Visibilité sur le web, s'adapter ou mourir

Depuis quelques années et plus particulièrement depuis de récentes annonces de Google concernant la prise en compte de l'influence des réseaux sociaux, le SEM évolue.

evolution, adaptation ?

La visibilité d'une entreprise sur le web ne sera un jour quasiment plus permise aux bidouilleurs de balises, aux avares du contenu, aux coincés de l'échange. Elle sera aussi de plus en plus difficile pour les plus petits.

La vraie vie

Dans le monde réel, une entreprise a ses bureaux (+ ateliers, entrepôts, usine et autres pour certaines). Elle communique au travers d'outils divers (plaquette, presse). Elle prêche la bonne parole grâce à son réseau (commerciaux, techniciens, distributeurs). Elle affirme sa présence sur des salons, expos, conférences...

Le web

Sur le web, la réussite d'une entreprise passe par les mêmes moyens transposés au digital. Mais aujourd'hui, le constat que l'on peut faire est qu'une bonne partie d'entre eux ne sont pas mis en oeuvre.  Si ceci a permis à certaines de s'assurer un minimum de visibilité durant les dernières années, ce sera de moins en moins le cas à l'avenir.

Pourquoi ?

Parce que la concurrence fait rage. Chaque jour au moins un site concurrent est créé dans votre activité. Parce que LE moteur apporteur de trafic en France (Google) ne propose que 10 réponses en première page. Parce que le web se professionnalise, certaines entreprises l'on pris en compte et investissent massivement. D'autres n'ont pas les moyens, et certains n'ont carrément rien compris.

La concurrence sur Internet est la même dans le monde réel.

Gobalement, le web reste un média moins couteux que les vecteurs de communication de la vraie vie. Mais moins couteux ne veut pas dire que l'on y réussit sans moyens.

Lorsqu'une entreprise investit en communication (au sens large) dans la vraie vie, les coûts sont loin d'être négligeables (presse, vendeurs, salons, flyers, etc.).  Le souci, c'est qu'en considérant le web au même titre que l'un de ces vecteurs, elle fait sans doute une petite erreur.

On peut en effet considérer que le site web n'est qu'une transposition qui aura elle aussi besoin de ses propres leviers. Ces leviers sont très variés (SEO, SEA, SMO, contenus additionnels, etc.) Et ces leviers nécessitent eux aussi des moyens.

Quels peuvent être les moyens ?

Apporter de la visibilité web à une entreprise ne peut pas se limiter à créer des backlinks. Évidemment, ceux-ci sont très importants, mais les moyens pour les obtenir se doivent de devenir plus diversifiés pour faire face à la concurrence croissante (et aux dictats de Google).

Si de nombreux référenceurs rigolent sous cape en écoutant les déclarations de Matt Cutts (ils n'ont pas toujours tord), celui-ci conseille pourtant une stratégie efficace depuis longtemps : « Créez de la valeur ». Cela paraît basique, old school marketing, mais certaines vieilles recettes font encore largement leurs preuves.

Créer des « choses » pour exister.

Créer de la valeur, ça veut dire quoi ?
Ça veut dire, créer des choses intéressantes pour vos visiteurs.
Créer des choses pour être visible !

Créer des choses pour être lu, vu, partagé, youtubé, twitté, facebooké, blogué, commenté...

Facile à dire, mais je créé quoi moi dans mon business à la c-n ?

Bien sûr, il semble plus facile de créer un truc sympa lorsque l'on est une agence de pub plutôt qu'un installateur de stores. Mais avec un peu d'imagination, de réelle volonté, et d'altruisme, n'importe quelle entreprise est capable de créer (ou faire réaliser) des choses qui seront partagées et renforceront sa visibilité digitale.

Quelques idées en vrac : Une infographie sur l'évolution de votre métier depuis ses débuts. Un guide complet qui aide le consommateur à choisir. Une série d'articles détaillant un sujet pas à pas. Des fonds d'écran. Le fameux « cequevousvoulez » pour les nuls, sous la forme que vous voudrez. Un calendrier original (sexy ou autre). Un concours bien ciblé, etc.

Il y a mille autres idées à avoir, le tout, c'est de créer quelque chose d'utile ou d'amusant à partager.

Une fois ma / mes choses créées, je communique.

Et oui,  il ne suffit pas de faire de belles choses pour qu'elles soient connues. Diverses solutions existent pour faire partager ses créations.

On peut par exemple exploiter le pouvoir des réseaux sociaux.  Pour peu que votre compte Twitter possède de nombreux Followers, que votre page Facebook ait de nombreux fans,  ce sera un bon moyen de « lancer » votre création.

Quelques articles en guest blogging  vous permettront peut-être de multiplier les canaux de diffusion et donc de glaner des retweet et compagnie.

Un travail SEO assez traditionnel comme la diffusion de communiqués, une présence sur de gros digglike,  pourront aussi booster la diffusion de votre création.

Adwords peut aussi être un moyen de donner de la visibilité à votre réalisation.

En résumé, traitez votre création comme si vous lanciez un nouveau produit. Donnez-lui les moyens de devenir célèbre et partagée.

Pas facile de mettre tout cela en oeuvre.

En effet, ce n'est pas toujours facile, cela nécessite quelques compétences ou le budget pour mettre ces idées en place. Mais on en revient au titre de cet article.

On se rend compte en effet que dans tous les domaines d'activité professionnelle, les acteurs qui progressent et raflent le business à leurs concurrents mettent ces actions en pratique. La visibilité web va donc devenir de plus en plus problématique pour tous les petits acteurs ou ceux qui n'auront pas vu que ce canal pouvait être une source de business à prendre en compte sérieusement.

En revanche, se lancer n'importe comment dans l'utilisation d'outils (blog, Twitter, facebook, etc.) sans les maitriser ne rapporte rien ou fait perdre du temps.

Bref, pour jouer chez les grands, il faudra le faire sérieusement.

Articles connexes pour bousculer quelques idées reçues.

http://oseox.fr/blog/index.php/933-referenceur-trader

http://www.wexperience.fr/et-les-seniors

http://www.oezratty.net/wordpress/2011/impact-economique-internet-en-france/

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

45 réflexions au sujet de « Visibilité sur le web, s'adapter ou mourir »

  1. Jojo

    Tres bon article! Par contre parmis ces differentes actions marketing web, certaines prennent beaucoup plus de temps que d'autre...
    un bon duo rapide et immediat en resultat :
    le lancement d'un jeu concours double d'une campagne adwords pour promouvoir l'operation...
    traffic, promotion de produit ou marque et des ventes si l'internaute en plus de ca arrive sur une page operation prix coutant!
    a bon entendeur...

  2. Entreprise Numérique

    A retenir votre excellente formule quant à la valeur ajoutée pour la visibilité d'une entreprise dans le monde numérique où nous sommes :
    "Créer de la valeur, ça veut dire quoi ?
    Ça veut dire, créer des choses intéressantes pour vos visiteurs.
    Créer des choses pour être visible !
    Créer des choses pour être lu, vu, partagé, youtubé, twitté, facebooké, blogué, commenté…"

    Beaucoup trop d'entreprises restent encore timides, frileuses, devant la dimension marketing des "réseaux sociaux". Même si notre "sondage" sur le "geste numérique" (http://www.entreprises-et-cultures-numeriques.org/j-aime-le-geste-numerique-en-questions/ )indique que plus de 50% pensent en effet que c'est un reflet de notoriété pour une marque. Mais quand on vient sur un site qui parle "d'entreprise numérique" on est sans doute déjà sensibilisé. Alors dans "la vraie vie" il n'est pas sûr que le résultat soit identique.

    Comme vous, nous y travaillons !

  3. Lionel

    Bonjour Sylvain,

    Billet très pertinent ! J'ai beaucoup aimé cette phrase :

    "La visibilité d’une entreprise sur le web ne sera un jour quasiment plus permise aux bidouilleurs de balises, aux avares du contenu, aux coincés de l’échange. Elle sera aussi de plus en plus difficile pour les plus petits".

    Elle est très juste et s'applique à chacun d'entre nous. Pour mon cas personnel, je suis bien conscient de tout ceci mais le problème c'est le temps ! Pas évident à gérer.

    amicalement

  4. Remy

    Eh oui, le web n'est pas l'eldorado qu'on vend un peu trop souvent un peu partout ^^
    Pour réussir, il faut travailler, comme ailleurs, ou se faire aider par de vrais professionnels.

  5. Marc

    Donc, si l'on doit multiplier les supports et les actions, on se rapproche furieusement de la vraie vie et le web n'est plus ou ne sera plus à court terme une exception.
    Et si l'on rajoute du temps passé à produire des contenus en interne et des budgets pour mettre en place et faire vivre tous ces supports, le ticket d'entrée annuel se monte à combien pour une visibilité sympathique ?

  6. Raph

    Salut Sylvain,
    titre violent mais au combien réel.
    La stratégie de visibilité sur le net est un peu la même chose que lorsque tu veux lancer ta société.
    Si tu n'as pas réfléchi avant,monté un business plan, fait une étude de marché tu prends de gros risques ,à savoir couler dans les 3 ans à venir.
    La visibilité sur le net, via les différents canaux qu son twitter, youtube, facebook et autres est la même chose.
    Se lancer dedans sans stratégie, juste par ce que les autres le font, ou on m'a dit de le faire a de très grande chance d'être voué à l'échec.

    Certes y aller au pif peut fonctionner mais n'est certainement pas pérenne.

    En référencement et visibilité tout action doit être mûrement réfléchie, surtout si on pense ROI.

  7. actupro

    On a basculé du SEO au marketing. En fait les 2 métiers sont très liés. Le référenceur transcrit sur le net les idées marketing.
    Pour reprendre l'exemple du poseur de store et par extension des artisans, ils sont peu nombreux à vouloir investir dans une stratégie web. Beaucoup de mes contacts et prospects artisans ont tellement de travail qu'ils ne voient pas l'intérêt d'un site internet.

  8. Jean-Baptiste

    Dixon Jones tenait le même discours il y a quelques semaines au SEO Campus : Il prenait l'exemple de XE converter qui s'est imposé comme numéro incontestable pour les taux de change dans les SERP. Pourtant, malgré cette domination toujours d'actualité, la fréquentation du site s'essouffle car il n'a pas su anticiper d'autres modes de consommation de l'information.

  9. alain

    Il y a dix ans il était nécessaire et urgent d'être enfin sur le net pour les entreprises qui n'y étaient pas encore. En 2010 tout business qui se respecte en France avait un site parce que : il faut avoir un site, on m'a dit qu'il faut que j'ai un site...etc...etc...
    Jusque là avoir un site bien fait permettait de sortir son épingle du jeu.
    Depuis quelques années pourtant pour se différencier, pour exister, il faut faire vivre son site et cela passe par le web-marketing, le contenu hors du site majeur (blog d'entreprise, FB,...)
    J'ai eu une discussion il y a peu avec un directeur de "web agency", à qui j'ai du faire comprendre l'utilité d'un blog! je lui ai même fait un article tout simple pour qu'il comprenne la mine d'or qu'il a avec son répertoire de clients pour qui ils ont fait des sites web...
    Beaucoup vont se réveiller trop tard...

  10. LaurentCW

    Il apparait clairement que parmi nos clients, la porte la plus blindée en termes de visibilité est celle du BtoC car au niveau du BtoB, le désintérêt est réel. Et même avec un chiffre d'affaires annuel de plus de 10M€, un grand nombre de PME n'envisage pas de "s'investir" sur le web.

    Deux grandes tendances expliquent ce manque d'investissement de la part du B2B :
    (1) le service commercial n'a pas les ressources humaines nécessaires pour gérer les demandes de contact entrantes. De fait, ils freinent leur direction dans la quête du saint site générateur de business. Et certains commerciaux s'inquiètent même de perdre des commissions si l'attribution des contacts était géré par une gestion "automatisée".
    (2) la rédaction, l'animation des contenus, la vie du site... personne en interne n'est souvent capable de prendre la plume par manque de maitrise des différents métiers ou savoir-faire de l'entreprise. Et se rapprocher du service commercial et de la production peut effrayer certains dirigeants pour qui, l'utilisation de ses intervenants peut ralentir les objectifs de production quotidiens.

    L'éducation du marché BtoB doit donc se faire quotidiennement, avec des exemples concrets de réussite. Il est alors possible d'instaurer un véritable climat de confiance sur les actions à mettre en place tant au niveau du SEO, qu'au niveau du webmarketing (SMO, SMA...). Et si vous ajouter une bonne dose "à la performance", cela rassure énormément votre interlocuteur.

  11. Sylvain

    Bonjour,

    Cet article complète l'analyse que vous aviez effectué il y a quelques mois sur le travail de la notoriété et le fait de réduire la dépendance à Google.

    Tout n'est évidemment pas applicables pour tous types d'entreprises, mais dans certains cas il peut même être plus intéressant de communiquer sur son site hors du web. Je travaille par exemple dans un commerce dont le site a été créé au mois de novembre 2010. Le simple fait de communiquer oralement vers les clients (avec bien sûr un flyer glissé dans le sac plastique pour ne pas oublier d'aller y rendre visite une fois chez soi) sur le site a amené de nombreuses visites, et surtout une entrée non négligeable de chiffre d'affaires, sans parler du bouche à oreilles qui s'est assez vite développé.

    Bien sûr, d'autres canaux ont été utilisés, dont le web, et on ne peut pas attribuer ce succès (relatif) uniquement à un seul mode de communication, mais c'est toujours bien de diversifier les origines de trafic,et par la même occasion de faire accroître sa notoriété.

  12. Aurélie

    Sylvain,
    Face aux changements de google et au risque de se retrouver victime d'un changement d'algorithme (on sait qu'il y a toujours des victimes collatérales et Panda n'échappera pas à cette règle, certains qui n'ont rien cru faire d'illégal selon google tomberont)
    Face à la concurrence sur de nombreux termes
    Est-ce que la vérité ne se situe pas dans la création de plusieurs sites qui présentent le même produit mais avec des approches différentes, qui se crée une une forme de concurrence en n'utilisant pas de la même manière les médias sociaux et le reste ?
    Aurélie

  13. Sylvain Auteur de l’article

    @ Marc,

    Il est difficile de déterminer un coût moyen.
    Je crois que chaque cas est particulier. Si je prends par exemple ce blog, il me "coûte" environ 4 heures par semaine en moyenne et se révèle un très bon outil de communication. Cette communication a permit d'accroitre la notoriété de l'agence de manière incroyable. Le résultat, c'est clairement du CA supplémentaire.

    Dans d'autres cas l'environnement et l'activité très différente nécessiteront sans doute d'autres outils.

    @ Aurélie
    Certains adoptent en effet cette stratégie (je connais des cas réussis en e-commerce). Reste qu'elle est coûteuse car il faut alors travailler la visibilité de plusieurs sites.

  14. Maxime

    Article très juste. "D'autres n'ont rien compris", je dirais même beaucoup, malheureusement. Ça se voit rien qu'au demande de devis. Les clients veulent un site internet comme ça, avec ça ça et ça comme fonctionnalités. Bizarrement c'est exactement ce qu'à le concurrent. Et quand on leur répond avec une proposition 360°, totalement différente et qui va bien plus loin, certains se crispent d'autres s'émerveillent. Mais en tout cas ça dénote d'une certaine incompréhension du web. Ce qui n'est pas forcément de leur faute, un cadre de 40ans qui fait son métier depuis 20ans avec passion ne connaît pas forcément tout ce qui se réalise sur internet. Mais aujourd'hui la curiosité n'est certainement pas un défaut, il faut être en veille permanence pour pouvoir s'adapter.

    En étant créatifs et à l'écoute, pas besoin d'investir des milles et des cents pour avoir des résultats plus que convenables 😉

  15. jean-luc

    C'est sûrement une bonne chose : certains sites vont prendre de la valeur !
    Actuellement des sociétés qui se lancent proposent des sommes dérisoires pour des sites classés en première page d'une requête, ils vont s'appercevoir qu'un site bien référencé et a la bonne notoriété, a une grande valeur.
    Nous ne sommes pas encore au pic de concurrence dans google... et effectivement tous les systèmes, réseaux sociaux et autres, sont à jouer... le ticket d'entrée va coûter de plus en plus cher

    jean-luc

  16. Alexandre

    Effectivement, si bien des entreprises savent créer de la valeur sur le terrain, c'est souvent loin d'être le cas sur le web...Ils préfèrent se contenter de créer un site web à leur image et attendre que la mousse monte...

    Le plus grand problème est souvent qu'ils n'ont personne en interne pour gérer cette visibilité naturelle (facebook, twitter, etc..) Bref, seo, e-marketing, community manager, même combat !

  17. Vincent

    "La visibilité d’une entreprise sur le web ne sera un jour quasiment plus permise aux bidouilleurs de balises, aux avares du contenu, aux coincés de l’échange."

    Alleluia

    J'espère que tu as raison sur ce point. Trop de référenceurs ont pris la grosse tête car ils se sont retrouvés premier en cachant du texte et en inscrivant le site dans 15 annuaires.
    Le changement est nécessaire

  18. Maxime

    Avec le temps, les gens vont probablement finir par se rendre compte que le référencement, c'est un métier. C'est pas juste "je soumet mon site a google et comme j'ai mon mot clé dans l'url, je vais être premier".
    Enfin on l'espère !

    Ceci dit, en informatique, j'ai souvent vu des petits chefs se dire "votre site de crm là, je pourrais le faire moi même, je connais acces, mais j'ai pas le temps là"..

    Enfin bon, continue comme ça 🙂

  19. easynetwork

    Votre témoignage est important. C’est la raison pour laquelle je vais le retwitter. Les entreprises se réveillent comprenant que chaque salarié peut devenir un ambassadeur de sa marque. Mais cela nécessite une prise de conscience de la valeur et l’apport de ces nouveaux outils.

    Les entreprises doivent comprendre que les espaces sociaux ne sont pas une martingale mais bien la prolongation et le complément d’une bonne communication classique. La mise en œuvre d’une communication digitale passe de prime abord par une formation sur l’usage de ces réseaux sociaux d’entreprise, de leur capacité mais aussi de leurs limites. Ensuite il convient de mettre en place une charte interne innovante à l’entreprise puis de communiquer sur ce changement.

    L’utilisation des réseaux sociaux par l’entreprise avec l’appui de la Direction Générale valorise la PME ou le groupe auprès de la génération Y cherchant à se positionner. Une société positionnée à Argenteuil deviendra plus sexy que son corolaire situé dans le triangle d’or avec une politique restrictive sur le social média.

    Le manque de compréhension des DRH et DirCom provient naturellement d’un manque de compréhension de ces nouveaux outils. Investir les réseaux sociaux professionnels permet de créer de la valeur mais surtout de communiquer et faire témoigner ses clients, les salariés, les prospects, améliorer sa visibilité, transmettre ses bonnes nouvelles, réduire son turn-over, augmenter son chiffre d’affaire en BtoB et donner un relais de croissance à moindre coût.

    Mais vous l’avez compris, ce nouvel eldorado se professionnalise, ce travail nécessite de s’y investir ou de confier cette mission à une agence de communication digitale ou tout simplement d’embaucher un community manager lorsque beaucoup d’entreprises en sont encore à confier cette stratégie à un jeune stagiaire ou à un salarié déjà en poste et très occupé. Pour créer de la valeur, il faudra préalablement comprendre l’importance de mettre en place une communication interne fluide et moins pyramidale avec des ponts vers l’extérieur au travers de ces nouveaux réseaux sociaux professionnels.

    Louis-Serge Real del Sarte, Responsable de la communication WEB et community manager de l’European Business School (EBS), fondateur d’easynetwork et consultant en Réseaux Sociaux d’Entreprise

  20. Dom

    Panda nous fera t-il du bien ou du mal? Si cela va sans doute nous mettre un petit coup aux habitudes, et qu'il faudra inévitablement prendre le pli pour éviter de prendre des coups de pattes.. je me dis que cela ne pourra que faire du bien à la toile, la notre, celle que nous veillons à garnir, insuffler, maîtriser...

    Depuis plusieurs mois je me disais que Google et ses algorithmes faisaient plus de mal que de bien à Internet. ça et là, de plus en plus on voit se multiplier les contenus pourris, ayant pour seul objectif d'héberger quelques mots clés ou liens, mais surement pas celui d'informer le lecteur et d'enrichir sa culture.

    Je me suis souvent fais la réflexion de la part de responsabilité de Google, à faire d'internet une poubelle... Panda, c'est peut être le début d'une nouvelle ère, et franchement, espérons que ça élèvera le niveau. Quand à nous, ce sera l'occasion de mettre un peu de nouveauté dans notre quotidien, à toi d'écrire de nouveaux articles, et à Internet de se refaire une beauté intérieure... enfin espérons...

  21. Wilfried

    Aujourd’hui on peut encore se retrouver bien placer sur plusieurs dizaines de requêtes si on construit "bien" sa stratégie même sans y inclure de réseau social. Je crois effectivement que l'année 2011 risque de bouleverser tout cela.

    En effet, au vue de la "petite gueguerre" que se livrent les média sociaux, il ne sera pas bon d’écarter ses supports, ces vitrine, d’accès direct entre l'entreprise et le client.

    Sur le papier, je crois très fort en l'avenir de ces médias mais je pense qu'il ne sont pas encore assez attractifs pour les pros, pour être vraiment utilisés en masse.

    Ce n'est pas vraiment une page vierge que nous avons là car certains ont déjà compris leurs potentiels (et font probablement de l'argent avec), mais c'est un "ouest américain" qu'il serait intelligent de peupler;

    Au marketeur et consultant SEO de faire leur job 😉

    Wilfried

  22. Laseulemarvina

    Eh oui contrairement à ce que beaucoup pense, le métier du SEO est DEJA celui du marketeur !
    Malheureusement comme il a été signalé plus haut, les moyens sont parfois limités, les actions ont parfois des coûts bien au dessus des budgets prévus par le client...
    C'est une solution pour soi et ses propres sites, mais toute une éducation à faire pour la plupart des entreprises sur le web !

  23. Pascal camliti

    Un article intéressant prenant en compte l'évolution de notre Societe "webisée"

    Mais il est difficile de tenir face aux gros qui investissent des milliers d'euros alors que les petites PME ou TPE tentent de conserver leur commerce de proximité avant tout

    Encore la loi du plus gros ! Heureusement Google adresse est là pour nous sauver de l'hecatombe !

  24. Nicolas

    Article intéressant, qui ouvre des axes de réflexion ! En plus de la technique, cette article nous montre bien, qu'il faut maintenant travailler sur la créativité. Alors au boulot !

  25. Gaetan

    Il faut voir cette contrainte comme une opportunité.

    Si l'on a rien à apporter, autant ne rien faire. En revanche, pour pouvoir exister il faut effectivement créer de la valeur ce qui nécessite forcément d'être créatif. Cela peut devenir le moteur d'une société. Qu'est-ce qui va justifier que les internautes passent par nous? Que va t'on leur proposer de plus que les autres?

    Cette démarche est très positive!

  26. Sebastien

    "Un calendrier original (sexy ou autre)" -> Sylvain, tu es un coquin. L'ajout de la parenthèse apporte peu au débat, mais tu veux nous influencer dans cette direction, non ? ^^

    Il est vrai qu'on est en train de passer à une professionnalisation du web. Mais sans vouloir te contredire et diminuer la valeur de ton travail, ce que tu décris est un processus en cours et très très loin d'être achevé. il suffit de voir le référencement de nombreux sites de grandes entreprises.
    Donc pour l'instant, la concurrence augmente, mais reste beaucoup plus faible que dans les médias "classiques". Franchement, qui pourrait devenir un référence française (parce que c'est bien de ça qu'on parle en référencement) en Harley Davidson (exemple pris au hasard et sans volonté de faire plaisir à Sylvain) pour quelques centaines de milliers d'euros ? Pour ce genre de résultat à la télévision ou à la radio, il faudrait probablement ajouter un zéro.

    Donc d'accord avec toi pour le mouvement en cours. Mais franchement, on est au tout début de celui-ci (à mon humble avis).

  27. Davy

    Bonjour Sylvain,
    Tout d'abord, j'aimerai te féliciter pour ton blog que je viens de découvrir. je trouve particulièrement cet article très intéressant car il rejoint ce que je me tue à expliquer à ceux qui veulent créer un site internet ou même aux petites entreprises qui ont besoin d'une présence sur le web. En parcourant le web, je vois encore avec stupéfaction de nouveaux sites internet sans possibilité d'interaction avec l'internaute: commentaires, partager sur les réseaux sociaux, envoi par mail. Je ne parle pas même pas de la présence bien pensée sur les médias sociaux compte twitter, page facebook pour ne citer que ceux là. Et le cas de facebook, je vois des entreprises utiliser un profil en place et lieu d'une page. Il y'a beaucoup de travail de pédagogie à faire.

  28. Daniel Roch

    Comme le dit si bien Remy, le web n'est pas la solution ultime pour gagner de l'argent et faire croître sa société.

    En fonction du secteur d'activité, cela peut être indispensable tout comme cela peut être un simple appoint pour l'activité.

    Et dans les deux cas, il faudra travailler au corps son référencement pour maintenir et développer sa visibilité, pour éviter de disparaître au fin fond des SERPs en perdant des clients potentiels...

    De toute façon, le web n'est que la transcription de ce qui se fait dans le commerce traditionnel : il faut une belle boutique bien visible, avec une offre adéquate. 😉

  29. Alex

    Le billet est tout aussi intéressant que les commentaires : ce métier évolue constamment et au fond, c'est pour ça qu'on l'apprécie autant non ?
    C'est un fait, veille = ROI.
    Sinon sympa les "idées en vrac" : je me met sur une infographie... la dernière de Vanksen sur le championnat de france de football (sans être fan de foot) est vraiment bluffante...
    Le lien : http://www.vanksen.fr/files/2011/03/infographie1.png

  30. Agence Sabattini

    Bonjour
    J'adhère à ce billet pour ce qu'il contient en entrelignes, le référencement d'un site web n'est plus la visibilité d'un mot clé obtenu aujourd'hui trop facilement mais qui au bout du compte n'est pas rentable pour celui qui paye

    Le référencement devient un projet global et globalisant dans lequel chaque levier a son importance et sa dépendance aux autres variables du projet

    Un référencement efficace est forcement complexe c'est ce qui fait la différence entre
    1- un chef d'entreprise prêt à investir ce marché et le chef d'entreprise qui restera superficiel
    2- un référenceur proposant tenants et aboutissants et celui qui propose un positionnement sur X mots clés

  31. yvan

    En dehors du référencement "classique" (annuaires, cp), tu soulgines bien l'importance que l'on doit donner à la qualité du contenu, et de par ce biais là, acquérir des liens externes que les autres font pour nous 🙂 c'est que les réseaux sociaux ont aujourd'hui de plus en plus d'importance sur la visiblité et la stratégie de présence sur le web: se doter d'une communauté de fans sur facebook, c'est sympa, mais là aussi, la concurrence est rude...

    Yvan,

  32. Christophe

    SEOMoz vient de publier des présentations très intéressantes dont certains slides vont dans la même direction. Par ex : Il n'y a plus de place pour du bon contenu mais uniquement pour de l'excellent contenu ou bien diversifier-vous sinon vous mourrez !! 🙁

    Bref tout ca pour dire : bonne chance aux TPE ou PME qui n'ont pas beaucoup de budget. La formation pourrait certainement les aider ... à méditer. Sinon entièrement d'accord que pour certaines activités, le web n'est pas la solution unique.

  33. Christian

    dans notre cas nous sommes en train de réaliser un blog pour "former" nos utilisateurs pour réussir de beaux montages photos avec notre logiciel; on refait aussi toute la créa du site, et préparons de nombreux exemples en photos de ce que l'on peut créer. Ça bouffe quand même 2h par jour rien que pour la rédaction des futurs billets du blog... quel boulot pour être présent !!
    bien sûr, la machine à ping que permettent les blogs donne du courage !!
    tiens, je serai preneur d'un billet sur le ping en 2011, méthodes, limites, stratégie...
    possible ?

  34. Francine

    Il y a toute une éducation à faire et ce sera long.

    Je crois parce qu'il y a une grande incompréhension de Web par les décideurs en entreprise.

    Par contre, pour la nouvelle génération qui est née avec le web, ce sera plus facile.

    Je prône l'importance de la présence des entreprises dans les réseau sociaux depuis un bon moment et on me regarde souvent avec interrogation.

    Si les entreprises en connaissaient plus la valeur de communication et le pouvoir de visibilité qu'elle donne, ils ne s'en tiendraient pas seulement à leur site! C'est simple: éducation, éducation et éducation!

    Excellent article!

  35. John

    En effet cela va devenir compliqué pour les PME, le budget et l'investissement était déjà important, il va encore augmenter, google complique de plus en plus le travail du référenceur, dans le sens ou on est aussi obliger de passer de plus en plus de temps sur un site pour le positionner, aussi à cause de la concurrence qui augmente.

  36. Le juge SEO

    Tout a fait vrai mais tellemetn difficile a mettre en place ou a faire mettre en place par le client. Beaucoup de business basent encore leur communication sur des moyens/strategies "old school" ou on change la plaquette une fois tous les 5/10 ans. C'est difficile de faire rentrer un process ou il y a production de quelque chose sur un rythme plus régulier et soutenu.

    Je sirais que c'est meme encore plus difficile dans les milieux B2B et je parle meme pas du "Pétrol" ou la il leur faut une crise pour qu'ils commence a communiquer de manière moderne.

  37. axel

    Je pense qu'il faut bien réfléchir à son ROI en tant que Référenceur. Est-ce que je vais vraiment me taper 2000 BL à la main pour percer sur ces mot-clés ou plutôt tenter de trouver des businesses plus facilement positionnables?

  38. pedro

    C'est dans ce cas là qu'une équipe créative est importante !
    Un référenceur seul ne pourra pas faire grand chose si le contenu du site n'est pas de qualité

  39. evenstood

    Voici un article à visé prospect 🙂

    Intéressant toujours de bien se rappeler que le monde réel existe !!

    Et que selon moi en effet il est bien plus difficile de résister dans le monde réel que dans le virtuel...Surtout au niveau des prix...Rien qu'un pas de porte coûte sur Angers 1500-2000€/mois dans une rue peu visité...Avec un budget pareil en SEO mensuel, il y a déjà de très belle chose à faire en perspective...

  40. Julien

    A mon avis, les seuls qui pourront s'en sortir d'ici quelques temps seront les BH SEO, ou ceux qui tendent vers le "Grey"...

    En effet, c'est comme rivaliser contre des joueurs qui sont tous doper alors que nous même on est clean...

  41. Laurent

    Le plus difficile, c'est pour les entreprises qui jouent sur les deux tableaux, et dont le premier métier n'est pas le web. Dans la 'vraie vie', dans notre cœur de métier, il y a déjà une montagne de choses à connaître pour se démarquer d'une concurrence qui ne lutte pas à armes égales, alors quand il faut essayer d'exister sur le web...les journées ne font que 24 heures.
    Merci pour vos articles instructifs et plein de bon sens.

  42. chirpaz sébastien

    Le web va connaitre dans les prochaines années un accroissement rapide de la pression concurrentielle. On peut même dire une hypercompétitivité. Les mécanismes de compétitivité connus et expérimentés dans "la vraie vie" vont s'en trouver démultiplier par le biais de la dématérialisation : cycle de vie de produits et marque plus court, érosion des prix plus rapide, augmentation des tarifs publicitaires et des couts d'acquisitions plus rapides... il est clair que là où le web était encore il y a quelques années une alternative pour les petits, il ne le restera pas...A moins d'une nouvelle innovation de rupture.... cf web 2.0, CF Facebook....

  43. Imprimerie en ligne

    Eh oui, internet n'est pas aussi beau et rose que ce que l'on entends.... Le travail, la patience et la rigueur sont les clés de la réussite...

  44. Sitenco

    "Facile à dire, mais je créé quoi moi dans mon business à la c-n ?"

    En lisant ce paragraphe je me suis décider à faire faire le montage d'une vidéo humoristique pour diffuser sur youtube, réseaux sociaux etc. Investissement environ 1500€, en espérant que le ROI soit présent 🙂

    Une fois celle ci réalisé je la transmettrais a sylvain, on ne sais jamais: D

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *