y aura toujours moyen de faire de l'A/B testing plus tard lorsqu'il y aura plein de vrais utilisateurs.

    Pour les marketeux, que le seo ne doit pas vivre tout seul, c'est un investissement long terme qui aura sûrement besoin d'un petit coup de pouce en SEA et que le ROI ne peut pas se calculer sur j'investi 1€, j'en gagne 10.

    Pour les pro du SEO, savoir lire dans les outils de reporting et la boule de cristal, et réagir en conséquence au fur et à mesure.

    :-)

  9. RocketSEO

    Merci pour cet article tricky abordant les trois différentes positions que l on peut rencontrer dans le monde du web. Pour le premier point sur les agences web, je me permets de relativiser les choses. En effet, il y a de tout sur le marché, des agences de qualité et aussi des vendeurs de tapis. Mais ne mettons pas toutes ces agence web dans la même panier.

    Sinon, j ai trouvé tout à fait pertinente la manière d argumenter pour convaincre une personne d investir plutôt dans le référencement naturel. En effet, ce n est pas toujours la tâche la plus simple d un référenceur.

    Bon article @5eg

  10. Youssef

    Bonjour et merci pour ces conseils, à noter que cela fonctionne pour tout type de projet et non simplement ceux en rapport avec le Web.

  11. Rodrigue

    L'investissement et le retour sur investissement sont difficile à déterminer et surtout vas t'en expliquer à ton boss qu'il n'aura pas de retour immédiat avec un bon SEO. En effet selon les secteurs, ça pourra prendre du temps.

  12. Hafid

    Bonjour,

    Très bon article plein d'informations. Le SEO est un sacré travail qui peut prendre du temps, mais au final quand on voit les résultats c'est encourageant. J'ai toujours privilègié le référencement naturel même si ça pred du temps et je ne suis pas déç car le travail paye

  13. Davy

    Bonjour, merci pour cet article très juste. Je rejoins parfaitement Olivier, l'une des causes premières de l'échec d'un projet Web, est d'investir la majorité de son budget dans le développement technique et pas dans le marketing et la communication. Sur ce point, en tant que professionnel, nous avons un vrai rôle de conseil, encore faut-il que tous les confrères aient un discours cohérent..

  14. Nathan

    Le genre d'article must read avant de se lancer dans un projet web. Merci surtout pour les conseils pour les responsables marketing, ca va aider beaucoup de monde, y compris moi.

  15. Nico

    Le point que je retiendrai particulièrement ce cet article reste de consacrer son temps sur sa valeur ajoutée, son savoir faire, et dans ce cas les chances de réussite du projet seront beaucoup plus importantes. Se tourner vers des professionnels n'est pas une nécessité mais une obligation.

  16. Christophe

    Excellent premier chapitre. Je viens d'avoir le cas d'un client qui a nous a fait développer un site internet international archi compliqué pendant 4 ans. Le site ne démarre pas, le client a bouffé tout son budget et il vient de se rendre compte que son business model n'est pas bon...De plus les visiteurs ne sont pas d'accord avec le concept ! Le client pleure et pourtantçsa fait 4 ans qu'on lui dit qu'il doit créer "quelque chose" autour du site internet (une communauté, le buzz, des infos...), corriger son business model et simplifier absolument des concepts qu'ils nous a fait développer et qui sont quasi incompréhensibles... Communication et publicité d'entreprise inexistante, conseil d'adminsitration inactif, ....Et dire qu'il n' a pas encore commencé la phase SEO... Actuellement, il cherche de nouveaux financements et le site est en attente. Je n'ai pas bon espoir pour lui. Tant de temps et d'argent gaspillé...

  17. Olivier

    Je partage l'avis d'Olivier en ce qui concerne le budget alloué à la réalisation technique et ergonomique du site: elle ne doit pas représenter une part trop importante du budget total pour conserver des moyens pour l’acquisition de trafic.

    Néanmoins, il ne faut pas tomber dans l'excès inverse d'avoir un site "trop vieux" et surtout mal conçu et peu optimisé niveau SEO et ensuite dépenser sans compter dans de la com' ou de l’acquisition de liens sans avoir au préalable remit le site d'équerre.

    Je l'ai déjà vu aussi et le résultat n'est pas brillant:
    - un SEO qui n'a pas les moyens de faire correctement son job à cause de contraintes techniques "intouchables" sur le site
    - des visiteurs qui n'ont pas confiance car le site semble bancal

    Toute la difficulté du métier d'entrepreneur est de trouver le bon équilibre et de ne pas appliquer des méthode "toutes faites" mais de s'adapter à sa thématique, à son public et à sa concurrence !

  18. Jean

    Je connais personnellement des gens qui n'ont vraiment aucune idée comment obtenir même un classement de la première page pour le mot clé moyennement concurrentiel et encore ils s'appellent eux-mêmes des consultants SEO.

  19. lereferenceur

    Quand une personne qui a un peu de budget veut se lancer dans le web souvent ne réfléchissent pas et mettent la grande majorité de leur budget dans le site web pour avoir un truc super beau sans penser au webmarketing et SEO.
    D'ailleurs ca me fait penser à une expérience que j'ai eu. A l'époque je ne savais pas ce qu'était le SEO et mon agence non plus d'ailleurs. (D'ailleurs elle a mis la clé sous la porte)
    Une grande marque faisait faire sa boutique en ligne dans l'agence. Au final c'était super beau, ca en jetait, mais maintenant que j'y pense, ce n'était pas du tout fais pour le référencement. Pas de texte et du flash. Et niveau visuel rien a voir avec une boutique en ligne "classique".
    Bon après c'est une grande marque donc ils n'étaient pas totalement ignorant de ce qu'il faisait. Enfin je crois...

  20. bloggento

    Je passe souvent du temps à expliquer à certains prospect ou client qu'ils n'ont pas besoin d'un site en responsive design ou avec les mêmes fonctionnalités que les big boss du E-commerce. Souvent en vain ils insistent et lors de la phase de démarrage il reste 2 ou 3 cacahuètes à mettre dans le marketing. Un site aussi beau ergonomique et bourré de fonctionnalités n'est rien sans traffic. C'est tellement évident qu'on ne devrait pas devoir le souligner.

  21. Matthieu

    En effet, sur le point SEO, on peut avoir des questions très inhabituelles et perturbantes auxquelles il faut essayer de répondre le plus justement possible.

    Mais dans tous les cas, il faut tenter d'éduquer le client pour lui faire comprendre la pertinence ou non de sa question et le but de chaque action mise en place.

    Il faut lui rendre les choses claires plutôt que de lui compliquer la vie à coup de termes anglophones incompréhensibles.

  22. Fred

    A communiquer a toutes les agences web et aux clents qui souhaitent developper une entreprise uniquement par leur site web et le seo

  23. jacques

    Je suis un homme de marketing dont les prestations sont récurrentes. Aucun de mes clients ne pourrait imaginer faire son business sans engager de budgets commerciaux chaque année. En l'espèce nous ne parlons pas de retour sur investissement, mais de budgets fonctionnels.
    Pour m'intéresser au plus prêt aux activités de référenceurs depuis quelques mois, je dois avouer qu'il est encore difficile de comprendre comment intégrer votre travail systématiquement dans nos budgets.
    Le vocabulaire, les concepts rebute mes clients, et ils ne me suivent que par confiance quand je leur propose vos services.
    Prêt à partager sur le sujet...

  24. Sylvain Auteur de l’article

    @ Olivier (5eg)

    Je ne m'étendrais pas sur tes conseils aux entrepreneurs et marketeurs, je suis en tous points d'accord avec toi.

    Pour ton dernier conseil (aux SEO), je dirais bravo pour nous montrer la poutre dans notre œil plutôt que de chercher la paille dans celui du voisin.

    En revanche, dans la pratique, l’exercice est effectivement de la haute voltige.
    A chaque fois que je me suis essayé à de la prévision de trafic au lancement d'un site, je me suis royalement planté (la plupart du temps en étant trop pessimiste d'ailleurs).

    Autant je pense que l'on peut commencé à utiliser autre chose qu'une boule de cristal lorsque l'on a au moins 6 mois de recul, autant au lancement c'est quasiment de la cartomancie.

    Et même avec le recul d'ailleurs...

    Quelques exemples :

    - J'ai un client dont le site fait un yoyo perpétuel de la position 1 à la position 4 depuis 6 mois sur une requête très concurrentielle. Et bien tous les jours ou il est en position 4, il a plus de visite sur cette expression que lorsqu'il est en position 1 (ceci toutes choses égales par ailleurs : Title, Meta desc). Et bien quand il me demande pourquoi, je dois bien avouer que je suis complètement sec, c'est totalement irrationnel. On dit pourtant que la position 4 apporte 6 à 7 fois moins de visites que la n°1.

    - Sur un autre cas, la première position n’amène pas le 10ème du trafic prévu par Google dans le générateur de mots-clés et pour un autre client, c'est l'inverse, à lui tout seul il fait plus par mois que le total annoncé par GG.>

    - Et je ne parle pas de la différence énorme entre les prévisions et la réalité lorsque le résultat présente la recherche universelle (image, vidéo, ou pire, GG adresse)

    Ton article m'a d'ailleurs décidé à faire un suivi pointu pour quelques requêtes de deux sites, en me basant sur la réalité, puis faire en bout de course l'estimé que j'aurais fait sans connaître le trafic, je pourrais alors comparer la réalité à des « prévisions » que je ne ferais qu'en me basant sur des statistiques. À ce sujet, que me conseillerais-tu comme étude qui reprend un pourcentage de clic par positions dans la première page ?

    Je suis aussi preneur de toute autre méthode vaguement fiable.

    @ Tous, si vous avez une méthode assez réaliste, n'hésitez pas à en faire part ici.

    @ Jacques Tang
    Ton intervention est révélatrice du flou qui entoure le métier de SEO

  25. Agence Référencement Rennes

    Un excellent mode d'emploi pragmatique censé, et qui a l'intelligence de s'adresser à tous les acteurs. Notre souci en tant que prestataires Référencement est de ne pas arriver dans un projet après de mauvais choix, ou l'absence de choix stratégiques, comme le manque total de prévision du volet référencement dans un projet Web.
    Notre souci est peut-être une certaine évangélisation des décideurs avant le lancement de projets, donc la nécessité de toucher le public des Chambres de Commerce, Clubs de décideurs, pépinières d'entreprises, etc.

  26. Agence Référencement Rennes

    "(...) tous les jours ou il est en position 4, il a plus de visite sur cette expression que lorsqu’il est en position 1 (ceci toutes choses égales par ailleurs : Title, Meta desc).(...), c’est totalement irrationnel."

    Vraiment aucun autre élément même subtil ? La représentation des résultats peut changer , selon le navigateur, selon l'heure du jour et la météo même, avec des annonceurs côté Adwords qui ouvrent ou ferment des annonces en live, etc...

    J'ai eu un exemple avant-hier de la nécessité de personnaliser l'auteur d'un article pour voir la photo en résultats naturels, ce qui augmente énormément le taux de clics même en positions loins de la 1ère. Hé bien dans un cas de figure où tous les résultats de la page avaient une telle photo, c'était la seule ligne non illustrée qui sortait visuellement du lot, donc il était urgent de ne rien faire. Etre référenceur c'est aussi être inventif et imaginer en permanence pour s'adapter à un contexte changeant.

    On est aussi à la limite de nos nécessités de reporting et contrôles de positions, car étant donné la divertisité en pleine explosion des présentations de résultats, je pense qu'on ne pourra pas tout voir et on se creuse déjà pas mal la tête - Google travaillant en plus ardemment à ce qu'on ait moins d'informations d'analyse qu'avant.

  27. Sylvain Auteur de l’article

    @ Agence etc.

    Non, rien de particulier par ailleurs. Tu te doutes bien que j'ai creusé profond, c'est à ne rien y comprendre. Le seul autre paramètre qui change régulièrement, ce sont les adwords, mais je n'ai trouvé aucune corrélation directe.

    Sinon, le coup d'avoir à retirer la balise rel=author, j'y ai aussi déjà été confronté :-)

  28. JeanL

    le point qui retient le + mon attention est celui sur l'entrepreneur c'est clair qu'il faut faire appel aux personnes compétentes si on ne l'est pas suffisamment sinon on va perdre beaucoup de temps pour rien surtout que le pro va le faire en beaucoup moins de temps
    concernant le seo je suis assez d'accord qu'il faut avoir un plan mais pas trop non plus car il faut toujours revoir sa technique

  29. olivier

    Hello @all

    content de voir que mon billet suscite des commentaires et réflexions !

    @Sylvain en effet, les voies de Google sont parfois impénétrables, et c'est ce qui fait le charme du métier ^^
    Je te rejoins sur la difficulté d'estimer un trafic potentiel pour un site qui se lance. A moins de connaitre très bien le secteur c'est plus du doigt mouillé que de la prospective scientifique ;)

    Concernant les taux de clics dans les résultats, toutes les études que j'ai pu voir me semblaient biaisées, sans doute car elles tiennent compte des requêtes marque (de navigation) qui peuvent déclencher 90% de clic sur le premier résultat. Du coup on se retrouve avec des taux de clics de 20 à 40% pour le premier résultat ce qui est une moyenne et non une réalité exploitable. Par exemple s'il y a 3 premium adwords sur un mot générique on a de la chance si le premier résultat organique récupère 8 ou 10%...
    Et ca va dépendre de la notoriété de la marque et de l'attractivité du message transmit via le couple TITLE/Description (sans compter les rich snippets / G+ Author etc.)

    Ensuite, on a des requêtes pour lesquelles les internautes vont cliquer sur 2 ou 3 résultats en moyenne, quand pour d'autres requêtes ils cliqueront sur moins de 1 résultat en moyenne (notamment si la réponse est disponible directement dans les snippets).

    Au final, on y a longuement réfléchit chez RESONEO, et pour résumer on a abouti à un mapping de taux de clics différent selon plusieurs critères :
    - présences de adwords, et nb de premium
    - présence de résultats issus de la recherche universelle (et ça varie si le bloc est en haut ou en bas de page)
    - présence d'un bloc knowledge graph
    le tout conditionné par le type de requête : marque, générique, long tail, ce qui peut s'identifier à la hache de la manière suivante :
    - moins de 3 mots = générique
    - 4 mots et plus = long tail
    - marque s'il y a des maxi sitelinks et/ou 7 résultats sur la première page

    Mais même avec ça on arrive à se planter ^^

    Toutefois, l'objet de mon message est surtout que même si le taux d'erreur peut être important, on ne peut faire l'impasse sur la conception d'un business plan SEO pour nos clients

    A plus tard

  30. richard

    Bonjour, excellent article comme toujours. Qu'en est t'il des entrepreneurs qui n'ont pas les moyens d'avoir recours à un webmaster pro et à une agence SEO, sont-ils condamnés à ne pas percer ? Point de salut ?

    Je suis en phase de création avec un budget modeste pour mon entreprise (moins de 8000 € au total pour tout : de l'achat de mon stock à tout le reste), je n'ai pas encore mon capital, j'ai du néanmoins monter mon site afin de me faire connaitre. Je suis plutôt sur un marché de niche et je vendrai régulièrement au vu des demandes si j'avais déjà mon stock.

    Tout ça pour dire que même sans budget webmaster+SEO, je pense qu'il est possible de jeter les bases de son site tout seul comme un grand. En ligne depuis fin novembre, je me suis plutôt bien positionné sur certains mot-clefs majeurs de mon activité, j'en suis plutôt content (ceci dit, ce n'est pas tant que je suis bon, mais plutôt que mes concurrents, eux, n'ont clairement pas investis en SEO). Bon, je pense bien que tout pro du milieu ferait des bonds en voyant les trucs de mon site qui ne vont pas !

    Néanmoins, il est évident que tout projet d'envergure se doit d'être conçu par des spécialistes dont c'est le job.

  31. Je ne sais plus mon nom

    La semaine dernière un client m'a demandé de fermer sa boutique en ligne. Content d'avoir essayé et d'avoir compris que finalement ça ne pouvait pas fonctionner tout seul, le client a décidé de modifier sa stratégie en ligne. L'avoir mis en garde tout au long de son projet a été une bonne chose, il nous a re-confié sa nouvelle réalisation plus réaliste et en tout a fait en accord avec nos préco.

  32. Createyourshop.fr - blog e-commerce

    Très bon article merci.
    Lors de mes expériences clients, beaucoup d'entreprises évoquent la partie SEO de leur futures activités sans avoir la moindre idée de ce que cela implique.
    Sur une activité de "moyenne concurrence" le budget SEO peut largement dépasser le budget création de la boutique et ça......c'est souvent mal compris par le client, il faut alors déployer des efforts de pédagogie assez importants pour lui expliquer que sa rentabilité passe par là et non par le choix de la couleur de la barre de navigation que l'on a travaillé pendant 3 semaines parce que le "bleu était trop bleu..." !

  33. Julhia

    Réussir à estimer un gain de trafic potentiel est en effet difficile mais c'est aussi ce qui pourra convaincre un client potentiel de signer ou pas qui à besoin de savoir dans quoi est-ce qu'il place son argent, mais il est aussi important qu'il comprenne les aléas du référencement, que ce n'est qu'une estimation et que le temps nécessaire pour obtenir ces résultats est très variable.

  34. Arnaud

    Ca c'est vraiment un excellent article qui rappelle les rudiments d'un lancement de projet Web.
    Ce sont aussi des conseils que j'ai pu donner à mes clients ou anciens clients, et qui finalement se sont focalisés sur les mauvaises choses à faire, et je crois qu'il sont dans le mur actuellement.

    C'est agréable de lire des choses qui confirment certaines pensées.

  35. IT-Renew

    Très bon article, très bonne analyse.
    "Or, je vois trop souvent des sociétés investir 5% de leur budget en SEO, et 95% sur d’autres leviers, alors même que le SEO génère 50% du trafic du site… Comment un levier aussi capital pour le business peut-il alors être autant sous exploité ?"

    C'est ce que vous notez dans votre article, cependant, même si le SEO est primordial et capital, il en reste pas moins très cher!
    Un bon SEO se paye vraiment cher comparé à la publicité mise sur des brochure ou des petits magasines locaux, permettant à bon nombre d'entreprise de se faire connaitre par ce biais.

  36. Bruno

    Bonjour,

    Personnellement, je fais souvent un parallèle entre le SEO et la publicité (papier, radiophonique ou télévisuelle) dont il est vrai qu'il n'est pas évident d'en mesurer précisément les retombées.
    La différence, c'est que le référencement est plus durable que la publicité qui est elle-même éphémère par définition.
    Aussi, je suis toujours surpris de rencontrer des entrepreneurs qui dépensent régulièrement des centaines ou milliers d'euros dans la publicité éphémère, mais qui ne sont pas prêts à investir dans leur site internet et son référencement!

  37. Théodora

    Je tiens tout d'abord à vous féliciter pour cet article assez complet qui traite plusieurs questions que j'étais amenée moi-même à me poser. Par exemple quelle est la meilleure solution pour présenter ses produits sur le web, innover tout en restant dans le cadre des habitudes et réflexes des internautes. Ainsi, vous avez tout à fait raison de pointer du doigt le fait que l'aspect visuel n'est pas la question qui doit préoccuper l'entrepreneur (au final c'est le boulot du graphiste, designer d'interface, etc.), mais bien à qui je m'adresse et qu'est-ce que j'essaie de communiquer.

    Et pour ce qui est du SEO, c'est un travail de longue haleine, et j'estime que dans ce cas de figure il est préférable d'employer un expert pour une durée de six mois, voire plus (ce qui varie, bien entendu, selon la taille de l'entreprise et les objectifs à atteindre).

  38. Sylvain Auteur de l’article

    @ IT-renew

    Je suis assez d'accord avec Bruno.
    Je ne dénigre pas la publicité papier (même si pour ma part, tout va directement à la poubelle sans que je ne lise rien), mais elle a un gros inconvénient, son côté très éphémère.
    Le SEO s'inscrit dans une stratégie bien différente de long terme. J'ai vu des clients pour qui nous avons travaillé seulement 6 mois et qui continuent de bénéficier d'excellentes positions 2 ans plus tard, avec un trafic qui continu de provenir de Google.

    Bien évidement, ceci ne concerne pas le charcutier du coin, mais dans le cas que je cite, le SEO est bien plus rentable à long terme même si le client n'est présent que dans 2 villes de France (bon, de grandes villes je l'admets, Paris et Marseille).

    L'avantage des flyers se situe plus dans l'excellente géolocalisation mais avec un effet très temporaire.

  39. IT-Renew

    Effectivement, tout dépend du long ou du court terme, et tout dépend des besoins de chaque entreprises, il est vrai que j'avais pas prit en compte le paramètre temps...

  40. Adzi

    Je pense que tout dépend des objectifs de l'entreprise. Un artisan qui a un rayon géographique réduit n'aura pas les mêmes demandes qu'une entreprise e-commerce. L'investissement ne sera pas le même non plus. En ce qui concerne le site lui-même, c'est son contenu et sa fonctionnalité qui sont essentiels pour ma part. Trouver l'essentiel en peu de temps.

  41. Bruno

    @IT-Renew: Bonour, je ne suis franchement pas persuadé que la publicité coûte moins cher que le référencement, même à court terme.
    En effet, la moindre parution (unique et très éphémère) publicitaire vous coûtera au minimum 400 à 500 euros hors taxes pour une durée de vie de quelques jours, à peine et une zone de chalandise de 10000 à 20000 habitants.
    Je pense sincèrement que pour la même somme dépensée mensuellement, vous pouvez déjà trouver des référenceurs qui vous feront du bon boulot.

  42. Pascal

    Les trois axes sont intéressants, en premier en effet il ne faut pas consacrer plus de 15/20 pourcents max de son budget à la réalisation d'un site, même si cela passe par la conception d'un site plus petit, l'important est en effet de bien le référencer.
    Pour le côté referenceur, la c'est super dur d'estimer le trafic, car suivant la concurrence et les mots clés le roi ne sera pas le même !
    Perso je ne le fait pas mais je constate en général x10 sur un petit site type pme ou y a tout à faire et x2 sur un site déjà bien en place.
    Pour le côté marketeur, en effet il faut bien penser que le referencement ne s arrête pas quand la presta est finie, bien au contraire ça peut même continuer à monter.

  43. Bruno

    J'apprécie particulièrement la partie "conseil aux entrepreneurs". J'y ajouterais "surtout ne faites pas travailler un copain !". Sauf si vous voulez le perdre.

    Pour le business plan du référenceur, je suis un peu moins fan. A celui qui me demande combien de position va apporter un lien j'essaie de sortir d'une vision micro-référencement pour revenir à une vision macro.

    J'ai souvent beaucoup de mal à estimer le positionnement possible d'une requête alors que mon expérience me permet plus de deviner le trafic global.

    Merci encore pour cet article.

  44. Pixural

    Bonjour,

    J'aimerai ajouter, qu'une partie du succès, c'est de ne pas avoir peur de l'échec, nous devons changer les mentalités aux Etats-unis, un entrepreneur ne sera pas pris aux sérieux si ce dernier n'aura pas vécu un échec.

    Merci de préciser l'importance du SEO et du couple SEA !

  45. Pauline

    "La seule question à vous poser n’est pas « à quoi ressemblera mon site internet ? », mais « Qu’est-ce que je veux dire à mes visiteurs ? Quels contenus doivent être présents sur mon site ? ». C’est finalement cela le plus important."

    Je n'aurais pas dit mieux!

    Merci pour cet article!

    ---------- edit axenet-------
    J'adore cette technique de spam super rapide à mettre en place avec un simple copier/coller
    Je l'enseigne à mes élèves en cours de référencement :-)
    Tu ne m'en voudras pas Pauline, j'ai changé ton URL...
    Sylvain

  46. chirurgie esthetique tunisie

    le SEO est indispensable pour le long terme, c'est la base et les soubassement de l’acquisition de trafic qualifié, j'ai même remarqué que le taux de transformation des liens naturels est plus important que les même liens sponsorisés sur les même mots clés. A mons avis les internautes sont de plus en plus averti et font confiance aux liens naturels beaucoup plus que les lien commerciaux

  47. Ben

    C'est clair que dans le cas d'une presta SEO le client peut vite s'impatienter. Si au bout de 3 mois tu lui dis qu'il est passé de la 300ème place à la 40ème sur sa requête phare ... la plupart du temps le client peu aguerri au SEO réponds que cela ne lui rapporte rien.
    Du cou je commence toujours mes presta sur des mots de longue traine qui fairont peu de visites mais qui généreront des leads...
    Après ça le client est beaucoup plus enclin à t'écouter et comprendre les contraintes du SEO sur de requêtes concurentielles.

  48. Monica

    Merci pour ces 3 théorèmes que l’on a juste envie de résumer en cherchant quand même sans grand succès les exemples qui infirment les règles…

    1/ Aux entrepreneurs qui se lancent dans le SEO: arrêtez le SEO ! C’est un métier. Juste on pourra leur conseiller de soigner leur égo dans le référencement off-page, c’est-à-dire réseaux sociaux, commentaires de blogs, annuaires, etc.
    2/ Aux responsables marketing qui découvrent le SEO: investissez dans le long terme et le référencement naturel. Mais là aussi c’est dingue mais c’est un métier, achetez le bouquin d’Andrieu.
    3/ Aux référenceurs professionnels qui ne font pas la différence entre CA et EBE: achetez-vous un livre de compta et explorez les tunnels de conversion.

    Et pour les entrepreneurs-marketeurs-référenceurs, allez vous êtes sur la bonne voie, mais essayez de dormir plus de 3 heures par jour (par nuit).

  49. poème décès

    Je ne suis pas vraiment d'accord pour dire qu'une fois le référencement SEO arrêté, le site va conserver ses places sur google. Sur des expressions peu concurrentielles, peut-être, mais autrement, ça m'étonnerait. Et passer de la 2ème à la 3ème place en première page google, c'est perdre minimum 20% de trafique sur l'expression. Alors une société peut vite voir son CA descendre...
    Pour le reste de l'article je suis tout à fait d'accord, c'est un bon résumé des erreurs à éviter.

  50. Seb

    Merci pour cet article, le monde du e-commerce est en effet une véritable jungle pour celui qui commence l'aventure.

    Les success story comme Cdicount Amazon font rêver mais derrière il faut vraiment une stratégie béton.

    Pour réussir en e-commerce, le SEO constitue en effet un levier efficace.

  51. Mikie

    Pour le conseil aux entrepreneurs, j'irais peut-être même un peu plus loin que ça : pourquoi essayer de faire quelque chose de super innovant? Selon le besoin, quelque chose de déjà-vu est tout aussi bien : les utilisateurs ont leurs marques, la différentiation peut se faire sur les produits/services proposés. Je trouve ça un peu dommage de tout miser sur une couverture "unique" alors qu'un bon boulot peut suffire =)

  52. Véronique

    Bravo pour ce blog ! Moi j'ai racheté un site e.commerce de bijoux il y 8 mois. suite à une refonte du site (par un webmaster) et un changement de serveur. Surprise....j'ai perdu presque tout mon référencement.
    Nous travaillons d'arrache-pied le référencement naturel pour remonter mais les résultats sont maigres et décevants.
    Si vous avez des conseils, je suis preneuse car le moral est au plus bas, surtout que l'investissement financier était important lors du rachat. !
    Merci et joyeuses pâques à tous...

  53. Véronique

    Merci Sylvain pour cette réponse rapide. Je vais consulter le lien.
    J'espère que cela va me redonner du courage..

  54. Philippe

    Très intéressant comme article. Peut-être en SEO pratiquez-vous avec vos clients, comme en programmation, des stratégies agiles avec plusieurs petits cahiers des charges ? Cela évite les déceptions du client.
    Mais vous avez raison en ce qui concerne le contenu. le fond est plus important que la forme.

  55. Busfront

    Plein de bonnes choses là dedans.
    Il manque peut être un petit quelque-chose concernant le responsive design?
    Cette méthode est aujourd'hui privilégié par Google dans les résultats naturels si je ne me trompe?
    Et là on parle de booster sérieusement les conversions (dans le cas d'un site bien conçu évidemment).

  56. eric

    il est bon de rappeler que le SEO n'est pas une science exacte mais que le professionnel doit être là pour guider et anticiper les futures actions à mener, pour continuellement entreprendre des actions qui maintiendront la compétitivité de la requête visée.

  57. Julien

    Bonjour Sylvain,

    Votre article est très intéressant ... effectivement, il est relativement difficile de se lancer tout seul dans le web lorsqu'on est relativement novice! Pour ma part, j'ai connu la même expérience que Véronique et son site de bijoux ... je ne connaissais pas du tout la redirection 301, et mon développeur non plus apparemment! Je vais essayer de remédier à ces problèmes ... Merci pour ces deux articles en tous cas :)

    Julien

  58. Richard

    "la relation avec votre prestataire-copain du début se tendra, à chaque nouvelle maquette présentée vous aurez de nouvelles idées pour rajouter des éléments graphiques et fonctionnels jusqu’à ce que le devis initial ne suffise plus, que le prestataire s’essouffle et finisse par trainer des pieds. " C'est exactement ce qui s'est passé pour moi et j'ai décidé de tout arrêter avec le prestataire et de faire appel à un développeur indépendant que je payais moins cher et qui me réalisais les choses très rapidement. Parfois il faut prendre des décisions radicales pour ne pas voir notre projet tomber à l'eau.

Partagez sur :

Les commentaires sont fermés.