Google Writing - Règles de rédaction pour le web

Google Writing

Le Google Writing traduit par « l’écriture Google », est un ensemble de techniques et de règles éditoriales, à respecter et à mettre en place à chaque rédaction web. Il s’agit ici de rédiger un contenu à la fois, simple, attractif et compréhensible par votre cible tout en étant bien optimisé pour le référencement.

Cette étape de rédaction pour le web est fondamentale dans une stratégie de référencement naturel. Google ne donne quasiment aucune information quant à la mise en valeur d’un contenu web, mais nous l’avons pertinemment remarqué, un contenu de qualité prime dans les SERP.

Un contenu de qualité vous permettra de gagner en visibilité et en positionnement, donc en référencement naturel. Voici quelques astuces pour bien mettre en valeur votre contenu, afin de satisfaire les robots des moteurs de recherche ainsi que votre lectorat.

Par Alexandra (invitée)

La densité et l’occurrence de mots clefs : une idée reçue

Attention ! Ne vous fiez pas à des densités suggérées sur les différents sites internet – d’après mes connaissances Google ne les a pas validés – ce ne sont seulement que des statistiques. Il parait qu’il n’y a pas un taux de densité parfait, et Matt Cutts affirme même que la densité des mots clefs ne sert à rien.

Ne vous focalisez plus sur cette « densité ». La qualité du contenu, son originalité et son unicité sont des critères plus importants.
De plus, en nous focalisant sur la densité nous courons le risque de spammer avec une répétition abondante des mots clefs, suspecte aux yeux des robots des moteurs. Attention donc au keyword stuffing.

Je le répète assez souvent dans mes articles rédigés pour le web, le référencement n’est pas une science exacte, tout est une question de logique et de bon sens . À vous de voir si vous voulez travailler ce critère et de trouver malgré tout votre densité parfaite.

L’utilisation de synonymes et de mots connexes : une bonne technique de rédaction web

Afin d’éviter les répétitions lourdes d’un seul et unique mot clé et d’élargir son champ lexical, l’idéal est d’utiliser des synonymes et des mots connexes.  Ainsi Google va comprendre le sens de l’article, sa thématique et va pouvoir l’associer à des requêtes précises.

Un exemple concret ? L’article que vous êtes en train de lire doit se positionner sur l’expression "Google writing". Vous remarquerez l’utilisation de synonymes et de mots connexes: écriture, rédaction, contenu, texte, rédacteur, rédiger, web, article, référencement, Google, des mots clefs  au singulier et au pluriel, au féminin et au masculin quand cela est possible.

Soigner les  critères on page

Pour optimiser le contenu d'une page web et faciliter son indexation dans les moteurs de recherche sur un ou plusieurs mots clefs, il faut travailler plusieurs critères dits « on page » : title, url, ALT, balises meta, balises hn, seront précieusement soignés.

Attention donc à bien répartir votre mot clé principal et à le faire apparaitre dans ces zones stratégiques, importantes pour Google. N’hésitez pas à faire également des liens avec des ancres sur votre mot-clé, par exemple dans notre cas rédaction web.  En gras, l’expression aura encore plus de valeur (mais variez ces ancres de liens)

Rédiger un contenu unique pour un bon positionnement

Google et les autres moteurs de recherche aiment le contenu unique, intéressant, qu’apporte un réel intérêt aux internautes. Ne rédigez pas pour le web simplement pour rédiger ! Écrivez sur un sujet d’actualité ou alors apportez vos connaissances et quelques nouveautés concernant un sujet plus ancien. Écrivez des phrases correctes en syntaxe, grammaire et orthographe. Soignez vos propos.

Gare au contenu dupliqué ! Copier le contenu de votre concurrent sera contre-productif pour votre image et votre réputation, mais également pour votre positionnement.

Quelques règles de base pour le rédacteur web : soyez original, ne traitez qu’un seul thème par page et attention au volume de vos articles. Un bon article est compris entre au minimum 300 mots et au maximum 1200 mots. En général en dessous de 300 mots la page n’aura pas assez de poids pour les algorithmes de Google et au-dessus de 1200 mots le rédacteur web risque d’oublier son thème principal, sortir vers d’autres sujets complémentaires et de réaliser du contenu dupliqué involontaire !

Structurer son contenu web

Sur internet l’internaute survole le contenu. Facilitez-lui la tâche. Mettez en gras vos idées principales, utilisez la liste à puces, et surtout : structurer vos contenus avec des titres et des sous-titres. Cette méthode sera appréciée également par les robots !
Voici un exemple de plan de document avec notre article :

  • Titre de l’article et de la page (H1) : Règles de rédaction web pour Google Writing
  • Sous-titre 1-  H2 La densité et l’occurrence de mots clefs : facteur clé pour le référencement
  • H3 : la densité de mots clefs
  • H3 : l’occurrence de mots clefs
  • H4 : les pénalités d’une forte occurrence
  • Sous-titre 2 - H2 L’utilisation de synonymes et de mots connexes
  • Sous-titre 3 - H2  Des critères on page
  • Sous-titre 4 - H2  Rédiger un contenu unique pour un bon positionnement
  • Sous-titre 5 - H2  Structurer son contenu web

Vous pouvez aller encore plus loin en insérant de H3, H4, etc. Pour un bon positionnement il faut absolument suivre cette logique de structuration d’un article conçu pour le web. Le rédacteur web prémâchera ainsi le travail des robots de recherche.

edit : nouvel article sur les balises H1, H2, H3, Hn et leur hierarchie

Je répète : pour mettre toutes les chances de votre côté, glisser dans ces balises vos mots clefs, comme dans notre cas: rédaction web, Google writing, contenu unique, contenu structuré…

Comme le référencement, le Google Writing n’est pas une science exacte. À vous, rédacteur web, de trouver les astuces qui marchent pour votre site ou votre blog ! Par contre, n’oubliez pas que vous vous adressez d’abord aux humains !

Vos visiteurs sont importants, leurs avis comptent, leur fidélité aussi ! En leur offrant un contenu intéressant et de qualité, vos visiteurs seront satisfaits et reviendront sur votre site !

Merci Sylvain de m’avoir donné la possibilité de m’exprimer sur le blog AxeNet.
Je m’appelle Alexandra (alias @Miss_Seo_Girl, pour mes followers), j’ai 25 ans et je suis un sacré scorpion 🙂

Blague à part … Passionnée de SEO depuis 2009, je dédie mon temps libre à la lecture des livres traitant du référencement naturel et du webmarketing, ainsi que la rédaction d’articles pour le web. Acteur dynamique sur les réseaux sociaux, j’aime bien partager mes connaissances avec ma communauté. Aujourd’hui, je travaille chez Web Images-Associées, agence web dans le 44 en tant qu’assistante webmarketing.

Article connexe :

http://blog.axe-net.fr/comment-ecrire-pour-le-web-en-7-points/

Notez cet article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter Plein
Partager sur linkedin
Partager sur Google+

82 réflexions au sujet de « Google Writing - Règles de rédaction pour le web »

  1. lereferenceur

    Très bon petit rappel pour les débutants.

    Il est parfois difficile de structurer son texte jusqu'à la balise h4 pour des articles de blogs.

  2. Cyril

    Bonjour,
    pourquoi dites vous que lorsque le contenu de notre article dépasse 1200 mots, il risque de créer du duplicate content. Au contraire, en écrivant un article plus long, le caractère original de l'article, sa structure, renforce son unicité. Enfin ce n'est qu'un avis personnel, je n'ai aucune étude pour appuyer mes propos.
    Pour info cet article fait 1186, vous avez eu chaud! lol.
    Amicalement.

  3. Sylvain F

    Je suis on ne peut plus d'accord avec cet article ! J'avoue avoir toujours un peu rigolé quand je lisais ici et là le pourcentage de mots clés que doit contenir une page, il n'y a rien de mieux pour rendre une page indigeste que de chercher à placer des mots à tout prix. Comme tu le dis, un environnement fait de synonymes est tellement plus confortable pour la lecture et permet à Google d'être certain du sujet évoqué.

    Pour les sous-titres, pour ma part je vais rarement au-delà du H3, à force de trop vouloir découper un texte on arrive à perdre le lecteur qui peut peiner à s'y retrouver. Par contre je me trompe ou la structure que tu décris n'est pas tout à fait celle de l'article ? À moins que tu aies fait sauter des sous-titres ? Bref c'est pas important 😉

    Quand est-ce que tu sors un blog avec plein d'articles de cette qualité ?

  4. Pierre

    Bonjour Alexandra et merci pour ton article très intéressant, on en revient toujours au principe de base d'écrire pour les internautes.
    Par contre je ne suis pas d'accord sur le nombre de mots par article, autant sur des requêtes complexes un article avec un nombre de mots très importants sera incontournable, autant pour travailler de la longue traine, dans de nombreux domaines, un petit texte bien optimisé suffit amplement à se positionner en tête des serps.

  5. Mickael

    Merci pour cet article bien résumé.
    Concernant la densité des mots clés, perso je suis quand même d'avis que ça a sa petite importance quand même. Dans une certaine limite évidemment...

    "Mettez en gras vos idées principales"
    Question qui peut paraitre bête pour les pros du seo, mais y a-t-il une différence d'interprétation entre l'utilisation de la balise "bold" et la balise "strong" ?

  6. RaphSEO

    Un très bon article invité dont le contenu correspond à mes recommandations et mes pratiques à une exception près: la densité de mot clé.
    Il est dit qu'elle ne sert à rien je ne suis pas d'accord, personnellement je m'en sers n'ont pas pour booster une page sur un mot clé en particulier mais justement pour détecter si le % n'est pas trop fort dans la page.
    Il arrive parfois dans des pages avec beaucoup de contenu (texte, photo, vidéo...) que l'on ne puisse percevoir de prime abord toutes ces répétitions. je pense par exemple aux alt...
    ça peut permettre de rectifier, désoptimiser pour mieux ranker

  7. Xavier

    Un bon article qui rappelle les bases (je vais le faire suivre à madame qui se lance 🙂 ).

    Après même s'il est important de répéter ses mots-clés dans les différentes parties importantes d'un article (title, h1, h2, ...) il faut bien penser à utiliser des synonymes et varier la construction de ses phrases sinon on risque de se retrouver avec la fameuse "triplette du bourrin" bien connue par chez nous 🙂

  8. Le Prince SEO

    Oyé oyé,

    Je découvre Alexandra et je suis charmé, une belle plume et un billet de grande qualité sur la stratégie éditoriale et le rédactionnel.

    Il est important de mixer optimisation SEO avec le marketing et le branding pour une expérience utilisateur optimale : écrire pour les moteurs de recherche et les internautes, tel est le challenge qui nécessite de trouver le juste équilibre.

    A bientôt dans mon royaume SEO !

  9. lionel

    Bonjour,

    Comme évoqué dans ce billet, il est primordial de trouver un juste équilibre entre l'optimisation SEO et les travaux de conversion des visiteurs. Je rajouterais qu'il est utile de réaliser des tests car il est possible de faire "machine arrière" en cas de résultats non concluants pour retrouver les positions initiales.

    amicalement

  10. Brice

    Bonjour Sylvain;
    Pour compléter cet article très interessant, j'ajouterai qu'il ne faut pas (de mon expérience) abuser avec les balises gras ou encore souligné nottament en utilsant des plugin d'optilmisation SEO.
    Je partage l'avis concernant sur l'importance de la structure de l'article bien qu'à mon sens, passé le h2 il devient très délicat d'optimiser un article de moins de 600 mots avec des balises de rang inférieur à h3.

  11. olivier

    Pour moi la qualité du contenue est primordiale pour la satisfaction des visiteurs, mais je doute que google arrive de lui-même a jugé de la qualité d'un contenu, et donc que cette qualité est un impact sur le positionnement, quand je vous certains sites truster les premières places avec du contenu généré automatiquement et pratiquement incompréhensible pour un être humain.

  12. Michaël

    De précieux conseils qui permettent de rédiger efficacement, de l'optimisation didactique en quelque sorte.
    La densité de cohérence dont fait preuve ton article laisse supposer que tu maîtrises parfaitement le domaine de la rédaction Web.
    J'ai même relu ton article à deux reprises tellement celui-ci est plaisant à lire : à appliquer sans attendre !

  13. LaurentCW

    Ce résumé des bonnes pratiques est à appliquer au quotidien. Mais, si ces dernières années, les SEO insistaient pour booster les mots clés prioritaires, doit on avec l'arrivée de Pingouin considérer que les actions de longue traine sont redevenues des éléments incontournables dans la rédaction de contenu pour asseoir son référencement naturel ?

  14. Christian

    L'optimisation d'une page web est devenue un peu délicate ces temps-ci, on ne sait plus trop où se trouve la limite avec le Pingouin.
    Toutefois, cela dépend beaucoup de l'ancienneté et de la réputation du site.
    Sur un site de 5 ans avec PR fort, tu peux pratiquement écrire n'importe quoi, c'est quelque part assez injuste.
    Cela encourage certains à racheter un NDD ancien avant d'en refaire le contenu... Passons.
    Tes règles sont bonnes sur un site jeune.

    J'y ajouterai tout de même, que GG apprécie quand on dépasse allègrement les 500 mots et surtout que ces règles s'appliquent également quand on rédige une fiche d'annuaire ou autre forme de publication.
    Dans tous les cas, on doit penser à l'internaute sinon il s'en ira rapidement de la page !

  15. phil

    Pour les articles tu dis entre 300 et 1200 mots...et pour une home tu aurais une fourchette différente ? et/ou plus précise ?

    Merci 🙂

  16. Clara

    Bonne indications.
    Je pense qu'éviter le title, le h1 et l'url avec des mots strictement identiques est une erreur sur de nombreux jeunes sites et le fait de diversifier permet en plus d'exploiter la longue traîne.

  17. Olivier

    J'ai toujours cette idée en tête quand je fais du contenu : penser au visiteur en premier en faisant des articles clairs, concis, structurés (titres, sous titres, listes...). Puis penser un poil aux robots avec les attributs alt et compagnie.
    Dans un article correctement rédigé en pensant à son lectorat, les mots clés seront placés naturellement dans les titres, les synonymes seront employés pour éviter les répétitions, etc, etc, bref de quoi largement satisfaire les robots sans qu'on s'en rende compte.
    Evidemment ça nécessite d'avoir une certaine compétence rédactionnelle que tout le monde n'a pas naturellement.
    Bon article en tout cas, je m'en vais te follower du coup, merci Alexandra 🙂

  18. LaurentB

    Je me disais aussi que ça ne ressemblait pas à un billet de Sylvain...
    En effet, la densité n'est pas du tout probante.
    Par contre, les moteurs interprètent tout à fait le nombre d'occurrences et utilisent la notion de fréquence; ce qui en mathématique peut ressembler à la densité.
    Du coup, il est tout à fait viable de faire sa propre soupe de densité pondérée où l'emplacement du mot clef donnera un poids plus ou moins important. http://alyze.info/ fait cela très bien et si vous êtes enregistré, il est possible de choisir ses propres critères de pondération.

  19. Philippe

    Pour enrichir les textes des pages web, j’utilise régulièrement : « Le grand dictionnaire des cooccurrences » de Maude et Kim Beauchesnes. Il existe aussi un outil en ligne : http://www.termiumplus.gc.ca/site/termium.php?lang=fra&cont=043, mais celui-ci est beaucoup moins complet que l’ouvrage des sœurs Beauchesnes qui, somme toute, peut être d’une aide précieuse pour étoffer ses contenus.

  20. Antoine

    On a trop tendance à oublier les règles de base dans la rédaction web, notamment pour ce qui est de la structure en . En tant qu'éditeur d'un site de CP, par exemple, je me rends compte que ça n'est pas une préoccupation importante chez les référenceurs...
    Petite question, le minimum de 300 mots, c'est d'après tes propres retours/tests ?

  21. Laurent

    L'arrivée du Pingouin n'a t-il pas quelques peu modifié les critères de bases comme les balises H ou n'a ton pas encore assez de recul pour connaitre les nouveaux critères efficaces

  22. Kelly

    En fait, l'astuce c'est surtout de ne pas tomber dans une spirale de suroptimisation et de laisser son site prendre du poids. Pour cette évolution mieux vaut demander des avis d'experts ou tout simplement des conseils et laissé le temps faire en faisant bien sur confiance en un contenu évolutif répondant aux besoins, attentes des internautes.

  23. Stéphane

    Merci pour cet article !
    D'après mes propres expériences et de ce que j'ai pu lire ailleurs, au final le meilleur moyen d'être bien positionné sur Google et compagnie grâce au contenu de son site internet c'est de... totalement oublier Google et compagnie.
    Rédigez vos articles pour vos lecteurs et non pour les moteurs de recherche ! Et cela parait logique :
    - un lecteur ne veut ni un article trop long (prend trop de temps à lire, on finit par s'y perdre) ni un article trop court (pas assez détaillé)
    - un lecteur n'aime pas quand il y a trop de répétitions et préfère au contraire un texte au vocabulaire varié
    - un lecteur n'aime pas lire quelque chose qu'il a déjà vu sur 10 blogs avant, et encore moins si c'est une reprise mot pour mot ! Il voudra de l'originalité, un contenu unique.
    - un lecteur aime quand les titres, sous-titres etc contiennent les mots clés du paragraphe qui suit, justement afin de faciliter sa lecture
    - un lecteur aime quand les choses les plus importantes sont mises en gras, encore une fois afin de faciliter sa lecture
    Et ainsi de suite !

    Oubliez les moteurs de recherche, écrivez pour ceux qui vous lisent !

  24. SoSoDam

    Hello Sylvain,
    Toujours fidèle à ton article dominical. Un peu déçu que tu ne parle pas du tout de Penguin dans cet article sur le Google Writing. En effet, tu aurais pu écrire le même au mois de mars, pourtant les choses ont légèrement changé, surtout dans le contenu structuré.
    J'utiliserai la parcimonie dans les Hn stuffing, par exemple, et les ancres aussi, comme tu en parles dans ton article précédent. Sinon, j'aime la notion de Google Writing (bien vu pour le positionnement) mais j'ai peur que l'utilisation de cette expression laisse encore la place à des dérive aux niveaux de l'écriture "pour" les robots, et il me semblait, en bon utopiste que je suis, qu'on allait vers la fin de cette SEO ère.

  25. Fabien

    Salut,
    Toujours très intéressants les articles sur ce blog. Celui-ci semble rappeler des règles de bon sens... tout à fait indispensables effectivement.
    Ceci dit, je remarque assez souvent que les conseils SEO s'appliquent particulièrement bien à des blogs (écrire sur des sujets d'actualité, donner des infos, des opinions, etc...) mais que pour un site professionnel qui présente une activité, c'est bien plus délicat.
    Doit-on pour autant penser qu'un blog connexe à un site pro est totalement indispensable et qu'il faut donc dépenser beaucoup d'énergie à exister sur la blogosphère (pas évident, la concurrence est rude et expérimentée..) ?
    ..ou alors qu'il faut obligatoirement avoir recours à des pratiques limites pour exister ?

  26. Johnny Ramos

    Merci pour ton article, il est certes en accord avec ce que Google dicte comme loi mais, il manque un peu du concret. Tout de fois tu viens de me faire économiser pas mal de temps.

  27. Référenceur en Tunisie

    Bonsoir,
    Très bon article Alexandra.
    Pour la rédaction des articles il faut aussi faire attention au introduction (le chapô de l'article).
    On fait la rédaction d'une Introduction en forme de conclusion on y relate ce qu’on va lire dans l’article, les visiteurs pressé n’iront pas plus loin… il faut donc les accrocher fort et être très cohérent avec le mot clé de la page. On fait aussi cela pour Google qui a besoin d’identifier votre pertinence.
    l'introduction se compose généralement de 3 ou 4 phrases.

  28. Manu

    A l' heure de Pingouin il est important de rappeler des bases d' optimisation on-site.
    Il aurait été intéressant d' aller plus loin notamment sur les limites concernant les balises H. Par exemple à partir de combien de balises H2 Google commence à baisser l' importance des mots clés contenus dans ces balises.
    Ça serait peut être pertinent une expérience ! 😉

  29. Yoann

    Comme certains le disent, certe cet article a le mérite de nous rappeler quelques règles de bases, mais avec l'arrivée du Pingouin, rien ne dit que ces règles sont toujours pleinement valables.
    A suivre après analyse plus poussée de cette dernière maj.

  30. Stephane

    Bonjour,
    on ne le rappellera jamais assez : "Content is king". Il est naturel que la subtilité de la rédaction web, entre pertinence des rédactionnels et optimisation SEO fasse la différence. J'aurai bien aimé lire un avis sur le danger de la sur-optimisation. L'article évoque bien la densité de mots clés, mais pas forcément la sur-utilisation dans les Hn etc. Il semblerait que le pinguin y fasse un peu plus attention...

  31. Id-Interactive

    Un excellent article qui correspond parfaitement à Pingouin (même si, depuis toujours, cette méthode aurait dû être mise en pratique).

    Et je pense que c'est l'une des plus grandes difficultés pour le référenceur que de rédiger un contenu qui soit à la fois de qualité pour l'internaute, mais aussi pour les robots, un mixte des deux pas toujours simple à marier.

    Une question seulement : Est-on pénalisé si notre balise H2 contient trop de contenu, faut-il respecter une limite de mots? Parce qu'il m'arrive parfois de suivre une structure comme celle-ci :
    H1 - Titre
    H2 - Qui - Quoi - Où - Quand - Pourquoi (en deux - trois phrases max)
    H3 - Sous-titre
    H3 - Sous-titre
    [...]

    Merci pour ces précieux rappels/conseils.

  32. Bernard

    Il faut aussi se rendre compte qu'il est parfois délicat de mixer judicieusement du texte intéressant pour le lecteur et du texte bien écrit pour le web.
    Au delà de grandes lignes qui sont à respecter, à trop vouloir en faire on se plante en s'éloignant du sujet ou en tournant autour du pot.
    Article très bien écrit ceci dit 😉

  33. Antoine de Blois

    Bonjour Alexandra & Sylvain,

    Une petite interrogation: Le plan de structuration qu'Alexandra met en avant me semble très bien pour les moteurs sauf, pour moi, le unique. Je pense qu'à partir du , pour un bon texte bien structuré, il en faut au minimum 2, sinon structurellement parlant cela n'a aucun sens.

    Aussi, j'ai la même question que mon homonyme plus haut, concernant la "règle des 300 mots".

    Merci pour ce bel article, il tourne déjà dans les boites mail des collègues!

  34. Mikiweb

    Un bon rappel en ce qui concerne la structuration d'un article optimisé pour le SEO.
    Le plus difficile reste la formation d'une équipe interne au concept de rédaction web optimisé.
    Généralement ce sont des journalistes ou professionnels spécialisés dans un secteur qui voit d'un mauvais oeil le fait qu'un consultant leur dise comment rédiger leur article. Une fois qu'ils voient les résultats de leur effort en terme de trafic c'est une tout autre histoire 😉
    Ils arrivent qu'ils se lance des concours interne pour savoir quel article va apporter le plus de visiteur 😀

  35. dan

    Pas vraiment d'accord avec ta règle "En général en dessous de 300 mots la page n’aura pas assez de poids pour les algorithmes de Google...." Ce n'est pas la taille qui compte 😉 Un texte inférieur en taille peut-être pertinent. Aller droit au but est parfois mieux que de blablater...

  36. SEO_IA

    Bonjour à tous et merci pour vos commentaires. Je suis ravie de voir que vous avez trouvé mon article intéressant. Vos propos sont également très justes (travailler la longue traine, soigner le chapô, etc).

    Concernant la quantité de mots nécessaire pour un bon article (300 à 1200 mots), c’est seulement mon avis, vous pouvez ne pas être d’accord. Les différents tests que j’ai réalisés en interne m’ont permis de trouver cette fourchette. Comme je le dis souvent, le référencement n’est pas une science exacte, la rédaction pour le web non plus.

    Je suis d’accord avec @lionel : « il est utile de réaliser des tests, car il est possible de faire « machine arrière » en cas de résultats non concluants ». Donc si vous n’êtes pas d’accord avec mon avis, faites des tests en interne. Vous verrez quels articles sont les plus lu : les articles courts ou les articles plus longs. Partager avec nous votre résultat !

    De mon côté, pour avoir le cœur net, j’ai demandé l’avis à Isabelle Canivet, auteur du livre « Bien rédiger pour le web ». Je vous tiens au courant de sa réponse !
    Amicalement

  37. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    Tout d'abord, merci Alexandra pour cet article.

    Je trouve qu'il résume plutôt bien les choses en terme de rédaction pour un débutant. On voit tellement de pages écrites en dépit du bon sens.

    Quelques petites réponses pour donner aussi mon point de vue...

    Concernant le nombre de mots. Je pense que l'on peut évidemment faire moins, en revanche, à partir de 300 mots, on arrive à récupérer plus facilement pas mal de visites en longue traine. Ceci sur des expressions que l'on n’avait même pas imaginé. Enfin, c'est ce que j'ai pu constater.

    Pour la densité de mots-clés, j'ai tout lu en terme de pourcentage conseillé, et dans la pratique, j'ai souvent constaté qu'elle n'impactait pas directement le positionnement. Bien évidemment, l'expression-clé principale visée doit de préférence être dans le Title, et au moins une fois en haut de page. Après, j'ai vu des pages ultras bourinnées très bien se placer, de même pour d'autres ne contenant qu'une fois l'expression....

    Pour résumer, j'abonde plutôt dans le sens d'Olivier Duffez détaillé ici :
    http://www.webrankinfo.com/dossiers/redaction/indice-densite-ideal

    @ Philippe
    Pas mal ton dico des cooccurrences ! Merci pour le partage.

    @ Stéphane
    Je ne crois pas vraiment qu'il faut écrire seulement pour le visiteur. Au moins initialement.
    Combien de fois ai-je vu des clients qui souhaitaient se positionner sur une expression alors qu'elle n'apparaissait dans aucun texte de leur site.

    En revanche, tous les conseils que tu donnes sont très bons.

    @ Sosodam
    Pour le pingouin, il fallait lire des articles précédents, mais vu que le passage du pinguoin est itératif, je me demande comment font les gens pour donner des conseils tant qu'un 2ème passage n'a pas permis de vérifier les levées de pénalité.

    @ ID-interactive
    Un titre de deux ou trois phrases n'est plus un titre, c'est un paragraphe, non ?

    @ Bernard
    J'aime bien ta réflexion. Comme tu le dis, si on n'a pas assez de contenu sur un sujet, mieux vaut faire court que de tourner autour du pot.

    @ Antoine de Blois
    Je n'ai rien compris à ton commentaire...

  38. Id-Interactive

    Oui, c'est pourquoi dans mon exemple je n'ai pas dit que c'était un titre mais j'aurai dû préciser que c'est plutôt un chapô.

    La question en revanche est toujours la même, est-ce pénalisant? Abondance, dans sa méthodologie, le propose/conseil d'ailleurs.

  39. Antoine

    @Sylvain: Moi aussi, je ne comprend rien à ce que j'ai écris... mais ce sont tout simplement les balises hn que j'entourais de "signe inf" et de "signe sup" qui n'ont pas apparu une fois le commentaire publié :/ Pas étonnant donc de ne rien comprendre ;), bref, je la retente :

    Dans le passage "Structurer son contenu", il y a la présence d'une unique balise h4. Et je n'y vois pas son intérêt étant donné son unicité.
    Je pense que pour toutes les balises hn (hormis h1 qui présente le thème de la page) elles doivent être au minimum du nombre de 2 par type:
    h1
    h2
    h3
    h4
    h4
    h3
    h2
    Ici, nous avons au minimum 2 balises par hn (sauf h1)

  40. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Id-interactive
    Les balises H (1,2,3,4,5,6) sont des balises de titres.
    Dans la structure que tu évoques, si le "chapô" est situé entre le H1 et le 1er H2, c'est parfait.

    @Antoine
    Ca ne me choque pas un seul H4, pas plus qu'un seul H2.
    Bon, en revanche, pour placer des H4 il faut avoir un sacré contenu 🙂

  41. Antoine de Blois

    Perso, un seul h2, cela me choque.
    Si une page=1 thème, alors H1 reprendra le thème de la page. Que veux-tu mettre en h2 dans ce cas?
    En revanche, deux h2 qui représenteront 2 sous thèmes, cela est cohérent.
    J'essaie toujours d'expliquer comme une dissertation de Français ( à l'époque) où il y avait : Titre (H1)
    Grand 1 (H2)
    Petit a (h3)
    Petit b (h3)
    Grand 2 (H2)
    ...

  42. Erwan

    Comme Dan, je suis convaincu que ce n'est pas la taille qui compte (enfin j'espère très fortement). Par contre il faut réussir à intéresser l'individu en évitant qu'il tape sur le bouton "retour" du navigateur. Il faut essayer de le garder plus longtemps sur le site en lui proposant des articles complémentaires.

    Je trouve ce résumé très bon pour 2011 mais un peu trop "scolaire" pour 2012. L'heure est venue à plus de discrétion et moins de bourrinage. Il est clair que faire des articles avec des hn est bien mais il ne faut pas en abusant et pourquoi pas faire des articles sans paragraphe. Je parle là notamment pour les textes sur les CP car l'écriture web, c'est aussi l'écriture pour la chasse aux liens car à la différence de Stéphane je ne pense pas que ce soit le contenu le roi.

  43. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Antoine
    Je trouve ton exemple de dissertation très didactique. Il évitera sans doute à de nombreux webmasters de s e tromper dans la structure et l'imbrication des Hn.

    Sinon, une page peut quand même n'avoir qu'un titre (H1) et qu'un sous titre (H2), non ?
    C'est parfaitement correct en terme de balisage, très courant sur le web, et logique si on a rien de plus à dire 🙂

  44. Stéphanie

    Entièrement d'accord avec cet article, créer du contenu doit avant tout être agréable et pas un acte archi-robotisé ! Même s'il faut reconnaître que la longue traîne un peu optimisée peut amener beaucoup de trafic sur le long terme...

  45. Antoine de Blois

    @Sylvain
    Très didactique, oui (ça existe Prof en SEO? 😀 ). C'est comme cela que j'essaie d'expliquer l'importance de ces balises à des collègues hôteliers mais qui n'ont pas de sensibilité web au départ.
    Sinon, oui un titre H1 et un sous-titre H2 (si on a rien de plus à dire) ça ne me choque pas autant qu'un H1 suivi d'un H2 suivi d'un H3 (dans ce cas, sémantiquement parlant ça ne correspond à rien).
    Mais, une page avec un titre H1 et un sous-titre H2 est moins pertinent qu'une même page avec un titre H1 et deux sous-titre H2 (dans ma logique très rationnelle) !

  46. sylvain

    un complément intéressant peut être fait avec l'intégration des micro-data dans la rédaction des articles, comme lorsque l'on parle d'une personne, d'un produit, ....

  47. Mathieu

    +1 pour la structure du contenu et pour les synonymes.

    J'ai également constaté que mettre des synonymes dans les balises titres ou dans les alt marchait très bien.

  48. Nicolas

    Intéressant d'avoir une invitée charmante par le texte sur Axenet...

    Bref, ceci étant dit, même si les bonnes pratiques ce doivent d'être donné et suivi, je suis intimement persuadé qu'il faut là encore varier le contenu...

    Faire de l'optimiser, du désoptimiser, tant dans le texte que dans la structure...

    C'est ce que j'essaye de faire dans ma stratégie de CP (not dead), ne plus imprimer de rythme et de règle particulière autre que le champ lexical, le nombre de mots et le maximum de liens sortants.

  49. Thomas

    Je bookmarke cet article, je sens que je vais pouvoir le ressortir à quelques clients !
    Bravo pour cet article Alexandra, il est vraiment clair.

  50. Elisabeth

    Merci Alexandra. Très intéressant cet article. Bon rappel des règles de base de l'écriture SEO et de ce qu'il faut faire pour plaire à Google. Mais comme vous dites, le "Google Writing n’est pas une science exacte" et surtout, il est en constante évolution! C'est pourquoi nous devons absolument nous maintenir aux faits des derniers développement en matière d'écriture. Il y a plusieurs années, la densité de mots-clés était LA façon de bien se positionner et maintenant, elle ne veut plus rien dire (sauf pour le négatif en cas de sur-optimisation).

  51. carla

    Très bon récapitulatif, je pense que si chacun d'entre nous essayait de se mettre à la place de Google, les choses deviendront moins compliquées. Je m'explique, tout le monde aime l'original Google aussi adore l'original c'est-à-dire ce qui est unique, naturel d'où la nécessité de rédiger un contenu unique, lisible et attractif qui peut gagner en positionnement et visites. Je crois que quand on rédige un article le mieux serait de ne pas trop se pencher sur les mots clés à booster car cela peut même bloquer l'inspiration et rendre l'article insensé.

  52. phatsarr

    Je pense que le fait de surcharger un texte de mots clés sort du naturel. Si Google ne l'a pas validé, c'est pour donner aisance aux lecteurs et internautes. Ecrire un texte unique et explicite reste la solution.

  53. Le Juge

    Un bon article dans l'ensemble. Je rejoins Laurent sur un point - la densité de mots clés en soit ne veut plsu vraiment rien dire mais il faut tout de meme mettre quelques occurences du mot clé exacte si on veut ranker apres il faut savoir le faire intelligemment pour garder un bon confort de lecture et de comprehension

  54. Noudchananh

    Merci Alexandra pour cette article qui est très intéressant et sonne comme une petite piqûre de rappel pour les acteurs du web que nous sommes. Je pense quand même que la densité des mots a son importance (même relative) car si on regarde bien http://alyze.info/ (merci à LaurentB pour m'avoir fait découvrir ce site, il est super !), on voit que l'expression que que vous avez le plus employé est " Google Writing ", ce qui n'est pas totalement innocent je pense. En témoigne la 1ère position sur la SERP de cet article.

    Sinon, j'attends avec impatiente la réponse que vous donnera Isabelle Canivet (que je suis en train de lire en ce moment en plus ...) en ce qui concerne la longueur optimale d'un article.

  55. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Lejuge @ Noudchananh
    Je n'ai pas dis non plus qu'il ne fallait pas mettre l'expression-clé dans la page hein ! 🙂

    A mon avis, une fois dans le title et une fois dans le chapô de la page suffit largement dans la plupart des cas.

    Un exemple comme un autre, sur la requête "sexe viagra", une page de ce blog se positionne très bien ! L'expression exacte n'existe que dans un commentaire de l'article.

    Sur la requête "optimisation seo", une autre page de ce blog se positionne très bien alors que l'expression n'est que dans le title.

    + des milliers d'autres exemples

    Tout cela pour dire que la densité...

  56. Marc

    très bonne synthèse sur le sujet et c'est vraiment d'actualité avec les pingouins et autres animaux noir et blanc. Le contenu (et donc la rédaction) prend visiblement une importance de plus en plus grand aux dépends des simples liens.

  57. Noudchananh

    @ Sylvain Richard
    Oui, mais vous prenez votre site en exemple (ce qui est tout à fait justifier, je vous l'accorde) mais je ne pense pas que la majorité des sites ou des blogs ont un PR de 5 comme le vôtre.
    Peut-être que je me trompe (car je débute depuis peu dans le référencement) mais pour des nouveaux sites ou des sites possédant un PR faible, vos conseils de mettre les mots clés seulement " dans le title et une fois dans le chapô " restent-ils d'actualité pour obtenir une bonne position comme dans la 1ère page de la SERP. ? Je n'en suis pas si sûr.

  58. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Noudchananh
    Hum... vu qu'un jeune site a encore plus de chances d'être pénalisé pour suroptimisation qu'un plus vieux, je reste un peu sur ma position.
    Mais bien sur, cela ne veut pas dire que c'est une règle définitive, comme à chaque fois, chaque cas est particulier. Et puis le linking qui suit impact aussi le positionnement.

    La règle que j'utiliserais ensuite est d'avoir quelque chose d'acceptable pour le visiteur, les répétitions ne sont pas forcément toujours très agréables.

    Pour résumer, Google aime de moins en moins le bourinnage, il faudra être plus fin avec des synonymes et des pages utilisant un vocabulaire très thématisé par rapport à la requête sur laquelle on veut se positionner.

  59. Marc

    Je vois beaucoup de commentaires qui ne voient pas pourquoi un trop grand nombre de mot serait préjudiciable. Dans le fond je ne pense pas que ce le soit, c'est juste que plus on rédige un texte long plus on s'éloigne de sa thématique. C'est pourquoi il parait plus prudent et surtout pertinent de fixer une limite haute raisonnable et au pire de faire deux articles plus ciblés au lieu d'un énorme.

  60. SEO_IA

    @Marc : C'est exactement ça l'idée ! Tu as très bien compris mon idée ! Merci !
    @Noudchananh : Bon courage pour la lecture ! C’est un livre très intéressant!
    @Le Juge : exact !
    @carla @Elisabeth @Thomas @Nicolas @Stéphanie et tous les autres Merci pour vos commentaires !

  61. david

    Merci Alexandra! Je viens de créer un blog et tes conseils sont très intéressants...

  62. Mathilde

    Dans le fond je suis assez d'accord avec toi et une petite piqûre de rappel est toujours bonne à prendre.
    Je pense cependant qu'il ne faut pas abuser du "gras" sur les mots clés. En plus de ne pas être pertinent, l'internaute risque d'être un peu perdu.
    En revanche en général je ne vais pas en-dessous du h4, pour moi ça ne sert pas à grand chose seulement à perturber l'internaute.

    A voir maintenant si avec Google Penguin ces règles fonctionnent toujours.

  63. Archimbaud

    Les conseils sont pertinents mais la recherche d'un bon référencement est un problème un peu surfait. En tapant un mot clef (par exemple "téléphone mobile") on obtient 17 millions de résultats, la première page ne contient que des liens payants et des références vers des boîtes qui font tourner des centaines de millions d'euros chaque année. Si l'on tient une boutique dans sa ville, ce n'est même pas la peine d'essayer d'optimiser son référencement. Que l'on monte de la page 250.000 à la 250 ème n'a aucun intérêt.
    Par contre, sur mon site technique qui n'est jamais visité il suffit de tapez une demi phrase tirée au hasard d'un fichier de documentation en pdf que personne n'a jamais lu de sa vie pour que la référence apparaisse en première ligne et la miniature soit affichée à droite. Google, c'est génial.

    Moralité : sur les produits courants il faut être un poids lourd pour être référencé et sur les produits trés pointus ceux qui cherchent trouvent.

  64. Sylvain Richard - AxeNet Auteur de l’article

    @ Archimbaud

    Je comprends bien ta logique, mais nous ne sommes pas d'accord sur la notion d'efficacité du référencement.

    Un bon référencement représente pour moi le fait d'être positionné sur des requêtes qui transforment. Je ne suis pas sur que "téléphone mobile" en soit une qui permette des conversions immédiates.

    Ensuite, on peut très bien se positionner dans une thématique sans être un poids lourd.
    Je le vois tous les jours avec certains de mes clients qui sont de petits/moyens acteurs sur leur activité en regard de leurs concurrents. Et bien nous prenons les places de ces poids-lourds en travaillant correctement.

    En fait, si on t'écoute, il n'y a plus aucune place pour de nouveaux acteurs sur un business. Je n'adhère pas du tout à cette logique, même si évidemment, c'est toujours plus dur au fil du temps.

  65. Sarah

    Très bel article je suis tout a fait d'accord avec vous, En faite la rédaction de articles avec des continues intéressante garantir beaucoup de trafic sur le long terme.
    la rédaction web est très important pour le référencement donc il faut toujours le bien choisit des textes avec valeurs et le bien organisé au niveau de la page.
    bonne continuation et merci pour ses magnifique information 😉

  66. Tanned

    Merci pour les conseils de rédaction d'articles! Perso je vais rarement jusqu’à la balise H4! Avec tous les corrections panda, pingouin, on ne sait plus trop où se donner la tête et on se sait plus ce qui est bien 🙁

  67. Anyconcept

    Il m'a fallu un temps relativement long pour structurer mes pages de cette façon laisse résultat obtenu est incontestable...

    Après un moment, ça devient un automatisme au final..

    Merci pour ce rappel des bases toujours utile 🙂

  68. Brendon Beck

    La rédaction d'un bon article est malheureusement que la première étape pour un blogueur. Ensuite viens la partie moins intéressante, soit le SEO. Mais c'est un mal nécéssaire.

  69. Jérémy from

    Des rappels des bases qui favorisent le SEO est toujours bon à rappeler ;). Comme le soulignent certains internautes, il n'est pas forcément judicieux de trop découper son texte pour pouvoir garder l'attention de ses lecteurs.
    Quant au choix des mots clés, il est effectivement judicieux de se placer sur des mots à la portée de bloggeurs, où la concurrence est atteignable.
    Attention à ne pas trop montrer vos envies de référencement à vos lecteurs par des contresens ou une suroptimisation 😉

  70. Recherche de biens

    Nous sommes pourtant de plus en plus éloignés du "content is king" lorsqu'on voit ce qui se passe dans les serp's
    J'ai pour exemple, sans le citer, une coquille vide indiquant sur sa page d'accueil en gros " site temporairement fermé pour cause de maternité" et qui se retrouve propulsé en 1ere page devant quelques ténors de la thématique.
    J'ajouterais que c'est un site assez récent, sans backlinks
    Les personnes qui ont pondu ces multiples modifications d'algorithme feraient bien de se remettre en question, sous peine de concurrencer prochaînement la faible pertinence de moteurs qui jusque là servaient leur succès.

  71. Blog santé

    Je pense que cette question de densité dépend de chaque domaine, certains vont se faire taper sur le nez tout de suite si la densité du keyword on page est lourd alors que d'autres vont continuer à bien ranker. Je touche au domaine de la santé et de la mode, c'est sure, je vois la différence entre viagra et jupe plissée...
    Néanmoins, je reste persuadé que la densité d'un keyword n'est pas une bonne idée et qu'elle le sera encore moins à l'avenir.
    Sinon, souligner en gras les mots clés dans le texte ? Pareil, pour moi ça sonne seo friendly et tout de suite une tape sur le nez de la part de google.

    Aimant écrire, je reste persuadée que la meilleur optimisation des blogs et sites reste un contenu de très bonne qualité et facile à lire, sans densité mais des balises bien optimiser, car là, c'est clairement pour google, pas pour le lecteur.

    Keep it simple ! Apres tout, cest ce que google souhaite non ?

  72. Lionel

    Merci pour cet excellent article .
    Il est vrai que la rédaction compte beaucoup. Personnellement, cela ne fait pas très longtemps que j' ai créé mon premier blog .
    J' essais de soigner mes articles en tenant compte des règles que tu énumère.
    Mais force est de constater que le référencement est une affaire des plus délicate dont on ne peu controler toutes les cartes.Rédaction, lien vers son blog, authentification .
    Et au final , on finit par s' apercevoir que des blogs ou sites a faible contenu en dehors de leurs liens publicitaires sont mieux positionnés !

  73. zied

    Juste une petite info sur la densité, je viens de finir une étude sur une centaine de site, la densité est bien un critère assurément mais pas dans le sens que l'on pense, il apparaît clairement que les sites disposant d'une densité trop élevé supérieure à 5/6 % soit pénalisés.
    C'est d'ailleurs la première cause de pénalité dans ma dernière étude.
    Pour ce qui est des critères positifs seul le H1 semble apporter un plus non négligeable, ni le bold, italique,description, title, et keywords semble avoir un impact.
    J'ai été très surpris de voir aucune corrélation entre la présence d'un mot dans le title et le positionnement sur ce mot.

  74. Olier

    Merci pour cette analyse et ce rappel. Ce qui me parait étonnant c'est que pour un certain nombre de site il semble qu'il y ai une corrélation extrêmement forte entre leur densité pondérée et leur positionnement sur ces mêmes mots clés "optimisés". La densité brute n'est rien, mais si l'on structure un article un minimum l'on se retrouve pour beaucoup d'entre nous à optimiser la densité pondérée des mots clés et votre article n'échappe pas à la règle.

    - l'url : pour votre article : "google-writing-regles-de-redaction-pour-le-web"
    - la balise title avec .. ici : "google-writing"
    - la balise h1 avec ici : "Google Writing" – Règles de rédaction pour le web
    - le strong ici : 3 strong avec "Google Writing"

    votre but affiché est : L’article que vous êtes en train de lire doit

    se positionner sur l’expression « Google writing ».

    et les positions sur google:

    - 2 pour "google writing"
    - 1 pour "google writing et rédaction web"

    Ceci pour les deux idées principales de l'article. Pour ce qui est des mots connexes et synonymes je n'en voit aucun dans les zones vraiment chaudes de la page. Bien entendu ces synonymes vont générer un effet de longue traîne non négligeable.

    La morale de cet article ne serait-elle pas : pour se positionner sur une à deux expressions clés, n'optimisez pas votre densité mais pondérez là !

  75. Silla

    Très bon article, il rappelle les bases d'un bon référencement. Mais c'est vrai que quelquefois je reste un peu étonnée sur la manière dont Google référence certains sites pas forcément bien décrit ou clair.

  76. agence web offshore

    Excellent article, c'est bien expliqué et ça peut servir pour le référencement d'un site, vous avez bien détaillé l'importance de la densité et vous avez eu raison, j'ai moi-même remarqué que quand la densité était trop importante on se fessait directement pénaliser par Google.

  77. Agence Web Vendée

    Très bon article sur les bases de la rédaction web que l'on oublie parfois trop souvent... Ne reste plus maintenant qu'à les appliquer !
    Merci

  78. location gite

    Très bon article, plein de cohérence.
    Avec un peu de bon sens, écrire pour GG ou pour les visiteurs, tient de notions convergentes :
    - diffuser un contenu unique et donc produit de sa propre réflexion ou analyse
    - hiérarchisation du contenu, avec une trame pour le rendre "lisible" et guider le lecteur
    - selon moi, la taille du texte dépend des sujets traités et du nombre de sujets à "focuser"
    La densité des mots-clés doit être pondérée, mais il ne faut pas en faire une obsession, afin d'écrire au "naturel".
    Incontournable selon moi : la balise title, les expressions synonymes, et quoi qu'on en dise, la méta description combinée aux ancres externes.

  79. Contenu éditorial

    Article très pertinent, merci.
    Je rajouterais qu'il est aussi utile de rajouter une image, et de surtout bien renseigner tous les champs. J'ai remarqué à travers plusieurs que Google y accorde de plus en plus d'importance, notamment depuis la dernière mise à jour de Panda.
    Et une fois de plus, ce n'est que plus agréable pour le "lecteur" 😉

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *