Y a t-il encore de la place sur Google ?

Y a t-il encore de la place sur Google pour les nouveaux arrivants.

Depuis maintenant 12 ans que je m'intéresse au référencement, j'ai pu constater une belle évolution dans le paysage des moteurs de recherche, et une sacrée évolution du travail à fournir pour faire son trou sur la première page de Google.

Sur les 4 ou 5 dernières années, mon discours a beaucoup changé lorsque je m'entretiens avec un client qui souhaite mettre en place un site et le rendre réellement visible sur Google. Je sais que le chemin sera long.

Pour être honnête, il y a 10 ans, c'était encore la fête.

  • Alta vista et Yahoo étaient tellement simples à spammer,
  • Google n'avait pas encore la part de marché qu'il détient actuellement et n'était pas incontournable.
  • Le nombre de personnes ayant des connaissances SEO était relativement limité.
  • Les techniques à mettre en oeuvre étaient simplettes
  • On pouvait jouer les apprentis black hat facilement.
  • La complexité de l'algorithme de Google n'avait rien à voir avec celle d'aujourd'hui.

Mais le monde change

Aujourd'hui, en France, Google est devenu un acteur dont personne ne peut plus se passer. Avec 90% de la recherche francophone, en être exclu revient à devenir invisible sur la toile.

Même en SEM, Adwords représente aujourd'hui un passage quasi obligatoire. La domination de la firme de Mountain View est insolente.

Quid d'un nouvel arrivant ? Comment se faire son trou dans les SERPs ?

La bonne nouvelle, c'est tout de même que celui qui s'y prend aujourd'hui aura toujours de l'avance sur celui qui se posera la question dans 5 ans.

La mauvaise, c'est qu'il faut d'ores et déjà passer beaucoup plus de temps sur le référencement d'un site aujourd'hui qu'il y a quelques années. Les raisons sont multiples :

  • Le nombre de concurrents croit chaque jour.
  • Apparaître sur une requête très concurrentielle est de plus en plus long sur Google.
  • Google prend en partie en compte l'ancienneté et l'historique d'un site dans son classement.
  • Les critères de positionnement sont de plus en plus nombreux.
  • Les leviers d'action sont eux aussi plus nombreux, ce qui dilue leur efficacité.
  • Cette diversité de leviers d'actions demande bien plus de temps et d'implication (twitter, blog connexe, etc.)

En gros, aujourd'hui, il faut faire quoi ?

Prendre son mal en patience.
Pour un nouveau site, les résultats sur des requêtes concurrentielles peuvent mettre beaucoup, mais vraiment beaucoup de temps à venir. Mieux vaut y être préparé psychologiquement.

S'impliquer.
Un référenceur ne peut pas tout faire pour vous. La création de contenus, la gestion d'un compte Twitter, l'animation d'une page Facebook, etc. prennent beaucoup de temps. À moins que vous n'ayez un budget très conséquent, il faudra le faire vous même.

Faire de la veille et s'en servir.
Avec qui vos concurrents échangent-ils des liens ?  Quel nouveau blog traite de votre sujet ? Vous pourriez peut-être spammer commenter, échanger des articles ? La chasse à la notoriété et au backlink doit être pour vous un sport quotidien. Le contenu seul n'est pas très utile, c'est un socle indispensable, mais il doit recevoir des liens.

Ne pas taper uniquement dans le dur.
Si certaines requêtes vous sont inaccessibles pour le moment, visez la longue traine.

Diversifier ses sources d'acquisition de trafic.
Il est important de ne pas tout miser sur une unique source de trafic. Une chute de position aurait alors des effets dramatiques. Ne vous contentez donc pas de Google. Développez votre notoriété par d'autres biais. On ne sait pas ce que Google peut nous réserver.

Produire du contenu chez soi.
Écrire, écrire et encore écrire. Produire du contenu sur son site, c'est se donner des chances supplémentaires d'être accessible par de nouvelles requêtes. C'est aussi une chance d'être cité et d'obtenir des backlinks (plus facile pour un blog)

Écrire aussi chez les autres.
Lorsque l'on a du temps, rédiger des contenus originaux qui seront diffusés sur d'autres blogs (en intégrant au moins un petit BL vers son site)  est une manière efficace de faire parler de soi et de développer sa notoriété.

Je fais tout cela depuis 6 mois et je décolle à peine.

Pff ! 6 mois. Si j'étais méchant, je dirais « heureusement ». Soyez lucides, vos concurrents le font depuis combien de temps ? Combien ont-ils de backlinks ? Combien ont-ils de pages ?

Somme toute, il est sans doute un peu normal de ne pas arriver à les détrôner en quelques mois, non ? D'ailleurs, votre site est-il réellement meilleur que les leurs ? Pourquoi ferais-je un lien vers votre site ? Pourquoi en dirais-je du bien, plutôt que des leurs ?

Mais alors, je fais quoi ?

Si vous êtes très pressés, achetez de l'Adwords. C'est coûteux,  mais ça décolle de suite. En revanche, ne mollissez pas pour autant sur toutes les actions évoquées ci-dessus, sinon, ceux qui le font finiront par y arriver, et vous, vous resterez à la traine. Vous serez donc contraint de verser votre dîme tous les mois à Google.

Bien sûr, cette dîme peut être très utile et même profitable, mais il est sans doute plus judicieux de ne pas dépendre à vie de cette unique source de trafic. C'est dangereux.

Plus qu'hier et moins que demain

C'est la phrase à retenir lorsque l'on parle de la difficulté à positionner son site Internet sur Google. Chaque jour, vos concurrents creusent leur trou, chaque jour ils marquent des points pour passer devant vous, ou bien y rester. Chaque jour, ils mènent des actions, ils travaillent, ils investissent.

Le web n'est qu'une réplique de la vraie vie. Si votre site est un baraquement implanté en Patagonie, il ne vous aura pas couté cher, mais n'espérez pas un jour en tirer les mêmes revenus que celui qui se situe au beau milieu d'un centre commercial.

En revanche, dîtes-vous que la logique est la même que dans l'immobilier. S'il y a des fluctuations, les bons emplacements ont tous pris de la valeur au fil des années. Ceux qui ont construit dessus ont déjà tiré les fruits de cette inflation.

Si  vous construisez maintenant, vous prendrez les devants sur les futurs investisseurs, et ferez partie de ceux qui en tirent des revenus très profitables à l'avenir.

En résumé

Bien évidemment, il reste de la place pour les nouveaux arrivants sur Google. Mais les places disponibles doivent maintenant se gagner en éjectant d'autres acteurs.
La première page n'affiche toujours que 10 places par défaut. Le coût d'acquisition de ces 10 places est plus élevé qu'il n'était par le passé, mais beaucoup moins qu'il ne le sera à l'avenir.

Faites votre trou maintenant !

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

70 réflexions au sujet de « Y a t-il encore de la place sur Google ? »

  1. Arnaud

    Excellent article Sylvain. Comme tu le dis très bien il faut s'armer de patience pour pouvoir ce faire un place dans les serps. Pour rappel le référencement c'est avant tout du travail. La domination des serps par google casse un peu le web mais il faut avouer qu'aucun autre moteur n'est capable de renvoyer des resultats aussi pertinant que ce moteur.

  2. Christophe

    Internet est encore un média jeune. Il se peut que Google (et toutes ses "bonnes pratiques" qu'il induit niveau SEO) perde en influence et qu'un ou plusieurs outsiders prennent sa place. Sans parler des nouvelles sources d'acquisition de trafic. Qui aurait pu prédire le succès de Facebook il y a seulement quelques années ?

    Plus Internet, et le web en particulier, va gagner en maturité et plus il sera complexe d'acquérir du trafic pour les nouveaux arrivants.

    Dans quelques années, vous verrez, tout le monde dira "ah en 2010 c'était si simple. Il suffisait d'optimiser son site pour Google et c'était le jackpot assuré" 😉

  3. C.BENOIT [Agence de référencement Tyseo]

    Les clients sont eux aussi plus lucides par rapport au référencement. Coup sur coup, deux projets sur lequel nous sommes intervenus étaient menés par des clients connaissant très bien l'impact que peut avoir une bonne place sur leur activité en ligne et ont néanmoins décidé de :
    1 - avoir un site seo-friendly et commencer une prestation de référencement avec un objectif long terme.
    2 - développer le trafic de leurs nouveaux sites via le off-line principalement et de viser les requêtes de niche/local. Exit donc pour l'instant les requêtes phares.

  4. Sebastien

    Il serait bien que ce genre de discours sois compris par plus de gens... Et en particulier par mes fournisseurs ! ^^
    Pour ce qui est de l'avenir, j'espère que Google ne sera plus seul et donc qu'il y aura d'autres types de questions à se poser (quel moteur de recherche en priorité, etc.) et donc plus de place. Mais pour l'instant, ça me parait mal parti.

  5. LaurentB

    Tiens pas plus tard que la semaine dernière, je monte une stratégie avec un client immo.
    En effectuant ma faisabilité sur les requêtes visées (à l'aide de allintitle:), je m'aperçois que finalement la concurrence est totalement absente. Pour ce qu'on vise en tout cas.
    Donc, oui il y a plus de monde, mais ce n'est pas vrai au sens SEO.
    Pourquoi allintitle: ? Parce que si les gonzes n'ont pas pris soin de mettre les mots clés dans Title, ils ne sont pas considérés comme concurrentiels.
    Mon billet sur allintitle et son compère allinanchor
    http://www.laurentbourrelly.com/blog/551.php

  6. eric

    Salut Sylvain
    🙂
    article de fond bien argumenté, cela était très facile en 2000, cela l'est beaucoup moins en 2010
    et que dire de 2015
    ou la concurrence sera beaucoup plus dur encore
    il y a quelque chose que tu n'as pas abordé dans ton article.
    c'est que Google est depuis pas mal de temps en train de faire du contenu, avec les vidéos par exemple

    il est aussi en train de scanner tous les livres de la planète, et ce n'est pas pour rien,
    il s'est mis depuis la semaine dernière au comparateur de prix
    il se murmure qu'il voudrait racheter Opodo "réservation de vol aérien"
    la liste est longue
    il est maintenant dans le mobile,
    il est dans le téléphone fixe aux USA sur Gmail

    en fait le vrai but de google, c'est que l'internaute reste chez lui

    et je ne parle de google news, et tous les problèmes que cela engendre avec les journaux en ligne

    un excellent exemple de cela,

    il y a quelques années, si vous cherchiez la hauteur de la tour Eiffel, on allait sur ggogle, on tapait hauteur tour Eiffel
    puis on allait sur le premier site dans les réponses google, on avait la réponse

    essayez maintenant, vous avez la réponse directement dans Google, même plus la peine d'aller sur un site
    vous restez chez Google

    voici vraiment ce que veut Google, c'est que l'internaute reste sur les sites Google

    et ça c'est inquiétant
    🙂
    Eric

  7. Raph

    Salut Sylvain, ton billet colle pile poil avec mon actualité.
    C'est typiquement le genre de billet non révolutionnaire mais qui fait drôlement du bien pour certains.
    L'exemple d'un prospect qui me contact pour une presta de ref nat.
    Je lui explique toute la procédure, lui donne quelques billes pour qu'il comprenne d'où vient le problème et ce qu'il devra faire.
    Sa réponse, "je préfère encore attendre un an ou deux pour voir si cela s'arrange".
    C'était une niche assez concurrentielle, et il a été surpris quand je lui ai dit que oui c'était possible d se positionner de façon correcte sur son marché, mais que cela ne se ferait pas du jour au lendemain.
    Encore un qui représentait le référencement naturel comme interrupteur. Bref on se heurte encore souvent a une méconnaissance du métier, de ses composantes et de ses contraintes, mais aussi à l'impatience du client qui veut tout tout de suite et pour pas cher bien entendu.

  8. Anewa

    Très bon article mais moi je n'ai pas beaucoup de patience alors en attendant que Google m'envoie suffisamment de trafic, j'ai trouvé quelques alternatives avec Facebook qui est vraiment une grosse machine en matière de trafic virale.

    Vivement dimanche prochain pour un nouvel article, bonne semaine à tous.

  9. Christophe

    @Raph J'ai eu aussi ce genre de client dernièrement. Pour la création de son site web il n'a pas voulu d'une prestation de référencement complémentaire. Juste la réalisation de son site à peine optimisé inpage (pas d'étude de mots clés par exemple). Une semaine après la mise en ligne de son site le client m'appelle : "je comprends pas, quand je tape le nom de ma société je suis en deuxième page de Google. Faudrait lui dire de me mettre premier et pas sur le nom de ma société mais plutôt sur MOT CLÉ". Je lui explique que cela fait partie du référencement d'un site et que ce n'est pas instantané. Il n'a jamais voulu comprendre. Pour lui c'est moi qui n'avait pas bien bossé sur son site...

  10. Marc

    Reformulons le problème façon balise Alt pour l'illustration du billet : sommes-nous un des innombrables ternes pingouins prépubères ou un manchot empereur dans sa splendeur ?
    La réponse est d'un raisonnable....mange ta soupe et tu seras fort quand tu seras grand ! Du temps, de la sueur et des larmes avant le bonheur ?
    Moi qui croyais initialement que le net était un grand terrain de jeu encore neuf où les positions étaient plus proches de la ruée vers l'ouest que de la guerre des tranchées...On se situe où à l'heure actuelle sur une échelle entre les deux ?
    En même temps, ce que dit Sylvain parait très logique et ressemble à une course où chacun doit escalader les digues des concurrents et bâtir les siennes en parallèle pour empêcher les nouveaux de les escalader en utilisant toujours plus de leviers convergents, ce qui dépasse en général l'idée que l'on se fait du référencement naturel en tant que client avant de plonger dans la mêlée !
    Vivement la puberté des pingouins !

  11. Julien

    Très bon article effectivement, qui mériterai d'être lu par les clients ! Pas plus tard que le mois dernier, un client m'annonce son besoin pour une prestation de référencement, et me précise bien sûr après un petit suspens... "il faudrait donc que je sois premier sur Google" ! Ah d'accord ! J'appelle Google demain pour leur dire de vous positionner #1 la semaine prochaine 😉 C'est pourquoi j'aime travailler avec des personnes qui agissent à un niveau plus "local" et qui approuvent le fait de travailler sur de la longue traîne.

  12. Christophe

    Comme le dis raph au dessus, l'impatience se retrouve chez beaucoup de webmestre qui voudraient être tous de suite en première place sur google.
    Il est vrai qu'on a toujours présenté au grand public internet comme un média très rapide ou on obtient ce que l'on veut rapidement et à la demande. Ceci fait peut être cela quand ces gens passe du statut de visiteurs a celui de webmaster.

    En partant sur un autre sujet, depuis quelques jours on remarque l'arrivée en plein milieu des resultats de recherche des fiches google adresse, ce qui réduit d'autant le nombre de résultats naturels affiché par page.
    Je pense que sa va crier dans les chaumières (d'ailleurs je m'attendais à un article sur ce sujet aujourd'hui tant cela bouleverse les SERP)

  13. Pierre

    Bonjour,

    Article à faire lire aux clients 🙂
    Vous oubliez un point très important pour les boutiques, l'irruption de Google dans les comparateurs de prix avec son comparateur maison.
    D'après mes retours, il déclasse les résultats des boutiques en place, et l'inscription dans ce comparateur ne comble visiblement pas la différence.
    Google devient de plus en plus hégémonique, entre les liens commerciaux, google map et le comparateur, ca devient compliqué d' apparaitre sur la première page effectivement.

    Pierre

  14. Nicolas L.

    C'est très bien tout ça, super complet et bien expliqué comme toujours.

    On comprend bien que la SEO est un travail à effectuer sûr du long terme et que c'est un travail difficile pour le client et qui demande de l'ingéniosité pour le référenceur.

    Mais ça manque d'une toute petite chose 🙂

    À la lecture continue de ce billet, j'ai trouvé tout cela décourageant.
    Si j'étais client, je croirais qu'à la question initiale de l'article, la réponse était :
    « Non, il n'y a plus de place »

    Alors que si... il y a tout un tas de miettes intéressantes à amasser, surtout quand on utilise des techniques récentes, donc qu'on est conscient de cette évolution qui est abordé dans le billet.

    Je pense qu'il aura été bien d'encourager un peu le client, une pointe d'enthousiasme qui rappellerait que :

    - avec une bonne quantité de contenu pertinent, on peut obtenir assez rapidement du trafic de longue traîne
    - avec les évolutions de Google, le trafic va se redistribuer de plus en plus aux petits nouveaux :
    -- Google business dans les serps
    -- recherche géolocalisées
    -- google suggest + google instant qui démocratise la long tail
    -- la recherche de pages récentes (24h, semaines, mois...) qui se démocratisent

    (optimiste) 😀

    Voilà. Ce billet aurait été encore plus exhaustif si un peu plus positif...

    Vous n'êtes pas d'accord ? 🙂

  15. Jean-Christophe

    Cela faisant longtemps que je n'avais pas réagi à l'un de tes articles :-).

    Globalement, je suis d'accord avec toi sur les techniques à employer pour réussir à se positionner sur Google. Il est vrai qu'il est, aujourd'hui, beaucoup plus difficile de se positionner sur des expressions génériques que ça ne l'était il y a 5 ans. Le mix contenu/backlinks reste cependant une base solide.

    Au-delà de ça, la question que je me pose est celle de l'intérêt d'un positionnement. Il est en effet de plus en plus difficile d'y penser dans sa globalité. De plus en plus de facteur risque de venir perturber les classements. Je pense notamment à l'Instant Search, à la personnalisation des résultats basée sur nos précédentes recherches. Même si dans notre activité, le référenceur va faire le nécessaire pour avoir une vision générale du positionnement (suppression de l'historique de recherche (déconnexion du compte google, désactivation de l'instant search), l'utilisateur lambda n'effectuera sûrement pas toutes ces actions.

    Lorsque j'explique le référencement naturel à mes clients, j'essaye de plus en plus de leur faire prendre du recul vis à vis de l'indicateur "classement" et leur conseil des indicateurs de performance qui permettent de se rendre compte de l'augmentation de leur surface de visibilité.

    Je sais que le positionnement est encore très présent dans l'esprit des gens et que cet indicateur conserve une certaine importance aujourd'hui, cependant, je reste convaincu qu'il va perdre de sa valeur dans les prochaines années. 😉

    Voilà pour ma participation à ton article.

    Bon dimanche à tous.

  16. LaurentCW

    Il existe encore un grand nombre de sociétés BtoB qui n'ont toujours pas mesuré l'importance de travailler leur site pour acquérir des positions sur des requêtes autres que leur nom de société ou leur marque.

    Et certaines entreprises de renom se reposent uniquement sur leur notoriété pour justifier et/ou s'auto persuader de la réussite de leur présence sur Internet.

    Mais les budgets liens sponsorisés mis en place coûtent de plus en plus cher, vu le manque de qualité des pages de destination.

    Et avec la montée en puissance de la concurrence sur des requêtes de plus en plus axées métiers ou besoin client final, cette stratégie d'inaction ne sera plus viable très longtemps !

    Les sites devront alors être repensé seo-friendly, enrichis de contenu "intéressant" pour l'internaute... et le référenceur sera alors réellement intégré (et non simplement consulté) à la stratégie web.

  17. Aurélien

    Un excellent article !
    Il est vrai qu'il faudrait avoir l'audace de poser certaines questions à quelques clients du type : pourquoi les internautes parleraient ils plus de votre site que de ceux des concurrents ? Parfois, chacun est tellement convaincu que son activité est de meilleure facture que celle du voisin qu'il oublie de se poser ce genre de question.
    Toujours d'un point de vue commercial, ce temps requis pour grimper dans les SERP est de plus en plus en long est doit être évoqué dès la première rencontre, sinon gare à la déception...

  18. Fabien

    Si le chiffre de 6 mois évoqué dans l'article fait un peu peur, il peut être beaucoup moins important lorsque l'on compte viser des termes peu concurrentiels. Pour des marchés de niche, un mois ou deux peuvent suffire pour se positionner correctement (top 10) sur les termes désirés. Pour atteindre le top 3 par contre, il est évident que même les marchés de niche sont devenu difficilement accessible à l'heure actuelle.

  19. Sylvain Auteur de l’article

    @ Tous
    Je vois que nos expériences se rejoignent.

    Et plus spécifiquement @ Nicolas, mais ma réponse est généraliste.

    Si c'est article est moins optimiste que je ne le suis, c'est sans doute car je suis un optimiste bosseur et que je rencontre beaucoup d'optimistes flemmards 🙂

    Bien évidement, il reste de la place sur Google qui grandit lui même chaque jour. Mais trop nombreux sont ceux qui pensent que leur site va paraitre tout seul en première page comme par enchantement.

    Je vois cela tous les jours avec des clients ou prospects.

    Ce qui reste aujourd'hui très souvent incompris, ce sont deux choses :

    - Le positionnement d'un site est un travail régulier et de longue haleine.
    - Ce travail ce compte souvent en centaines d'heures, pas en minutes.

    Créer du contenu et promouvoir ce contenu par des dizaines de leviers (digg like, échanges de liens, échanges d'articles, promotion sur Twitter, promotion sur Facebook, mise en avant sur des forums, et. etc.prend du temps.

    Lorsque je place un site sur 3 requêtes un peu balaises avec un budget de 400 euros, c'est un énorme coup de chance. Ça ne m'arrive qu'une fois par an, et encore. Pour d'autres exemples, ou j'ai placé des sites en première position sur des requêtes difficiles, j'ai parfois mis 2 ans et j'ai bossé comme un damné.
    Pour ces cas, j'ai la chance d'avoir des clients qui ont compris qu'il était rentable de me faire passer 3 jours pleins par mois sur leur référencement.

    Le souci, c'est que ces trois jours pleins, je les facture. Certains ont du mal à le comprendre en pensant que c'est rapide. Je leur propose alors des formules en transfert de compétences.

    Le problème qui nait alors est qu'ils trouvent que cela prend du temps. Bein oui, trois jours pour moi, c'est plutôt 1,5 semaine chez eux car ils n'ont pas l'expérience.

    En fait, nombreux sont ceux qui pensent encore qu'internet est un eldorado ou l'on fait fortune en investissant 3 sous. Ce n'est plus vrai depuis très longtemps. Aujourd'hui, pour réussir sur le net, il faut bosser, bosser et encore bosser, comme dans la vraie vie.

    Revenons à la vraie vie. Bien avant Internet, La Redoute aurait-elle réussi sans investir des fortunes dans des catalogues papier qu'elle distribuait à tour de bras ?
    Certainement pas. Avoir une bonne idée, c'est bien, l'imposer, c'est beaucoup plus long et nécessite beaucoup de travail.

    Cet article résume cette idée, pour gagner, il faut bosser.

  20. 512banque

    Cela va inévitablement amener à un développement du marché black hat / de l'automatisation. Et là il y a un réel potentiel dans le positionnement en tant que "vendeur de pelle et de pioche"...

  21. Nicolas L.

    Oui. J'ai souhaité te faire part de mon ressenti à chaud parce que d'habitude, avec les billets du blog axenet, on est plutôt habitué à recevoir des astuces très enthousiasmantes qu'on s'empresse de mettre en application.

    Ce billet avait une conclusion un peu différente et je pense que le petit complément que j'y apporte et surtout la réponse dont tu nous fait part était assez la bienvenue.

    Et donc, tu nous dis :

    > trop nombreux sont ceux qui pensent que leur site va paraitre tout seul en première page comme par enchantement

    Ha oui, là je prends conscience de ton billet.

    Je comprends maintenant que ton article est une réponse aux personnes qui pensent qu'il vont "être sur Google" et donc "première page forcément" en réglant simplement une petite facture.

    Oui. J'acquiesce évidemment !

    C'est du boulot pour ça. Beaucoup de boulot !

    Bon après, il n'y a pas que la première page, il y a encore possibilité d'avoir un minimum visibilité qui va accroître proportionnellement à la charge du travail qu'on va abattre.

    Un tout petit peu de boulot = un tout petit peu de visibilité.
    Pas rien du tout, certes, mais évidemment si l'objectif est de concurrence la Redoute... ^^

    Merci pour ta réponse et le retour que nous donne sur ton expérience.

    C'est très instructif. 🙂

    Bon dimanche.

  22. Yonni

    Cet article a la mérite d'être clair et peut vraiment servir pourt convaincre un nouveau venu qu'il est très difficile et long de se hisser en première page de Google... La concurrence est beaucoup plus dure car les entreprises ont compris l'intérêt du Web et elles ont les moyens d'embaucher des SEO à plein temps...

  23. mikiweb

    Bonne analyse du contexte actuel, comme toujours.
    Une situation me reviens de plus en plus souvent : nous savons que les meilleurs positions sur Google sont de plus en plus dur à acquérir et sur un plus long terme.
    Malheureusement beaucoup de client ne veulent pas attendre 6 mois ou 1 an pour être positionné sur un mot clé concurrentiel.
    Et c'est là où les référenceurs black hat sans scrupule entre en jeux et gagne malheureusement du terrain en proposant leur service pour positionner le site sur un mot clé en haut des SERPS en à peine quelque mois. Là le client se dit j'ai trouvé la perle rare : ça va me prendre moins de temps et moins d'argent (enfin là c'est quand ils ont de la chance car certain référenceur joue sur cette soit disant efficacité pour monter les prix).
    Sauf que quelques semaines ou mois plus tard (là ça dépend de la maitrise du black hat par le référenceur) le site n'apparait plus car blacklisté. Le client ne comprend pas ce qu'il se passe , ne peut rien faire car il à déjà payé pour la prestation.
    Je trouve que cette situation revient de plus en plus souvent et cela par manque de connaissance du métier par le client mais aussi par manque de transparence de la part de ces pseudos référenceurs.

  24. Oliv

    Google local business center empiète sur les résultats naturels ainsi que google news / les derniers tweets / les vidéos youtube et adwords bien sur...
    Tout ça pour dire qu'être présent uniquement dans les résultats naturels classique deviens de moins en moins intéressant (enfin sa dépend de la requête mais quand je vois les résultats présent dans le premier quart de la page parfois vaux mieux poster des vidéos sur youtube et tweeter à tout vas).

  25. Camille

    Très bon article. Je pense aussi que la notion de contenu est la plus importante !

    Dans le cadre d'un projet étudiant, nous avons monté un site (en lien ci-dessus) qui propose la vente fictive de chauffe tasse usb.

    Le but est simplement d'attirer un maximum de visiteurs, d'optimiser notre référencement et de montrer notre capacité d'animation sur les différents réseaux sociaux.

    Le site a été lancé le 15 octobre, et il est déjà en premières pages de google et yahoo depuis quelques jours.

    D'ailleurs, nous sommes preneurs de toute publicité gratuite qui pourrait nous être faite 🙂

    Bonne fin de week-end 🙂

  26. Sylvain Auteur de l’article

    @ Mikiweb

    Tu fais bien d'évoquer ce point.
    En fait, je rangerai les blackhat dans deux catégories.

    Les enclumes : des mauvais, ils pratiquent comme des gorets, te font grimper le site en 3 mois et le font disparaitre définitivement en 6 mois. Ils ne sont pas cher, leurs résultats sont calamiteux.

    Les bons : ils se comptent sur les doigts d'une main. Ils sont efficaces, ils sont cher. Ils feront grimper un site comme le fait un white hat. Ils seront parfois plus rapides, notamment sur des requêtes parfois jugées inaccessibles.

    Pour être franc, je pense que les deux techniques peuvent être utilisées en commun sur un site.

    @ Oliv et plus
    Ce que vous dites est très juste. J'aurai donc tendance à penser que la situation est encore plus difficile que décrite dans mon article. Bien d'autres choses sont à mettre en place pour être très visible.

    Entre nous, seuls 2% de mes clients font des vidéos...
    C'est juste un exemple.

  27. sebastien133

    Je suis d'accord avec Oliv... Etre dans les résultats naturels n'est plus aussi important.

    Mon site est bien mieux positionné sur les recherches locales, et cela m'offre une meilleure visibilité que les autres, en tout cas pour le moment.

    Je pense qu'il y a d'autres solutions d'optimisation et je te proposerai un article sur celles-ci.

    Comment optimiser un référencement local? Comment positionner ses produits sur Google Achat?

    Tout un programme...

  28. Sylvain Auteur de l’article

    @ Sebastien

    Je te rejoins, mais malheureusement certains sites n'ont pas concernés. Chaque cas se doit d'être traité selon ses critères précis.

    Par exemple, la plupart des boutiques en ligne vendent sur tout le territoire français, voire à l'étranger.

    Pour d'autres sites, la possibilité de bien se référencer localement est une chance à ne pas manquer, cela peut représenter la plus grande partie des visites, et en prime permettre d'obtenir un trafic ciblé, le rêve !

  29. Mickael

    Le commentaire de "Jean-Christophe from Référencement naturel" est très intéressant. Vu le constat fait, c'est vrai qu'il es peut être temps d'arreter de raisonner juste en top10 top20... mais la question que je me pose alors est

    Quel indicateur de performance de visibilité présenter au client dans ce cas ?"
    Revenir aux basics nombre de visites, temps, pages vues, et taux de transfo ou en trouver d'autres ?

    Autre remarque, la chasse aux backlinks via les commentaires, ça va vite devenir saoulant pour tout le monde, quand je vois la proportion de commentaires (forcément ça se vérifie pas sur ce billet) qui sont des "super billet, je parlais justement de ça sur mon site XXXX" "très intéressant, merci pour ce billet"... le nofollow va t-il se généraliser ?

  30. Doha

    Déjà qu'il faut être très patient si ce n'est plus pour bien apparaitre dans Google mais quand on recoupe cet excellent article à celui-là "Le SEO ne fait pas tout, travaillez votre notoriété" c'est plus de la patience qu'il faut 🙂

  31. Matthieu

    Evidemment oui, il reste de la place dans Google, à condition de se la faire !
    Il faut effectivement beaucoup de travail pour ressortir correctement dans le moteur de recherche pour des requêtes très recherchées.
    Mais avec du travail, rien n'est impossible.

  32. Cerbere

    Le référenceur n'est donc pas qu'un branleur du web.
    C'est aussi un acharné du travail!
    C'est un point qui me semble important.

  33. Lionel

    Bonjour Sylvain,

    La réflexion est judicieuse, merci pour cet article. Etant un fan de rugby, je dirais qu'il est parfois préférable de prendre les intervalles plutot que de foncer tout droit dans les mastodontes pour s'y casser les dents.

    La visibilité Google devient de plus en plus difficile à obtenir hormis pour les activités de niche ou tout est encore possible. Tout n'est pas perdu pour autant, il existe de nombreux leviers de visibilité notamment les réseaux sociaux (mais c'est un travail usant comme décrit dans l'article).

    Queand aux techniques blackhat, je reste prudent car ce qui n'est pas pénalisé aujourd'hui le sera peut-être demain !

    amicalement

  34. David

    Merci Sylvain pour cet article qui reflète bien la difficulté accrue pour se positionner convenablement. La conclusion est que le travail paye toujours et que malgré tout, il y a encore de la place à prendre.

    Rien qu'avec la longue traine il est possible de rapidement capté du trafic et il y également peu de sites qui utilisent les différents moyens a leur disposition pour un référencement alternatif (images, vidéos, etc.).

    Avec un peu d'expérience et de connaissance dans le domaine et beaucoup d'huile de coude, ça n'apparaît pas comme insurmontable, du moins pas encore...

  35. L.Jee

    Encore un bel article et comme d'habitude de très bon conseil. j'aime beaucoup cette phrase simple, mais tellement vraie : "c’est tout de même que celui qui s’y prend aujourd’hui aura toujours de l’avance sur celui qui se posera la question dans 5 ans.".

  36. Le Juge

    C'est un article qui relativise bien aussi l'evolution du role du référenceur. Avant on faisait 2 pages sats toute moisies et on etait en tete des résultats, maintenant on doit avoir une approche beaucoup plus globale du schmilblick. De plus en plus notre métier correspond a la "creation de trafic" et de moins en moins a l'acquisition de positions dans les SERPs

  37. Alexandre

    Effectivement Google Shopping fait très peur... aux e-commerçants / référenceurs.

    La guerre du domaining a déjà eu lieu... le marché de rachat d'anciens noms de domaine n'est pas encore mature/établie (accès au grand public) en France.. mais ce sera très vite la jungle, à coup sûr..

    Placer un site dans les SERP dans 10 ans relèvera-t'il de l'exploit ?
    Quid des liens (entrants) payants ?

    Malgré tout, cela valorise/professionnalise progressivement le métier de référenceur et de rédacteur web.

    Le fait que la stratégie SEO soit imposée en amont est une bonne chose... Il faut encore un peu de temps pour que cela devienne une norme en conduite de projet...

    En tout cas merci pour cet article qui soulève un bon nombre de problématique...

  38. Ernestus

    Plusieurs commentaires font référence à un "nouveau" comparateur de prix Google, sous le nom de Google Achat ou Google Shopping.

    Est-ce une amélioration du shopbot Froogle lancé au début des années 2000 ou un véritable moteur de recherche de produits capable d'absorber -mais surtout organiser- l'intégralité des catalogues fabricants ET marchands avec la granularité imposée à ce jour par le client (ex: carte graphique -> puce ATI -> modèle 5970 -> fabricant Gygabyte -> RAM 1024mo minimum, etc.) ?

    Cordialement,

  39. Alban P.

    Tellement juste, j'hésite à l'encadrer et le mettre dans le bureau pour que les clients puissent le lire 🙂

  40. Sylvain Auteur de l’article

    @ Ernestus
    Le plus simple, c'est sans doute que tu ailles voir toi même, non ? Tu vas sur Google, et dans le menu en haut à gauche, tu clique sur "Achats" 🙂

  41. annonce légale

    Très bon article. C'est vrai qu'il y a quelque temps, on demandait aux clients d'être patients, de compter un à deux mois de sandbox et qu'ensuite les choses se mettraient en place...
    Hélas, il faut payer un peu plus de sa personne aujourd'hui et ce n'est pas toujours facile à faire comprendre.

  42. jb

    J'ai la faiblesse de penser qu'il y a encore beaucoup de place sur Google. Les gens continuent à s'équiper et l'internet devient nomade, de nouveaux terminaux font leur apparition. Donc même si la concurrence s'accroit, il me semble que le "marché" est en pleine expansion.

  43. Vincent

    Sympa ton article, ça crédibilise le métier de référenceur et ça justifie pas mal le fait que le prix des prestations aient augmenté.

    Comme tu dis, je pense que le pire est devant nous : avec des résultats qui changent selon le lieu et les habitudes de l'utilisateur, le métier de référenceur tend à se muter en véritable trafic manager qui cherchera le trafic qualifié plus que l'ultime position.

    Ton article induit aussi quelque chose : les règles ayant changer il faut savoir s'adapter. Les agences proposant 20 liens et intégrer du mot clé sur les pages sans analyses sont vouées à périr, sauf si elles ont des clients de qualité...

  44. nesk

    Encore faudrait-il que les clients se rendent compte de cette charge de travail qui est de plus en plus importante, et qu'ils ne s'habituent pas à la rapidité d'il y a quelques années.

  45. Renardudezert

    Tres bon article, mais bon ça à déjà été dit maintes fois (mais ce n'est pas vain de le rappeler).

    Maintenant pour réagir sur un commentaire, et plus précisément le premier "qu’aucun autre moteur n’est capable de renvoyer des résultats aussi pertinant que ce moteur." Alors la, franchement, je veux bien voir ça. Pour moi aujourd'hui, google n'est pas le moteur le plus pertinent, loin de la même.
    Sa suprématie sur le web, fait bel et bien de lui le moteur le plus spammé au monde.
    Il ne faut pas non plus être en admiration devant ce moteur, uniquement parce que les pourcentages d'utilisation font tourner bien des têtes. Certes c'est un outil incontournable, je ne le nie pas, et celui qui me dira qu'il peut se passer TOTALEMENT de Google sans sortir un rond (en france soyons précis), je lui voue tout mon respect.

    Apres aller jusqu'à dire qu'il fournisse des résultats plus pertinents que d'autres moteurs, la je ne suis pas d'accord. Google, c'est un peu l'histoire de l'informatique retranscrite sur le web. Regardez le nombre d'utilisateurs de Micro$oft à travers le monde . Ca laisse rêveur et pourtant c'est l'OS le moins sécurisé des 3 plus "grands" (Apple et Linux). Comme Google il a réussi à s'imposer, comme Google tout le monde à suivi comme des moutons (les softs de CAO/DAO, les jeux vidéos, les drivers, ...) et comme Google, ils ont réussi à imposer LEUR modèle. Demandez à un utilisateur de windows de passer sous Mac ou Linux, c'est hors de question pour lui puisque c'est d'avance trop compliqué. Google, c'est avant tout un modèle économique, et c'est bien dommage !!

    Dans quelques années, les places sur Google seront chères, et c'est bien l'objectif premier de ce moteur. Que l'investissement adwords soit inférieur à une prestation SEO sur du long terme. Ne dites pas "Oula tu y vas fort, c'est impossible", parce que la seule chose que personne ne remonte, c'est que pour l'instant sur Adwords, elle est ou la transparence ?? Qu'est ce qui nous dit que le CPC est bien réel et pas volontairement gonflé par Google ? Essayez d'acheter le même keyword, avec une diffusion exactement identique via 2 comptes différents pour 2 sites différents, vous aurez des surprises !!

    Et aussi avant de terminer, parce qu'il faut bien parler de l'article quand même, les principaux leviers du SEO, ne sont ils pas une incitation au spam ? Auparavant une entreprise devait posséder un site pour être visible, maintenant il faut que cette entreprise soit "visible" (blogs, echanges de liens, réseaux sociaux, ...) partout. Et ça, c'est bien de la domination de SERP (même si ça ne l'est pas au sens strictement Black Hat) ...

    Désolé d'avoir été si long, mais les WE prolongés ça me motive toujours à écrire 🙂

  46. Agence référencement

    Très bon article!
    Et puis il est très bien référencé!! comme quoi il y a vraiment de la place pour tous, il suffit de le faire correctement. 😉

    Salutations

  47. Julien

    Il est vrais que si l'on est pressé l'Adword est un bon moyen mais pas seulement, en effet ca reste aussi un autre vecteur a coupler avec le SEO.

    Une société qui vend de nouveaux produits presque au jour le jour aura plus d'intérêt a s'orienter sur le SEM qui lui permettra de se positionner sur les nombreux produits qui apparaissent et disparaissent chaque jour.

    Le SEO qui est un moyen sur le long termes est donc moins adapté à ce type de situation.

    Les deux ont des avantages et des inconvénients...

  48. suisse

    c dur dur d'être bébé!Le SEO est difficile de nos jours surtout pour ceux qui font leurs premiers pas...

  49. Weborganique

    Tiens je sens comme un ti coup de calgon là. C'est vrai que ça devine de plus en plus hard et long de positionner un site client, ça dépend bien sûr de la thématique, mais on remarque également que les thématiques à deux balles d'hier deviennent comme l'immobilier aujourd'hui.
    Même les techniques BH ne tiennent parfois pas plus d'un mois, c'est exaspérant 🙂
    Parfois le référencement naturel c'est comme le communisme, c'est de l'utopie, il n'y a que le capitalisme de l'adsence qui prend place 😉

  50. Evioo

    Eh, c'était mieux avant, hein ?

    Je trouve quand même que la concurrence n'évolue pas si vite que ça, il y a encore de la place au soleil pour les petits nouveaux. Ce qui me semble par contre indiscutable, c'est que l'intérêt du site pour les internautes a pris beaucoup plus d'importance que par le passé, où la technique permettait de se positionner facilement même si le site n'avait pas grand intérêt.
    Je fais souvent un parallélisme entre la joaillerie et le référencement, si le site sur lequel on travaille est un bête caillou, on pourra en faire un joli caillou mais pas plus, par contre, si on peut travailler sur un diamant brut, on va pouvoir le tailler pour en faire un bijou ! 😉

  51. Neo

    Depuis que nous avons lancé notre site web, nous observons des difficultés croissantes pour obtenir de la visibilité par rapport aux sites installés depuis longtemps sur Internet même si le contenu lui n'évolue pas. On se bat sur des niches pour gagner des places mais sur le générique, rien à faire. Alors j'imagine déjà la difficulté pour les nouveaux entrants !

  52. Booloo

    Il faut considérer le référencement d'un site internet comme la communication marketing d'une entreprise, il faut se faire connaître, proposer une belle vitrine, des produits intéressants et mis en valeur, etc...

    Du coup il est sur que les entités ayant des gros budget investissent de plus gros budget dans le référencement et se place donc sur plus rapidement sur des requêtes très concurrentielles, quitte à faire de l'Adwords comme le stipule Sylvain dans l'article.

    Pour les autres (ceux qui on peu de budget, il est primordial de s'investir et de créer non seulement des backlinks, mais surtout du contenu !

    Il ne faut jamais l'oublier, le contenu est roi ! C'est la règle d'or.

  53. Stéphanie

    Il n'y a en effet plus beaucoup de place. Il faut trouver des requêtes qui ne sont beaucoup utilisé ou la concurrence n'est pas encore trop présente. Rien de tel que petit matching entre google sugest, google insight et les pages référencée sur google

  54. greg

    On peut encore positionner des sites sur google.

    Il y a encore de la place mais il faut être réaliste sur le choix des mots clés choisis.

  55. nico

    Pour certaines activités, le mot de recherche ou les expressions sont assez figées !
    Et pour PAROLIER depuis des mois la premiere page ne varie plus...
    Même avec http://www.parolier.pro je n'ai pas réussi à l'atteindre, passé des profondeurs à la 4eme puis 3eme et finalement scotché à la 2.
    La prime aux vieux (site) est donc frustrante !
    Nico

  56. alain

    Le problème c'est bien que Google donne beaucoup (trop ?) d'importance au critère d'ancienneté et pas forcément de qualité ...On pourrait se demander pourquoi .. Raison commerciale pour vendre du Adword ? Et c'est tellement vrai qu'il n'y a presque rien à faire pour forcer Google à améliorer un positionnement, surtout sur le mot clé principal du site. J'ai récemment placé un lien depuis la home d'un site qui m'appartient (PR4) ... et la sanction fut immédiate : recul de la page 6 à la page 10 !! En utilisant, Bing ou Yahoo, les résultats semblent beaucoup plus naturels que ce que nous montre Google ..

  57. voiture occasion belgique

    A noter, le meilleur moyen de monter deans google c'est la communication classique.
    Et oui, les événements, les communiqués de presse génèrent des liens créés véritablement pas les internautes.
    Un site web est un produit presque comme les autres. Pour le faire décoller il ne faut pas oublier d'ajouter l'adresse sur ses cartes de visites, ses pubs et ses plaquettes.
    Le tout internet ne suffit pas.
    de plus ça permet d'être visible (moins) sans google

  58. Olivier C

    Que ce soit pour votre article ou pour le contenu de ses messages, beaucoup d'entre vous mentionnent l'importance de l'ancienneté pour un site. Et je crois moi aussi que ce paramètre est très vrai : même s'ils ne sont pas remis à jour, certains sites restent très bien positionnés sur des requêtes importantes. Dur dur...

  59. Luzifa

    "Pourquoi allintitle: ? Parce que si les gonzes n’ont pas pris soin de mettre les mots clés dans Title, ils ne sont pas considérés comme concurrentiels." J'ai de la chance, c'est Laurent B. qui l'a dit

    Et heureusement ^_^' pour ceux qui y ont pensé : nous, malheureusement pour ceux dont le mot SEO leur était inconnu mais comme le dit l'article : on a pas le temps de perdre le temps.

  60. inconnu

    Excellente réflexion. Je rejoins Christophe et je me questionne également sur l’arrivée des fiches de Google Adresses en plein milieu des résultats de recherche.

    Par ailleurs, comme je travaille en référencement depuis 4 ans, je ne ressens pas les changements survenus depuis 10 ans comme les décrit Axe-net. Pour le jeune padawan que je guide présentement dans le métier, les conditions actuelles ne sont pas plus difficiles que les miennes au début.

    C'est le phénomène du «tout coûte cher à ceux et celles qui paient aujourd'hui 4,00 $ une livre de beurre alors qu'il la payaient 1,25$ il y a 40 ans». Si Google a son algorithme, nous avons le nôtre bien inscrit dans le système nerveux et souvent, tout nous parait pire par rapport à l'image du monde que nous avons construite à un certain moment donné de notre existence.

    Dans ce contexte d'aujourd'hui comme celui de demain, je m'adapte.

    Par contre, il y a 10 fois plus de personnes vivant en France qu'au Québec, et donc plus de commerces, plus de compétition, etc. La course au podium d'honneur doit être aussi ardue qu'excitante. Le poids de votre dynamisme se fait sentir jusque dans les SERPs de Google Canada français. Avec Google Adresses, vous êtes notre bête noire! Ainsi plusieurs de vos firmes de référencement parviennent à faire la première page de résultats devant plusieurs pros d'ici. Par exemple pour le mot clé -référencement- trois sites sur 10 sont français.

    Ceci arrive plus souvent que l'inverse.

    Salutations à nos amis de la Francophonie.

  61. JDB

    En même temps, si c'était trop simple et trop rapide, la jubilation du seo serait moindre (humour bien que...)

  62. amine

    merci pour l'article, en même temps il ne faut pas oublier que beaucoup de sites et heureusement lol ferment au cours de la première année, et aussi que dépassé une certaine période ( je dirais 2 ans ) l'age du site par rapport a ses concurrents a beaucoup moins d'importance.
    par ailleurs j'ai bien aimé la métaphore du seo/immobilier et c'est vrai en plus (les premiers temps en tout cas), je lance toujours mes sites bien avant de pouvoir m'y consacré a eux, histoire de gagner quelques mois.

  63. Joachim

    Bon article qui montre bien le rôle nécessaire de l'analyse SEO. En croisant l'utilisation des outils pros qui déterminent les mots clés les moins chassés, on arrive tout de même à s'en sortir sur la longue traine.

  64. Jean

    Il est vrai que dans certains domaines, le référencement ne soit pas une mince affaire. Comme il est dit dans l'article, cela peut paraître long mais le résultat est surprenant et appréciable.
    Maintenant, l'apprentissage du SEO pur peut être aussi utile pour le google shopping. C'est un peu développer de nouveaux résultats par de nouvelles combinations. Pour les start-up cela peut être un moyen d'élargir leurs chances d'apparaître sur les mots clés recherchés !

  65. Guillaume

    Très bon article ! Je découvre le blog et le contenu me plaît beaucoup, je reviendrais surement régulièrement car j'ai encore beaucoup à apprendre sur le SEO.

    J'ai mis un temps fou à me positionner en première page et maintenant c'est très difficile de monter. Pourtant je travaille beaucoup mon référencement. Je pense qu'il faut savoir être patient comme vous l'avez fait remarquer. Le plus vieux site concurrent date de 2003 et il arrive en pôle position sur pas mal de requêtes, sans forcer (du moins c'est l'impression que ça me donne). Va falloir être patient et travailler plus...

    Merci encore pour votre article et pour le dofollow 🙂

    A bientôt !
    Guillaume.

  66. humour

    Un excellent article sur le référencement. Il y a 10 ans tout étais plus facile en effet même si moi j'ai plutôt commencé en 2004 en référençant un site sans nom de domaine en membre.lycos.fr pour le mot clé eBay et enchères 😉 J'étais sur une niche et j'avais réussi (un mois seulement) à être 2ème pour le mot clé eBay sur google.fr 🙂 Sinon, même sans nom de domaine, il était toujours simple d'être dans les 10 premiers. La question que je me pose maintenant avec philosophie et un peu d'humour, c'est comment ce sera dans 10 ans ou 20 ? Est que les annuaires auront disparu et le spam de blog sera prohibé. Le métier de référenceur aura il disparu ? Je ne le crois pas car comme il y a 10 ans on peut toujours monter dans les serp avec des inscriptions dans les annuaires, du spam (intelligent) de blog, du communiqué de presse etc... En fait il faut/faudra faire comme pour les 5 légumes à manger par jour. Utiliser un peu de toutes les techniques mais en quantité raisonnable 😉

  67. Sitenco

    Il faut être patient et toujours garder ses vieux site, toujours garder ses vieux domaines, ca sera toujours de bonne bases pour débuter un nouveau site.
    bonne chance à tous les petits nouveaux

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *