Les vendeurs de site responsive ou mobile

Responsive design

Depuis l'annonce de Google stipulant que la compatibilité mobile allait devenir un facteur de positionnement dans la SERP les mails pleuvent, les appels téléphoniques de même de la part de prestataires parfois sans scrupules. Le responsive design ou une application mobile seraient la réponse à tous vos maux.

J'avais déjà abordé le sujet sur ce blog, j'y reviens avec mon avis étayé sur les sites responsive et sur quelques expériences de clients avec des agences.

Faut-il passer votre site web responsive ou mobile de suite ?

En ce qui me concerne, j'en suis convaincu et je dis clairement que le passage à un site compatible mobile devient urgent...dans un grand nombre de cas...

Il y a des tas d'arguments pour cela :

Les visiteurs seront de plus en plus mobiles

Sur certains sites, ils le sont déjà largement et la tendance est lourde, très lourde. À titre d'exemple c'est typiquement le cas sur les sites e-commerce qui s'adressent à une clientèle de particuliers. Et encore plus vrai lorsque ces particuliers sont dans une tranche d'âge de 18 à 45 ans. Sans le nommer, voici le trafic mobile d'un de nos clients. Convaincus ?
La refonte responsive d'une boutique parait indispensable.

e-commerce

Trafic mobile vs desktop sur un e-commerce français sur une journée.

Continuons avec le e-commerce et regardons ce qui se passe chez nos amis outre-Atlantique, les statistiques sont impressionnantes. Le pourcentage indique les visiteurs qui font du shopping sur les sites mentionnés uniquement à partir d'un mobile (smartphones et tablettes). Imaginez le business perdu avec des sites qui ne seraient pas compatibles (ou sans application dédiée) ?

Sachant que l'on est souvent en retard de quelques années en France, il y a de fortes chances que ces chiffres deviennent les nôtres dans quelque temps. Et même si on les divisait par deux...

On continue avec un blog dont l'audience est principalement composée de particuliers. Le détail concerne le trafic sur 1 semaine.

36% de visiteurs mobiles sur une semaine

36% de visiteurs mobiles sur une semaine

Pour compléter sur les notions de trafic et donc de changement profond d'habitude des utilisateurs qui passent progressivement de l'ordinateur de bureau à un appareil mobile, quelque statistiques de chez "At Internet" qui nous montrent (entre autres) l'évolution du trafic sur les sites web classiques, les sites mobiles et les applications entre juin 2013 et juin 2014.

La communication de Google

Je vous l'accorde, la communication de Google en générale est parfois à prendre avec des pincettes tant elle peut dire une chose et son contraire. En revanche depuis 2013 on voit bien que l'on est sur une tendance mobile-friendly qui tourne à l'obsession à Mountain View.

Si vous utilisez webmaster tools et n'avez pas un site compatible, vous avez sans doute reçu cela  :

Exemple de mail et message de Google

Exemple de mail et message de Google

Google n'y va pas par 4 chemins. Il vous dit très clairement que si vos pages ne sont pas mobiles friendly (adaptées aux mobiles) elles seront classées en conséquence pour les utilisateurs de smartphones. Le "en conséquence" est facilement interprétable, elles seront purement et simplement déclassées vis-à-vis de celles des autres sites qui eux auront des pages compatibles. Nous avons donc là un véritable nouveau critère de positionnement.

On a aussi pu voir passer un certain nombre de tests sur smartphones. Certaines fois, les sites étaient signalés comme non-compatibles, d'autres fois au contraire ceux qui sont adaptés au mobile bénéficient d'une icône rassurante. À ce jour, personne ne sait si ce type d'affichage sera mis en place mais on sent la nette volonté de Google de faire quelque chose pour l'utilisateur mobile.

Exemple de tests aperçus dans la SERP à partir d'un smartphone.

Exemple de tests aperçus dans la SERP à partir d'un smartphone.

Et la cerise sur le gâteau, c'est la dernière annonce faite sur Google webmaster Central Blog. Le discours est le même, mais cette fois avec une date butoir. À compter du 21 avril 2015, la compatibilité avec les smartphones devient un signal pris en compte dans l'algorithme pour classer les sites (dans le cas d'une recherche à partir d'un appareil mobile).

Ce facteur de ranking sera appliqué mondialement et dans toutes les langues. Alors en plus de bien rédiger vos balises title (plus courtes sur un smartphone), de fignoler le corpus des mots-clés de chacune de vos pages, et d'assurer tout le reste sur le plan SEO, il faut vous atteler en urgence à trouver une solution pour faire de vos visiteurs sur mobile des utilisateurs heureux en leur proposant une interface adaptée à leur matériel.

Bon, et bien avec tout cela si on n'a pas compris...

Oui mais !

Et je reviens là à mes vendeurs … de soupe.

Quelques clients m'ont contacté en catastrophe après avoir reçu des appels d'agences peu scrupuleuses. Je ne donnerai pas de nom, mais voici les exemples :

Client 1 : Le site n'a qu'une page visible sur Google, tout le reste est sous accès privé (login/pass). La seule nécessite de positionnement est de l'être sur le nom du site qui est le nom de domaine. Autant dire que sur le plan SEO, on ne s'est pas foulé 🙂

Les visiteurs de ce site proviennent exclusivement d'administrations. Ils sont encore pour la plupart sous Windows XP et on trouve encore des traces d'IE6 ! C'est dire que la tablette n'est pas pour demain. Bref, dans les stats, les seuls visiteurs mobiles que ce site a pu avoir, c'est nous, à l'agence, juste pour voir.

Alors cher commercial de cette boite sans scrupule qui raconte à mon client que son site va être définitivement banni de Google. Que ses visiteurs habituels ne pourront plus y accéder. Toi qui reprends les arguments que je citais ci-dessus pour les appliquer sans discernement à un site qui n'est absolument pas concerné, je te dis... non, je ne le dis pas, car ma mère m'écoute peut-être, mais je te jure que je le pense.

Client 2 : Un client qui possède un site responsive tout récent (et codé avec amour). Et voilà que le vautour qui fait office de commercial lui annonce qu'il lui faut impérativement une application mobile pour être visible sur Google ! La meilleure que j'ai entendue.
J'ai perdu des heures à réexpliquer que pour lui l'avenir est au beau fixe et qu'il a eu affaire à un arnaqueur.

 En conclusion

Oui, il est sans doute préférable de passer à une version mobile pour votre site... si vous êtes concernés !

Bien évidemment c'est avant tout pour vos visiteurs et vos conversions. Vous même quand vous testez, vous voyez bien que votre site n'est pas adapté à la navigation avec un smartphone. Et puis en prime, Google a été clair, ceci sera un facteur de classement.

Pour notre part nous préconisons souvent la technologie responsive, car elle est plus simple pour le client ensuite (un seul site à gérer) et moins couteuse qu'un site d'un côté + un site mobile ou une ou des applis en parallèle.

Pour ceux qui voudraient vérifier si leur site tient la route, Google vous propose d'ailleurs un outil pour vérifier la compatibilité mobile de vos pages

https://www.google.com/webmasters/tools/mobile-friendly/?hl=fr
(il cafouille parfois, il faudra recommencer)

Mais si vos visiteurs à partir d'appareils mobiles ne représentent qu'une infime partie de votre trafic, si votre positionnement dans Google est la dernière de vos préoccupations, sachez résister aux commerciaux requins parfois très agressifs.

<mode pub>Sans être lourdingue façon pub (mais quand même), AxeNet a toutes les compétences pour réaliser votre site, blog, boutique en ligne, en version mobile</mode pub>

Liens connexes :

Les vendeurs de site responsive ou mobile
5 (100%) 11 votes

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

18 réflexions au sujet de « Les vendeurs de site responsive ou mobile »

  1. tom

    Bonjour sylvain tu parles de faire des balises plus courtes pour optimiser le mobile mais si le site est responsive comment tu distingue le desktop ?

  2. Laurent

    Bonjour,

    je voudrais faire un aparté (mais pas trop éloigné du sujet). Il ne se passe pas une semaine sans qu'un de mes clients me forwarde un mail en me disant "qu'en penses-tu ?"
    Ces mails sont ceux d'agence web, soient pour refondre le site (souvent en responsive, en étant alarmiste), soient pour augmenter la visibilité, la vente, les leads.
    Ho hé client. Si tu es intéressé par ces pratiques, pourquoi tu me sollicites pas ? Variante : ho hé client, qu'est-ce que je suis en train de faire, relis le contrat signé, c'est exactement ça.

    Donc je suis très agacé par ces mailing débridés qui tentent de s'imposer avec force ou finesse pour te prendre ta place.
    Je reconnais que dans beaucoup de cas, le site internet n'a aucun professionnel pour gérer les aspects web ("c'est le fils de mon voisin qui a fait le site"), et dans ce cas là, ça peut être intéressant, mais encore faut-il savoir ce qui est nécessaire et justifié pour son site...

    Bon, une note négative : peut-être qu'on est dans l'erreur, hein. Peut être que le commercial, après contact du prospect l'orientera vers une offre qui lui convient, ou bien pas du tout. Peut être même que le fait de faire du mailing, c'est une façon comme une autre de trouver des prospects.

    Bref, quand on est dans la position du prestataire dont le client se fait débaucher, c'est comme lorsque ton client se balade le soir au bord du bois et qu'il se fait racoler lourdement par des prestataires mieux maquillés que toi, promettant une ***** pour **** € (il y a trop d'étoiles !), et la totale pour ******* €.

  3. Sylvain Auteur de l’article

    @ Tom
    Je n'ai pas creusé mais il y a des moyens de différencier l'appareil.
    L'autre solution est de raccourcir systématiquement, ou s'assurer que le début du title est siffisamment explicite même si on ne voit pas les derniers mots.

    @ Laurent
    J'adore ta manière de l'exprimer 🙂
    Tu es en plein dans le sujet puisque cet article vient justement du fait que mes clients m'ont prévenu moi aussi.
    Bon, quand ce sont des mails il faut dire que même s'ils ont l'air personnalisés, cela reste souvent du mass mailing. Pour preuve, j'en reçois moi même souvent pour me proposer des prestations SEO ou la refonte de notre site...

  4. jessyseonoob

    Sites responsive ou mobile, comme tu l'indique c'est des charlatants surtout s'ils font croire qu'une application mobile les placeront mieux dans Google.

    Le choix du responsive ou d'une application mobile ne s'apprécie que sur la finalité et pas sur des critères de ranking. Le site responsive rempli le besoin d'un site de s'adapter à tous les formats d'écran alors que l'intérêt de l'appli est de pouvoir utiliser des leviers marketing supplémentaire via le push et les notifications (oui c'est du spam), accéder a des infos utilisateurs.

    De l'autre côté on est à l'âge d'or des applications mais on va vite arriver à saturation. Combien avez vous d'application de boutique e-commerce inconnus ou pour lequel vous savez que vous ne commanderez pas souvent ? Les gardez vous sur votre téléphone ?

    Et moi qui vend même pas le patch pour passer le validateur, si tu me permet je met un lien vers mon article qui donne le code en 2 ligne et c'est gratis, testé même sur des vieux sites en Joomla 1.0.12 ça passe. Il reste du vrai boulot pour rendre responsive (l'intégration c'est un vrai boulot) mais ça passe le validateur

    http://www.love-moi.fr/2015/03/ranker-sur-mobile-partir-du-21-avril-en.html

  5. Laurent

    @Svylain

    tu reçois des mailings pour te proposer du SEO ou de la refonte. Et tu as craqué ? 🙂 🙂 🙂
    Je constate, blague à part, que cela perturbe les clients, qui ne se rendent pas compte que c'est du mass mailing (précisément et encore plus lorsque c'est rédigé avec un bon story telling, parfois quelques éléments en rapport avec leur site - 2 3 chiffres jetés dans le mail suffisent à accaparer leur attention).

  6. Sylvain Auteur de l’article

    @ Jessy
    Merci pour ton code, j'aurais du en parler. Bon, c'est un peu magouille, mais ça passera le filtre de google sans problème pour traiter le problème du positionnement. Malgré tout, comme tu le dis, c'est quand même l'utilisateur dont on doit se préoccuper.

    @ Laurent
    Le plus rigolo ce sont ceux qui me propose un "audit seo" en me disant qu'en me positionnant mieux je gagnerai du trafic ciblé. Je leur répond que je ne comprends pas car je ne les vois pas sur cette requête. Souvent ça les calme 🙂

  7. Sébastien

    J'ai été effectivement contacté à plusieurs reprises pour faire une version mobile de mon site avec des arguments chocs de la part des vendeurs.
    Merci pour ton article qui me mets toujours de bonne humeur le dimanche matin !

  8. Daniel

    Voilà un billet qui fait plaisir à lire de bon matin !
    Bah oui, des vendeurs sans scrupules, il y en a dans tous les domaines et jouer sur les peurs (le cauchemar du 21 avril, le bug de l'an 2000, etc) a toujours été l'apanage de ceux qui n'avaient pas d'autres arguments à faire valoir pour tenter de grappiller quelques miettes. Ils me font penser à ces "assurosaures" qui vendent les contrats d'assurance-vie le pied coincé dans la porte ...

    Sérieux, le marketing de bourrin (prospection à la massue, emailing au marteau, etc), plus personne n'en veut !
    Ceux qui ne l'ont pas encore compris sont en sursit et condamnés à disparaître à plus ou moins brève échéance
    Reste qu'en attendant, ils pourrissent la vie de ceux qui font leur job..

  9. Sylvain Auteur de l’article

    @ Daniel
    J'ai quand même bien peur que cela continue encore longtemps car ils auront toujours des cibles faciles.
    La peur fonctionne, Google pratique la méthode, certains partis politiques aussi, et bien des vendeurs aussi, ceux qui coincent leur pied dans la porte...

  10. Michel Moutet

    J'ai rentré l'url de cette page dans le test de compatibilité de gogole : marrant !...

  11. Sylvain Auteur de l’article

    @ Michel

    Tiens, je ne sais pas ce que tu as eu comme résultat, mais j'en profite pour rebondir sur ton commentaire.

    Si une page de votre site ne passe pas le test, attendez un peu et refaite le car l'outil cafouille assez souvent. Parfois Google annonce même sa propre API dans les ressources bloquées. Bref, ce n'est pas parfait.
    Si vous voulez pousser plus loin, allez faire le test sur webmaster tool, GG vous indiquera en détail ce qui ne lui convient pas. Mais la aussi, c'est perfectible, un coup ça passe un coup ça ne passe pas.

    A retenir globalement. Si ça passe au moins une fois, votre page est mobile friendly.

    Ci dessous exemple de deux tests fait sur la page de cet article que vous lisez..

    resultat test

  12. Sylvain

    Le commerce par la peur, y'a que ça de vrai... Les techniques de ventes s'américanisent de plus en plus : mass mailing, call centers, rabaisser le concurrent plutôt que valoriser son propre produit... Tout ceci est tellement facile. Et tellement triste.
    On a eu le droit au même mouvement avec le SSL il y a peu. Le problème c'est que tous ces marchands de tapis créent une défiance générale des clients/prospects non-initiés envers les métiers/prestations du Web. Et finalement, c'est toujours le meilleur commercial qui emporte la mise, indépendamment de la qualité de la prestation fournie.

  13. Kevin

    Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant, ça fait un bout de temps que je consulte votre blog/site. Par contre, a ton une idée de l'importance du mobile dans algorithme de Google ? Plus important que le netlinking ?

  14. Sylvain Auteur de l’article

    @ Kevin
    Comme tu as pu le lire dans l'article, la date que Google annonce pour la prise en compte de ce paramètre est le 21 avril. A ce jour donc, ni moi ni personne n'est capable de répondre précisément à ta première question.

    Pour ta 2ème question concernant le netlinking ou le mobile, il faut comprendre que ce sont deux choses qui se mêlent entre elles. Le fait d'avoir un site compatible mobile va très certainement permettre d'améliorer ses positions ou sa visibilité lorsque l'internaute fera une recherche à partir d'un téléphone ou d'une tablette.
    Ceci n'aura aucun impact si la recherche est faite à partir d'un ordinateur.

    En revanche, le netlinking agira quel que soit le support utilisé.
    Imaginons une requête faite sur un smartphone pour laquelle les 10 résultats de la première page sont des sites compatibles mobile. Le netlinking, tout comme d'autres leviers (contenu, etc.) resteront des moyens de les départager et de les classer.

  15. Christophe

    C'est vrai que les emails d'alerte donnent parfois des sueurs froides à nos clients et que le commercial de l'agence web d'à côté saura insinuer le doute... Ceci dit, ou est l'enjeu ?
    Pour le moteur c'est d'avoir des sites plus léger (baisse du budget crawl) et des mobinautes plus contents (parce que les sites sont lisibles sur mobile).
    Pour le propriétaire du site web, c'est d'avoir des internautes contents de pouvoir lire confortablement son site web.
    Pour l'internaute, c'est d'arriver à lire le site avec ses outils (ordi de bureau, tablette ou téléphone).
    Il faut donc regarder les stats et arbitrer : pas ou peu de visites depuis un mobile, cible b2b, produits/services nécessitant réflexion avant achat ou contact ? l'ancien site peut encore durer jusqu'à la prochaine refonte...
    Au contraire fort trafic mobile et mauvaises performances recensées depuis les stats (comportement des mobinautes à la traîne par rapport au comportement des internautes), cible jeune, tourisme, consommation de contenu léger ? il est peut-être urgent de passer sur du responsive...
    Les 2 exemples sont forcés mais l'idée est là : à adapter au cas par cas.

  16. CHAB

    Bien dit en effet, et des "web-agency" (ou pseudo) non scrupuleuses ça ne manque pas ! J'ai un client qui en a ait les frais il y a quelques mois... Il est revenu en courant... 🙂 Très bon article (qui peut être relayé, ce que je vais faire...). Bonne journée.

  17. aem

    Ceux qui se posent seulement la question aujourd'hui sont déjà en retard la !

    L'aspect terminal mobile est d'ailleurs trop oublié … mais c'est compréhensible !

    Quand on voit le cout d'un site de VPC comme les commandes en lignes (supermarché), les technologies et terminaux évoluent trop rapidement …

    De fait les applicatifs sont trop souvent buggés ce qui est un frein à l’adoption et la consommation (donc CA) pour le fournisseur !

    L'équilibre est difficile !

    Sebastien

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *